Live

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe AC-DC
Nom de l'album Live
Type Live
Date de parution 23 Octobre 1992
Labels Epic Records
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album691

Tracklist

TWO DISCS VERSION
DISC 1
1. Thunderstruck
2. Shoot to Thrill
3. Back in Black
4. Sin City
5. Who Made Who
6. Heatseeker
7. Fire Your Guns
8. Jailbreak
9. The Jack
10. The Razors Edge
11. Dirty Deeds Done Dirt Cheap
12. Moneytalks
DISC 2
1. Hells Bells
2. Are You Ready
3. That's the Way I Wanna Rock 'n' Roll
4. High Voltage
5. You Shook Me All Night Long
6. Whole Lotta Rosie
7. Let There Be Rock
8. Bonny
9. Highway to Hell
10. T.N.T.
11. For Those About to Rock (We Salute You)
ONE DISC VERSION
1. Thunderstruck 06:34
2. Shoot to Thrill 05:23
3. Back in Black 04:28
4. Who Made Who 05:16
5. Heatseeker 03:36
6. The Jack 06:57
7. Moneytalks 04:19
8. Hells Bells 06:01
9. Dirty Deeds Done Dirt Cheap 05:02
10. Whole Lotta Rosie 04:30
11. You Shook Me All Night Long 03:54
12. Highway to Hell 03:59
13. T.N.T. 03:47
14. For Those About to Rock (We Salute You) 07:07
Total playing time 1:11:53

Acheter cet album

 $68.00  39,99 €  16,99 €  £12.29  $40.06  14,60 €  13,79 €
Spirit of Metal est soutenu par ses lecteurs. Quand vous achetez via nos liens commerciaux, le site peut gagner une commission

AC-DC


Chronique @ dark_omens

27 Septembre 2013

Un album Live terriblement séduisant...

Chroniquer un album Live est toujours une manœuvre éminemment délicate puisque au-delà de la profession de foi consistant à détailler une énième fois l'aspect technique d'une telle œuvre, et ce en énonçant certaines de ces subtilités sonores, ce genre d'opus n'offre rien, ou si peu, de véritablement digne de remplir les pages d'un article aussi modeste fut-il. Et même lorsque l'entreprise est celle des illustres Australiens d'AC-DC, l'affaire finira invariablement en une éternelle succession de commentaires tenant davantage du lieu commun et dont l'aspect le plus passionnant, point culminant s'il en est, sera l'exposé de la liste des titres sélectionnés. S'ensuivra alors ; à l'aune des goûts de chacun, soit une déception de ne pas voir figurer sur ce nouveau manifeste, témoignage criant de l'amour entre un groupe et ses adeptes, certains morceaux. Soit, a contrario, une réelle satisfaction d'y voir apparaître les mêmes.

Mais ne soyons pas exagérément cyniques et plions-nous donc, une fois encore, à ce sacerdoce en nous intéressant aujourd'hui à l'album Live sorti en 1992 par le plus illustre des groupes de Hard Rock, ou Heavy Boogie Blues, emmené par le légendaire guitariste Angus Young. Faisons le avec application car, à dire vrai, et contrairement à ce que laisserait entendre le préambule pour le moins désabusé de cette chronique, ce disque éponyme aura quelques atouts non négligeables aux oreilles des puristes amateurs de l'art d'AC-DC.

Tout d'abords parce qu'il constitue le premier témoignage concret, complet et officiel, des prouesses de Brian Johnson sur des chansons sur lesquelles autrefois le regretté Bon Scott avait tant excellé. Leur donnant une coloration particulière et différente, Brian aura eu l'intelligence de préserver leur essence originelle. Et ainsi des pistes aussi savoureuses que l'excellent The Jack aux rythmes posés et à l'atmosphère bluesy, que le superbe High Voltage, que le remarquable Whole Lotta Rosie aux crescendo délicieusement nerveux, que le mythique Let There Be Rock ou que le splendide Highway to Hell, sont autant d'instants parfaitement convaincants. Notons que le dernier titre évoqué est introduit par Bonny, un court instrumental librement inspiré d'une vieille ballade écossaise (The Bonnie Banks O'Loch Lomond) que le groupe avait déjà enregistré naguère sous le titre Fling Thing. Rendant un vibrant hommage à ce chanteur que personne n'aura oublié et qui était originaire de cette terre gaélique, ce morceau contraste superbement avec l'aspect très efficace et très aiguisé de ce "chemin menant aux enfers" qui le suit.

Ensuite parce qu'en outre de ces classiques certains travaux plus récents viennent, eux aussi, apporter leur contribution à un album, décidément, très plaisant. Citons donc Thunderstruck, dont la construction et la progression se prête magnifiquement à la prestation publique, les incontournable Back in Black et Hells Bells, l'efficace Fire your Guns ou encore, par exemple, le très sombre The Razors Edge. Même le très moyen Moneytalks prend ici une dimension plus attachante.

Au final le seul reproche imputable à ce disque sera celui de présenter une sélection de titres provenant d'endroits et de moments différents de ce Razors Edge World Tour de 1990/1991. Ce faisant l'ensemble perd un peu d'unicité et de cohérence que lui aurait procuré un concert d'un seul tenant. Un aspect "Best Of Live" que d'aucuns, dont votre humble serviteur fait indéniablement parti, pourraient déplorer.

Toutefois ce défaut mineur n'entravera pas, ou si peu, le plaisir d'une écoute terriblement séduisante au son de ce très bon album Live.

8 Commentaires

9 J'aime

Partager

vale46 - 27 Septembre 2013: un très bon live qui sortait au bon moment car the razor edge a totalement relancé la carrière du groupe ,assez d accord avec le chroniqueur le seul défaut de ce disque c est bel et bien les coupures entre les morceaux .
swit35 - 28 Septembre 2013: Je ne vais pas redire ce qui a déjà été écrit, je partage dans les grandes les bonnes et mauvaises impressions sur ce double., j'étais présent à Vincennes aussi et je n'étais pas parvenu à rentrer dans le concert comme pour celui du Zénith en 86. J'ai souvenir d'un concert sans âme, spectaculaire mais froid... Pas mieux presque qu'un bon DVD !
dark_omens - 29 Septembre 2013: Merci à vous tous pour ce débat fort intéressant.

Je ne vais pas refaire ici ma chronique, mais, me concernant, j'aime vraiment ce double live. Sans doute qu'il y a aussi dans mon avis subjectif un peu de cette nostalgie du moment où je découvrais ce disque (une période vraiment heureuse mais je ne m'étalerais pas ici).

S'agissant de Moneytalks, je confirme que j'ai toujours trouvé ce titre très moyen. De plus, au milieu d'un Razor's Edge plutôt sombre et "Heavy", je l'ai toujours trouvé maladroit et inutilement enjoué. Mais certains d'entre-vous l'ont très bien dit, c'est avant tout une affaire de goût...
ELECTRICMAN - 30 Octobre 2021:

c'est vraiment dommage qu'ils n'aient pas conservé le son de la vidéo du live à Donington, puissant et clair, tout l'inverse de celui proposé sur ce CD, avec son excès de disto.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire