Highway to Hell

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe AC-DC
Nom de l'album Highway to Hell
Type Album
Date de parution 27 Juillet 1979
Enregistré à Roundhouse Studios
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album1399

Tracklist

1.
 Highway to Hell
 03:27
2.
 Girls Got Rhythm
 03:23
3.
 Walk All Over You
 05:09
4.
 Touch Too Much
 04:26
5.
 Beating Around the Bush
 03:56
6.
 Shot Down in Flames
 03:22
7.
 Get It Hot
 02:34
8.
 If You Want Blood (You've Got It)
 04:33
9.
 Love Hungry Man
 04:15
10.
 Night Prowler
 06:15

Durée totale : 41:20


Chronique @ dark_omens

09 Septembre 2013

Dix titres qui écrivirent l'histoire...

S'attaquer à un tel monument sans une certaine appréhension s'avérerait révélateur de l'incompréhension totale de l'aspect historique d'une telle œuvre. S'obstiner à vouloir comprendre le Hard-Rock tel qu'on le faisait à l'époque, et d'une certaine manière, tel qu'on le fait encore, malheureusement, aujourd'hui en tentant d'ignorer l'impact qu'AC-DC, et quelques autres, eut avec ce Highway to Hell pourrait s'apparenter à une certaine forme de folie. Car négliger des pages d'histoire telles que celles qui ont été écrites par ces Australiens, par Deep Purple, par Led Zeppelin, par Black Sabbath et par tant d'autres, dans une sorte d'insouciance grave, condamnerait à une évidente culpabilité d'un négationnisme artistique dramatique. C'est donc avec des mots transpirant cette crainte de ne pas être à la hauteur de l'enjeu que je vais tenter de rendre un hommage tel qu'il se doit à cette œuvre intemporelle.

Si la renommée du groupe ne naît pas tout à fait ici, AC-DC jouissant déjà d'une solide réputation auprès d'un microcosme partisan de ce genre de musique à la fois Rock, à la fois Blues et à la fois Boogie, et ce après la sortie de quelques albums contenant chacun un nombre impressionnant de morceaux essentiels (microcosme qui s'élargira d'ailleurs très nettement avec la sortie de l'excellent album Live If You Want Blood, You've Got It), c'est véritablement avec ce disque que le groupe prend une ampleur plus fédératrice et plus universelle. Nombres de facteurs donnent cette saveur si particulière à cet opus. Comment ne pas évoquer la rencontre qui marquera à jamais le groupe, offrant définitivement le son AC-DC aux frères Young ? Comment taire le travail de production d'orfèvres de Robert John " Mutt " Lange ? C'est véritablement lui qui donne au groupe, après la relative débâcle de l'album Powerage, un nouveau souffle, une vision neuve. Bien entendu il me paraît difficile, aussi, de ne pas évoquer la disparation tragique de Ronald Belford Scott, alias Bon Scott, dont la voix si particulière, si aigue, si cristalline convenait à merveille à la musique de Malcolm et d'Angus. Une disparation dont l'atroce tristesse, exprimé de manière criante sur toutes sortes de supports aux sons de quelques mots, mensonges dont chacun sait qu'il n'est que ça et que la triste réalité est bien là, fait fleurir partout ces quelques lignes " Bon Scott n'est pas mort… " venant de fanatiques adeptes qui érigeront, ainsi, le chanteur au rang de mythe. De même sur le chemin ardu de la gloire avançant d'un pas sûr mais lent, le groupe se voit propulser soudainement au panthéon.

Bien évidement tous ces détails ne suffiraient pas à eux seuls à faire de ce disque un incontournable, si les morceaux de ce Highway to Hell avaient été mièvres et ennuyeux. Un disque moyen mais historique n'ayant jamais conduit à autre chose qu'à une reconnaissance d'estime.

C'est une inquiétude sans fondement. Dès les premières notes on ressent d'abord le travail de Mutt Lange, le son est moins brute, plus rond, plus chaleureux, plus accessible diront certains, plus Hard rock et moins Rock que ne l'étaient les œuvres précédentes du groupe. Dès les premières mesures on est emporté par une évidente évidence, par un plaisir soudain. Le riff d'intro de Highway to Hell, hymne éternel, est pourtant basique, il vient des racines de ce Rock qu'aime AC-DC, de cette musique qui touche directement à l'émotion sans passer par la raison. Basique, peut-être, mais immuable, ancré dans une vérité jamais démentie. Au-delà des caractéristiques exceptionnelles et primaires de ce morceau nos Australiens ont le talent immense de savoir faire swinguer un titre comme personne. Si le son est à l'évidence moins " sale ", moins granuleux, moins Rock ; le propos du groupe n'en demeure, pourtant, pas moins subversifs. Dans des paroles toujours aussi immorales, d'abord, et dans des titres aux riffs toujours aussi forts. Le traitement infligé par Mutt Lange fait assurément perdre à AC-DC sa facette la plus Blues et la plus Rock, au profit d'un visage plus mixte autant Hard-Rock que Rock.

On pourrait s'étendre dans de longues tirades dithyrambiques emplies de superlatif plus élogieux les uns que les autres, mais qui ne remplacerait certainement jamais le plaisir simple de l'écoute. Alors que dire sur ces morceaux plus indispensables les uns que les autres ? Si ce n'est que de l'incroyable Touch To Much et de son caractère tendu et pernicieux dont les refrains montent dans un crescendo avant de laisser exploser nos sens, en passant par les plus Bluesy Love Hungry Man et Night Prowler, ou la voix de Bon se marie à merveille avec le spleen dégagé par ces titres, ou par les très Rock Girls Got A Rythm, Shoot Down In Flames, plus accessible, certes, mais pas moins imparables pour autant; rien ne semble vouloir démentir une satisfaction intense et immense.

On ne peut donc faire autrement que de s'incliner respectueusement face à l'excellence d'une œuvre aussi historique, fondation d'un mouvement qui continue, aujourd'hui encore, à puiser dans cette source d'inspiration intarissable qu'est Highway to Hell. Affirmant de manière forte qu'avec ces 10 morceaux tout avait, peut-être, été dit et que depuis, inlassablement, on ne cessait de répéter les mêmes mots. On pourra considérer, dans une vague de reproches qui constituent une habitude amusante pour certains, que la vérité sur le caractère mythique et intemporel de cet opus est très loin de ces mots enflammés et passionnés avec lesquels je viens de le décrire, je reste pourtant persuadé du contraire. Pour s'en convaincre il suffit d'écouter ce Highway to Hell et de laisser opérer la magie de ces compositions d'une modernité redoutable. Pour en juger il suffit de se dire que cet album, plusieurs décennies après sa sortie, continue d'alimenter les débats, de susciter les vocations, d'être repris par toutes sortes de musiciens et d'être partout. N'est-ce pas là la définition même de ce qui est mythique et intemporel ?

19 Commentaires

17 J'aime

Partager

metaleciton - 10 Septembre 2015: Magnifique cette chronique...

Je suis tout à fait d'accord avec la note, ce disque est inestimable et restera à jamais le meilleur album du groupe, peut-être même de l'histoire du Hard-Rock.

Tout les morceaux sont des classiques, aucun ne se ressemble, le groove est présent tout au long de l'album et le feeling de chaque titre est différent, ce qui est pour moi le gros point fort de "HTH".

La performance de Phil Rudd est juste incroyable sur ce disque, étant batteur c'est un régal...

Note: 20/20
samolice - 31 Août 2018:

Merci pour la chro. Pas grand chose de plus à dire sur ce disque qui n'ait déjà été dit/écrit. Rien à dire de plus en fait.

Une question, si tu veux bien : pourquoi parles tu de "la relative débâcle de l'album Powerage"? Est-ce que c'est par rapport à la qualité du disque ? Perso, je le trouve juste terrible. « Rif raff », « Sin city », « What’s next to the moon », « Gone shootin», .., royal au bar!. 

ELECTRICMAN - 25 Janvier 2019:

quel dommage que les boys n'aient jamais joué "touch too much" (que j'avais à l'époque acheté en 45 tours) avec brian, ce titre aurait pourtant mérité une exposition au plus grand nombre.

mechant - 27 Juillet 2019:

40 ans pour un des meilleurs albums  de l'histoire du (hard) rock ! Bon anniversaire les aussies.

 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ starsky007

25 Septembre 2008
1979. Année phare pour le déjà mythique groupe de Hard Rock australien. Année phare car ce sera la dernière année avec Bon Scott au micro, mais aussi et surtout car c'est l'année de leur album "Highway to Hell".

Si je devais décrire cet album en un mot, ce serait... merveilleux ? Peut-être pas. Par cet album, le groupe quitte définitivement le "blues rock" pour se tourner sur le "hard rock", et même si la transition n'est pas brutale, elle est flagrante.
Highway to Hell est une pierre angulaire dans l'histoire du groupe, un album essentiel, une collection de pépites électriques, enregistrées à Londres sous la houlette de Robert "Mutt" Lange ce qui rend le son du groupe moins rocailleux (tant mieux pour nos oreilles) et ne va pas tarder à lui permettre de gagner toute la planète. C'est aussi un album sur lequel la complémentarité des frères Young explose sur des compositions imparables avec une facilité démoniaque, un peu comme les cornes du jeune Angus sur la pochette du disque. Analysons titre à titre.

"Highway to Hell", le morceau titre est tout simplement entré dans la légende de la musique populaire comme un véritable hymne. Même un non-fan de AC/DC connait sa mélodie, ce qui est une preuve suffisante de son importance...
Le titre "Living easy, living free" est une ode des temps modernes au rock, à la bière, aux gens qui se barricadent et aux jeunes femmes légèrement vêtues. C'est toujours ce même son hard rock mâtiné de blues électrocuté, avec des paroles délicieusement grivoises et un sens du riff qui fait mouche. On n'oubliera pas de sitôt la lente progression de Walk Over You avant un décollage tout en violence qui vous entraîne pour quelques instants au coeur du rock. La rythmique ne fait pas d'indécis: on tape du pied ou on dégage, le solo est du Angus pur jus et on retrouve tout le talent de Bon Scott pour pondre des refrains et des couplets qui transpirent le sexe : "Take off the high heels, let down your hair / Paradise ain't far from there".
Et que dire de "Touch Too Much" et son canevas de guitares menaçantes qui vous entraîne dans les ruelles et les bouges australiens à la nuit tombée sinon que ses rythmes sentent bon l'émulsion de groupe ?

Un paquet de titres sont entrés au panthéon du groupe, notamment "Shot Down In Flames", une de ces chroniques des bars dont Bon Scott a le secret. La musique respire le souffre et le besoin d'en découdre et pour peu qu'on soit réceptif à sa simplicité, c'est un moment jouissif à passer avec ce disque, comme sur ce furieusement groovy "Beating Around the Bush".
Bien sûr, il y a quelques titres plus convenus comme ce "Get It Hot" typique du son old-school du groupe, pas désagréable, sans plus.
Mais AC/DC se rattrape avec la méconnue "Love Hungry Man", où la basse se fait enfin entendre et donne son cachet bluesy imparable à ce titre, appel à l'étreinte (une de plus!) lancé par le vieux Bon. Et puis, il y a un autre hymne, l'épique "If You Want Blood (You've got it)", une machine de guerre systématiquement jouée en concert, dont la puissance rock n'a d'égale que l'efficacité redoutable du refrain.
On en arrive à "Nightprowler". Ce blues est Dangereux, une ode funéraire qui progresse, implacable, menaçante. Le tueur en série Richard Ramirez, le Nightstalker, dit s'en être inspiré, et le groupe en retirera pas mal d'accusations inopportunes aux USA. C'est aussi ça la petite histoire du rock.

Highway to Hell, ce n'est pas un album compliqué, ce ne sont pas des envolées progressives, ni des thèmes très élaborés. Highway to Hell, c'est la quintessence du style AC/DC, un album de chansons simples, abrasives, qui vous scotchent. Sexe et rock'n roll, mauvais garçons qui choquent les bien-pensants balais dans le cul, tout l'esprit du rock en un disque.

Enjoy ;)

3 Commentaires

12 J'aime

Partager
metaleu35 - 10 Mars 2010: bonne chronique je suis d'accord

18/20
Lamikawet - 19 Mars 2011: Très bonne chronique.
Je conseillerai cet album à tous ceux qui veulent entendre du VRAI rock.
samolice - 12 Septembre 2012: L'intro et les premiers vers chantés par Bon de "Girls got rythm" me font toujours le même effet. ENORME.

Merci pour la chronique.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ rodmaster

13 Décembre 2008
Ah,AC DC ce groupe culte du " Hard Rock "!!!
"Hard Rock" oui, j'utilise ce terme volontairement même si contrairement à l'idée reçue AC DC ne fait pas de Hard à ses Débuts mais du " Blues Rock ", enfin passons et revenons à "Highway to Hell" qui est à mes yeux le meilleur album du groupe. Indispensable dans toute discographie de hardeux.
Le morceau " Highway to Hell "est tout simplement majestueux et comme le dit si bien "burt "l'autre chroniqeur pour AC DC : qui na pas entendu au moins une fois dans sa vie ce morceau? même les radios le passe de temps en temps... C'est pour vous dire l'intérêt de ce morceau. De la même façon le morceau " Touch Too Much " est un régal d'écoute on peut se le repasser en boucle tellement c'est fort. Que dire de " If You Want Blood "(You've Got It) ses riffs bien ficelés en font une petite merveille.Enfin, last buT.N.T.least, le dernier morceau de l'album " Night Prowler " enregitré en une seule prise alors que Bon Scott n'était pas vraiment en sang frais (glou,glou...).Sa voix sur ce morceau est vraiment venue tout droit de nulle part.Bref c'est l'album référence du groupe, après... Nouveau chanteur et nouvelle orientation musicale plus tournée vers le hard heavy que le hard rock dommage pour les nostalgiques.... : Attention je ne dis pas que Brian Johnson ne sait pas chanter, mais c'est autre chose, un autre style. D'ailleur on s'en aperçoit au fil du temps en écoutant les autres albums, que l'on apprécie au fur et a mesure.

0 Commentaire

4 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ War_Inside_My_Head

13 Décembre 2008
1979, AC-DC nous sort un album magnifique qui est peut être à mon avis l'un des meilleurs de l'histoire du hard rock ancien ! Les morceaux sont écrits avec du coeur et beaucoup d'inspiration (malgré l'absence de la basse et de la batterie qui sont trop discrètes). Mais bon... Highway to Hell est sublimement présenté avec l'énergie du chant de Bon et bien sur d'Beating Around the Bush, qui assure une fois de plus avec ses solos, accompagné du rythme de son grand frère Malcolm qu'on entend assez bien derrière...

Il y a des morceaux dont on ne peut absolument pas se passer :
Girls Got Rhythme, Shot Down In Flames, qui passent très bien et qui sont bien sûr encore chantés par Brian Johnson en 1996 (lors du DVD No Bull) ;
Beating Around the Bush - morceau énorme, très rapide et énergique ;
Highway to Hell en lui même, est un morceau absolument (c'est le moins qu'on puisse dire) "Mythique" et qui est même encore interprété par des autres formations musicales pendant toutes ces dernières années (il y a même des groupes de "sosies", qui prennent les noms de AB-CD, DC-BA ou encore CD-CA) ;
Love Hungry Man est un morceau calme au début et assez speed à la fin, où Bon fait éclater ses cordes vocales en chantant à la hauteur que Brian a toujours eu l'habitude de chanter ;
Walk All Over You : très bien présentée, très speed et bien chantée par Malcolm et Cliff pendant le refrain ;
Touch to Much, morceau vraiment rock lourd, avec de la bonne guitare tranchante
If You Want Blood (You've Got It) est excellente, avec une bonne mélodique et une guitare très bien rythmée
Night Prowler conclut l'album doucement et laisse la voix de Bon s'éteindre à jamais (car, comme vous le savez, c'est le dernier album où il chante, avant sa mort…)

En conclusion cet album est sublime, sans nul doute le meilleur du groupe !

19/20

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire