Unholy Terror

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe WASP
Nom de l'album Unholy Terror
Type Album
Date de parution 2001
Produit par Blackie Lawless
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album163

Tracklist

1. Let It Roar 04:40
2. Hate to Love Me 04:07
3. Loco-Motive Man 06:02
4. Unholy Terror 02:01
5. Charisma 05:25
6. Who Slayed Baby Jane? 04:54
7. Euphoria 03:19
8. Raven Heart 03:45
9. Evermore 06:10
10. Wasted White Boys 06:49
Total playing time 47:15

Chronique @ dark_omens

23 Novembre 2013

Après la débâcle engendrée par l'affligeant Helldorado, ce Unholy Terror nous rassure...

Le précédent album des Américains de WASP, Helldorado, fut un désastre. Son propos bien trop ancré dans une expression Hard Rock Boogie à l'australienne, ses titres interchangeables, son inspiration créative proche du néant et ses thèmes immatures en firent une amère déception pour tous ceux qui avaient, autrefois, approché l'univers d'un Blackie Lawless génial. Cet opus fut un drame. Il fut une tragédie. Il fut le seul album de WASP de cette décennie dont l'idée directrice première, celle qui consistait à rassurer les adeptes en leur proposant une musique moins complexe et plus convenu après un KFD déconcertant, fut à l'évidence une erreur. Car en une expression sans âme, l'artiste y dévoyait son art. Il y mutilait, de surcroît, sa créature en piétinant sans scrupule une partie de ce travail subtil accomplis jusqu'alors. Ce même labeur réfléchi qui pourtant avaient conduit WASP à devenir une entité mûre exprimant des convictions alarmistes adultes au cœur d'œuvre aussi passionnantes que The Headless Children ou The Crimson Idol. Bien évidemment Still Not Black Enough fut moins aboutis et KFD bien trop insolite pour les adeptes réfractaires aux évolutions. Pourtant l'ensemble des plaidoyers de cette décade pouvait s'enorgueillir d'être le résultat d'une volonté artistique hors du commun. Si ces albums ne furent pas tous séduisant, ils furent, en somme, bâtis sur le socle d'une pensée attrayante. Pas Helldorado.

Défiguré et agonisant, WASP ne pouvait se résoudre à pousser son dernier soupir. Blessé et moribond, la créativité d'un Blackie Lawless atteint ne pouvait se résoudre au silence. Deux ans après le naufrage sort donc ce Unholy Terror.

Tout d'abord il convient de noter que sans tout à fait renier l'esprit Boogie Rock du précédent opus (esprit que l'on retrouve çà et là, subrepticement, au détour de quelques notes d'un solo, de quelques impressions succinctement ressenties fort d'une mélodie adéquate), WASP est de retour en ses terres conquises. Définitivement plus, Heavy que le navrant Helldorado, ce Unholy Terror s'inscrit donc d'emblée comme la promesse d'un moment clairement plus séduisant que ceux passés à l'écoute de certaines autres œuvres du groupe. Revenus en des temps que nous imaginions définitivement révolus, Blackie Lawless et les siens nous propose de poursuivre sur le chemin tracé par Still Not Black Enough. L'engagement tacite est audacieux tant ce dernier, à dire vrai, ne fut pas tout à fait une réussite. Toutefois si, soyons franc, les morceaux de ce nouvel effort ne parviennent pas à nous faire oublier l'excellence disparus de ceux des meilleurs albums de WASP, il constitue, néanmoins, un tableau clairement plus attractif que celui peint par Still Not Black Enough. Ainsi des titres tels que Let It Roar, Hate to Love Me, Loco Motive Man ou encore, par exemple, Raven Heart, parviennent tout de même à nous rassurer quant à la capacité de ces américains à nous convaincre.

De plus il y a également sur cette œuvre quelques délicieux reliquats inspirés par les méandres malsains d'un KFD tourmenté. Citons, en premier lieu, Unholy Terror et son tourbillon hypnotique anxiogène né de ces riffs sombres entêtants conjugués à cette voix narrée ténébreuse et enivrante. Ce titre constitue le parfait préambule d'un excellent Charisma s'inscrivant dans le même schéma pesant, accablant, obscurs et délectables.

Si cet album peut s'enorgueillir de certaines qualités, il ne peut, malheureusement, pas occulté certains de ses défauts. De telles sortes qu'il est difficilement réfutable qu'il souffre aussi, au-delà de ces vertus, d'un certain manque d'originalité et que parfois l'auditeur aguerri se surprend à trouver quelques similitudes avec d'autres morceaux déjà écrits par Blackie. Evoquons, pour étayer cette affirmation, le cas d'Evermore. Cette ballade intimiste, plutôt réussie, ne pourra cependant pas dissimuler longtemps son évident lien de parenté avec Forever Free (The Headless Children).

Quoi qu'il en soit, après la débâcle engendrée par l'affligeant Helldorado, ce Unholy Terror constitue une source de satisfaction suffisante pour envisager sereinement cette rédemption nécessaire.

1 Commentaire

4 J'aime

Partager
OVERKILL77 - 23 Novembre 2013: Je parlerais plus de miracle concernant ce Unholy Terror !

Le dernier excellent album de Blackie datait de 9 ans et depuis ???

Un "Still Not Black Enough" pas mal mais inégal dans l'ensemble, bien loin d'égaler le quasi-parfait "Crimson Idol"... Un KFD surprenant auquel je n'adhère pas du tout... Et un "Helldorado" bien médiocre dans son ensemble.

Bref, 9 ans d'attente pour retrouver le vrai WASP... Avec ce Unholy Terror, j'ai vraiment été conquis, dés sa sortie.
Le début d'une nouvelle ére en ce qui me concerne.
Merci pour le texte ;-)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ chmetal

17 Juillet 2008
Après une compile d'une utilité discutable et un album live qui aurait été plus utile en format DVD et VHS, Blackie et sa bande n'avaient pas trop le droit à l'erreur avec leur nouvel album. W.A.S.P. devait donc faire un album de qualité pour relancer leur carrière, surtout après un Helldorado plutôt fade.

Déjà, le changement de label a été plutôt bénéfique pour W.A.S.P. car Unholy Terror bénéficie d'une promo digne de ce nom, ce qui n'avait jamais été le cas chez Snapper. Il faut dire que les budgets ne sont pas les mêmes ! Le seul regret, c'est qu'il n'y a toujours pas de singles ni de clips, ce qui aurait été une bonne chose pour la promo … et aussi pour les fans.

Donc, malgré un petit retard du côté BMG pour la distribution française, le tant attendu "Unholy Terror" arrive dans ma platine. Premier constat : Blackie a écrit toutes les chansons et a produit entièrement l'album. Mais où est passé Chris Holmes ?! Côté musical, après une première écoute attentive, quel choc ! Oui, ça y est, le grand W.A.S.P. est de retour avec un album d'une grande classe !

Et cela commence fort par Let It Roar, un titre "Helldoradien" très rapide.

Puis Hate To Love Me avec son refrain accrocheur. D'ailleurs, pour ceux qui se sentent l'âme d'un chanteur, cette chanson existe en Karaoke Mix sur la version japonaise de l'album, et c'est assez surprenant, puisque Blackie chante le refrain (oui, sur la version Karaoke !!).

Après, on enchaîne sur Loco-Motive Man qui est une des meilleures chan-sons de l'album, avec son refrain accrocheur. Ca fai-sait un petit moment que Blackie n'avait pas compo-sé une chanson aussi bien ! Elle me fait vraiment penser à No Way Out Of here sur l'album Still Not Black Enough.

Ensuite Unholy Terror est une intro à Charisma et nous parle de politique, de religion (Jesus Christ, la Bible et le Coran), du nazisme, de l'inquisition espagnole en passant par Nostradamus qui décrit sa vision d'Adolf Hitler !! Tout y passe !!

Mais le plus beau restait à venir avec la chanson Charisma. Et quelle chanson !!! Un vrai tube qui aurait mérité d'être sortie en single !Elle traite également de politique et de religion comme Unholy Terror. Elle est lourde et pesante ; là, Blackie s'est surpassé. Ca faisait vrai-ment longtemps que Bla-ckie nous avait pas sorti une chanson d'une telle qualité !

Après, on enchaîne sur Who Slayed Baby Jane ? qui aurait eu sa place sur Helldorado ! (au niveau musical et au niveau qualité de la chanson !). Il faut dire qu'après un tube comme Charisma, cette chanson est vraiment fade !

Après, on a le droit à une très bonne surprise Euphoria. C'est une ballade instrumentale d'un roman-tisme absolu avec sa guitare d'une rare intensité senti-mentale ses tam-tams … surprenants. L'ensemble se marie bien et le résultat est magnifique !

Fini les tam-tams, passons à Raven Heart qui est d'un rythme assez soutenu et qui nous change complètement de la chanson précédente. C'est une chanson qui aurait également pu se trouver sur Helldorado. C'est simple et c'est efficace.

Ensuite, on retrouve une autre ballade Evermore qui ressemble étrangement à Forever Free … mais sans l'égaler ! Cette chanson aurait tout aussi bien pu se retrouver sur Headless Children ou encore Still Not Black Enough !

Et enfin, l'album se termine (déjà !) par Wasted White Boys. Quel débauche d'énergie ! Le final est hallucinant !

En résumé, Unholy Terror est un très bon album de Heavy metal et c'est surtout le meilleur album de W.A.S.P. depuis The Crimson Idol ! Nul doute que cet album va faire un carton dans les différents charts ! De plus, le packaging anglais "Bible Pack" est somptueux.

Reste une petite déception : la durée de l'album (47', c'est vraiment pas beaucoup … comme d'habitude !!! alors que la plupart des albums de Heavy Metal avoisinent les 60' !). Vivement les concerts (d'au moins 1h30 !!!) en espérant une tournée mondiale …

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
coroner - 29 Juillet 2008: Après un Helldorado pourri, j'appréhendais un max cet opus. Et franchement, j'ai été déçu. Toujours du rock'n'roll déjà entendu, toujours un son pas terroche, inspiration bof, à part, bien sûr, le duo UNHOLY TERROR - CHARISMA, qui m'ont collé les roupettes au plafond... Deux morceaux qui justifient l'achat de l'album, sans problème !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire