The Infernal Storm

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Incantation
Nom de l'album The Infernal Storm
Type Album
Date de parution 09 Mai 2000
Produit par Bill Korecky
Enregistré à Mars Recording
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album116

Tracklist

1. Anoint the Chosen 03:53
2. Extinguishing Salvation 04:07
3. Impetuous Rage 05:04
4. Sempiternal Pandemonium 06:18
5. Lustful Demise 05:15
6. Heaven Departed 07:33
7. Apocalyptic Destroyer of Angels 03:19
8. Nocturnal Kingdom of Demonic Enlightenment 04:29
Bonustrack (Brazilian Version)
9. Hell Awaits (Slayer Cover) 06:03
Total playing time 39:58

Chronique @ BEERGRINDER

27 Mars 2008

une pièce de choix supplémentaire dans le parcours authentique de Incantation

Pour ce quatrième album studio, John McEntee membre fondateur d’Incantation a fait un sacré ménage et est le seul rescapé de l’aventure Diabolical Conquest : exit Daniel Corchado, remplacé par Mike Saez (guitare / chant) et Kyle Severn qui laisse sa place à Dave Culross (Malevolent Creation, Suffocation,…) Robert Yench (Morpheus Descends) complète le line-up à la basse.

Preuve ultime que Mc Entee est bien le seul maître à bord, le groupe sonne de la même manière que sur les réalisations précédentes et on pourrait presque confondre la pochette de The Infernal Storm avec celle de Diabolical Conquest. Vous aurez donc compris qu’Incantation évoluait toujours dans le domaine du death sombre et blasphématoire. Le nouvel arrivant Robert Yench a néanmoins composé l’intégralité des paroles de The Infernal Storm, le moins que l’ont puisse dire est donc qu’il s’est vite intégré à l’univers d’Incantation. Heaven Departed où Apocalyptic Destroyer of Angels parlent d’eux mêmes avec simultanément ces côtés noir et violent qui caractérisent le groupe.

Quoi qu’il en soit le combo n’a rien perdu de sa haine et de sa fougue et ceci est perceptible dès l’entame d’Anoint the Chosen. Difficile de conseiller des titres en particulier car au niveau de l’intensité la galette est plutôt homogène. Néanmoins ne passez pas à côté du terrible Sempiternal Pandaemonium qui retranscrit à merveille la lourdeur et la haine que dégage Incantation. Les passages ultra lents et à la tierce de Heaven departed sont aussi d’une efficacité redoutable.

Même si la production est un peu plus précise qu'auparavant et leur musique un peu plus accessible, à aucun moment les compositeurs ne s’embarrassent de détails et les riffs de The Infernal Storm (2000) ne sont jamais alambiqués où complexes, le but ici est de cracher leur violence et leur haine et de ce point de vue c’est réussi : l’auditeur ne peut que plier sous les coups de boutoirs de la section basse (assez en avant ici) / batterie.

The Infernal Storm n’a pas révolutionné l’histoire du Death Metal (ni même celle du groupe), mais c'est une pièce de choix supplémentaire dans le parcours authentique de Incantation, d’ailleurs. On n’échappe pas ici à la traditionnelle liste de remerciement longue comme le bras. C’est aussi pour ce genre de détails qu’on écoute et apprécie Incantation.
Stay brutal.

BG

4 Commentaires

12 J'aime

Partager
eulmatt - 27 Mars 2008: Incantation, c'est le gardien du Temple. Peu enclin à l'évolution, McEntee semble investi du mission divine, conserver le feu sacré des entrailles les plus profondes et les plus sulfureuses du death metal éternel.
BEERGRINDER - 27 Mars 2008: Tout à fait mon cher eulmatt, et c'est toujours un plaisir de rendre honneur à Incantation par l'intermédiaire de cette modeste chro.
Fabien - 27 Mars 2008: J'apprécie bien sûr The Infernal Storm, comme le reste de la discrographie d'Incantation, pour son incroyable intégrité et son death métal à l'identité fortement marquée.

Pour le coup, John McEntee s'adjoint des services de Rob Yench, du brillant combo Morpheus Descends, que je respecte tout autant.

C'est décidement un style de death metal caverneux que j'affectionne particulièrement, à l'instar de celui des invincibles Suffocation, Immolation, Exmortis, Killing Addiction ou Morpheus Descends.

Fabien.
Eaque - 21 Janvier 2012: J'avais acheté cette galette en même temps qu'Inexorable d'Angel Corpse. Ayant une nette préférence au début pour ce dernier, j'eu vraiment du mal à accrocher aux rythmiques pachydermique d'Incantation mais comme tout album qui se respect, ce n'est que l'orsque j'ai vraiment approndi son écoute (une le Angel Corpse digéré) que j'en est saisis toute la puissance qui s'exprimait bien autrement. Quand à la cover (comme beaucoup du groupe exepté "Blasphemy")est vraiment trippante et très abstraite, du grand art !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Sam

27 Mai 2004
Excellent 4ème album pour ce pilier du dark/death apocalyptique. Faisant suite au prodigieux "Diabolical Conquest" et avec de nouveaux changements de line-up, John McEntee, tyran inamovible et âme du groupe, est entouré de Mike Saez (guitare/chant), de Robert Yench (basse) et de Dave Culross, batteur de session, bien connu pour ses collaborations avec MALEVOLENT CREATION et SUFFOCATION. Même si ce disque n'atteint pas le monument de noirceur chaotique qu'est son prédécesseur, on trouve d'excellents riffs typiques du groupe, sombres et torturées. Des breaks stratégiquement placés pour relancer, des tempos variés et des compos riches en riffs massifs et dissonants. Le son est beaucoup plus clair et permet de bien entendre la basse et d'apprécier le jeu de Culross. On trouve plusieurs morceaux très accrocheurs comme "Anoint the chosen", "Sempertinal pandemonium", "Extinguishing salvation" et "Nocturnal kingdom of demonic enlightement". Le seul point faible est, à mon avis, le chant trop linéaire de Mike Saez qui malgré un bon grain de voix n'arrive pas à atteindre les profondeurs abyssales de Craig Pillard ou encore la folie de Daniel Corchado.
A noter, une pochette superbe signée Miram Kim.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire