The Will to Kill

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Malevolent Creation
Nom de l'album The Will to Kill
Type Album
Date de parution 11 Novembre 2002
Enregistré à Mana Recording Studios
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album153

Tracklist

1.
 The Will to Kill
 03:58
2.
 Pillage and Burn
 02:21
3.
 All That Remains
 03:55
4.
 With Murderous Precision
 03:49
5.
 Lifeblood
 03:31
6.
 Assassin Squad
 03:05
7.
 Rebirth of Terror
 03:34
8.
 Superior Firepower
 03:34
9.
 Divide and Conquer
 04:58
10.
 The Cardinal's Law
 05:18
11.
 Burnt Beyond Recognition
 03:30

Durée totale : 41:33


Chronique @ BEERGRINDER

08 Juillet 2008

Attaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaack!

Groupe culte de la scène Death floridienne du début des années 90, Malevolent Creation a toujours connu pas mal de va-et-vient dans son line-up, exit donc le chanteur originel Brett « j’m’en vais j’reviens » Hoffmann qui aura réapparu le temps de deux albums (et qui reviendra sur Doomsday-X, il faut suivre il y a interrogation écrite à la fin de la chronique) remplacé par Kyle Simmons. Justin Di Pinto prend lui les baguettes en lieu et place de Dave Culross.

En tout état de cause, des membres du légendaire The Ten Commandments il ne reste que Phil Fasciana, principal compositeur et leader de ces infatigables gardiens du temple Death Metal. En effet malgré quelques productions un peu décevantes, les gars de Fort Lauderdale ont toujours porté fièrement l’étendard du Metal de la mort. Après un gros coup de moins bien sur The Fine Art of Murder insipide et qui sentait un peu la sapin, Malevolent Creation avait déjà redressé la barre sur un Envenomed bien plus enlevé et énergique. The Will to Kill (2002) enfonce le clou avec une masse.

Attaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaack! Voici le premier cri sur cette galette et en effet c’est la guerre, dès le premier titre The Will to Kill (la volonté de tuer) on s’aperçoit que Malevolent Creation a encore brutalisé son Death old school. Grâce à une production plus puissante, les riffs de la paire Fasciana / Barret écrasent tout sur leur passage, donnant un son plus moderne et une coloration beaucoup plus Death, alors que les deux réalisations précédentes sonnaient plus Thrash. L’autre raison de cette métamorphose est l’intégration de Kyle Simmons, chanteur au timbre plus guttural et aux possibilités bien plus variées que Brett Hoffmann, qu’on pourrait comparer à Mike Di Salvo. Sur un titre comme Pillage And Burn, Kyle fait admirer toute sa palette vocale et lâche des chants criards réellement terrifiants.

Alors bien sûr The Will to Kill n’a rien révolutionné dans l’histoire du Death mais l’énergie, la conviction et tout simplement l’amour des musiciens pour leur style transparaissent au travers de redoutables compositions. All That Remains est par exemple trépidant et dévastateur avec des accélérations démoniaques. Avec With Murderous Précision Fasciana nous montre sa faculté à composer des riffs simples mais efficaces, à des kilomètres des choses alambiquées que pratiquent Cryptopsy ou Cephalic Carnage.

James Murphy en guest de luxe vient poser deux longs soli sur le belliqueux Assassin Squad ou Kyle Simmons fait de nouveau admirer sa polyvalence vocale. Que ce soit bien clair nous sommes ici dans du Death Metal plutôt brutal mais qui reste ancré profondément dans le old school qui ne s’embarrasse pas d’arrangements pharaoniques à la Nile ou de déballage technique à la Necrophagist, un seul mot d’ordre : droit au but, pas d’intro inutile, pas d’interludes pseudo atmosphériques ou de titre pour casser le rythme, que du bon vieux Death Metal.

Et ces bougres ne nous lâchent pas, quand ils ralentissent l’allure c’est pour nous offrir un Divide And Conquer à la lourdeur pachydermique et invitant à un secouage de tête endiablé, et pour nous achever Burnt Beyond Recognition le dernier morceau finit de façon complètement hystérique avec ce solo central interminable, les blasts incessants de Dave Culross entrecoupés de passages Lombardèsques et toujours cette voix impressionnante de Kyle Simmons qui pousse d’ailleurs à la fin un ultime cri ravageur comme pour mettre fin à cette tuerie.

On notera un artwork tout à fait adapté au contenu musical avec un énorme couteau de cuisine découpant un visage que n’aurait pas renié Cannibal Corpse, toutefois ne vous fiez pas à ça pour repérer ce CD, par peur de la censure un autre dessin vert et insipide a été placé entre la véritable pochette et le boîtier.

The Will to Kill est la preuve que l’on peut toujours jouer du Death brutal old school sans tomber dans la redite stérile ou la caricature, et s’impose comme le meilleur album de Malevolent Creation depuis la terrible doublette The Ten Commandments / Retribution.

Si un jour il ne reste plus qu’un groupe à jouer du Death Metal, ce sera Malevolent Creation.

BG

11 Commentaires

12 J'aime

Partager

BEERGRINDER - 01 Mars 2009: Vu en 2004 et c'était la guerre totale, Kyle Simmons putain quel frontman!
Eaque - 04 Juin 2015: En effet, cet opus est une énorme claque derrière la citrouille et Kyle S. se montre plus que redoutable, faisant ainsi une pierre deux coups (en publiant un superbe album et en nous faisant passer la pilule du départ habituel d'Hoffman). Du grand MC !!!
Eaque - 05 Juin 2015: ps : En revanche, en ce qui concerne la pochette, ça m'évoquerais beaucoup plus un Avulsed qu'un Cannibal Corpse qui utilise toujours des dessins et non des montages...
LeMoustre - 04 Fevrier 2019:

Tout aussi bouillant que son prédécesseur, le groupe renoue avec les albums qui frappent dur et fort, après quelques disques ennuyeux. La doublette "All That Remains"/"With Murderous Precision" est à ce titre exemplaire. Le jeu et l'osmose des musiciens fait envie par la précision de ses parties très bien assemblées et finalement assez naturelles. Certes, le ton un peu plus moderne est présent avec les vocaux de Symons, mais finalement, et même si je ne suis pas fan en principe de ces colorations, cela sied bien au groupe en ce début de millénaire. Le pattern inspiré par le début de "Hell Awaits" sur "Rebirth of Terror" suivi par un riff atomique est un bon exemple de la métamorphose réussie provenant des sources du deathmetal. Un bon 15/20

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ cunteater

11 Juillet 2006
Comme son nom l'indique, "The Will to Kill" (l'envie de tuer), cet album est une véritable tuerie. Le précédent opus "Envenomed", en 2000, était déjà de qualité, mais celui-ci le dépasse en agressivité et en qualité.

À la différence de la quasi totalité des groupes de metal qui cartonnent sur leurs premiers albums et déclinent plus ou moins ensuite, MALEVOLENT CREATION possède l'originalité de n'avoir cessé de progresser depuis son premier album en 1991. Les death metalleux de Floride connaissent donc bien l'adage : c'est en forgeant qu'on devient forgeron. Et des forges nous sort du (death) metal particulièrement bien ficelé.

Tous les morceaux sont excellents, avec cependant une mention à "The Will to Kill", "All That Remains", "Rebirth Of Terror" et "Assassin Squad", où l'on note la présence de James Murphy pour le solo de guitare. Phil Fasciana, le leader du combo, excelle par son jeu de guitare fortement influencé par SLAYER, MALEVOLENT CREATION étant certainement l'un des plus dignes fils spirituels de SLAYER pour la musique comme pour les textes abordés (violence, meurtre). "Divide And Conquer" évoque, lui, une légère influence de PANTERA, renforcée de plus par le chant quelque peu hardcore du nouveau vocaliste Kyle Symons, qui opérait auparavant dans HATEPLOW, projet parallèle grindcore de Phil Fasciana. Ajoutons à cela les blast beats dévastateurs du batteur Di Pinto et vous avez là l'un des tout meilleurs albums de l'histoire du death metal, style où il faut bien le reconnaitre, les oeuvres majeures ne sont pas légion.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Black_Requiem

02 Mai 2009
Groupe de Death Metal de Floride, Malevolent Creation fait partie de ces groupes qui, voulant toujours aller de l’avant, n’hésitent pas à changer de musiciens comme on change de chaussettes. Fraîchement signés sur la machien Nuclear Blast (lorsque l’album est sorti) le groupe a une fois de plus fait terriblement mal avec cette machine de destruction qu’est ce sublime The Will to Kill. Dès les premiers accords et riffs de guitare, le ton est lancé : de la vitesse et encore de la vitesse. Mêlant Thrash et Death Technique, Malevolant Creation fait un pas en avant dans la brutalité (le fait que ce CD soit produit par le guitariste de Kataklysm y contribue aussi), le nouveau chanteur s’égosillant avec brio sur des morceaux destructeurs comme « Divide and Conquer ». A noter au passage la participation de James Murphy (ex-Testament, le groupe Thrash culte !) qui offre aux oreilles un pur moment de bonheur grâce à son solo dans « Assassin Squad ». Bref, Malevolent Creation ne fait pas dans la dentelle et ne ménage absolument pas l’auditeur qui reste scotché du début à la fin. Du Death brutal, agressif, belliqueux qui ravira les fans de Death, on en redemande !

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire