Playground of the Damned

Liste des groupes Heavy Metal Manilla Road Playground of the Damned
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Manilla Road
Nom de l'album Playground of the Damned
Type Album
Date de parution 15 Juillet 2011
Enregistré à Midgard Sound Labs
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album25

Tracklist

1. Jackhammer 05:27
2. Into the Maelstrom 04:47
3. Playground of the Damned 04:27
4. Grindhouse 07:51
5. Abattoir de la Mort 07:15
6. Fire of Ashurbanipal 04:41
7. Brethren of the Hammer 05:03
8. Art of War 07:16
Total playing time 46:47

Chronique @ Hibernatus

07 Avril 2019

le faux-pas

Dans mes plus intenses moments d'idolâtrie roadienne, je suis allé jusqu'à penser que « Playground of the Damned » était un assez bon album. En routine, avec le temps, force est de constater que lorsqu'il me prend l'envie d'écouter un Manilla Road, celui-là passe toujours à la trappe. On n'aurait pu imaginer plus piètre successeur au magnifique « Voyager » qui clôturait en beauté l'art sheltonien de la décennie 2000.

Le jugement du taste-vin est sans appel. Célèbre pour la puissance de son arôme, pour son remarquable tanin, pour l'incomparable richesse et la subtilité des sensations qui émoustillent les papilles et ravissent le palais, Château-Wichita nous livre ici un détestable cru 2011. Sévère, le jugement n'est que relatif : du meilleur on n'attend que l'excellence, et l'on n'ira pas jusqu'à dire que cette décevante cuvée n'est que de la piquette.

Prenez Art of War, dernier titre de l'album. Sobre ballade entretenant une tension permanente entre tragique et sérénité, où la diction précise et envoûtante de Shelton émerveille : ajoutons que sa guitare fait de fort jolies choses, bien en congruence avec l'atmosphère, ce qui en fait finalement le sommet de l'album. Autre power ballad, un peu plus énervée et scandée, Fire of Asshurbanipal est à retenir, mais n'induit pas le même degré de conviction.

Eh quoi, me direz-vous, n'y a-t-il que des ballades à tirer leur épingle du jeu ? On parle bien de Manilla Road ?

P'têt'ben qu'oui, p'têt'ben qu'non.

Côté non, il y a clairement un problème de rythme dans cet album. On est globalement dans un mid tempo un peu trop tranquille. Il y a des accélérations, mais qui peinent à emporter l'auditeur ; les breaks sont trop nombreux et trop longs pour emplir leur office dramatique, les intros pas forcément bien calibrées. Un faux rythme s'installe. Les morceaux sont souvent trop longs pour retenir l'attention, un comble pour ce groupe. Et surtout, il manque un ou deux putain de vieux titre Heavy à l'ancienne qui, façon andouillette 5A , vous retournent les tripes à la vitesse du son.

Côté oui, on passe quand même quelques demi-bons moments. Le titre le plus ambitieux de l'album s'exprime en français sous la forme d'un improbable pléonasme (assumé), Abattoir de la Mort, et qui décrit le travail de forçat réalisé dans le studio d'enregistrement. La composition est léchée, c'est tour à tour hargneux et rêveur, une dichotomie qui ferait mouche si le titre, joliment emmené par la voix du Shark, ne dissipait son énergie sur la longueur : oui, même les impeccables développements guitaristiques de Mark finissent par lasser.

Les promesses de l'excellente intro de Grindhouse, tendue et grinçante (avec des accents déjà entendus dans « Atlantis Rising »), sont déçues par un riff un peu trop bateau pour être pleinement convaincant. Le rythme bien agressif et la voix à demi grondée de Shelton parviennent avec bonheur à rehausser l'intensité ; malheureusement, l'élan acquis s’essouffle encore sur le lead final, splendide à ses débuts mais inutilement prolongé.

En intensifiant son tempo, Brethren of the Hammer aurait pu devenir un hymne. Mais pour un « Hammer », on l'imagine mal tenir son rang dans l'imparable enchaînement Masque of the Red Death/Death by the Hammer/Hammer of the Witches typique des concerts de Manilla Road. Sans grande originalité, il envoie un peu de lourd, et le croassement inspiré de Shelton insuffle de la folie ; mais l'esprit du morceau cède le chant à Bryan Patrick dans le déroulé des couplets. Hélas, les deux organes sont trop proches pour nous faire le coup père/fils du duo Orson Welles/Eric Adams, mais trop différenciés pour garder l'impetus acquis par la voix de Shelton. Dommage, le titre partait bien, mais s'avère décevant.

Abordons franchement les sujets qui fâchent. Les trois premiers titres de l'album sont inexistants. Jackhammer est une parodie de Manilla Road et l'éponyme ne retient pas la moindre attention. Into the Maelström garde un peu plus de personnalité, mais force est de constater que ce n'est parce qu'on bâtit une chanson sur une nouvelle d'Edgar Poe que l'on forge des chef-d'œuvre à la « Mystification ». La faute à Bryan Patrick, qui chante seul sur ces trois titres ? Même si sa voix va nettement s’affermir par la suite, ce serait trouver un bouc émissaire trop facile. Manilla Road est un groupe et la faillite est collective.

Un groupe, vraiment ? La formation a du plomb dans l'aile en cette année 2011. Certes, elle s'enrichit du retour du vieil ami Bryan Patrick, désormais indispensable aux prestations scéniques de Manilla Road. On a vu cependant que son apport n'était pas très positif : sa voix est excellente mais paraît plate à côté des riches inflexions de celle de Shelton. Côté batteur, Cory Christner se désengage de plus en plus du groupe et manque d'implication. Par ailleurs, il impose des exigences très précises dans l'enregistrement de ses parties : cela donnera un son de batterie désespérément sec, dépourvu de relief et de réverbération. Vraiment dommage, car il joue bien, le bougre.

Quant au bassiste Vince Goleman, il développe un handicap persistant et croissant au niveau de sa main gauche, qui le conduira finalement à quitter le groupe. Il n'enregistre que sur Art of War et, en partie, Brethren of the Hammer. Pour le remplacer au pied levé, Mark a recours à son vieux copain d'école, le mystérieux E.C. Hellwell... Ah baste, arrêtons cette comédie, Bryan Patrick a mangé le morceau après le décès du Maître : Hellwell n'est autre que le nom de plume adopté par Shelton. C'est ainsi Mark qui se farcit l'essentiel des parties de basse. Cela donne d'excellents développements, sur Abattoir de la Mort par exemple, mais on peut parfois se demander s'il n'en joue pas comme d'une seconde guitare. À mon sens, la présence d'un vrai bassiste aurait donné plus de tonus à cet album un peu trop plat.

Le bilan est donc très mitigé. Les difficultés au sein du groupe rendent compte du temps passé depuis la sortie de « Voyager », trois bonnes années, et d'un résultat décevant. L'inspiration de Shelton est-elle vacillante ? On a peine à le croire, tant elle va s'épanouir l'année suivante dans son projet parallèle Hellwell : du reste, on peut se demander si la constitution même du projet ne témoignait pas d'une certaine fatigue avec son groupe vieux de plus de 30 ans.

Quoi qu'il en soit, « Playground of the Damned » est le faux-pas de Manilla Road. Dans toute œuvre, fût-elle celle d'un génie, dans tout brillant et long parcours, dans toute discographie d'exception, il en faut au moins un. Depuis la mort de Mark, on sait désormais qu'il n'y en aura pas d'autre ; j'aurais infiniment préféré prendre le risque d'une nouvelle déception en découvrant de nouveaux développements issus de la fertile inspiration du Shark.

2 Commentaires

7 J'aime

Partager
swit35 - 07 Avril 2019:

Qui d'autre pouvait pondre une telle chronique et permettre aux aveuglés de lumièfre de Manilla Road et aux atrophiés du conduit auditif de comprendre les faiblesses de ce disque. Bravo pour ton texte.

Y_RPLEUT - 13 Avril 2019:

Complétement d'accord avec toi, l'album le plus faible de la seconde partie de carrière de MR. Même en dessous du dernier qui était franchement décevant également.

 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire