Fly on the Wall

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe AC-DC
Nom de l'album Fly on the Wall
Type Album
Date de parution 28 Juin 1985
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album626

Tracklist

1.
 Fly on the Wall
 03:43
2.
 Shake Your Foundations
 04:08
3.
 First Blood
 03:40
4.
 Danger
 04:22
5.
 Sink the Pink
 04:14
6.
 Playing with Girls
 03:44
7.
 Stand Up
 03:53
8.
 Hell or High Water
 04:31
9.
 Back in Business
 04:22
10.
 Send for the Man
 03:26

Durée totale : 40:03


Chronique @ largod

14 Mai 2013

Pas de quoi prendre la mouche

Il faut toujours penser à remettre les choses dans leur contexte d’époque. En ce qui concerne ce nouvel album de nos kangourous favoris enregistré aux fameux Mountain Studios de Montreux, il arrive à un moment charnière de leur carrière.

Au creux de la vague après un « Flick of the Switch » bien mal accueilli et une tournée mondiale à moitié boudée par le public, les Australiens sont les témoins privilégiés de l’apogée de la NWOBHM, de l’explosion du speed-metal made in San-Francisco Bay area et enfin du succès croissant du glam rock. Après un tryptique d’anthologie avec « Highway to Hell », « Back in Black » et « For Those About to Rock », les vieux démons et les débats sans fin ressurgissent : la perte inestimable de Bon Scott (RIP) va-t-elle sonner le glas des espoirs du groupe, Brian Johnson est-il de taille à assurer le futur d’AC/DC, le départ en fanfare de Phil Rudd n’est-il pas l’arbre qui cache la forêt ? Etc…

Alors que « Back in Black » talonne le « Thriller » du King of Pop dans les annales des meilleures ventes d’album de l’Histoire du disque, AC/DC ne se décide pas à splitter. A cette époque, beaucoup de fans attendaient un album de blues de la part des frères Young, de quoi se replonger dans les racines originelles du groupe et de laisser passer l’orage qui grondait au loin. Satisfaire les fans de la première heure était une option, AC/DC optera finalement pour une nouvelle autoproduction avec un album au titre aussi provocateur qu’inattendu « Fly on the Wall » constitué de 5 titres sur chacune des faces.

Quelle mouche a bien pu les piquer ?
Certainement celle des critiques incessantes ou des craintes à ne pas les revoir offrir au public un album de la trempe de la période glorieuse. AC/DC fait du big rock bien gras, ne sait faire que ça, persiste et signe. Comme les Rolling Stones, le jeune dinosaure reste fidèle à ses principes et les applique sans aucun état d’âme.

Le line-up reste inchangé par rapport au précédent album. Hormis l’artwork pour le moins insipide du peintre Todd Schorr que l’on aura connu plus inspiré, la mise en son saute à l’oreille de l’auditeur averti.
Les vocaux sont mixés de manière approximative comme si le groupe voulait cacher l’objet du mécontentement. Parfois le chant de certains couplets s’avère bien clair (« First Blood », « Danger », « Sink the Pink » entre autres) mais la voix de Brian disparait sur les refrains sous une avalanche de chœurs et dans une purée suraigüe quasi inaudible. La batterie bénéficie d’un traitement de faveur et Simon Wright assomme ses peaux goulument même s’il s’avère assez souvent en décalage de tempo avec le fidèle Cliff Williams, groovy à souhait. Le mur de guitares si célèbre de Mutt Lange se fendille par endroit. Angus nous offre des soli souvent trop brefs, en particulier sur la face 1, et le couple Malcolm/Angus s’érige en véritable tête de gondole à la tonalité pour le moins abrasive et puissante.

Les boys règlent leurs comptes avec tout d’abord un « Hell or High Water » de feu. En appui sur la grosse caisse, Simon expédie un beat énorme de batterie avant que les frangins Young ne tabassent un riffing à la « Fuck You All ». AC/DC est encore là, ça joue fort et ça cogne dans tous les coins. Le solo d’Angus termine le travail sur un up-tempo combatif et à haute teneur en décibels. Son enchaînement avec « Back in Business » n’est pas innocent. Sur un rythme à la ZZ Top période Eliminator, le feeling dégagé par le groupe sur le riff du refrain est aussi délicat que la nature des paroles. Même si le chant est mal mixé, ce titre n’en est pas moins costaud et direct, illuminé par un solo en toucher du diablotin Angus.
Néanmoins, l’album se clôture sur un « Send for the Man » trop lent et un ton en dessous du reste des autres morceaux, malgré un énorme son de batterie, une basse de terrassier et des guitares particulièrement tonitruantes.

Dommage car la face 2 avait débuté sur un « Playing with Girls » qui réveillerait les morts. L’entame explosive de ce faux titre lent se poursuit dans un déluge de gros riffing et sur un tempo de damné soutenu par la gouaille de Brian, avant qu’Angus n’atomise les enceintes sur un solo enfin déchainé. Cette belle attaque atterrit sur « Stand up », titre à part, flirtant entre boogie et blues. Oublions le refrain bateau et retenons le feeling tourbé des guitares et de la basse de Cliff Williams. Angus s’amuse sur ses licks avec son frère Malcolm et nous offre un solo plus long, bien dans le ton de ce morceau à redécouvrir.

N’en déplaise à certains, la face 1 ressort du lot et débouche les cages à miel, malgré les imperfections sonores d’une production trop brouillonne assurée par le groupe.

On y retrouve les ingrédients habituels du combo Australien. Le title track par exemple fait la part belle à un riffing de rasoir aiguisé à l’extrême et un son de basse, véritable poumon du groove de ce mid tempo guerrier. Le chant sacrifié par un choix inopportun, Simon Wright martèle de manière moins métronomique que son glorieux ancien derrière des chœurs bien plus en voix. La frappe de mule du jeune Britannique éclabousse comme le riff archi gras et collant des Young brothers un « Shake your Foundations » au titre annonciateur d’un tremblement de terre. Ce tsunami aurait atteint son but si le refrain trop prévisible avait été passé quelque temps à un régime multivitaminé.
La caisse claire subit à nouveau un supplice de premier choix sur un « Danger » lent comme un Black Sabbath trempé dans le bourbon et le blues. Le riffing énorme assèche l’espace et le chant surnage presque, malgré un traitement peu propice à le ménager. Bref solo en toucher d’Angus qui nourrit la dent creuse de ses fans transis.
Pour finir, AC/DC expédie deux jolies pièces d’artillerie avec un « Sink the Pink » aux sonorités de l’époque des canons de « For Those About to Rock ». L’attelage royal Malcolm/Cliff suit le sillon tracé par Simon Wright sur ce mid tempo au refrain entrainant malgré un solo d’Angus genre Finger de Cadury, trop court pour satisfaire notre appétit d’ogre. Avec un riff en doublette comme à la grande époque, « First Blood » déboule avec sa section rythmique concise et sèche. Enfin, Brian bénéficie d’un chant clair et chargé d’humour avant de disparaitre en partie sous les chœurs. Signalons la basse atomique de Sir Cliff Williams à la sortie des refrains. Sur un faux air de « Given the Dog a Bone », Angus surgit de sa boite pour nous planter un solo hors normes.

Près de 30 années plus tard, cet album correspond plus à un gigantesque bras d’honneur des boys aux critiques stériles qu’à une pierre angulaire de la discographie du groupe. Il mérite pourtant une écoute moins passionnée et intransigeante qu’à l’époque des discussions enflammées sur l’avenir d’AC/DC. La bande des frères Young annonçait sa non capitulation et il n’y avait finalement pas de quoi sortir la tapette à mouche. Encore alerte et agile, la drosophile du bush allait à nouveau faire parler d’elle.


Didier - mai 2013
Back in Business again…

25 Commentaires

17 J'aime

Partager

Hellsinner - 18 Juillet 2013: Moi c'est mon album preféré d'AC/DC. Je dois être le seul à penser ça parce que la chronique et vos com sont loins d'être faux, mais toutes les chansons sont super (en général yen a toujours 1 ou 2 que j'apprécie moins sur un album) si on met à part la production (et la encore je dois être l'un des rares à penser ça mais la prod' plombe pas tant que ça l'album). On a quand même droit à des bombes comme "Back in business" et "Shake your foundations" (ma chanson préférée d'AC/DC). Et puis les boys ont fait ce qu'ils voulaient, ce qui prouve que avec Mutt Lange, Rick Rubin ou en auto-production, AC/DC fait toujours des albums géniaux !
largod - 19 Juillet 2013: Merci pour ton commentaire plein de fougue.

Etant un brin plus vieux, je ne classe pas ce FOTW dans la top list du groupe mais ne me laisse pas indifférent.

Le son a toujours du mal à passer par moment car hyper boosté mais en déséquilibre voire criard pour la voix de Brian.

Je partage ta conclusion sur la liberté du groupe en tout cas.
mechant - 25 Juin 2019:

Je continue ma remonté des 80's avec cet album lui aussi battu en brèche,et descendu en flamme....

Comme pour son prédécesseur , je dois etre bon public car à la 3e écoute, mon analyse est des plus simple AC/DC vient de livrer 1 honnete album  avec ses bons et ses tres bons morceaux et ses titres de "remplissage". La prod est peut etre pas la meilleure mais franchement c est pas non plus la mort!

Là aussi je reste sur la même logique, s ils venaient à  livrer un album de la sorte les aussies regaleraient leurs fans...

D ailleurs je suis surpris qu' ils aient eradiqué certains morceaux de leurs lives car hormis "for ...."et" black...." silence radio sur le reste....alors qu ils pourraient donner 1 deuxième vie à ces grands oubliés pour notre plus grande joie.

ELECTRICMAN - 21 Novembre 2019:

D'accord avec toi sur le fait qu'il est dommage qu'ils n'aient pas profité d'un live pour redonner leur chance à quelques bons titres de cet album, à la prod très spéciale. 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ dark_omens

12 Novembre 2013

Un album irrégulier à la production difficile qui pourtant nous offre quelques titres superbes...

Fly on the Wall, treizième album studio des australo-britanniques d'AC/DC, est sans aucun doute l'un de ces album les plus décrié. Si, bien évidemment, la vindicte dont il est victime n'est pas totalement injustifié tant ses défauts sont indiscutables, il est temps de le défendre et de le réhabiliter. Du moins autant que faire se peut.

Pour réussir cette prouesse, il est parfois nécessaire de remettre certaines œuvres en perspective à l'aune d'autres comparaisons. Plus profitable pour elles, par exemple. Si Fly on the Wall ne pourra clairement pas rivaliser avec des albums aussi majeurs que Back in Black (1980), qu'en serait-il si l'on effectuait un parallèle naturel avec son piètre prédécesseur, Flick of the Switch (1983) ?

Mais avant d'en venir très précisément à ce rapprochement, commençons donc par nous débarrasser de certaines évidentes évidences. A ce titre établissons les défauts les plus communément admis concernant ce disque. Et ainsi parlons donc de sa production particulière. Une production qui rend les basses sonorités plus présentes donnant à l'ensemble un son plus feutré. Qui, de plus, met la voix de Brian Johnson un peu en retrait. Et qui, surtout, la nimbe d'une reverb un peu gênante. Le résultat de ce traitement ne dénature pas fondamentalement le propos des frères Young et de leurs complices. Il ne déséquilibre pas non plus outres mesures un ensemble plutôt cohérent. Il est néanmoins embarrassant et sera source de bien des déceptions. A d'autres niveaux de compréhension, on peut sans doute considérer qu'il découle, aussi, d'une volonté louable de changement après un désastreux Flick of the Switch.

Mentionnons également un fait indéniable: cette lenteur étouffante de titres lourd et pesant, celle là même qui conduisait irrémédiablement Flick of the Switch au pilori, est ici encore, par instants, de rigueur. Toutefois si elle ne parvient pas toujours à nous convaincre (Stand Up, Sand), elle est, fort heureusement, par moments, conjugué à une efficacité et à une inspiration suffisamment bonne pour ne pas totalement nous décevoir (Danger, Back in Business).

Au-delà de ces imperfections frappantes, il est aussi intéressant de noter que cet opus, clairement, est axé en deux parties bien distinctes. Une première très attractive où s'épanouissent de bons morceaux tels que Fly on the Wall, Shake your Foundations, First Blood, ou encore, par exemple, Sink the Pink dans lesquels AC/DC démontre quelques belles aptitudes à défendre ici ce Hard Rock si spécifique qui est le sien, particulièrement depuis Back in Black. Et une seconde qui débute avec Playin' with Girls qui s'il n'est sans doute un de ces titres mémorables dont la simple évocation éveillent en son auditoire le souvenir ému d'un plaisir assuré, demeure convenable. Malheureusement, au-delà de cette chanson, exceptions faites du Hell or High Water, l'œuvre s'enlise, piétine, trébuche et manque souvent de peu de chuter.

En définitive, la démonstration, concernant les qualités manifestes de cet opus, ne sera sans doute pas aussi éclatante qu'elle se devait d'être. Ou du moins aussi concluante que votre humble serviteur le promettait.

Fly on the Wall est donc un album irrégulier, à la production difficile et dans lequel le bon côtoie le moins bon. Très loin d'être le meilleur, loin des pires, en somme.

3 Commentaires

3 J'aime

Partager
vale46 - 13 Novembre 2013: c est album est le moins bon de toute la disco du groupe ,je te trouve tres généreux en mettant 12 ,je suis un ultra fan et j aurai mis 10 maxi ...mais a part ça bonne chro comme d hab .
BARONROUGE - 13 Novembre 2013: Simple , par la fenêtre .
Hellsinner - 13 Novembre 2013: Moi perso je surkiffe cet album (c'est mon préféré du groupe, je récupère volontiers les exemplaires qui ont été jetés par la fenêtre ^^) et je voue un culte à la chanson Shake Your Foundations :)
Merci pour ta chronique.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire