Blow Up Your Video

Liste des groupes Hard Rock AC-DC Blow Up Your Video
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe AC-DC
Nom de l'album Blow Up Your Video
Type Album
Date de parution 18 Janvier 1988
Enregistré à Studio Miraval
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album618

Tracklist

1.
 Heatseeker
 03:46
2.
 That's the Way I Wanna Rock 'n' Roll
 03:42
3.
 Meanstreak
 04:07
4.
 Go Zone
 04:24
5.
 Kissin' Dynamite
 03:57
6.
 Nick of Time
 04:17
7.
 Some Sin for Nuthin'
 04:11
8.
 Ruff Stuff
 04:27
9.
 Two's Up
 05:18
10.
 This Means War
 04:22

Durée totale : 42:31


Chronique @ dark_omens

12 Novembre 2013

Il est regrettable que le groupe n'ait pas forcé son talent et offert à ce disque davantage de qualités...

L'éternel souffle d'espoir qui se lève quant à une possible résurrection prodigieuse dès lors que sort un nouvel effort d'AC/DC est une récurrente habitude qui ne sera pas épargnée à ce Blow Up Your Video, en cette année 1988. Le sempiternel rituel conduit alors, à nouveau, les adeptes de ces Australiens, en une analogie toujours aussi subjective, à mesurer le nouvel opus à l'aune de ces prédécesseurs afin de savoir s'il mérite ou opprobre ou louanges.

Et force est de constater qu'une fois encore la comparaison ne saurait jouer en faveur de ce nouvel effort tant, à l'évidence, ce dernier ne dispose pas des atouts suffisants pour se confronter aux plus éminents travaux de ce collectif. Nul miracle ne viendra donc nous rappeler aux excellents souvenirs émus d'un passé somptueux désormais, semble-t-il, définitivement révolus. Point donc d'envolées excessivement inspirées et de fiévreuse intensité prompte à nous émerveiller. Point de génie. Pas plus d'ailleurs que de cette perfection qui caractérisa autrefois les travaux de cette formation. Mais alors que reste-t-il à ce cador pour nous séduire? La simplicité d'un Hard Rock aux parfums Rock très prononcés. La sincérité sans artifice inutile d'une musique plaisante qui ne parviendra pas à nous enthousiasmer exagérément mais néanmoins suffisamment pour que le plaisir soit tout de même de rigueur. Angus Young et ses complices nous proposent donc un album loin de l'excellence d'un autrefois désormais passé mais loin aussi de l'engeance défaite de certains opus discutables. Un moindre mal en somme.

Pour ce faire le groupe aura su composer des morceaux plaisants tels que l'intéressant Heetseaker à l'entame paisible avant un superbe enchaînement plus vifs, tels que l'attachant That's the Way I Wanna Rock'n Roll, tels que Kissin'Dynamite, tels que Nick of Time ou tels que, par exemple, This Means War.

D'aucuns, ceux-là même qui avaient trouvé le précédent opus un peu trop audacieux, et notamment dans son traitement sonore un peu particulier, seront ici apaisé d'entendre une formation revenue à des aspirations nettement plus coutumières. Un retour sur des caractéristiques plus familières ne concernant d'ailleurs pas uniquement le mixage puisque les compositions présentes ici seront, elles aussi, plus ancré dans un traditionalisme pleinement maîtrisé par cette formation. AC/DC se veut donc rassurant à bien des égards.

La postérité ne retiendra donc pas ce Blow Up Your Video comme un témoignage inoubliable de l'illustre instigateur qui participa à définir certains des singularismes du mouvement Hard Rock. Bien évidemment, l'affront n'a rien d'abusif tant ce disque ne pourra légitimement pas venir tutoyer l'excellence de chefs d'œuvres aussi intemporelles que certains de ceux dont le quintette fut coupable. Toutefois, selon votre humble serviteur, il comporte quelques moments très sympathiques et peu de défauts majeurs. En définitive, il est juste regrettable que le groupe n'y ait pas forcé son talent plus que le minima nécessaire.

3 Commentaires

8 J'aime

Partager
altaria89 - 13 Novembre 2013: Pour moi,cet album aurait été bien meilleur si la production avait été à la hauteur.Comparé aux précédentes œuvres du combo,je la trouve un peu faiblarde.Sinon,c'est vrai qu'il y a de bons morceaux.
Brozzy21 - 02 Décembre 2014: J'ai même jamais écouté Blow Your Video je crois. Faudrait quand même que j'essaye, juste pour voir. Merci pour la chro bien écrite !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ choahardoc

30 Janvier 2010

quand le riff vicieux de Heatseeker emballe la machine

Se pencher sur le phénomène AC/DC à la fin des années 80 nécéssite sans doute une mise en perspective. En tout cas, je ressens le besoin de récapituler brièvement la situation particulière de ce qui apparaît alors comme un colosse aux pieds d'argile.
De 1974 à 1980, le combo australien a délivré pas moins de sept albums studio, sept joyaux incontournables du Rock N'Roll. Après cela,toujours productif, le groupe sort le très honnête For Those About to Rock. C'est l'amorce d'une inévitable redescente pour Angus et ses compagnons. Flick of the Switch suivra et maintiendra un standard de qualité certain. Avec Fly on the Wall, mal produit par les frères Young, le fond est touché et l'on est en droit de se poser la question suivante: le géant océanien est-il capable de se relever après une grosse décénnie, triomphale mais éreintante? Composé pour la bande originale du film Maximum Overdrive, le titre Who Made Who laisse percer une lueur d'espoir...

Très sobrement, six secondes de Blues bien roots forme l'entame de cet album. L'effet de surprise est immédiat quand le riff vicieux de Heatseeker emballe la machine. Ce titre est une invitation au duck-walk annonciatrice de Thunderstruck, The Furor et autre War Machine. D'emblée, la production d'Harry Vanda et Georges Young, duo gagnant sur quelques pépites dont le superbe Let There Be Rock, étonne par sa dureté. Heatseeker, missile à tête chercheuse et excellent single connaîtra une belle postérité grâce à l'album Live. Le titre suivant, That's the Way I Wanna Rock N'Roll connaîtra les mêmes honneurs. Sur ce deuxième titre, on peut remarquer que le jeunot Simon Wright, vingt cinq ans au garrot dont cinq passés dans le groupe, maîtrise bien son sujet. Le batteur, remplaçant de l'"Institution" Phil Rudd depuis le Flick of the Switch Tour, est efficace sans trop en faire.

Les singles ne sont pas les seuls morceaux de choix, loin de là. Le groupe est bien soudé, uni au diapason de Malcom. Angus nous sert de surcroît quelques soli délicieux comme par exemple sur Go Zone. Nick Of Time, pièce d'artillerie taillée pour la scène, multiplie les changements de rythme et, alors que pointe l'inévitable essouflement du morceau, celui-ci nous offre un break magnifique. Décidément, AC/DC montre un visage très métallique; chose qui rassure votre serviteur, dépité jusqu'à la sortie de cette offrande. Très créatif, le groupe choisit de se délester de nombreuses compos: notons que Borrowed Time, Let It Loose, Snake Eye, Allright Tonight et Down On The Borderline ne sont pas du voyage.

L'écoute se poursuit avec délectation. Ruff Stuff nous invite de nouveau à suivre les pas chaloupés de l'éternel écolier dont la guitare semble dialoguer avec un Brian Johnson très en voix. Autre titre qui ressort: Two's Up est un mid-tempo solide et un peu répétitif, qui fait son effet à la longue. Le refrain est prétexte à une lente montée en puissance jusqu'à ce qu' Angus nous délivre son solo ultime, un moment de grâce absolu qui me réjouit toujours autant plus de vingt ans après, le bonheur quoi! This Means War parachève l'oeuvre des Australiens avec une des rythmiques les plus rapides jouées sous l'ère Johnson, il en résulte un très bon Rock N'Roll qui nous laisse sur une impression agréable, celle d'écouter un groupe qui respecte ses racines tout en continuant à durcir le ton. Le mot Rock est un peu partout dans cette modeste bafouille, tant mieux car c'est bien de cela qu'il s'agit!!!

Blow Up Your Video, disque d'une formation revancharde, ne restera sans doute pas dans les mémoires comme un immense classique. Cette galette très puissante, gavée de hits en puissance, offre à ses auditeurs un plaisir simple, celui d'entendre cinq gars doués prendre leur pied en jouant comme un seul homme. Il s'agit d'un travail profondément inspiré qui replace AC/DC au premier plan alors que la concurrence fait rage (Seventh Son Of A Seventh Son, ...And Justice For All, Ram It Down...). Le groupe est revenu très fort, plein de promesses à tenir dans un avenir qui s'annonce radieux.

16 Commentaires

2 J'aime

Partager

largod - 16 Fevrier 2012: Merci pour la chronique. Perso, j'adore Two's up, groovy et collant parfaitment à la voix de Brian.
Eaque - 07 Avril 2012: Two's Up à bien l'air de faire l'unanimité ici, dommage qu'elle ne soit jamais dans leurs sets...mais tout les morceaux sont bon je trouve. The Razors Edge à de grand moment également mais aussi quelques cartouches plus ou moins dispensables, après tout reste une question de gout.
ELECTRICMAN - 02 Décembre 2014: Initialement noté 14/20 car il ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable à l'époque de sa sortie, je viens de ressortir sa version remastered et là surprise, même avis qu'Eaque, son com ci-dessus résume à la perfection mon ressenti. Comme quoi il ne faut pas hésiter à donner une seconde chance à toute oeuvre, un bon moment se présentera peut-être.
choahardoc - 02 Décembre 2014: En effet, malgré une production qui commence à dater un peu et un Simon Wright pas toujours à la fête (Le job est fait mais le groove de Phil Rudd semble loin), ce disque révèle ses qualités au fil du temps.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire