Golgotha

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe WASP
Nom de l'album Golgotha
Type Album
Date de parution 02 Octobre 2015
Produit par Blackie Lawless
Enregistré à Fort Apache Studios
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album102

Tracklist

1. Scream 04:56
2. Last Runaway 05:20
3. Shotgun 06:08
4. Miss You 07:41
5. Fallen Under 04:57
6. Slaves of the New World Order 07:45
7. Eyes of My Maker 05:01
8. Hero of the World 04:32
9. Golgotha 07:37
Total playing time 53:57

Chronique @ dark_omens

15 Septembre 2015

Mais qui est donc Blackie Lawless aujourd'hui?

"The biggest challenge is subject matter because every time you make an album you have to ask yourself 'Who am I right now?'"

Blackie Lawless - 2015


Comme à son habitude, du moins depuis ces temps reculés où il décida de rendre sa créature plus sensée et d'abandonner quelques peu ses excentricités les plus provocatrices au profit d'une réflexion plus profonde, Blackie Lawless s'exprime avec une sagesse qui l'honore. En quelques mots sagaces, il dépeint la problématique de ce métier et s'interroge. Qui est-il aujourd'hui? La question demeure. Pour tenter d'y répondre penchons-nous sur ce Golgotha, quinzième album de la bête. Un opus qui sort en cette année 2015.

Scream, Last Runaway et Shotgun démarrent les hostilités nous proposant un Heavy Metal aux refrains, et aux riffs, parfois, aux confins d'un Hard Rock énergique. Ces morceaux décomplexés et décontractés parviennent, pour la plupart en tous les cas, assez facilement, à nous séduire. Mis à part, peut-être, le second, qui, malgré un joli break, est sans doute le moins intéressant de cette première salve, fort de ses passages un peu trop joyeux et guillerets.

Une entrée en matière plutôt agréable en somme. Elle nous fait songer aux premières heures de cette formation. Mais aussi à l'époque Helldorado. Si l'on voulait résumer imparfaitement et sommairement, on pourrait dire que ces pistes partagent quelques points communs avec les I Blind in Texas ou Wild Child avec, cependant, un vernis Hard Rock'n'Roll et, surtout, une facette très enjouée que les premiers pas de ce collectif n'avaient pas nécessairement.

La ballade Miss You ne peut, quant à elle, se délester des ombres planant sur elle. Comment, en effet, ne pas songer à The Crimson Idol en écoutant cette chanson. Cette parenté est d'ailleurs des plus compréhensible, et excusable, puisque ce morceau fut le premier composé lors de la session d'écriture de ce formidable concept album. In fine, Blackie Lawless décida de ne pas l'intégrer à ce monument.

Au-delà de cette piste, l'opus prend une autre teinte. Plus sombre. Plus concerné. Plus en phase avec ce Heavy Metal très travaillé, très structuré et très réfléchie que Blackie Lawless composa durant la période qui suivit The Headless Children. Citons un Fallen Under très réussi, un Slaves of the New World Order du même acabit, ou encore, par exemple, un Eyes of my Maker très tourmenté agrémenté de quelques cris suraigus superbes.

Golgotha, au thème biblique évoquant l'endroit où le Christ fut crucifié, clôt magnifiquement l'album et lui donne une coloration mystique qui lui sied parfaitement.

Pour terminer ce tour d'horizon du nouveau méfait de ces américains, parlons encore des soli de guitares souvent très réussis qui viennent émailler ce disque et de ces claviers qui, parfois, subrepticement viennent donner un vernis délectable à ce manifeste (par exemple sur Slaves of the New Order ou Eyes of my Maker où ils instillent une ambiance seventies discrète mais appréciable).

Bien évidemment, WASP n'a ici plus aucune cartouche susceptible de surprendre le vétéran qui suit depuis plusieurs décennies déjà ses frasques, les différents visages de son art ou son vocaliste à la voix si particulièrement caractéristique et éraillée. Et la disparition d'une irrévérence totalement absente et remplacée par une maturité de circonstance au vu des années qui passent ne pourra pas non plus provoquer chez cet acariâtre patenté quelques raisons de s'enthousiasmer plus que de raison. Entendre Blackie Lawless, en une supplique incantatoire, implorer Jesus en un superbe Golgotha lancinant, pourrait même faire ciller ce râleur intempestif. Qu'importe. Golgotha est un bon disque qui aurait peut-être gagné à être un peu plus homogène et à choisir une seule voie plutôt que plusieurs pas nécessairement complémentaires.

Alors, au final, qui est Blackie Lawless aujourd'hui?

Assurément un être aux facettes multiples, à la sensibilité exacerbée et aux talents indéniables. Un être qui, de surcroît, aura traversé le temps nous offrant une œuvre sincère et authentique dans laquelle, bien évidemment, certaines pierres seront moins cruciales que d'autres. Avec ce Golgotha, il nous en offre une nouvelle s'intégrant parfaitement à un édifice de plus en plus respectable.

27 Commentaires

21 J'aime

Partager

NOOKY78 - 09 Octobre 2015: rien a redire sur WASP blackie fait du WASP depuis 30 ans et suit son petit bonhomme de chemin sans se preocupper des journalistes chroniqueur il vend tres bien sa musique et son compte en banque est surement plus garni que tous reuni respect a WASP sachant que je possede tout bon ou moins bon il vend la preuve !!!
 
Valenco - 27 Octobre 2015: J’avais lâché Wasp depuis The Headless Children. Quelle claque de retrouver un Blackie assagi, mature mais avec toujours un feu intérieur qui transpire de cet album... et ce sens de la composition et de la dramaturgie (comme dit David) ! On sent que c’est un album composé par un type qui a un vrai vécu. Contrairement à Dark-O, les premiers morceaux ne me gênent pas. Je trouve plutôt qu'il s'agit d’une bonne entrée en matière. En tout cas, merci pour ton excellente chronique qui a attiré mon attention sur l'actualité de Wasp.
eclectic - 25 Juin 2016: J'ai été jusqu'à 16. J'ai rarement entendu Wasp aussi inspiré, voire même particulièrement concerné par ce concept "Golgotha". On peut noter d'excellents soli comme tu le soulignes, mais également de grandes parties de batteries ainsi qu'un chant très affirmé, écorché même sur certaines parties. "Slave to The World Order" est une réussite tout comme le final "Golgotha" qui détermine l'identité de cet album décidemment grand. Merci pour ce texte darko, vraiment.
dark_omens - 25 Juin 2016: Avec le recul, je pense que ce qui me gêne le plus dans cet opus c'est que j'ai parfois eu du mal à y trouver une ligne directrice. Ce côté un peu trop épars m'a gêné en fait.

Mais je reconnais volontiers que ça tient plus à mon caractère qu'au talent de Blackie...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire