Dirges of Elysium

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Incantation
Nom de l'album Dirges of Elysium
Type Album
Date de parution 10 Juin 2014
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album107

Tracklist

1. Dirges of Elysium 02:12
2. Debauchery 04:03
3. Bastion of a Plague Soul 02:41
4. Carrion Prophecy 04:30
5. From a Glaciate Womb 07:39
6. Portal Consecration 03:18
7. Charnel Grounds 02:17
8. Impalement of Divinity 03:44
9. Dominant Ethos 02:43
10. Elysium (Eternity Is Nigh) 16:23
a/ Prologue (Millennium in Elysium)
b/ Lethe (Forgetfuleness)
c/ Acheron (Sorrow)
d/ Styx (Hate)
e/ Phelegethon (Fire)
f/ Cocytus (Lamentation)
Total playing time 49:30

Chronique @ BEERGRINDER

13 Juin 2014

Onward to Elysium

Formation indispensable de la scène américaine, Incantation vomit son Death Metal abyssal sans discontinuer depuis 1989, ses deux premières offrandes lui ont offert un statut mérité de groupe culte, et depuis le combo démoniaque a accumulé les disques de haute volée. Toutefois Decimate Christendom et Primordial Domination sans être mauvais, marquaient une certaine forme de confort routinier, avant que Vanquish in Vengeance ne vienne rappeler en 2012 qui était le patron.
Peut-être boosté par le nouvel arrivant Alex Bouks (Goreaphobia) très impliqué dans l’écriture des morceaux, Incantation a décidé de battre le fer tant qu’il est chaud, et propose Dirges of Elysium (2014) un an et demi à peine après leur album précédent.

Avec un Debauchery débutant sur la phrase « Bastard of Christ », on sent bien que le désormais quintet (avec Sonny Lombardozzi qui donne un coup de main sur les lead guitars) n’a rien perdu de sa pugnacité malgré les années qui passent. Très agressif, ce titre nous replonge dans la période Diabolical Conquest. Bastion of a Plague Soul confirme le côté furieux de ce disque avec un riffing effréné et un Kyle Severn dévastateur derrière les fûts, en sus les leads simultanément obscures et planantes magnifient l’ensemble.
Carrion Prophecy (le single de l’album) montre une facette plus pesante et des rythmiques à désosser des cervicales de diplodocus (1 : 41), rappelant franchement le génial Sempiternal Pandemonium (tiré de The Infernal Storm).

Encore plus compacte que sur Vanquish in Vengeance, la production est titanesque tout en restant terriblement organique. Dirges of Elysium a pourtant été mis en boite dans pas moins de quatre lieux différents, mais Dan Swanö s’est occupé de mixer et masteriser le tout avec brio dans son Unisound Studio.
Comme à son habitude, le combo sait aussi proposer des ambiances, comme sur le début lancinant de From a Glaciate Womb ou encore Charnel Grounds. Quoi qu’il en soit Dirges of Elysium est d’une homogénéité à toute épreuve, déroulant une partition sans faute du fin fond des abymes. Rajoutez à cela un artwork remarquable de Eliran Kantor, et on approche de la perfection.

Et enfin (last but not least comme dirait l’autre), le pavé final de plus d’un quart d’heure parachève au mieux ce tableau blasphématoire, Elysium est en effet construit sur le modèle Unto Infinite Twilight / Majesty of Infernal Damnation (tiré de Diabolical Conquest), c’est à dire un très long titre qui oscille entre Death ambiancé tirant vers le Funeral Doom et plans plus typiques des américains. Cette pièce décomposée en plusieurs chapitres narre un voyage dans l’enfer de la mythologie grecque avec un savoir faire indéniable.

Alors qu’on les pensait sur le déclin, Incantation avait effectué un retour remarqué avec Vanquish in Vengeance, Dirges of Elysium enfonce le clou (dans le poignet du Christ) en s’imposant comme une sortie majeure de 2014.
Des ambiances noires façon Onward to Golgotha, de l’impact comme sur Diabolical Conquest, John mc Entee et ses amis se posent à nouveau en maître d’un genre pratiqué à outrance en ce milieu des années 2010, et ne semblent pas prêt à lâcher leur couronne aux Funebrarum, Lvcifyre, Disma ou Dead Congregation qui grattent à la porte de la salle du trône.

BG

9 Commentaires

29 J'aime

Partager

ttrrll - 15 Juin 2014: la chronique met l'eau à la bouche...je vais écouter ça de suite
HelMist - 24 Juin 2014: Là tu donnes sérieusement envis, va falloir que je m'y penche.
NICOS - 08 Août 2014: Il est en effet mieux que Vanquish, c'est sur. Du très bon INCANTATION
Fabien - 26 Janvier 2015: Dirges of Elysium est, à mes yeux, au moins aussi bon que son redoutable prédécesseur Vanquish in Vengeance, confirmant la grande forme d’Incantation. L’enchainement Dirges of Elysium / Debauchery et la fantastique pièce finale Elysium sont des modèles de savoir-faire et d’efficacité, le tout entretenu dans une atmosphère à couper au couteau, bonne à renvoyer la majorité des clones au placard. Y’a pas à dire, c’est vraiment la grande classe dans le clan Mc Entee en ce moment, n’ayant eu à mon sens qu’un véritable égal, Disma en 2011, sans vouloir déprécier quelques formations incantationnesques de qualité. Fabien.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire