Lucifer Over Athens

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Rotting Christ
Nom de l'album Lucifer Over Athens
Type Live
Date de parution 21 Août 2015
Style MusicalBlack Gothique
Membres possèdant cet album22

Tracklist

DISC 1
1.
 666
Ecouter05:40
2.
 Dub-saĝ-ta-ke
 03:01
3.
 Athanati Este
Ecouter05:18
4.
 Κατά τον δαίμονα του εαυτού
 04:48
5.
 Nemecic
Ecouter04:31
6.
 After Dark I Feel
Ecouter04:03
7.
 Sorrowful Farewell
Ecouter04:38
8.
 Among Two Storms
Ecouter04:21
9.
 Gloria de Domino Inferni
Ecouter01:34
10.
 Feast of the Grand Whore
Ecouter03:29
11.
 The Nereid of Esgalduin
Ecouter03:39
12.
 Forest of N'Gai
Ecouter04:31
13.
 The Sign of Evil Existence
Ecouter02:01
14.
 Transform All Sufferings into Plagues
Ecouter04:01
15.
 Fgmenth, Thy Gift
Ecouter04:01
16.
 Societas Satanas (Thou Art Lord Cover)
Ecouter03:51

Durée totale : 01:03:27



DISC 2
1.
 Demonos Vrosis
Ecouter04:57
2.
 Quintessence
Ecouter04:28
3.
 The Call of the Aethyrs
Ecouter04:49
4.
 In Yumen - Xibalba
Ecouter06:33
5.
 Grandis Spiritus Diavolos
Ecouter05:46
6.
 Welcome to Hel
Ecouter04:36
7.
 King of a Stellar War
Ecouter06:06
8.
 Archon
Ecouter04:04
9.
 Exiled Archangels
Ecouter04:16
10.
 Dive the Deepest Abyss
Ecouter03:29
11.
 The Fourth Knight of Revelation
Ecouter04:29
12.
 The Sign of Prime Creation
Ecouter03:24
13.
 Non Serviam
Ecouter04:29
14.
 Enuma Elish
Ecouter04:49
15.
 Noctis Era
Ecouter05:33

Durée totale : 01:11:48

Acheter cet album

Rotting Christ

  • Dub-sa?-ta-ke
  • ???? ??? ??????? ??? ??????


  • Chronique @ Icare

    03 Octobre 2015

    31 titres pour près de 2h15 d’un show magistral aux allures de best of immanquable

    Putain, 27 ans ! 27 ans que Rotting Christ, groupe emblématique de la scène grecque, ayant contribué à en façonner le son et l’identité si uniques au côté de ses compères de Necromantia et autres Rotting Christ ou Septic Flesh, délivre son dark metal sulfureux et romantique et parcourt les scènes du monde entier.

    La réputation des vétérans hellènes n’est plus à faire depuis longtemps, ceci dit, il manquait encore quelque chose pour parachever leur admirable carrière à la longévité exemplaire (onze albums quand même, excusez du peu !): la horde grecque n’avait toujours aucun enregistrement live officiel à son actif sinon quelques bootlegs grésillants à la légitimité douteuse.
    Il était donc grand temps de pallier ce manque dans la carrière du groupe, et c’est désormais chose faite avec ce Lucifer Over Athens enregistré à la maison en décembre 2013 devant un parterre de fans conquis. Et qui a toute les raisons de l’être d’ailleurs, jugez plutôt : 31 titres pour près de 2h15 d’un show magistral aux allures de best of immanquable, il y a plutôt de quoi être satisfait !


    C’est le titre 666 tiré du dernier excellent album du groupe qui nous accueille en douceur, nous plongeant dans une ambiance à la fois épique, guerrière et mystérieuse à coups de cornes de brumes, de choeurs évanescents, de claviers sibyllins et de mantras guerriers.
    Et c’est parti pour 2h15 de concert, les Grecs nous servant un set très carré et relativement dépouillé, direct et sans beaucoup d’artifices, principalement axé sur un jeu de guitares efficace et maîtrisé. Les mélodies typiques du groupe sont donc bien mises en avant, avec un son excellent, peut-être même un peu trop propre pour un live déploreront les grincheux, qui argueront que le tout manque un peu de ce côté rugueux, crasseux et sauvage que l’on est en droit d’attendre d’un live de metal extrême.
    En même temps, il s’agit de Rotting Christ, groupe qui n’a jamais été réputé pour sa grande violence, et le live, assez fidèle aux versions studio, ne transfigure pas particulièrement l’art des Grecs, qui reste définitivement un dark metal entraînant, mélodique et accrocheur à défaut d’une musique vraiment agressive et démoniaque.

    Reste que le mix est carrément excellent, et on apprécie vraiment l’effort du quatuor, qui a dû passer pas mal de temps à retravailler ses bandes pour obtenir un son à la fois clair et puissant et offrir ainsi aux amateurs du groupe une qualité d’écoute optimum: aucun instrument n’empiète sur les autres, et tous forment une cohésion musicale parfaite – même la basse est audible, ce qui est assez rare pour être souligné, et les claviers, discrets, complètent idéalement le tableau, tissant en fond des toiles épiques et oniriques qui ajoutent une profondeur appréciable à la musique et aident à s’immerger totalement dans l’univers de Rotting Christ.
    Les guitares enchainent les riffs imparables aux mélodies entêtantes avec une fluidité peu commune (Forest Of N’Gai et son très bon solo mélodique qui résonne de manière étonnamment limpide, l’excellent solo de Societas Satanas, parfaitement retranscrit), et les Grecs font preuve d’une belle énergie (Quintessence, ou In Yumen – Xibalba, à la puissance redoutable, et sur lequel Themis Tolis s’en donne à cœur joie en martelant ses fûts comme un sourd), avec un jeu très propre et soigné. Sakis est sacrément en forme et en voix, haranguant régulièrement la foule entre les morceaux pour relancer la machine, et livrant une prestation impeccable, à la fois puissante, juste et carrée.

    Au niveau des titres, il y a à boire et à manger, et on sent bien que Rotting Christ présente ce live comme un bon condensé de ses plus de 25 ans de carrière : toutes les périodes du groupe sont représentées, et on appréciera notamment de trouver de nombreux morceaux du premier album culte de 93, The Mighty Contract, ainsi que quelques morceaux ancestraux tels Feast of the Grand Whore ou Forest of N’ Gai, datant de démos précédant cette pièce d’anthologie.
    Avec six titres de The Mighty Contract et trois pièces de choix du petit dernier, Kata Ton Daimona Eaytoy, la boucle est bouclée, le groupe ne faisant l’impasse que sur un Khronos, qui, il est vrai, ne représente pas l’apogée musicale des Grecs. Les tubes s’enchaînent donc, mêlant moments de rage et d’agressivité et passages plus intimistes et contemplatifs, unissant passé et présent d’un groupe à la patte toujours identifiable, et, même si c’est l’aspect le plus brut de Rotting Christ qui est mis en avant, la dimension épique n’est pas pour autant totalement délaissée, avec des titres comme Demonon Vrosis, aux choeurs féminins et aux claviers mystérieux bien présents, ou The Call of The Aethyrs, titre puissant servi par des orchestrations qui rajoutent une profondeur non négligeable au titre, et cette outro aux allures de BO de peplum, préservant ainsi l’esprit si cher au groupe.

    En fin de set, un The Sign of Prime Creation explosif vient remettre le feu au pit avec ces magnifiques riffs roulants chargés d’une beauté et d’un mysticisme ésotériques, s’enchaînant judicieusement sur le classique Non Serviam, toujours aussi impeccablement servi par ces guitares lourdes et majestueuses. Le concert se termine sur un Noctis Era païen et fédérateur, avec ces éructations sauvages et ce rythme guerrier aux faux airs d’Amon Amarth grec, et les clameurs d’un public éreinté mais transi.


    Que dire de plus ? Avec 31 morceaux pour plus de deux heures d’un show retranscrivant parfaitement l’identité du groupe de ses débuts à aujourd’hui, Rotting Christ prouve s’il en était encore besoin qu’il est un grand groupe, aussi à l’aise sur les planches qu’en studio. Une belle pièce à posséder absolument pour tous les amateurs du groupe, en espérant qu’on n’aura pas à attendre 27 autres années pour la sortie du prochain live...

    1 Commentaire

    4 J'aime

    Partager
    Darksaucisse - 05 Octobre 2015: Et bien merci pour ta chro', bien rédigée comme à l'accoutumée ! J'ignorais totalement la sortie de ce live de la part des grecs ! Et il semblerait que ce soit un live à tirage limité ! En tout cas je vais m'écouter ça !
      Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire