Coma of Souls

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Kreator
Nom de l'album Coma of Souls
Type Album
Date de parution 06 Novembre 1990
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album539

Tracklist

1.
 When the Sun Burns Red
 05:31
2.
 Coma of Souls
 04:19
3.
 People of the Lie
 03:16
4.
 World Beyond
 02:03
5.
 Terror Zone
 05:57
6.
 Agents of Brutality
 05:17
7.
 Material World Paranoia
 05:01
8.
 Twisted Urges
 02:47
9.
 Hidden Dictator
 04:50
10.
 Mental Slavery
 05:44

Durée totale : 44:45


Chronique @ Fabien

18 Octobre 2010
Tel un baroud d’honneur, la rentrée de 1990 reste certainement la plus chargée de toute l’histoire du thrashmetal, comptant notamment les efforts de Slayer, Anthrax, Megadeth, Testament, Sodom, Sacred Reich ou Annihilator, sans compter les ogives de Suicidal Tendencies, Exodus ou Destruction parues durant l’été. Kreator est aussi de la partie avec son cinquième album Coma of Souls, muni d’une superbe illustration d’Andreas Marshall renouant avec la mascotte du groupe allemand, après l’épisode de la pochette d’Extreme Aggression qui n’avait guère remportée de suffrage auprès de la presse et du public.

Satisfait de la production de son précédent effort avec Randy Burns aux Etats-Unis, Kreator renouvelle son expérience avec l’ingénieur du son, à qui l’on doit notamment quelques enregistrements mémorables pour Megadeth, Death, Dark Angel, Possessed ou Nuclear Assault. Il ne faut donc guère s’attendre à une révolution quant au style pratiqué par le quatuor allemand, tant il reprend les codes de Terrible Certainty et d’Extreme Aggression, un soupçon mélodique en plus. Le changement le plus notable réside dans le remplacement de Jorg Tritze par Franck Blackfire, tranfuge de Sodom, lui-même remplacé par Michael Hoffmann d’Assassin (jeu des chaises musicales, quand tu nous tiens). A ce titre, Mille Petrozza écrit à l’époque : "Si Jorg était un bon acolyte, Franck est avant tout un ami".

Coma of Souls ne surprend pas dès l’écoute de ses premiers morceaux, le bon When the Sun Burns Red et son titre éponyme. On retrouve cette agressivité thrashmetal si typique du quatuor dans le riffing, supportée par le jeu de batterie clair et précis de Ventor, et marquée par les vocaux rageurs de Mille. Kreator a en revanche gagné en lisibilité et harmonie avec l’intégration de son nouveau guitariste, tant l’entente entre Mille et Franck semble parfaite, notamment lors de leurs échanges de soli.

Si Coma of Souls reste ainsi assez prévisible, reprennant scolairement les ingrédients de ses ainés en y injectant toutefois plus de mélodie et calmant sensiblement le tempo, il marque plus particulièrement des points lors de deux morceaux, les indispensables People of the Lie et Agent of Brutality. Entre le riffing & les accélérations meurtrières du premier, et l’équilibre & les soli divins du second, Kreator signe ni plus ni moins deux classiques dans sa discographie.

Album de qualité, d’une solidité à toute épreuve, Coma of Souls est une bonne synthèse de la première partie de carrière de Kreator, dominée par un thrashmetal d’une agressivité sans grand équivalent. Il s’inscrit ainsi comme un testament de cette première ère et contient parallèlement quelques signes d'évolution, montrant un groupe dont la pérennité doit visiblement passer par son renouvellement. Ce changement peut-être nécessaire sera particulièrement notable dès son futur album, au grand dam d’une partie de son public de l’époque.

Fabien.

14 Commentaires

19 J'aime

Partager

LeMoustre - 18 Mars 2018:

Moyennement d'accord sur ta dernière phrase sur la partie éditoriale. Le fond était plus foncièrement "true", c'est les traductions et la mise en forme qui était naze. Personnellement, j'envie encore les pays étrangers qui bénéficient des Deaf Forever, Legacy ou autres Terrorizer. Celà fait bien longtemps que je n'ai pas acheté un mensuel, au vu des lignes éditoriales "bobo-mou du genou" Françaises.

Sinon, oui pour ce Kreator, à la production US trop léchée. Malgré ça, un vrai bon disque, bourré de chouettes compositions. 

jack_owen - 18 Mars 2018:

Oui, c'est exactement pour ça que j'ai dit que je ne voulais pas incrimner les lignes éditoriales allemandes....

MCGRE - 18 Mars 2018:

Ouai tout à fait Hard Rock mag, Hard Force mag et Métal Hammer et le moins bon des 3 c'était HF mag pour moi mais j'acheter quand même hé hé , maintenant tout comme Jérôme autant avant j'achetais chaque mois les Mag Rock Hard , Hard Rock mag et Metallian, mais la depuis novembre j'ai un peu lâché l'affaire, bref sinon pour ce Coma of Soul moi je le vénère et je lui colle un bon 16 facile.

mechant - 26 Octobre 2019:

Pour moi Kreator ce fut d'abord 1 logo et 1 mascotte! J'étais au college quand Coma ... sortait et avant meme d'écouter le groupe, ce fut le tshirt avec la pochette d'un gars du lycee voisin qui m'impressionnat...

Je n'ai achete l' album qu' apres 2002...mais sa decouverte me fut des plus agreable car ce dernier est parfaitement equilibré melodie/agression/chant...tout y est pour que Coma...fasse de Kreator l'1 des géants du Thrash.

Essentiel!

Je porte le tshirt reprenant la jaquette de l album pour le plus desarroie de madame

 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ urguth

27 Septembre 2007
La fin des Années 80 et le début des années 90 annonçaient l'expansion du Death Metal sous toutes ses formes. Mais le Thrash Metal déjà bien présent depuis quelques temps n'a pas cédé sa place pour autant. Noise Records, spécialiste des sorties du style à l'époque nous présente le nouveau bijou de Kreator. Alors qu'Agressor marque la France avec "Neverending Destiny", Kreator nous sort en cette année de 1990, un album qui mélange leur agressivité en s'orientant maintenant vers des parties plus mélodiques.
La voix de Mille se fait plus limpide, les morceaux sont toujours très agressifs et cinglants, mais les refrains se retiennent très bien. On commence par une introduction qui annonce la majesté de cet album. La marque Kreator se ressent malgré tout, le style de Thrash allemand est à son paroxysme. Après avoir passé deux morceaux, l'album prend toute sa dimension avec le morceau "People of the Lie", les couplets, les chorus, les soli, tout n'est que nectar. Une évolution a eu lieu avec "Coma of Souls", Kreator s'affirme comme un monstre du Thrash, et ouvre sa musique au monde. Les titres s'enchaînent, "World Beyond", "Terror Zone", la plus lente mais non moins puissante "Agents of Brutality". Si la rapidité est toujours de mise, Kreator a su avec cet album apporter de la mélodie et des harmonies qui ont su faire progresser leur musique. Cet album est un chef d'œuvre, même au niveau de la pochette, il annonce un retour vers leur mascotte qui avait été perdue de vue avec "Extreme Agression". De toute la discographie de Kreator, "Coma of Souls" est celui qui me reste le plus à l'esprit et qu'il ne faut pas oublier dans sa cdthèque.

5 Commentaires

5 J'aime

Partager

Fabien - 27 Septembre 2007: Parallèlement, je me souviens particulièrement de cette rentrée 1990, avec les sorties des incontournables Neverending Destiny, Rust In Peace, Cause Of Death, Seasons In The Abyss, Harmony Corruption : dur pour mon petit porte monnaie de lycéen de l’époque !

Enfin, bienvenu dans le monde des chroniqueurs, Urguth !

Fabien.
sargeist - 28 Septembre 2007: Ah un de mes premiers coup de coeur Thrash Métallique. Cela devait être vers 1991/1992, j'écoutait ca en boucle sur une cassette copiée, sur mon petit baladeur pourri comme on avait à l'époque, avec ces gros casques bien moches lol.
MCGRE - 20 Août 2009: moi cet album je l'adore c'est le premier album de KREATOR que je me suis procuré,a nostalgie quand tu nous tiens
choahardoc - 27 Fevrier 2010: Ouf je suis pas le seul ex-lycéen qui se souvient de ces années de dèche. Je l'ai trouvé d'occase au bout d'un an long comme l'éternité! Une pièce redoutable!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire