In the Minds of Evil

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Deicide
Nom de l'album In the Minds of Evil
Type Album
Date de parution 25 Novembre 2013
Labels Century Media
Produit par Jason Suecof
Enregistré à Audio Hammer Studios
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album206

Tracklist

1. In the Minds of Evil 03:53
2. Thou Begone 03:44
3. Godkill 03:11
4. Beyond Salvation 02:57
5. Misery of One 03:21
6. Between the Flesh and the Void 03:54
7. Even the Gods Can Bleed 02:58
8. Trample the Cross 03:00
9. Fallen to Silence 03:09
10. Kill the Light of Christ 03:30
11. End the Wrath of God 03:13
Total playing time 36:50

Chronique @ LeMoustre

30 Novembre 2013

Du 100% Deicide inspiré et direct. Miam !

Deicide a su regagner une certaine aura depuis 2006 et l'album "The Stench of Redemption", enfonçant le clou avec le sombre "Till Death Do Us Part", et avec un "To Hell with God" particulièrement réussi. Produit par un Jason Suecof peu habitué à ce style (Death Angel, Trivium, All That Remains) dans le même studio que son prédécesseur, le son de l'album est, étonnamment, particulièrement adapté au deathmetal massif de nos Floridiens, chaque instrument ayant sa propre place dans le mix, et ne gênant en rien l'identité établie du groupe. La pochette, de l'Australien Simon Cowell, intitulée "The Power Of The Mind", est particulièrement attirante, ce qui constitue une constante chez Deicide depuis quelque temps.

La question du départ mouvementé de Ralph Santolla, dont les interventions en solo ont amené un plus aux compositions depuis le renouveau qualitatif du groupe, pouvait faire craindre une baisse d'inspiration. A l'inverse, Deicide en profite pour axer ses compositions sur la partie rythmique, mise en avant sur ce nouvel album (mais quel batteur/compositeur, ce Steve Asheim !), à l'image du percutant "Thou Begone", et ses accélérations meurtrières.

Plusieurs éléments sauteront aux oreilles de l'auditeur habitué aux sorties récentes du groupe. Sans contestation, la voix de Glen, toujours aussi profonde, mais plus distincte que sur un "Till Death Do Us Part", par exemple, marque les esprits dans le bon sens.
Egalement, le choix de morceaux courts, entre 3 et 4 minutes, essentiellement directs et sans superflu, tranchera avec des morceaux passés parfois à rallonge, indiquant clairement l'envie du groupe d'en découdre sur scène avec ce type de formule.
L'intégration, apparemment facile, de Kevin Quirion (Order Of Ennead), et ses interventions sur les fameux "Beyond Salvation" et "Trample The Cross", par exemple, amènent de la cohérence aux morceaux et une mélodie directe, mais néanmoins bien présente. Ainsi, les soli travaillés et toujours bien calés dans les morceaux (le début du terrible "Between The Flesh And The Void", au choix) aèrent un bloc compact de titres rapides et classiques dans leur structure, typiques du groupe.
Quelques plans renvoient également aux sources du groupe ("Legion" en tête), avec des riffs dynamiques et entêtants, renforçant la brutalité avérée des compositions.

Par ailleurs, le fan du groupe saura reconnaître des paroles blasphématoires à souhait, dans le plus pur style Deicide (au hasard : "destroy the will of a god who awaits your death" - "Godkill"). Seules les fins d'un ou deux morceaux en fade-out peuvent rebuter un peu, mais c'est pour chipoter, tant les riffs entêtants et dynamiques donnent de la puissance à cette nouvelle livraison de qualité de ces vétérans du deathmetal américain.

Résolument oldschool sur le fond, et avec une production adaptée à la puissance de feu du groupe, Deicide nous lâche un album inspiré, entraînant ("Kill The Light Of Christ" catchy à souhait), compact et parsemé d'interventions judicieuses de musiciens ayant trouvé une formule efficace, qui trouvera sans problème son apogée sur scène. Si seulement Morbid Angel pouvait s'en inspirer... Du tout bon !


14 Commentaires

16 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

harknoia - 10 Décembre 2013: J'ai eu un peu de mal à me lancer pour écouter l'album du à la peur du manque d'inspiration ou rapprochement de Vital Remains qui avait fait perdre son identité au groupe. Et finalement, je suis d'accord avec beaucoup, on retrouve la un deicide tel qu'on l'aime avec de bonne grosse rythmique, et pas trop de fioriture inutiles, juste ce qu'il faut. Bravo pour la chro qui retranscrit bien cet album !
 
El_Totor - 19 Mars 2014: Je ne suis qu'à 4 écoutes donc mon avis changera probablement par la suite, mais pour l'instant je me range plutôt au côté des déçus. Je tape du pied sur les deux premiers morceaux, mais après je me retrouve embarqué dans une monotonie, dans une ennuyeuse constance... Je trouve contrairement à beaucoup que ça manque de rage ou de rage sincère. Les riffs, pris indépendamment sont souvent sympas et il est vrai un peu thrashy, mais restent noyés dans une masse homogène, sombre, mais trop plate, sans dents de scie... Meme si ça n'a jamais été trop dans l'ecole deicide de varier les tempos ou d'avoir des acalmies dans un album, si on écoute Nightmares made Flesh de Bloodbath, on constate une différence totale entre Brave New Hell, Eaten ou Bastard son of god. Pour moi c'est clairement ce qu'il manque à cette album ! Une prod dissociant un peu mieux les instruments (ou les rendants plus tranchants) et pourquoi pas quelques morceaux plus lent ou plus de breaks plus variés ou des ptites intro ou conclusions de ci de là et ça aurait été top !
 
El_Totor - 19 Mars 2014: L'album n'est pas mauvais, attention, il apporte son lot de nouveauté et a sa raison d'être ! Mais ca ne fait pas tout
17blunt - 28 Juin 2014: Haaa ! Le côté Evil et le vrai esprit de Deicide repointe le bout de son nez c'est pas trop tôt je commençais à perdre espoir !!! Et puis merci a Ralph de ne plus être là car il est bon mais n'était vraiment pas à sa place comme quoi la technique ne fait pas tout. Bon vent !!!!! mais respect quand même !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire