The Formation of Damnation

Liste des groupes Thrash Bay Area Testament The Formation of Damnation
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Testament
Nom de l'album The Formation of Damnation
Type Album
Date de parution 25 Avril 2008
Labels Nuclear Blast
Style MusicalThrash Bay Area
Membres possèdant cet album469

Tracklist

1.
 For the Glory Of...
 01:12
2.
 More Than Meets the Eye
 04:31
3.
 The Evil Has Landed
 04:44
4.
 Formation of Damnation
 05:09
5.
 Dangers of the Faithless
 05:48
6.
 The Persecuted Won't Forget
 05:49
7.
 Henchman Ride
 04:01
8.
 Killing Season
 04:53
9.
 Afterlife
 04:14
10.
 F.E.A.R.
 04:47
11.
 Leave Me Forever
 04:28

Durée totale : 49:36


Chronique @ eulmatt

06 Mai 2008
Si tout se jouait au mérite, Testament serait assurément sacré roi du thrash metal actuel. S’accrochant avec vigueur tout au long des années 90, pour finir en apothéose avec l’incroyable The Gathering, Chuck Billy et Eric Petterson peuvent se targuer non seulement d’être le seul des monstres sacrés américains à avoir braver la tempête de la sorte, mais également d’avoir déclenché le signal du renouveau du thrash dans ses plus beaux atours dès 1999.
Les années ont passé, et désormais, même les vieux collègues historiques de la Bay Area (Exodus, Death Angel) sont réapparus au sommet de leur forme. Le successeur de The Gathering étant annoncé depuis bien (trop ?) longtemps, un strapontin au premier rang avait été toutefois soigneusement réservé pour Testament. On connaît la suite, les péripéties qui ont amené à ces presque dix ans stériles passés, puis enfin, The Formation of Damnation naquit.

Habitué des line-up mouvants sur les derniers albums, le duo s’est attaché cette fois-ci à reconstituer le noyau historique autour d’Alex Skolnick à la guitare et de Greg Christian à la basse. A la batterie, on trouve Paul Bostaph, l’un des trois plus fameux mercenaires batteurs de Californie avec Gene Hoglan et Dave Lombardo.

Premières impressions après tant d’attente fébrile ?

Pour commencer par le début, on dira que le disque met un certain temps à prendre sa vitesse de croisière. Après une jolie intro qui annonce le riff-thème principal de More Than Meets The Eye, on entre dans le vif du sujet. Chuck Billy a toujours ce timbre si appréciable, le tout ronronne gentiment sur un tempo plutôt moyen, mais sorti de la redondance volontariste de son riff, le morceau laisse une impression mitigée. Cela ne s’arrange pas vraiment avec The Evil Has Landed, toujours calé sur du mid-tempo. Bien carré, bien fini, soigné dans ses transitions, le heavy-thrash catchy de Testament se déguste facilement mais manque un poil d’allant. Bien loin d’apparaître comme une évolution logique de l’album précédent, ce début de disque paraît inspiré d’un héritage plus lointain. Sauf que le titre suivant, Formation Of Damnation, remet –enfin- les pendules à l’heure. On retrouve le chant plus guttural de Chuck, venant s’appuyer sur une compo bien plus virulente. Bostaph semble enfin se lâcher, et le premier headbanging est de la partie. Rien non plus de révolutionnaire, notamment dans la partie centrale du morceau où le matraquage plus lent ne fait pas dans l’original. Sauf que l’accélération finale vient juste à point pour conclure quand même un bon moment de plaisir. Gros morceau que ce titre.
La montée d’adrénaline se fait salement doucher par le morceau suivant, sans doute le plus insipide du disque. Là encore, pas de faute de goût particulière, mais ce thrash déjà entendu, assez poussif et au refrain pas accrocheur pour deux sous n’a pas le supplément d’âme que l’on espère, malgré de jolis soli et une rythmique volontaire.
Testament semble enfin trouver sa vitesse de croisière à partir de The Persecuted Won’t Forget, plus varié et incisif, que ce soit au niveau des guitares, du chant ou du tempo. Henchman, malgré sa rythmique « tagada-tagada » un peu éculée, recèle une belle énergie qui se révèle à mi-morceau. Même Killing Season, plus mou du genou, passe relativement bien grâce à des lignes guitaristiques pertinentes, donnant un côté rock n’roll très agréable. Après un Afterlife très quelconque et un poil soporifique, le très catchy F.E.A.R vient à point pour relancer la machine. Pas d’envolées supersoniques ici, mais son petit riff sautillant bien épaulé par de bonnes parties de double du père Bostaph, alternant avec un refrain bien accrocheur, donne un joli relief au morceau.
Le tout se finit par un morceau assez mélancolique et finalement plutôt sombre, Leave Me Forever, qui tranche assez nettement avec l’esprit global du disque.

Vous aurez compris à mes nombreux bémols que The Formation of Damnation ne m’a pas procuré les mêmes frissons que le dernier Exodus, par exemple. Etais-je trop naïf en croyant que Testament allait nous refaire le coup de The Gathering ?
Toujours est-il que Chuck Billy et sa bande sont rentrés dans le rang. Il s’agit premier rang, tout de même, et le fameux strapontin leur revient malgré tout. L’album est de qualité, proposant un thrash plutôt mid-tempo bien ficelé, accrocheur, à la production irréprochable (tout de même), qui ravira les fans du genre. Mais personnellement j’y vois une légère régression par rapport à The Gathering, The Formation of Damnation apparaissant moins moderne et peut-être plus poussif, allant chercher des inspirations dans la vieille discographie du groupe (et c'est une réussite à ce niveau),alors que son prédécesseur semblait définitivement tourné vers l’avenir.
Et sans réel grief envers Testament, je ne peux qu’exprimer une pointe de déception et d’amertume toute personnelle, qui reste quand même anecdotique à l'heure du bilan.

34 Commentaires

17 J'aime

Partager

 
zvlorg - 29 Mars 2011: c'est vrai qu'il s'essouffle à partir de Dangers Of The Faithless, mais reconaissons que malgré une inspiration loin de celle qui a fait naitre les 4 premiers (j'insiste sur le 4 car j'adore Souls Of Black!), Testament s'en tire assez bien et conserve au moins sa capacité à balancer du riff efficace et des rythmes entrainants sur le premier tiers de l'album, après c'est sur qu'on est en droit d'attendre plus, peut-être un jour
samolice - 09 Fevrier 2012:

Je considère que l'album commence formidablement bien mais baisse en qualité au fur et à mesure des morceaux. En outre, ces derniers ont tendance à se ressembler d'où un sentiment mitigé.
En revanche, je veux crier haut etfort combien j'admire Alex Skolnick.

 
spiritualhealing - 04 Août 2012: Pour ma part je trouve que c'est à partir du 7 ème titre qu'il s'essoufle, je trouve qu'un album de thrash ne doit pas être long dans tout les cas et 11 titres ça fait trop, sinon les six premiers titres sont vraiment excellent!
thrasheavy - 15 Janvier 2016: Je trouve pareil qu'il s'essouffle un peu à partir de Dangers of the Faithless même si c'est un bon album quand même, et la plus grosse frustration pour moi est The Persecuted Won't Forget : commencer par une putin d'intro thrash du tonnerre et calmer le jeu pour la rendre plus fade juste après c'est juste un crime pour moi xD. En fait faut prendre cet album comme un compromis entre thrash et heavy et du coup ça passe mieux.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ francoff

07 Août 2008
Tout d'abord, avant cet album et avant vendredi dernier je ne m'étais jamais penché sur le cas Testament ; ce fameux quintette de thrash métal, qui aurait mérité d'intégrer le big four, en le transformant en great five (bon ok, j'invente là) !

Je rentre dans un supermarché (mon disquaire métal préféré étant fermé pour vacances) et je décide donc de me diriger vers le rayon métal pour débusquer une thrasherie maison, mes cervicales étant bien encrassées.

Tranche de vie passionnante, vous me l'accorderez, mais où cela nous mène t-il ?

J'y viens justement. je cherche dans les T, me demandez pas pourquoi, et je tombe sur cette pochette, magnifique. Je regarde le logo au-dessus, excellent, un grand du thrash, une valeur sûre (à l'instar d'un Slayer ou d'un Megadeth par exemple).

Je passe le code barre sous le lecteur, magnifique il est en mémoire.

Rien qu'à entendre 10 secondes de chaque chanson, je me dis "Wah on m'a pas menti !"… Jusqu'à arriver à la piste 6 "the persecuted won't forget" : un riff bien speed thrashy comme je les aime, des paroles engagées, comme je les aime aussi.

Rien que pour ce titre l'achat du bousin est obligatoire, c'est d'ailleurs ce qui a fait pencher mon porte monnaie, mais le meilleur restait a venir.

Ce que j'entends par le meilleur, c'est le titre éponyme de la galette, qui démarre par un break ma foi excellent, bostaph (bien qu'il soit sous-mixé sur cet album) nous prouve que c'est un excellent cogneur, d'où son passage chez Slayer. Mais ce qui me plait vraiment, c'est la voix qu'adopte chuck sur cette chanson, à la limite d'un bon death old school, qui contraste avec cette voix de vilain canard qui thrashe sur le reste de l'album.

Pour moi ces deux titres précédents sont les plus réussis, le reste, du bon thrash avec un niveau technique excellent. Scholnick et Peterson abattent chacun un boulot formidable de leur coté, surtout au niveau vitesse, et inventivité des riffs.

Enfin bref, cet album m'a donné envie de connaitre plus en détail ce groupe sous-estimé qu'est Testament.
J’espère vous avoir donné la même envie !

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ metalfans27

29 Mars 2011

Le retour !

Aujourd’hui je m’attaque à un des groupes mythiques du Thrash Metal et leur dernier album sorti en 2008 nommé The Formation of Damnation. Après une absence de 9 ans dans les studios, Testament nous revient plus en forme et plus enragé que jamais. La première question qui nous vient à l’esprit avant l’écoute de cet opus est est-ce que The Formation of Damnation sera aussi puissant que The Gathering sorti il y a près de 9 ans déjà ? Un album mythique qui auras donné un certain souffle à la scène Thrash de l’époque…

Aussitôt l’album commencé, on s’aperçoit déjà que l’album sera excellent. Le premier morceau de l’album For The Glory Of… d’environ 1 minute nous donne déjà un avant goût du prochain morceau More Than Meets The Eye (qui a sensément le même riff que For The Glory Of…). L’album se poursuit avec d’autres excellents titres mais un en particulier ayant piqué mon attention est le morceau éponyme de l’album Formation Of Damnation avec un Thrash Brutal se rapprochant presque du Death quelques fois, la voix de Chuck Billy est à son meilleur ! Les titres de l’album se suivent extrêmement bien d’un titre à l’autre et la première chose que nous savons c’est que nous sommes presque rendu à la fin de l’album avec le 10e titre (l’avant-dernier) F.E.A.R. ! Ce morceau, je l’affectionne particulièrement, c’est un mélange entre Metallica des années ‘80 et Testament avec un refrain qui vous restera sur les lèvres.

Bref cet album ne sera peut-être pas l’album du siècle ou de la décennie sur la scène du Metal ça mérite amplement le détour. Jamais nous aurions cru qu’après près d’une décennie sans album studio, ce groupe désormais légendaire ferait un tel album.

Un retour en force de Testament !

17/20

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire