Russian Roulette

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Accept
Nom de l'album Russian Roulette
Type Album
Date de parution 22 Avril 1986
Produit par Michael Wagener
Enregistré à Dierks Studios
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album515

Tracklist

1.
 T.V. War
 03:29
2.
 Monsterman
 03:26
3.
 Russian Roulette
 05:22
4.
 It's Hard to Find a Way
 04:19
5.
 Aiming High
 04:24
6.
 Heaven Is Hell
 07:12
7.
 Another Second to Be
 03:19
8.
 Walking in the Shadow
 04:27
9.
 Man Enough to Cry
 03:14
10.
 Stand Tight
 04:05

Durée totale : 43:17


Chronique @ samolice

22 Avril 2013

Lâche la tisane Udo !

- « Bonjour Monsieur Samolice. Votre mission, si vous l'Accept-ez, sera de chroniquer un album qui divise souvent les metalheads, « Russian Roulette ». Si vous ou votre texte étiez reçu à coups de cailloux, tomates ou insultes, le Département d'État de SOM nierait avoir eu connaissance de vos agissements. Ce document s'autodétruira dans les cinq secondes. Bonne chance Samolice ! »

- 5 - 4 - 3 - 2 - 1

- « ??? Ben y s’ passe rien ? »

Ben non il ne se passe rien, vous vous attendiez à quoi ?



Récemment sur SOM, j'ai vanté les mérites (relatifs) du premier album de Powergod, « Evilution ». A tort ou à raison, peu importe, j’y entendais parfois l’influence d’Accept. Et je vous le donne en mille ? Ca m’a filé une irrésistible envie de faire tourner du petit-teuton-en-treillis (et en boucle) sur la platine. Tant qu'à faire, je me suis décidé pour cet album qui prête souvent à discussion entre les fans du combo. Et là, premier constat : désolé Powergod, mais y'a pas photo !

En cette fin d’année 1985, les Allemands sont désormais bien plus qu’Accept-és en Europe, ils sont au sommet, et ce grâce à une triplette imparable : « Restless & Wild », « Balls to the Wall », « Metal Heart ». Pour débouler à fond les ballons, armé d'un nouvel album, sur une importante tournée américaine, Accept s’y remet au plus vite, entre octobre 85 et janvier 86. Ce qui ne va pas aller sans poser quelques problèmes. Le groupe aurait-il oublié de faire la vidange du panzer ?
Sur une idée de Deaffy (alias Gaby Hauke), manager, parolière du groupe, épouse de Wolf Hoffmann et accessoirement, semble-t-il, casse-burnes attitrée d'Udo, la pochette présente nos amis germaniques posant en costumes militaires d'époque. On y voit Kaufmann tendre une arme à Udo. Prémonitoire quand on sait qu'Udo quittera le groupe peu de temps après la sortie du disque. Et ironique quand on sait que ce même Kaufmann sera le seul à rejoindre UDO dans son aventure solo, certes dix ans plus tard mais il le rejoindra quand même.

Ce qui a fait d'Accept un combo emblématique du heavy allemand, et du heavy tout court, est bien présent : tempi variés, chœurs surpuissants soutenant des refrains entrainants - ça fait beaucoup de "ant" - et soli somptueux de Hoffmann. Arch sooo, Hoffmann ! Ce disque présente ce que je considère être la meilleure performance de la carrière du loup. L'intro de "Heaven is hell" qu’il déchire d’un lick magnifique me hisse les poils, les soli de "TV war", "Russian Roulette", "Another second to be", ou encore celui, juste divin, de "Stand tight", sont d'une mélodicité rare dans notre bon vieux heavy métal. Un tueur. A la sortie du disque, Mad Scott écrit dans Enfer Mag : « Wolf Hoffmann a fait des progrès assez extraordinaires. S'il n'est pas encore un génie du manche, il sait quand même lui transmettre les mouvements de son âme et c'est parfois beau à en pleurer ». Un peu abusé lorsque l’on écoute les albums précédents, le solo de "Fast as a shark" par exemple, mais pas totalement dénué de sens.

D’emblée, "TV war", speedé (presque) comme aux plus beaux jours du morceau cité ci-dessus, "Monsterman" et "Russian Roulette" nous laissent espérer le meilleur album jamais pondu par le groupe. Accept-ons en l’augure avec délectation … pour déchanter rapidement. Quand même, quel pu-ain de refrain sur "Russian Roulette" ! Le "war games" scandé à de nombreuses reprises devait d'ailleurs donner son nom à l'album mais la maison de disques trouvait cela trop agressif. Etonnant quand on pense que, trois ans auparavant, un film du même nom avait cartonné au box office américain sans que son titre n’ait semblé poser le moindre problème. Passons.

Après ce départ en boulet de canon, m’est avis que la roulette russe a rendu son verdict, place aux montagnes russes, avec des titres néanmoins toujours d’un niveau Accept-able. Le haut avec les maousse-costauds "Aiming high" – un Top Ten de la carrière du groupe à mon sens - et "Another second to be", aux riffs galopants et aux refrains que nous avons tous déjà hurlé à pleins poumons (“Aiming high, Aiming high/ What a fight to get it right/ For a minute of delight), ou encore le plus nuancé "Stand tight", dont l’intro à l’ambiance proche d’un défilé militaire, le chant d’Udo qui module parfaitement voix susurrée et hurlements éraillés, et un solo déjà évoqué, suavent, pardon sauvent - c’est moche la dyslexie -, un refrain un peu pataud.
Le bas (relatif) avec "It's hard to find a way", pseudo ballade pas désagréable mais plutôt convenue, loin du niveau atteint précédemment sur "Winter dream", "Neon nights" (certes plus mid-tempo) ou "The king", un "Heaven is hell", réquisitoire anti-religion, intéressant mais un peu longuet, et d’une manière générale les mid-tempi.
Mon principal reproche pour ces derniers ? Le chant d’Udo, bien moins rageur que sur les opus antérieurs, même sur le "dit-commercial" « Metal Heart ». Si vous écoutez à la suite les versions vinyles de ces deux albums, le contraste est saisissant. Il nous l’ont perfusé à la tisane le UDO ? Il a mangé trop de gâteaux de chez Ikéa ? Quoi qu’il en soit, le résultat est là, il (me) manque ce supplément d’agressivité sur des compos telles que "Man enough to cry", "Walk in the shadows", ou "Heaven is hell" (je n’ai pas dit que ces titres sont mauvais pour autant).

Dierks occupé avec Twisted Sister, Accept s’enferme aux Pulheim studio … de Dierks, avec Frau … Dierks, maman de l’autre et machine-à-café-sur-pattes officielle du groupe pendant l’enregistrement, et les co-producteurs Wagener et Dodson. Wagener, celui là même qui avait fondé Band X avec Udo à la fin des années 60, avant de finalement devenir le producteur à succès que nous connaissons tous. Pourtant, tout ne s’est apparemment pas bien passé en studio. Il est à noter par exemple que seul Dodson est chaleureusement remercié dans les crédits de l’album. Malgré les dépenses déjà engagées, le groupe - ou Wolf uniquement ? - décide de mixer l’album une seconde fois.

Le premier mix était-il trop agressif pour le marché US ? Non si l’on en croit Hoffmann : « Nous avons voulu faire un disque moins direct, avec Metal Heart. Pour être tout-à-fait honnête, je crois que nous pensions que les Américains recevraient mieux un album plus doux que Balls. Nous avons donc essayé, mais le résultat ne nous a pas comblés. Alors, nous sommes revenus à ce que nous ressentons réellement. [...] » (Enfer Magazine, 35). A contrario, mon opinion, et je la partage, pencherait plutôt vers le « oui ». Si vous avez suivi, j’ai expliqué pourquoi il y a quelques lignes (pour les dissipés, cf. chapitre 2, paragraphe 4, alinéa 6, ligne 12). Bref, je préfère nettement la production, ou tout au moins les choix faits pour le mix des vocaux, des trois opus précédents.
A la même époque, Saxon, de « Crusader » à « Destiny », ou Judas PriestTurbo ») iront également, avec des fortunes diverses, chercher le succès outre-Atlantique. Cette volonté affirmée de séduire les states ne fonctionnera pas vraiment pour Accept (114ème place au Billboard, caca). L'Angleterre restera également plutôt hermétique (80ème au UK Albums Chart, re-caca). En revanche, le reste de l’Europe sera séduit. Le départ d’Udo marque ce qui se révèlera avec le temps comme un terrible coup d’arrêt. Il n’y a que récemment que le groupe lui a trouvé un digne successeur en la personne de Mark "la tornade" Tornillo.

Il est tout de même un domaine où ce disque restera à jamais dans mon cœur. « Russian Roulette » a en effet eu le privilège d’être l’un des premiers albums aux US à se voir accoler un sticker d’avertissement par ces pimbêches du PMRC (Parents Music Resource Center), menées par Tipper Gore - avec un nom pareil, elle me fout déjà la trouille -. Etre, dés l’origine, dans le viseur de cette bande de saintes-nitouches, la classe non ?

17 Commentaires

16 J'aime

Partager

tonio - 23 Avril 2013: Ca c'est de la chro ! Tu sais de quoi tu parles, on apprend plein de trucs et je pense que celui qui ne connais pas l'album sait à quoi s'attendre après t'avoir lu.
Perso je préfère cet album à Metal Heart, mélodies mieux trouvées, moins de longueurs, solis d'un niveau superieur. Mon n°3 après Balls et Restless.
MarkoFromMars - 23 Avril 2013: Magnifique chro comme à ton habitude (ça fait pas trop fayot là?).
Je partage l'avis des vieux grognards Elevator et Raph . Concernat le léger manque d'agressivité (relatif) de Udo, ne serait-il pas une des conséquences de l'accident cardiaque causé par son gros tabagisme dont il avait été victime un peu avant. On sent vraiment par moment une certaine retenue, comme s'il économisait son souffle. Ceci expliquerait peut-être cela.
samolice - 23 Avril 2013: Merci Marko. Argument intéressant mais que je vais quand meme me permettre de contester. En live, d'accord pour s'économiser mais en studio, il y a moyen de faire des prises courtes et espacées dans le temps. Il n'y a qu'à voir le nombre de chanteurs et chanteuses minables en live qui abreuvent nos écrans télé mais qui s'en sortent en studio.
ZazPanzer - 01 Mai 2013: Superbe texte Sam, étonnant que ce disque n'ait pas été chroniqué avant. Que du bon pour moi même si ce n'est pas celui que je me passe le plus souvent : je le réécoute toujours avec un plaisir immense. Les chœurs sont particulièrement énormes, et les soli de Wolf à pleurer. L'artwork et son concept sont également particulièrement bien trouvés. Pas grand chose à reprocher à ce disque...
La première compo de mon ancien groupe était d'ailleurs honteusement pompé sur le riff d'Aiming High, la même attaque (pas facile à tenir) avec des légers changements d'accords. Du très grand Accept avant la chute.
Swit, je te conseille également les nouveaux Accept, excellents, et surtout "Objection Overruled" qui est terrible !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ laillyboy

09 Mai 2007
Depuis Restless an d Wild, la côte de popularité d'Accept est en constante hausse, donc pourquoi changer ? "Russian Roulette" est dans la lignée de ces 3 prédécesseurs. Les ingrédients sont les mêmes avec de l'énergie (TV War, Aiming High), du plus classique aux riffs accrocheurs (Monsterman), ou encore des titres plus lents, dans l'esprit Balls to the Wall ou encore Metal Heart (Russian Roulette, Stand tight). Les solis de guitare mélodieux sont toujours présents, le grosses voix pour reprendre les refrains aussi.

Pas de dépaysement donc pour cet album, mais attention, la magie n'opère plus aussi bien que sur les précédents, d'ailleurs ce sera la dernière balle des 80's tirée avec Udo Dirkschneider, celui-ci ne revenant qu'au début des 90's pour essayer de redresser la barre (en vain).

Russian Roulette entame donc le déclin du groupe, mais reste néanmoins une belle pièce de leur discographie.

2 Commentaires

4 J'aime

Partager
PoCBnui - 08 Novembre 2009: J'lai réécouté aujourd'hui (en vinyle hehe) et c'est vrai que je le trouve vraiment bien !
Bon c'est le seul que je connaisse aussi, mais voilà, j'ai été surpris de voir qu'en fait c'était bien.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire