The Rise of Chaos

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Accept
Nom de l'album The Rise of Chaos
Type Album
Date de parution 04 Août 2017
Labels Nuclear Blast
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album111

Tracklist

1.
 Die by the Sword
 05:00
2.
 Hole in the Head
 04:01
3.
 The Rise of Chaos
Ecouter05:16
4.
 Koolaid
 04:58
5.
 No Regrets
 04:20
6.
 Analog Man
 04:10
7.
 What's Done Is Done
 04:08
8.
 Worlds Colliding
 04:28
9.
 Carry the Weight
 04:33
10.
 Race to Extinction
 05:24

Durée totale : 46:18

Acheter cet album

Accept



Chronique @ frozenheart

20 Juillet 2017

The Art of Chaos, présente un excellent compromis entre l'ancien et le nouveau Accept...

Tout le monde s'accorde à dire que la triplette Restless & Wild, Ball to the Wall et Metal Heart parue dans les années 80, figure parmi les classiques du Heavy Metal et du groupe Accept. Par ailleurs, excepté Objection Overruled (1993), les albums du groupe sortis durant la période 1986/1996, même s'ils recèlent quelques bons morceaux n'atteindront en aucun cas le niveau d'excellence d'un Ball to the Wall ou Restless and Wild, par exemple.

C'est donc au bout de 25 longues années (en 2009 plus précisément) et sous l'impulsion de Wolf Hoffmann que le groupe se reforme. Malheureusement, Udo Dirkschneider ne sera pas de la partie et refusera l'offre de Wolf en prétextant vouloir continuer en solo avec son groupe. Il faudra attendre l'année 2010 pour enfin connaitre le nom de l'heureux élu, le choix du groupe se portant sur le chanteur américain Mark Tornillo (ex-TT Quick), au timbre vocal très proche de celui d'Udo et grand fan d'Accept devant l'éternel!
De cette nouvelle association naîtra un premier album, l'excellent Blood of the Nation, qui musicalement renouera avec le passé Heavy burné et glorieux du groupe.

Une fois remise sur les rails, la machine de guerre Accept nous proposera sur une courte période de 4 ans, deux albums, le percutant Stalingrad (2012) suivi du plutôt Heavy classique Blind Rage en 2014. Cette même année annoncera aussi le départ du guitariste Herman Frank et du batteur Stefan Schwarzmann, partis former avec le basssiste chanteur Marcel "Schmier" Schirmer de Destruction, le trio Heavy allemand Panzer. Reste alors seul à bord, le fidèle Peter Baltes (basse), les musiciens seront aussitôt remplacés par l'allemand Uwe Lulis (ex-Grave Digger, Rebellion) à la guitare et l'américain Christopher Williams (ex-Blackfoot, War Within) à la batterie.

Si l'on excepte le Live Restless & Live paru en fin 2016, le groupe et ses nouvelles recrues nous reviennent cet été avec un quinzième album studio au titre évocateur The Rise of Chaos. En effet, ainsi que l'explique le guitariste et leader Wolf Hoffmann ce titre souligne la condition désastreuse dans laquelle se trouve notre monde et qui s'étend lentement. Ce thème a largement été évoqué sur scène lors de la dernière tournée européenne avec un backdrop évoquant des paysages ou règnent la désolation et le chaos et tout à fait à l'image de la magnifique pochette de ce The Rise of Chaos.

Revenons y un instant d'ailleurs. Elle sera l'œuvre du talentueux et prolifique cover-designer Gyula Havancsák à qui l'on doit les très beaux artworks d'une multitude d'albums de groupes Metal et Heavy tels que Grave Digger, Nightingale, Almanac, Stratovarius et le trio teuton Panzer entre autres... Cela prendrait des pages entières, si je devais vous énumérer la totalité de son catalogue!

Musicalement, ce nouveau manifeste puissant et percutant, mettra de nouveau en lumière des morceaux estampillés Heavy Metal classique imperméable à toutes modes et tendances. Le tout composé, de riffs de guitare ciselés et effilés comme des lames de rasoir, signés Wolf Hoffmann et soutenus par une rythmique en béton armé, dont un jeu et un son de basse toujours aussi énorme (la marque de fabrique du groupe) du talentueux et souriant Peter Baltes. Quant à la mise en son de l'opus, ce sera une nouvelle fois le producteur Andy Sneap déjà à l'origine des trois derniers albums du groupe qui en aura la charge.

Dès le riff d'introduction de "Die by the Sword" la piste une, nous entrons directement dans le vif du sujet. Ce titre ravageur au chant félin soutenu de chœurs fédérateurs et salvateurs s'inscrira dans une mouvance Heavy old school des années 80 et n'aurait pas dépareillé sur les albums Ball to the Wall et Metal Heart. Le titre suivant, le puissant "Hole in the Head", au riff et ligne de basse au son puissant et ses chœurs graves (la marque de fabrique du groupe) arrivera sans mal à combler les fans les plus acharnés du combo. Par ailleurs, ceux qui avaient apprécié les albums Stalingrad et Blind Rage en auront pour leur argent, par contre ceux qui s'attendaient à écouter une collection de titres speed pur jus, seront une nouvelle fois déçus. Pourtant ce n'est pas nouveau car par le passé et au fil des albums, le groupe ne nous avait il pas déjà habitués à des rythmes plus mesurés et variés? Ainsi pour mémoire, le lourd et fédérateur "Ball to The Wall", issu du même album paru en 1983 et "Dogs on Leads" (Metal Heart 1985), à l'imposant son de basse, ne s'inscrivaient t'ils pas dans cette mouvance mid-tempo et moins rapide?

Continuons, avec les brûlots Heavy burnés "No Regret" et "Carry the Weight". Leur riffing et les soli de guitares tirés au cordeau soutenus par une rythmique de plomb et le chant écorché si particulier de Mark Tornillo auront raison de nos fragiles et frêles oreilles. En milieu de parcours, nous aurons droit à quelques pépites très mélodieuses telles que "Annalog Man" et "World Colliding" (mon morceau préféré), et dans une moindre mesure "What's Done is Done" et ses interventions de guitares bavarde. Ces trois merveilleuses chansons, au guitare inspirées s'inscriront dans un registre Hard n' Heavy des plus jouissifs.
L'album s'achève sur un titre rapide et Heavy, le menaçant "Race to Extinction", dont les modulations de voix tantôt aiguë, ou plus âpre et chœurs guerriers couplés de notes de guitare aiguisées comme des lames de rasoir donneront un petit côté épique à ce splendide morceau de bravoure qui vient clôturer de la plus belle des manières ce très bel opus.

Accept avec ce nouveau manifeste percutant et offensif, vient nous rassurer quant à sa vitalité, et même si The Rise of Chaos comporte une fois encore des morceaux dits Heavy classique, voire plus immédiats et prévisibles (l'éponyme et le répétitif Koolaid).Le groupe sans se réinventer, nous prouve une fois de plus son aptitude à nous pondre des titres et hymnes efficaces, aux refrains et chœurs guerriers hauts en couleur qui ne vous sortent plus de la tête.

Au final, ce The Rise of Chaos trouvera facilement acquéreur auprès des fans de la première heure (et j'en suis), mais aussi de ceux qui commencent à découvrir le groupe et le genre à condition d'apprécié le chant de Mark Tornillo. Bref, un bon compromis entre l'ancien et le nouveau Accept.

19 Commentaires

19 J'aime

Partager

frozenheart - 14 Août 2017: Bien entendu, que The Rise of Chaos ne vaut pas Blood of the nation et est sans doute le moins inspiré des trois avec Tornillo. Cela vient peut-être de son côté plus Hard Rock, donc moins Heavy et épique? Après, c'est sûr qu'il ne doit pas être aisé de publier un album innovant au bout de 30 ans de carrière. Espérons que le prochain soit meilleur.
frozenheart - 14 Août 2017: Je n'ai jamais dit que The Rise of Chaos était mauvais, mais qu'il avait du mal à rivaliser avec Blood of the Nation et j'apprécie toujours autant "No Regret", "Carry the Weight", "Race to Extinction", "Annalog Man" et "World Colliding" ce qui fait tout de même une bonne moitié de l'opus.
PhuckingPhiphi - 14 Septembre 2017:

À l’issue de la sortie de « Blind Rage » en 2014, j’avais laissé poindre quelques craintes quant à une possible répétition de l’histoire concernant Accept, à savoir une tendance à se remettre à tourner en rond, voire à perdre progressivement cette inspiration qui avait permis le glorieux retour de 2010.

Pour l’heure, je n’ai pas encore écouté l’album, mais le single « Die by the Sword » tend à confirmer mes inquiétudes : riff banal, refrain plat déjà mille fois entendu – et en mille fois mieux – dans la discographie des allemands, Mark Tornillo en pilotage automatique… Bon, ça reste sympa, c’est sûr, mais on est à des univers des « Restless & Wild », « Balls to the Wall » et autres « Metal Heart » convoqués ci-dessus…

Bon, en bon collectionneur maniaque, j’achèterai évidemment cet album dans quelques temps, mais pour être honnête, je ne me sens pas bouillant d’impatience.

Merci pour la kro ! :)

Venenum - 19 Décembre 2017:

Salut les gars !! Au bout de multiples écoutes (une vingtaine) je vous livre ma sentence : Moyen, pas nul mais moyen.
Et c'est dommage ! Le titre qui ouvre l'album tête baissée avec une rythmique imposante, laisser augurer de bons moments. Malgré les solis ciselés de Wolf, les morceaux ne prennent pas, tournent en rond, ne décollent pas.
Cependant "What's done is done" et "Worlds colliding" sont pour ma part les deux pépites de l'album. Mon gout prononcé pour la mélodie influe certainement dans mon jugement.
J'ai néanmoins un problême avec Mark. On dit qu'il a le même timbre qu' UDO, je ne suis pas d'accord même si ses prestations en live sont "excellentes". J'éprouve de plus en plus de lassitude à l'écouter sur ses dernières productions. Un manque de nuance... 
Pour ma part, l'album Stalingrad est le meilleur de la quadrilogie.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire