Renewal

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Kreator
Nom de l'album Renewal
Type Album
Date de parution 26 Octobre 1992
Produit par Tom Morris
Enregistré à Morrisound Studios
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album277

Tracklist

1. Winter Martyrium 05:43
2. Renewal 04:36
3. Reflection 06:15
4. Brainseed 03:17
5. Karmic Wheel 06:06
6. Realitätskontrolle 01:22
7. Zero to None 03:12
8. Europe After the Rain 03:19
9. Depression Unrest 05:05
Total playing time 38:55

Commentaire @ ElCafardo

04 Décembre 2008
Après les réussites de ses quatre premiers albums et le succès - toutes proportions gardées - de "Coma of Souls", Kreator était clairement attendu au tournant pour sa sixième réalisation.

Alors que l'on présageait un nouveau brûlot thrash à la brutalité typique du groupe allemand, la bande à Mille prends ses auditeurs par surprise en proposant un "Renewal" certes thrash, mais plus porté sur les mid-tempos et teinté d'emprunts au métal industriel. Ajoutez à cela la voix nettement plus torturée qu'à l'accoutumée de Petrozza et une production faisant ressortir l'aspect glauque des compositions, vous avez là les raisons de l'échec commercial de "Renewal".

Et pourtant, une fois passé l'effet de surprise et après quelques écoutes attentives, il en ressort que cet album est tout de même loin d'être aussi mauvais que la réputation qui le précède. Le problème majeur de "Renewal" est le manque de stabilité dans la qualité des compositions. A ce titre, le morceau "Reflections" résume à lui seul le manque de maîtrise à ce niveau : après une première partie tout simplement énorme portée par un riff aérien et une ambiance apocalyptique survient un break quasi doom totalement inopportun, qui plombe complètement le morceau. L'album, à son échelle, est identique à "Reflections" : l'excellent côtoie le moyen, le mauvais, voir le lamentable ("Winter Martyrium"... Quelle erreur d'avoir ouvert l'album sur ce morceau).

Au final, "Renewal" est un album (trop ?) ambitieux qui pêche par le manque de maîtrise de ses nouveaux apports musicaux. Mais ne le boudez pas, vous passeriez à côté du violent et malsain "Brainseed" et du splendide "Depression Unrest".

7 Commentaires

8 J'aime

Partager

coroner - 12 Septembre 2011: Je me rappelle qu'à l'époque l'album avait été descendu par la critique, notament Hard Rock Mag, qui avait évoqué "un son de caisse claire à la mords-moi-le-noeud", c'est dire... J'étais jeune et influençable, voilà. Ben aujourd'hui, c'est l'album que je préfère écouter (après les vieux classiques, bien sûr). Il est tellement original, prenant et méchant, cet album. Kreator avait finalement vachement bien amorcé son virage artisique. Dommage que les fans n'aient pas suivi...
Eaque - 13 Mai 2012: Je ne suis absolument pas d'accord avec cette chronique ! Rien n'est réellement mauvais sur cet opus, car les riffs les plus "simplistes" ont tout autant leurs importance ne serait ce que soit pour l'ambiance que pour servir de tremplin à une bonne combinaison. Ceux qui ont craché sur cet album n'ont pas pas pris le soin de l'écouter pour ce qu'il est, et sa singularité le rend indispensable dans leur disco, tout comme le plus radical Cause For Conflict qui est lui aussi un autre bijou d'un autre registre. Un groupe qui n'a pas peur de se mettre en danger et qui souvent reussi.
Fifi666 - 18 Mars 2014: J'ai commencé à écouter Kreator depuis leur tout début. Et j'ai adoré cet album de bout en bout et ceci depuis le jour de sa sortie, je n'ai jamais compris pourquoi il a été autant décrié, le son et la production sont de très bonnes factures, mix parfait, le riffing est précis, incisif et bien que mid tempo comparativement à leurs galettes antérieures c'est toujours accrocheur. Il n' y a pour moir rien de gratuit ni de non maitrisé dans ce disque superbement inspiré. Mentions spéciales pour moi pour Winter Martyrium (j'adore la simplicité battante et constante de la batterie avec les instrus arrivant en progressif), Europe after the rain et ses riffs super trashs et pas si mid tempo que cela et Depression Unrest très progressive également et un solo à la fois superbement assassin et mélodique.
Reigoth - 12 Septembre 2014: A l'époque, c'est à cause de cet album que j'ai décroché du groupe !!!!....Je n'avais vraiment pas aimé..... Faudrait que je le re-écoute, comme les autres suivants jusqu'à ennemy of god....
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire