Inside the Electric Circus

Liste des groupes Heavy Metal WASP Inside the Electric Circus
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe WASP
Nom de l'album Inside the Electric Circus
Type Album
Date de parution 1986
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album359

Tracklist

Re-Issue in 1997 by Snapper Music with 2 bonustracks
1. The Big Welcome 01:22
2. Inside the Electric Circus 03:33
3. I Don't Need No Doctor 03:26
4. 9-5 N.A.S.T.Y. 04:48
5. Restless Gypsy 04:59
6. Shoot from the Hip 04:38
7. I'm Alive 04:22
8. Easy Living (Uriah Heep Cover) 03:12
9. Sweet Cheetah 05:16
10. Mantronic 04:10
11. King of Sodom and Gomorrah 03:50
12. The Rock Rolls on 03:52
Bonustracks (Re-Issue 1997)
13. Flesh and Fire
14. Douche Bag Blues
Total playing time 50:28

Chronique @ AlonewithL

16 Juillet 2010

Un divertissement saignant risque d'être offert à nos chers spectateurs

"Electric Circus" est en tournée dans votre région. Venez nombreux découvrir les plus fabuleux numéros de jongleurs, de clowns, d'acrobates, ...et de fauves. De somptueuses et terrifiantes bêtes féroces prélevées de leur jungle natale. Parmi eux, notre tête d'affiche, un superbe spécimen de félin, le roi des animaux en personne, répondant au joli nom de Blackie. La dangereuse meute de « WASP », faute d'avoir été mis en cage par la PMRC, se retrouvent cette fois-ci enfermés, à faire le show dans un cirque. Mais gare, ce genre d'animaux sauvages ne s'est jamais montré particulièrement docile. Un divertissement saignant risque d'être offert à nos chers spectateurs. Alors que le spectacle commence.

Après un chaleureux accueil des visiteurs de la part du monsieur Loyal, on enchaîne directement avec le titre de l'album "Inside the Electric Circus". Un titre aux sonorités électriques. On remarque au fond de la cage, la basse qui fait des allées et venues. Elle sera ensuite à plusieurs reprises, happée par les guitares. Blackie pousse de longs et terribles rugissements dont il a le secret. Il est à noter que celui-ci a troqué sa basse pour une guitare. C'est sans doute de là que provient ce regain de virilité. L'ambiance dégagée par cet album est brûlante. La sueur s'écoule à cause du souffle chaud de ces bêtes.

Le chant de Blackie tient le haut du pavé sur l'intégralité des pistes. Il affirme avec force sa domination. Il sera néanmoins supplanté par les choeurs sur le refrain de "I Don't Need No Doctor", reprise renversante de Ray Charles. Sur les premiers titres, les guitares jouent des riffs appuyés et acérés, imprégnant leurs crocs sur des carcasses saignantes et tièdes. Elles seront par la suite repues, mais toujours capables de montrer griffes et dents. Au contraire de ces derniers le chant ne sera jamais vraiment rassasié, comme le démontre "9.5.-N.A.S.T.Y." ou encore "Mantronic". Il se calme de sa pitance à chaque couplet, mais en réclame aussitôt d'autres avec vigueur, lors du refrain. Comme celà tarde à venir la bête montre des signes plus violents d'impatience au fur et à mesure que l'on se rapproche de la fin de piste.

La nervosité semble s'être retombée sur "Restless Gypsy". Des notes jetées par poignée, une batterie pleine d'entrain, font place à un chant protecteur plein de majesté et d’inspiration, s’offrant le privilège souverain de dépasser d’une tête les instruments dans une cadence mesurée. « WASP » a l’art de confectionner des refrains très engageants, et révèlent leur nature primaire sur des titres excitants comme "Shoot from the Hip", "Sweet Cheetah" au chant syncopé et de plus en plus dynamique, ou encore l’imposant "King of Sodom and Gomorrah", figurant quelques évolutions planantes de guitare avant le refrain pour donner un peu de fantaisie sur une structure solide qui parait insurmontable. Cela se montrera, en revanche, plus décevant sur "I'm Alive" qui prend des airs de réchauffé. Malgré le rythme cavaleur des guitares qui font monter la pression, le chant manquera, adoptant une mauvaise cadence, avec une vitesse en dessous sur le refrain. La bête commence à somnoler, et ferme un œil, mais elle va heureusement se redresser pour rugir à nouveau.

« WASP » réalise une superbe reprise du titre phare du groupe anglais « Uriah Heep », à savoir "Easy Living". On y reconnait d’ailleurs les tonalités très 70s des orgues et des intonations de voix suaves. Une touche plus 80s a été incorporée, apportant rapidité et impact dans les guitares.

L’album remasterisé comprend deux titres bonus : "Flesh and Fire", un titre hard au refrain dense, où les instruments agissent par pulsions ; "Douche Bag Blues", un blues acoustique, reflétant tout le charme du bayou. "Inside the Electric Circus" aura été un spectacle chatouillant pour le plaisir des plus grands. On y saisit à nouveau le substrat de bestialité du premier opus. « WASP » aura été durant sa carrière un fauve au milieu des clowns (en référence aux groupes des années 80 qui ont trahis le heavy metal pour des sons plus vendeurs). Paix à leur âme.

17/20

15 Commentaires

14 J'aime

Partager

AlonewithL - 07 Octobre 2010: Je m'allonges la nuit les yeux ouverts une AK 47 à la main. Je ne dors pas car j'ai trop de morts sur la conscience.

Merci pour tes commentaires Rambo.
themetalrock - 20 Août 2012: moi j'ai adoré cet album!!
largod - 07 Novembre 2012: idem qu'Alone, j'ai une affection particulière pour cet album et sa notation me va bien.
une mention à la basse, tenue à l'époque par l'ex King Kobra Johnny Rod, que j'avais vu avec les boys en 86 à Bercy après Vulcain et avant Maiden.
souvenir souvenir
merci Alone pour ce texte
Elvangar - 05 Fevrier 2013: C'est avec cet album que j'ai découvert le groupe, donc, je lui garderai sans doute une indéfectible affection même si le Crimson Idol
m'a, par la suite, bluffé. Merci pour ta chro Seb.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire