Killers

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Iron Maiden (UK-1)
Nom de l'album Killers
Type Album
Date de parution 02 Fevrier 1981
Enregistré à Battery Studios
Style MusicalNWOBHM
Membres possèdant cet album1820

Tracklist

Bonustrack 11: American, Canadian & Japanese Releases - Bonustrack 12: Australian Release.
1.
 The Ides of March
 01:46
2.
 Wrathchild
 02:55
3.
 Murders in the Rue Morgue
 04:19
4.
 Another Life
 03:23
5.
 Genghis Khan
 03:09
6.
 Innocent Exile
 03:54
7.
 Killers
 05:02
8.
 Prodigal Son
 06:13
9.
 Purgatory
 03:21
10.
 Drifter
 04:52

Bonus
11.
 Twilight Zone
 02:33
12.
 Women in Uniform (Skyhooks Cover)
 03:11

Durée totale : 44:38



1995 Re-Issue on 2CD - European Release
1.
 The Ides of March
 01:46
2.
 Wrathchild
 02:55
3.
 Murders in the Rue Morgue
 04:19
4.
 Another Life
 03:23
5.
 Genghis Khan
 03:09
6.
 Innocent Exile
 03:54
7.
 Killers
 05:02
8.
 Prodigal Son
 06:13
9.
 Purgatory
 03:21
10.
 Drifter
 04:52
11.
 Twilight Zone
 02:33
12.
 Women in Uniform (Skyhooks Cover)
 03:11
13.
 Invasion
 02:39
14.
 Phantom of the Opera (Live at Marquee Club, London, UK, 04/07/1980)
 07:12

Durée totale : 54:29



1995 Re-Issue on 2CD - American Release - Tracks 15 to 19 recorded live at Kosei Nenkin Hall, Nagoya, Japan, 23/05/1981.
1.
 The Ides of March
 01:46
2.
 Wrathchild
 02:55
3.
 Murders in the Rue Morgue
 04:19
4.
 Another Life
 03:23
5.
 Genghis Khan
 03:09
6.
 Innocent Exile
 03:54
7.
 Killers
 05:02
8.
 Twilight Zone
 02:33
9.
 Prodigal Son
 06:13
10.
 Purgatory
 03:21
11.
 Drifter
 04:52
12.
 Women in Uniform (Skyhooks Cover)
 03:11
13.
 Invasion
 02:39
14.
 Phantom of the Opera (Live at Marquee Club, London, UK, 04/07/1980)
 07:12
15.
 Running Free (Live)
 02:48
16.
 Remember Tomorrow (Live)
 05:27
17.
 Wrathchild (Live)
 02:52
18.
 Killers (Live)
 04:39
19.
 Innocent Exile (Live)
 03:44

Durée totale : 01:13:59



1998 Re-Issue - Tracks 12 & 13 filmed live at Rainbow Theatre, London, UK, 21/12/1980
1.
 The Ides of March
 01:46
2.
 Wrathchild
 02:55
3.
 Murders in the Rue Morgue
 04:19
4.
 Another Life
 03:23
5.
 Genghis Khan
 03:09
6.
 Innocent Exile
 03:54
7.
 Killers
 05:02
8.
 Prodigal Son
 06:13
9.
 Purgatory
 03:21
10.
 Twilight Zone
 02:33
11.
 Drifter
 04:52
12.
 Wrathchild (Video)
 
13.
 Killers (Video)
 

Durée totale : 41:27


Commentaire @ MetalAngel

15 Octobre 2007
Deuxième album pour MaidEn, 'Killers' est globalemEnt plus rEntre-dedans et plus punk que son prédécesseur. En effet, Murders in the Rue Morgue est toujours le frontman de cette formation britannique, qui mélange l'énergie du hard rock avec la hargne du punk dans une musique très attrayante et plutôt mélodique, même si le titre d'ouverture, "Wrathchild", démontre la véritable INTEntion de Steve Harris & co. 'Iron Maiden était un excellEnt album, ce qui est rare pour un premier opus, mais, 'Killers' Enfonce véritablemEnt le clou et pose les bases du son MaidEn, puisqu'Entre les deux albums, un changemEnt radical a eu lieu : Martin Birch deviEnt le nouveau producteur du jeune quINTet. Tout de suite, le son se fait plus lourd, plus direct et va immédiatemEnt établir de façon définitive le groupe sur la scène anglaise aux côtés des Judas Priest et Saxon. De plus, l'arrivée d'Adrian Smith est un soulagemEnt pour Dave Murray puisque DEnnis Stratton, loin d'être un mauvais guitariste, n'En reste pas moins un gratteux plus influEncé par le blues-rock que par le hard, ce qui se ressEntait sur 'Iron Maiden'. Adrian Smith n'a signé aucun des titres de 'Killers', mais, son style, reconnaissable Entre mille, apporte beaucoup au heavy metal de la Vierge de Fer, notammEnt ces harmonies caractéristiques et des refrains imparables qui apparaîtront dès le troisième méfait, 'The Number of the Beast', sur "The Prisoner" ou "Charlotte The Harlot" qu'il co-signera avec Harris. En lui-même, l'album 'Killers' n'apporte pas grand chose et les compositions ne sont pas transcEndantes, exceptées "Wrathchild", "Murders in the Rue Morgue", "Another Life", "Killers" ou les deux instrumEntaux, "GEnghis Khan" et "Ides Of March", emplies de puissance et de magnifiques chorus de guitares, prEnant la forme de duels inspirés Entre Murray et Smith, CLive Burr mEnant toujours la rythmique à un tempo assez Enlevé. Notons que les chansons de cet album ont toutes été écrites longtemps avant l'EnregistremEnt du premier album, d'où cette impression d'écouter des morceaux quelque peu "vINTage". Mais, le plaisir d'écouter 'Killers' est grand et nous nous retrouvons, aussitôt le cd mis dans la platine de notre chaîne hi-fi, propulsés à l'âge d'or du heavy metal, le début des années 80. Néanmoins, même si cela n'est déjà pas si mal, le départ forcé de Di'Anno En 1981, suite à ses excès En tous gEnres, sera énormémEnt propice pour Iron Maiden, qui retrouvera la force des débuts et une nouvelle voix, une grande voix, En la personne de Bruce Dickinson, alors chanteur de Samson, grand concurrEnt du groupe de Steve Harris. Ce qui sera le départ d'une décEnnie grandiose pour nos londoniEns préférés, initiée par le fabuleux 'The Number of the Beast'.

3 Commentaires

13 J'aime

Partager
cahan - 23 Novembre 2017:

Le premier album de Maiden que j'ai acheté. Wrathchild, Murder in the rue morgue, Killer... Que des bons titres... Di anno y est excellent et comme tu le dis dans ta chro, on retrouve cet accent punk qui disparaitra sur Number of the beast. Merci pour la chro.

DIO41 - 08 Août 2020:

Dixit " Killers n'apporte pas grand chose.... à part 5 titres et 2 instrumentaux" ça fait déjà 70 pour cent de très bon selon toi !!

DIO41 - 08 Août 2020:

Un second album exceptionnel des compositions magnifiques avec un surplus de rage et de hargne par rapport au premier  opus, La fin de Killers avec PURGATORY et DRIFTER en est la parfaite illustration : imagination, vitesse, rage, virtuosité. Les concerts dans les petites salles électrisaient les foules. Mais bientôt So long Paul et Welcome Bruce 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ AGrangeret

08 Janvier 2009

Plus fourre-tout que son prédécesseur, il reste un très bon disque de transition

Deuxième opus des britanniques, "Killers" (pochette d'anthologie) est sans doute un ton en-dessous du précédent. Il comprend beaucoup de morceaux écrit par Maître Harris durant les 4 dernières années, puis subitiment ressortis des tiroirs, ce qui lui donne ce petit côté fourre-tout. Moins cohérent que le premier coup de maître, il n'en demeure pas moins très intéressant.
Concernant la prod' (seul point faible du premier album), Iron Maiden fait appel à l'expérimenté Martin Birch (producteur de Deep Purple ou Black Sabbath). Cette collaboration entre le producteur et Maiden va durer une bonne dizaine d'années puisque Birch produira toutes leurs galettes jusqu'au médiocre "Fear of the Dark".

Pour faire bref, on retrouve deux sommets sur ce disque, le premier, c'est l'inoxydable "Wratchild" : une bombe, teigneuse à souhait, taillée à la hache (comme Eddie sur la pochette) avec solis démoniaques et un Di Anno au sommet de son art. Un classique rageur et un brin "punk" qui n'a pas pris une ride en 30 ans. Imbattable.
Puis "Purgatory" avec sa montée furibarde, twins guitars de feu et un Di Anno toujours au top. 3 morceaux en un pour un titre beaucoup trop mésestimé ! Excellentissime. A noter que la légendaire pochette du futur "The Number of the Beast" avait été présenté au groupe pour illustrer ce single. Harris s'empressera de la garder pour la suite et de ne pas le gâcher pour un simple 45 t.
Suggestion au groupe : Plutôt que de nous saouler avec cette vieille ritournelle rock de "Sanctuary" en Live, pourquoi ne pas ressortir cette petite perle sur scène ? A bon entendeur...

Nous retrouvons aussi 2 très bons instrumentaux sur ce disque. Commençons avec "The Ides Of March" avec son introduction caractéristique, bien galopante et martiale (cavalerie rythmique si chère à Harris), avec ta-ga-da et do-ré-mi à foison. "Genghis Khan" continue sur la même lignée avec ses envolées conquérantes (normal) conclut par la grande cavalerie du guerrier moghol au complet en deuxième partie. Épique et jouissif. Ces 2 titres sont bien sur basés sur les lectures éminemment culturelles de Steve Harris. Suivront en vrac dans les albums suivants: Alexandre, La bataille d'Angleterre, la charge de la cavalerie légère...

3 excellents titres pour la suite de la visite guidée : "Murders in the Rue Morgue" séduit d'office avec son intro mélancolique, son refrain entêtant et ses solos cristallins... ou comment rajeunir sans ambages ce bon vieux Edgar Allan Poe.
Avec "Innocent Excel", on attaque la basse avec les dents, Di Anno est une fois de plus impeccable. À redécouvrir. Une vraie fraîcheur !
"Killers" et son introduction génial, vous installe insidieusement son climat malsain avec une vraie maestria. Il s'affirme aussi comme l'un des sommets du disque et fût longtemps un incontournable sur scène..

Pour conclure l'affaire, une triplette de titres plus secondaires avec pour débuter "Another life" et son mémorable roulement de batterie en intro... Break de belle facture pour un morceau à redécouvrir. La petite surprise du chef c'est "Prodigal Son" : seconde expérience "King Crimsonienne" de Harris (après Strange World), le morceau sonne furieusement rock ballade 70's...prémices quelque peu anecdotiques des "progressives songs" à venir (albums "Somewhere in Time" et "Seventh son). Enfin, "Drifter" est un heavy-rock bien enlevé. Joli break ralenti et gigue guitaristique narquoise pour un final en beauté.
Placé sur un exécrable "No Prayer for Dying", ce serait le chef d'œuvre absolu de l'album !!! Et de loin !

Une question se pose à la réécoute de l'album...
Et si Paul Di Anno (à l'époque déchiqueté à la biniouse et à la CC 24h/24), franchement excellent sur ce disque, était resté au chant...comment aurait évolué la carrière du groupe ? Nous n'aurions peut-être pas connu l'explosion Heavy de l'année suivante ou encore le virage progressif qui va s'affirmer un plus tard.
L'histoire en décidera autrement, et Iron Maiden s'apprête désormais à conquérir le monde avec un métal plus typé et une diva charismatique au timbre caractéristique des 80's. Son âge d'or... avant la méchante descente aux Enfers du début des 90's.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire