Dominator

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe WASP
Nom de l'album Dominator
Type Album
Date de parution 16 Avril 2007
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album223

Tracklist

1. Mercy 04:49
2. Long, Long Way to Go 03:15
3. Take Me Up 04:33
4. The Burning Man 04:39
5. Heaven's Hung in Black 07:14
6. Heaven's Blessed 05:22
7. Teacher 05:01
8. Heaven's Hung in Black (Reprise) 03:13
9. Deal with the Devil 05:17
Total playing time 43:23

Chronique @ Mindkiller45

27 Mai 2011

Un album récupérant les recettes qui fonctionnent

En 2007, le groupe de Noiraud Sans Loi nous livrait 13e album studio en 23 ans de bons et loyaux services. Bon, comme souvent dans ce genre de groupe, le line up a été, pour beaucoup, bousculé. Le bassiste chanteur étant le seul membre d’origine à officier dans le groupe. Bon, comme souvent avec ce genre de groupes, il ne faut pas s’attendre à un album qui va révolutionner le concept du groupe et encore moins le genre. On reste entre du heavy et du hard rock. Cependant, parti sur la lancé du Neon God, le groupe va de nouveau écrire un concept album. Cette fois-ci, Blackie Lawless s’en prend à l’administration Bush et ses pratiques excessives si ce n’est abusives. Tout un programme.

Alors j’en entends ricaner au fond. Non, quand l’on dit Concept Album, cela ne veut pas forcément dire musique instrumentale de transition, plans alambiquées, ambiances musicales et morceaux de 22 minutes 30. Le fil conducteur de cet album est dans le texte, et c’est tant mieux. Ainsi le groupe ne perd pas en énergie et se focalise essentiellement sur le texte et la musique sans en faire des caisses.

Dominator. Voilà un nom parfait pour le sujet traité dans l’album, et l’imagerie de cet album donne dans l’antipatriotisme Bushien. En analysant juste la pochette, on peut comprendre que le groupe voyait en cette administration mort et guerre. Une patrie à feu et à sang. En effet, la Bannière Etoilée est en feu et l’on voit un crâne (mort) qui a, dans son orbite, la déflagration d’une bombe. Tout un programme. Toujours est-il que le ton est donné par la pochette et le nom de l’album.

Un album engagé donc ? Oui, mais cependant nullement sans saveur musicalement, car les 9 titres présentés ici sont de très bonne facture et l’on ne voit pas le temps passer. Tout d’abord parce que le rythme de l’album, même s’il connait des périodes moins effrénées (pour du Hard rock), reste toujours quasiment le même sans être redondant. Ainsi, de Mercy à The Burning Man, aucun temps mort ou ennui ne vient perturber l’auditeur. Et la voix de Blackie alliée aux mélodies fait que l’album est d’une richesse et saveur qu’on ne rechigne pas à savourer. Dans cet album, le meilleur de WASP toutes périodes confondues, est là. Certes, on n’aura pas des tubes à la I Wanna Be Somebody sur cet album, mais nous ne sommes pas loin d’un Wild Child qui remonte tout de même à 1985, soit 22 ans auparavant.

Mais la palme de cet album restera la chanson Heaven Hangs in Black. Slow magistral venant détrôner The Idol écris 15 ans auparavant. Un titre ou la qualité vocale, du moins sur studio, certains allant jusqu’à dire que Blackie chanterait en playback en concert, n’est plus à prouver. Le rythme et l’intensité allant crescendo, ce titre ne peut que vous faire frissonner à moins d’être complètement insensible. L’album arrive avec ce titre à son paroxysme. Les paroles, pouvant être prise à plusieurs degrés de compréhension, font tout autant frissonner d’émotions. En effet, on y parle de paradis aveugles et d’anges n’écoutant plus les humains et les laissant à leur souffrance. Cela peut laisser pantois et à du choquer plus d’un conservateur catholique outre atlantique !

Mais si l’album contient une ballade (qui sera reprise en titre de fin), l’album lui reste dans la ligne de conduite qui a été fixé. Pas de fioritures sans grandes importances. Le but ici, la mélodie directe, pas surfaite, la puissance de la voix et de nous donner un ‘putain de bon hard’ comme WASP sait en faire.

Alors oui, ce n’est pas celui qui va révolutionner le tout WASP, mais il reste cependant un album à avoir. Il est bon, direct et, d’une certaine manière, puissant. Que demander de plus ?

5 Commentaires

4 J'aime

Partager
ZazPanzer - 27 Mai 2011: Merci pour la chronique. J'en pense à peu près la même chose que toi, même si je n'irai pas jusqu'à comparer les titres de cet album à "Wild Child" ou au sublime "The Idol".
Un album bateau, mais qui reste malgré tout bien agréable à écouter, malgré le manque de renouvellement. Blackie fait ce qu'il sait faire et il le fait bien.
cotok - 27 Mai 2011: plaidoyer contre Bush qui se termine par "Deal with the devil" , ca veut tout dire !!
C'est vrai que c'est un tres bon album , et ta chronique m'a irresistiblement donné envie de faire une petite cure de jouvence, que de plaisir. !!! Ahhhh !!
VENOM59 - 28 Mai 2011: Je ne l'ai écouté que deux fois depuis que je le possède , ouais il est pas vilain , ça s'écoute biens , très biens même , dommage cependant qu'il n'y ai pas les paroles avec dans le livret pour ceux qui comme moi ne comprenne pas toujours l'Anglais directement à l'oreille , d'autant qu'apparemment c'est le point fort de cet album , enfin ça m'avait passablement déçu , je vais me l'écouter en lisant les paroles sur som.
coroner - 30 Mai 2011: Oui bon... Très bonne chronique, mais je n'irai pas jusqu'à dire que c'est leur meilleur album toutes périodes confondues. Même si les lignes de chant son symptiques, ça sent quand-même le réchauffé. Je trouve que depuis KFD, Blackie ne se foule plus trop. Heaven's hung machin chose n'est que la quarantième version de Hold on to my heart, alors bof. Je l'ai acheté, comme gros fan soucieux du niveau de vie de Blackie, mais c'est pas terrible.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ mattpriest

06 Mai 2007
On ne présente plus ce grand groupe qu'est WASP, depuis vingt ans que ce groupe sévit et on dirait que rien ne va arrêter l'ami Blackie Lawless !!!

En effet ce dernier opus "Dominator" a un nom assez explicite du fait des paroles critiquant violament le libéralisme et l'impérialisme des USA, mais aussi contre l'arrogance des grands contre les petits de ce monde !!!

Mais outre ces paroles et cette pochette, toujours très "violente" mais nous y sommes habitués maintenant, cet opus ravira autant ceux qui ne connaissent pas que les fans de la première heure. Et oui ce nouvel opus était prévu originellement fin 2006 mais sa date de sortie à été repoussée ce qui explique un changement de bassiste et de tracklist: avec la reprise "Burn" de Deep Purple !!!

Mais outre ces quelques évènements on retrouve un WASP en forme, même grande forme car c'est un peu comme un retour au Heavy direct, sans fioriture, superbement maitrisé, avec des mélodies envoutantes ... et environs 3 solis par musique, en moyenne, ce qui n'est pas rien !!! C'est sans doute le meilleur album depuis "Helldorado". On pourrait aussi bien le placer au même titre qu'un "Inside the Electric Circus ", même si les 2 précédents opus relatant l'histoire de Jesse Slane.

Outre des musiques agressives, avec un des riffs de pur heavy superbement maitrisés comme les chansons "Mercy" et "Take Me Up", le combo nous ferait presque, je dis bien presque, avoir un sentiment d' ... enchantement ou mélancolie avec la musique "Heaven's Hung In Black" qui dure 7 minutes et dont le piano en fait fait ressortir le chant puissant, et le solis mélodique à souhait !!!

En bref cet album est une belle merveille qui ravira les fans de heavy et du groupe comme ceux qui ne connaissent que les classiques.

1 Commentaire

8 J'aime

Partager
mrbungle - 18 Juin 2009: C'est un bon album, mais j'ai du mal à être captiver; il me fait penser à l'album Stil Not Black Enough sur bien des points (l'ambiance & certaines lignes de chants...).


Mais bon, difficile d'être vraiment objectif quand on a "bloqué" sur 2 albums :

- The Headless Children & The Crimson Idol.


    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire