Pain of Mind

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Neurosis (USA)
Nom de l'album Pain of Mind
Type Album
Date de parution 1987
Style MusicalHardcore
Membres possèdant cet album32

Tracklist

Re-Issue in 2000 by Neurot Recordings.
1. Pain of Mind 03:05
2. Self-Taught Infection 03:01
3. Reasons to Hide 03:02
4. Black 04:57
5. Training 01:01
6. Progress 01:47
7. Stalemate 02:29
8. Bury What's Dead 02:05
9. Geneticide 02:34
10. Ingrown 02:26
11. United Sheep 03:05
12. Dominoes Fall 03:00
13. Life on Your Knees 02:19
14. Grey 02:38
Bonustracks (Re-Issue 2000) CD 2
1. Stalemate (Live at Gilman '88) 02:48
2. Black (Live at Gilman '87) 06:10
3. Instrumental (Live at Gilman '88) 03:12
4. Grey (Live at WFMU '89) 02:39
5. Pollution (Live at WFMU '89) 03:52
6. Life on Your Knees (First Demo Tape) 02:50
7. Reasons to Hide (First Demo Tape) 03:21
8. Ingrown (First Demo Tape) 02:40
9. Pain of Mind (First Demo Tape) 03:49
10. Dominoes Fal (First Demo Tape) 03:17
Total playing time 37:29

Chronique @ Svartolycka

06 Fevrier 2005
Nous sommes en 1987, cela fait deux ans que le groupe californien est formé (dans la banlieue d’Oakland) et voici que leur premier album est arrivé. Steve Von Till n’est pas présent sur ce disque laissant sa place à Chad Salter, une voix très conventionnelle par ailleurs et n’important que dalle. Dés la vision de la pochette, on sent bien qu’on est encore loin de ce que le groupe nous offrira quelques années plus tard.

Ce court album (34 minutes) est une pièce de hardcore/punk sortie des cavernes. Influencé par Black Flag, Neurosis nous pond des titres ne dépassant rarement le stade des trois minutes pour une musique efficace, brute et sans fioriture (pas de samples bruitistes). Le tempo est rapide avec même des blasts bien punks, mais c’est bien là la patte punk que le groupe a calquée sur les combos de la côte Est des U.S.A que l’on entend. Je crois que c’est clair, « Pain of Mind » n’a rien d’un album culte. D’accord, ça rentre dans le lard, ça se la joue rebelle de la société de base et l’on se marre presque en lisant les paroles tellement que ça paraît gamin (premier album, on ne leur tiendra pas trop rigueur, tout de même). D’accord, on discerne des mélodies étranges prouvant bien là que la volonté du groupe était bien de sortir des sentiers battus, mais bon... Le résultat de ce premier disque est plus aujourd’hui d’une valeur strictement archéologique, d’ailleurs qui a envie de se procurer ce disque ? Car mis à part les fans du groupe (moi par exemple) qui l’écouteront rarement et les amateurs du vieux hardcore/punk engagé des années 80 (et le son s’en ressent), cette pièce n’intéressera pas vraiment les néophytes. Cela étant dit, se remettre un bon vieux hardcore des eighties, ça ne fait pas que du mal. Ceci prouve, comme quoi la base du groupe reste bien le hardcore/punk.

À noter aussi que la réédition du premier album est assez complète puisque la pièce « Pain of Mind » devient un double disque avec des morceaux inédits live (le titre « Black » est entièrement transformé et pour le coup très bien fichu) ainsi que leur première démo cassette qui mine de rien en avait déjà pas mal à dire (même le son n’est pas trop mauvais). Certes pas vraiment méga-indispensable (comme l’album), mais vraiment bien foutue.

Un premier disque pour les nostalgiques du hardcore californien et les Indiana Jones de Neurosis.


0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire