Low

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Testament
Nom de l'album Low
Type Album
Date de parution Septembre 1994
Style MusicalThrash Bay Area
Membres possèdant cet album333

Tracklist

1.
 Low
 03:33
2.
 Legions (in Hiding)
 04:17
3.
 Hail Mary
 03:32
4.
 Trail of Tears
 06:06
5.
 Shades of War
 04:40
6.
 P.C.
 02:50
7.
 Dog Faced Gods
 04:02
8.
 All I Could Bleed
 03:37
9.
 Urotsukidōji
 03:39
10.
 Chasing Fear
 04:56
11.
 Ride
 03:06
12.
 Last Call
 02:40

Durée totale : 46:58


Chronique @ eulmatt

23 Novembre 2007
Pour la totalité des mythes du thrash metal des eighties, l’arrivée des années 90 fût un cap des plus difficiles à passer. Carrément fatales pour certains, mêmes pour les plus grands ces années furent d’abord celles de la concurrence écrasante du death metal, puis de l’émergence de nouveaux acteurs comme Pantera ou Machine Head qui se mirent à tailler des croupières aux anciens.
Pour ne se concentrer que sur le groupe de la Bay Area qui nous concerne ici, le constat est identique. Le temps du firmament de The Legacy est bien consommé, et restant sur un Ritual qui n’a pas convaincu, Testament est bien décidé à ne pas rester en rade sur le bord de la route.

Ils jettent donc toutes leurs forces dans la bataille en sortant Low en 1994, dont le contenu indique clairement une volonté de sonner moderne.

L’effet de surprise se veut saisissant dès les premières notes de Low : guitares puissantes, rythmique mid-tempo en acier forgé, et surtout évolution du chant de Chuck avec une présence et un coffre rappelant par moments de Phil Anselmo… Legions confirme ce virage assez spectaculaire, avec la recherche systématique de riffs roulants, massifs, claquants à l’impact, appuyé par une basse assez lourde et une batterie martiale au jeu déhanché, qui occupe bien l’espace, abusant de double pédale pour densifier le tout. Les recettes de ce qu’on appellera plus tard le post-thrash, et un certain héritage de techniques de bases du death metal : Testament frappe là où il n’est pas attendu, et enfonce un peu plus le clou avec Hail Mary, du même tonneau. Toujours cette rythmique lente à mid-tempo, mais imposante, un chant volontaire et quelques soli bien sentis, qui eux, font partie de la marque de fabrique déjà bien connue. Tout cela est foutrement bien en place.

La rupture s’arrête un instant avec Trail Of Tears, sempiternelle balade au chant clair et aux recettes éculées que maîtrisent parfaitement Testament. Toujours un bon moment d’ailleurs, où le toucher et la créativité de ces diables de gratteux font merveilles.

La marche en avant reprend dans cette même veine post-thrash (un bon Shades Of War, un passable P.C), mais le deuxième gros effet de surprise intervient avec Dog Faced Gods : du death metal, pur et dur, ni plus ni moins, avec un couplet virulent couvert par les growls respectables de Chuck Billly ! Dommage que Testament n’aille pas au bout de ses idées sur le refrain chanté un peu hors de propos. Un chant de death que l’on retrouve d’ailleurs parsemé çi et là (comme sur la fin de l’énergique Ride).

La fin de l’album demeure toutefois un peu approximative, seul Chasing Fear tenant solidement son rang. Dommage, car le fil est de fait un peu perdu et l’album perd un peu de sa vitesse de croisière en s’égarant dans de trop nombreuses voies.

Alors, que penser de ce Low, au delà du décontenancement qu’il a suscité à l’époque de sa sortie ? Avec une pointe de lucidité il est juste de détecter dans la démarche de Testament une certaine part d’opportunisme : rompant fortement avec son passé, les Américains ne font pas dans l’innovation, l’album étant largement constitué « d’emprunts » aux styles les plus en vogue, du post-thrash de Pantera au death metal. Une démarche artistique toujours sujette à critique. Cependant, dans leur volonté d’exister, et en s’appuyant sur leur indéniable talent et leur technique redoutable, les thrashers sont irréprochables dans la finition et la musique proposée tient diablement la route.
Disque qui doit être avant tout vu comme celui de la transition, donc en manque de maturité et hésitant sur la voie artistique à suivre. Au-delà, son importance dans la discographie de Testament est indiscutable. En s’accrochant de la sorte, quitte à s’appuyer sur de nouveaux référentiels stylistiques, le groupe parvient à survivre aux terribles années 90 et à construire sûrement les bases de son avenir, avec en point de mire lointain un grand coup d’éclat à venir nommé The Gathering.

13 Commentaires

8 J'aime

Partager

thefastandgrind - 30 Juillet 2012: mais souls of black est vraiment bien comparé à low!!
ZazPanzer - 02 Fevrier 2013: Je viens de le racheter en cd, et je suis vraiment très agréablement surpris. A l'époque de sa sortie, j'avais été décontenancé par sa brutalité, sa linéarité et son manque de mélodie; ce qui m'avait conduit à me débarrasser du disque. Aujourd'hui, avec le recul et des oreilles un peu plus habituées à des sonorités brutales, il passe tout seul et avec beaucoup de plaisir. Low, Hail Mary, Ride, quelques exemples parmi d'autres de bombes à redécouvrir de cet album finalement peut être trop mésestimé. Par contre la pochette est vraiment naze, et le booklet aussi, on n'a vraiment pas envie de se plonger dedans. Et dernier point, la dernière instrumentale, même si elle reste sympathique sorti du contexte de l'album me paraît vraiment décalée (trop soft, trop courte, pas de solo), un mauvais choix pour refermer ce disque coup de poing dans ta face.
samolice - 25 Juillet 2013: Merci pour la chro.
"Hail mary" m'a laissé sur le cul. J'adore!
J'ai également apprécié les soli de Murphy. D'ailleurs, mention très bien au livret qui précise pour chaque titre qui joue les soli. C'est de plus en plus rare et c'est dommage car c'est sympa de savoir qui joue quoi et quand lorsqu'il y a deux guitaristes.
grogwy - 13 Novembre 2016: Il aura donc fallut attendre le premier changement de line-up (depuis le départ de Steve Souza pour Exodus, et cela avant l'enregistrement du référentiel "The Legacy" en 1987), pour que Testament abandonne son Heavy/Thrash Metal "domestiqué", pour de nouveau nous offrir (enfin) un Speed/Thrash Metal sauvage et agressif.
En effet, exit le guitariste-virtuose Alex Skolnick (qui rejoindra Savatage pour enregistrer "Handful of Rain en 1994) et le batteur Louie Clemente, place à l'excellent guitariste James Murphy au cv impressionnant (ex-Agent Steel, Hallows Eve, Death, Obituary, Cancer, et Disincarnate...ouf !), et au non moins excellent batteur John Tempesta (ex-Exodus).
Certes le son du groupe s'est étoffé, et Chuck Billy chante dans un registre plus grave, mais à l'écoute de ces brûlots que sont "low", "hail mary" (et ses riffs aux sonorités quasi industrielles), ou encore le brutal "dog faced gods" personne ne peut nier que Testament opère ici un véritable retour en force !
Evidemment l'énorme succès qu'a obtenu Pantera en 1992 avec "Vulgar Display of Power", n'est pas absolument pas étranger à ce retour à un style plus brutal.
Ceci dit même si Testament n'a pas (encore) complètement tourné la page de son récent passé, continuant à nous proposer des morceaux heavy ("p.c."), et surtout la ballade de rigueur ("trail of tears"), il a par contre retrouvé son chemin, ce qui n'est déjà pas si mal...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ krashno

26 Août 2006
Après la sortie du trés bon album de thrash mélodique "The Ritual", boudé par les fans. "Low" marque le retour de Testament à des horizons musicaux plus agressifs. Dès le premier titre, on se rend compte que la métamorphose, qui va les mener au thrash-death moderne de "Demonic", est en marche. "Dog faced Dog" et ses vocaux death ou les intenses "Hail Mary" et "Ride" confirment cette tendance.

Cependant, le groupe n'hésite pas à varier les plaisirs en proposant des morceaux mélodiques plus classiques ("Legions in Hiding", "All i Could bleed"), une agréable ballade ("Trail of Tears"),un brûlot politique très direct("PC") ou le sombre et presque étouffant "Shades of War". Enfin, deux instrumentaux - pas très réussis -("The Call", l'expérimental "Urotsukidodj") et le moyen "Chasing Fear" renforcent l'impression "fourre-tout" de l'album, dont on peut juste reprocher l'hétérogénéité (prouvant au passage que le groupe n'est pas encore tout à fait sûr de sa direction artistique). Néanmoins, "Low" montre une volonté évidente, de la part de Testament, de se renouveler sans renier ses racines... Le meilleur reste à venir!

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
thefastandgrind - 31 Juillet 2012: Cet album est vraiment le plus mauvais de groupe, à cette époque ils sont en transition, ils se cherchent mais ce qu'ils ont trouvés est à des années lumières de ce qu'ils nous ont proposés. Heureusement que notre ami alex est revenu mettre de l'ordre dans ce bordel et c'est tant mieux 10/20 pour moi
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire