In Cold Blood

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Malevolent Creation
Nom de l'album In Cold Blood
Type Album
Date de parution 22 Juillet 1997
Enregistré à Morrisound Studios
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album91

Tracklist

Re-Issue in 2013 by Hammerheart Records
1.
 Nocturnal Overlord
 02:26
2.
 Prophecy
 02:19
3.
 Compulsive
 03:10
4.
 Narcotic Genocide
 03:01
5.
 Violated
 02:15
6.
 Leech
 02:57
7.
 In Cold Blood
 05:34
8.
 Visions of Malace
 03:42
9.
 VII
 02:44
10.
 Preyed Upon
 05:01
11.
 Millions
 02:26
12.
 Condemned
 04:00
13.
 Seizure
 02:28

Durée totale : 42:03

Acheter cet album

Malevolent Creation


Chronique @ Fabien

30 Janvier 2008
Deux ans après le bon Eternal, passé toutefois relativement inaperçu, Malevolent Creation signe son retour, annonçant ses traditionnels turnover. Jon Rubin quitte en effet le gang floridien pour la seconde fois, remplacé au pied levé par le guitariste JP Soars, tandis que Derek Roddy succède au brillant Dave Culross derrières les fûts. La bande de Phil Fasciana rejoint alors Scott Burns aux Morrisound Studios en cette année 1997, pour les sessions d’In Cold Blood, son cinquième effort. Le disque sort tardivement l’année suivante chez Pavement / Crash, muni d’une pochette déplorable, ne facilitant pas son appréhension.

Majoritairement composé par Fasciana, In Cold Blood n’annonce aucune surprise, reprenant le deathmetal solide et massif d’Eternal. Sur les blasts et les roulements de Roddy, d’une puissance et d’une précision en tout point désarmantes, les riffs de Fasciana / Soars déchirent, soutenant Blachowicz et son guttural monocorde, malheureusement loin des growls incisifs de son prédécesseur, le charismatique Brett Hoffman.

Depuis le puissant Nocturnal Overlord jusqu’à l’écrasant Seizure, In Cold Blood balance ainsi un death rugueux, brutal et sans concession, mais défile en revanche dans une relative linéarité. Ses riffs certes tranchants sont en effet trop similaires pour atteindre le relief et l’inspiration des premiers joyaux de la formation, les redoutables The Ten Commandments & Retribution.

Traversant les années fades du deathmetal de l’époque, Malevolent Creation continue imperturbablement son chemin, délivrant son death conventionnel qui, à défaut d’être original, dégage une pureté et une force toujours aussi remarquables. In Cold Blood s’adresse en particulier à tous les adeptes du groupe floridien et du death US, à l'image du message sans équivoque de Jason Blachowicz : "special thanks to all who follow true extreme brutal death metal". Vous voilà prévenus !

Fabien.

5 Commentaires

4 J'aime

Partager

albundy57 - 12 Août 2009: MALEVOLENT C. continue encore et inlassablement sa croisade, brandissant fièrement l'étendard du death made in USA, sans succomber aux modes ou exigences de labels rapaces... Un album qui est dans leur lignée pure sans nous pondre un "eternal" bis. Comme quoi, on peut ne pas dévier de ses idées musicales" radicales" et faire de très bons albums!!!
NICOS - 06 Janvier 2010: Pour ma part un très bon album de MALEVOLENT CREATION, qui succède à un excellent ETERNAL avec succès. Damien, je te trouve super dur avec ce groupe...
Fabien - 11 Janvier 2010: Oui, je suis peut-être un peu dur avec le milieu de discographie de Malevolent Creation, notamment sur un album comme Eternal, qui semble pourtant recueillir les suffrages de nombreux deathsters, ou encore In Cold Cold ou The Will to Kill,. Personnellement, bien que je les apprécie, ils restent à mes yeux en retrait de Retribution & Envenomed, et bien sûr à mille lieux du chef d’oeuvre The Ten Commandments.

Comme je l’ai déjà avoué sur de précédents messages, je ne peux cacher mon faible pour l’incision deathtrash du chant de Brett Hoffmann, le résultat jouant très certainement en faveur des albums auxquels le growler a participé. Quoique, lors de la tournée 2007 à laquelle j’ai eu le bonheur d’assister, le bilan était sans appel : les titres des deux premiers albums, largement à l’honneur, remportaient toute l’adhésion du public, le pompon revenant au titre destructeur Coronation of our Domain (Retribution), où Malevolent Creation dégageait sa pleine puissance.

Reste le cas The Fine Art of Murder que tu sembles apprécier contre vents et marées. C’est véritablement le seul Malevolent Creation qui tient difficilement sur ma platine, malgré un départ honnête. Je trouve ce disque long et poussif sur la durée, flanqué du titre Day of Lamentation, cette balade deathmetal qui me sortira toujours par les oreilles. Je me souviens notamment de la chronique de Metallian à la sortie de l’album, récoltant laborieusement une note de 3/6. Tout comme moi, le rédacteur se réjouissait pourtant du retour de Brett Hoffman et Rob Barrett, mais pour le reste…

En tout cas, merci pour ces commentaires. C’est toujours un plaisir de récolter des avis différents, rappelant combien la vérité reste une question de point de vue.

To the Death.
Fabien.
Eaque - 16 Octobre 2012: Je n'aime pas vraiment cet album comme le suivant (les 2 seuls fautes de parcours de Malevolent en ce qui me concerne)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire