WASP

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe WASP
Nom de l'album WASP
Type Album
Date de parution 1984
Produit par Blackie Lawless
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album499

Tracklist

Re-Issue in 2010 by Snapper Music with 5 bonustracks 2 disc
Re-Issue in 1997 by Snapper Music with 3 bonustracks
Disc 1
1. I Wanna Be Somebody 03:45
2. L.O.V.E. Machine 03:53
3. The Flame 03:43
4. B.A.D. 03:58
5. School Daze 03:36
6. Hellion 03:40
7. Sleeping (in the Fire) 03:57
8. On Your Knees 03:50
9. Tormentor 04:12
10. The Torture Never Stops 03:56
Total playing time 38:28
Bonustracks (Re-Issue 1997)
11. Animal (Fuck Like a Beast)
12. Show No Mercy
13. Paint It Black
Disc 2 (Re-Issue 2010)
1. Animal (Fuck Like a Beast) 03:09
2. Show No Mercy 03:49
3. Paint It Black 03:29
4. On Your Knees (live) 04:40
5. Hellion (live) 04:45
Total playing time 19:51

Chronique @ BEERGRINDER

23 Juillet 2009

Du Glam pour hommes

WASP voit le jour au début des 80’s sous l’impulsion de Blackie Lawless (Steve Duren pour les intimes) qui après avoir joué dans différents projets décide de monter son propre groupe. Pour se faire il s’adjoint les services de Chris Holmes avec qui le bonhomme partage quelques points communs, comme le fait d’avoir par exemple été tous les deux virés de l’école.
Et avec ses deux olibrius dans ses rangs, WASP va se montrer provocateur et subversif dès ses premières productions, avec en particulier le Single Animal F**k Like A Beast à la pochette évocatrice, on y voit en effet un membre du groupe avec une scie circulaire entre les jambes faisant office de vous savez quoi.

Cependant contrairement à ce que prétendaient certaines mauvaises langues du moment, WASP ce n’est pas qu’une mise en scène et des provocations pour attirer l’attention sur eux, le groupe va prouver avec ce premier Full Lenght qu’il n’est pas seulement un produit marketing mais bien un combo talentueux et inspiré, ainsi WASP (1985) connaîtra un succès assez impressionnant avec 500000 albums vendus et au vu de la qualité et l’énergie déployée ce n’est que justice.

Rien que le premier titre I Wanna Be Somebody est culte à mourir, Blackie y hurle avec une intensité rarement atteinte et sa voix caractéristique et venimeuse prend aux tripes dès les premières écoutes, culte comme cette pochette ou Chris Holmes (guitare), Randy Piper (guitare), Tony Richards (batterie) et bien sûr Blackie Lawless (chant / basse) posent d’une façon qui prêterait désormais à sourire mais qui faisait grincer des dents les biens-pensants à l’époque avec squelettes, torches et bien sûr la fameuse scie circulaire de Blackie (mais pas au même endroit cette fois…).

Le titre Animal F**k Like A Beast devait à l’origine figurer sur ce disque mais Capitol déjà affolé par les vagues déclenchées par le quatuor, fait pression et convainc le groupe de la retirer de la track-list.Peu importe il y a bien assez de morceaux énormes sur WASP, comment oublier Love Machine, les extraordinaires couplets a capella de Blackie Lawless et ce refrain entêtant s’incrustant dans vos esgourdes ? Impossible également d’oublier la magnifique balade Sleeping (In The Fire) montrant tout le savoir faire de Blackie Lawless qui sait faire jouer l’émotion et prouve qu’il n’est pas un hurleur quelconque. Et que dire du final The Torture Never Stops ? La paire Holmes / Piper distillent ici des rythmiques puissantes et des soli simples techniquement mais tellement jouissifs, et puis ce qui fait la grande force de ce disque en général : quel refrain une fois de plus!

Sur des chansons comme Hellion (au solo très Judas Priest) ou The Flame on sent nettement une influence Twisted Sister et pas seulement dans la puissance du chant et les chœurs, ils sont de la même école pas de doute. Dans tous les cas ce premier jet est une réussite totale qui amènera le groupe à se produire entre autres avec Judas Priest aux US. Au final ce premier disque est authentique, débridé et ne souffre d’aucun défaut, il combine parfaitement folie Glam avec puissance Heavy Metal. Un classique à ne surtout pas négliger.

BG

17 Commentaires

21 J'aime

Partager

ZazPanzer - 10 Octobre 2011: Mouais. Considérer Last Command et Electric Circus comme des grands disques, ça se discute. Même si je prends plaisir à les écouter, ils sont largement moins bons que ce premier opus, et en sont des copies plus ou moins conformes avec pas mal de fillers.
ZazPanzer - 10 Octobre 2011: Excellent ce site ! Je connaissais pas !
Ah Bruno Tequila Khaled ... mdr ! Effectivement pas emballé comme tu dis, ils étaient passés à côté du truc ! J'étais tombé il y a qq mois sur la chronique de Ride The Lightning et pareil, en gros c'était pas mal sans plus ! Faut dire que les "chroniques" de l'époque étaient un peu lègères !
samolice - 10 Octobre 2011: Oui super site. A faire connaître autour de nous (non je n'ai pas de part dans l'entreprise).

Pour "Ride the Lightning", je vais pas me la jouer plus ancien fan francais de Metllica parce que la première fois que j'ai entendu l'album ....j'ai détesté!

Pourquoi? Je n'en sais rien.

Toujours est-il que quelques mois plus tard, je me lancais à fond dans des groupes comme Legacy (futur Testament), Anthrax, Living Death, Voivod, Destruction, Exodus, Slayer, Megadeth ...

Il m'a fallu 6 mois pour comprendre le thrash métal.

Un peu mou du genou comme garçon non?
largod - 13 Octobre 2011: La grosse baffe donnée par WASP sur ce disque, des refrains tueurs, des riffs rentre-dedans et une bande de "géants" sur scène. Pour les avoir vu en 86 à Bercy pour le Circus Tour en première partie de Maiden, ces gars sont pas des nains (même sans leur high heels de l'époque). Un grand disque !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ HardRockLord

05 Mai 2009
Après leur démo de 5 titres, W.A.S.P. sort "WASP", le premier album du groupe, composé à l'époque de Steve Duran (généralement plus connu sous le nom de Blackie Lawless) qui occupe le poste de bassiste ; de Chris Holmes, fils d'une mère hell's angels, au lead guitar ; de Randy Riper à la rythmique et de Tony Richards à la batterie.

L'album commence par "Animal (F**k Like A beast)" (qui ne figure pas sur la version originale comme le précise tornado_of_trash) qui est un bon titre, pas autant que le suivant : "I Wanna Be Somebody" (qui est vraiment excellent de bout en bout et dont on ne se lasse pas, même après mille écoutes).
"L.O.V.E. Machine" et "The Flame" sont encore de très bon morceaux. Arrive "B.A.D." et "School Daze" que je situerai un niveau en-dessous, bien qu'ils soient quand même de bons car moins accrocheurs, moins entrainants - enfin bon.
Puis vient "Hellion" et "Sleeping in the Fire" qui, eux aussi, sont géniaux (la semi-ballade "Sleeping in the Fire" est plus que réussie).
Le morceau suivant par contre… un morceau que je n'aime pas ! Il est lassant, son refrain est nul et en plus il dure trois plombes.
"Tormentor" et "The Torture Never Stops" sont aussi de grands morceaux.
Quands aux bonustracks, ils sont sans-plus !

En fin de compte cet album est super. Plusieurs classiques du groupe s'y trouvent, c'est un des (voire le) meilleurs albums du groupe.
On ne s'en lasse pas même après de multiples écoutes ; donc c'est un album que tout amateur, fan, baisé de Heavy Metal se doit d'avoir !

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ wodulf

11 Décembre 2012

We Are a Sexual Pervers

En France, on a commencé à entendre parler de W.A.S.P. début 1984, à la sortie du single "Animal (F**k Like A Beast)". Ce groupe avait une réputation super sulfureuse. Il y avait déjà la signification de leur patronyme; on savait pas trop si W.A.S.P. voulait dire We Are A Sexual Pervers ou bien White race, Anti-Semite Puritan qui est un groupuscule d'extrême droite lié au Ku Kux Klan. Quand les journalistes leur posaient la question, soit le groupe ne répondait pas ou alors d'une façon bizarre laissant tout le monde dans le doute. Maintenant, on sait que tout ça n'était que du jeu et de la provocation et que c'est la première définition qui était exact, mais à l'époque cela avait fait couler de l'encre.
Ensuite, c'était leur attitude. Leurs concerts étaient super sanglant avec un Blackie Lawless qui balançait des morceaux de barbaque sur le public. Enfin avec des textes relativement violent pour l'époque et surtout très osés, W.A.S.P. faisait figure de groupe extrême.
En fait, leur attitude était bien plus extrême que leur musique. Je me rappelle que quand ce premier album est sorti, j'ai été déçu. Je m'attendais à quelque chose de bien plus violent. Il m'a fallu quelque temps avant de l'apprécier et de le prendre pour ce qu'il était : un disque de heavy metal.
Un disque qui n'a donc jamais fait partie de mes grosses claques mais que j'aimais bien. Je me le suis d'ailleurs racheté en CD avec les bonus. W.A.S.P. c'est vraiment du heavy metal à l'américaine avec des gros hymnes à hurler à tue-tête et des mélodies à faire chavirer les coeurs. Mais ce premier album possède, dans ses ambiances, un petit côté horrifique et pervers que n'auront pas les autres, ce qui fait tout son charme.
Sinon, musicalement, W.A.S.P. c'est du Kiss heavy metallisé. Ecoutez le morceau "The Flame", c'est du pur Kiss. C'est vrai aussi qu'il y a un côté Judas Priest dans les guitares, comme sur "B.A.D." ou "Hellion". Mais mon morceau préféré reste quand "The Torture Never Stops", le plus extrême dans ses ambiances : tout à fait le genre de titre bien heavy dont je raffolais.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire