Faith Divides Us - Death Unites Us

Liste des groupes Metal Gothique Paradise Lost Faith Divides Us - Death Unites Us
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Paradise Lost
Nom de l'album Faith Divides Us - Death Unites Us
Type Album
Date de parution 28 Septembre 2009
Labels Century Media
Style MusicalMetal Gothique
Membres possèdant cet album324

Tracklist

Bonustrack from Digibook Edition
1.
 As Horizons End
 05:27
2.
 I Remain
 04:09
3.
 First Light
 05:01
4.
 Frailty
 04:25
5.
 Faith Divides Us - Death Unites Us
 04:22
6.
 The Rise of Denial
 04:48
7.
 Living with Scars
 04:23
8.
 Last Regret
 04:24
9.
 Universal Dream
 04:18
10.
 In Truth
 04:51

Bonus
11.
 Cardinal Zero
 04:28

Durée totale : 50:36


Chronique @ Powerpeter

29 Octobre 2010
Faith divides us – Death unites us

Avec In Requiem Paradise Lost a définitivement amorcé un retour vers des contrées plus « hard ». Ce qui n’est pas pour déplaire à beaucoup de fans, déçus par les expérimentations rock de Paradise Lost et qui regrettent l’âge d’or de Draconian Times et Co. Qu’on pense ce qu’on veut des différentes périodes Paradise Lost, le fait est que nous entrons dans une nouvelle ère et cela est confirmé par le petit dernier.

Par bien des aspects, FD-DU se place dans la continuité de In Requiem. Il suffit de considérer le titre (la foi nous sépare – la mort nous unit). Eh oui, vous l’aurez compris, tout comme dans In Requiem et les œuvres pré-One Second, Paradise Lost traite de la religion, le péché, la foi en général, et toutes les interrogations qui tournent autour. Une thématique en somme assez classique dans le monde du métal et qui tranche avec le rock mélancolique d’antan. FD-DU garde aussi le cynisme de son prédécesseur, l’amplifie même.

Pourtant, là où In Requiem s’inscrivait finalement assez bien dans l’évolution globale de Paradise Lost (un album certes plus hard mais avec des mélodies toujours aussi accrocheuses et un penchant gothique retrouvé), FD-DU marque une rupture.

Tout d’abord fini les expériences…
L’artwork plutôt sympa mais néanmoins assez classique l’annonce déjà : il ne s’agit plus de faire dans la dentelle, dans l’exclusif, mais de livrer une valeur sûre. Ainsi, c’est un album assez sobre au niveau des effets synthé, des instruments, du nombre de voix. On en revient à la composition de base du groupe de metal : un chanteur, une batterie, une basse, et surtout des guitares bien plus mises en avant que dans les derniers albums.

Bizarrement, avec moins d’effets, la musique gagne en intensité, en matière, en consistance. Et cela parce que la composition des morceaux est assez singulière comparée à celles des précédentes œuvres. Les mélodies n’ont pas disparu, mais sont soutenues par une rythmique très dense, très compacte. Les morceaux ne sont plus ponctués par des refrains accrocheurs et connaissent rarement de temps morts. PL ne construit plus autant autour du contraste entre mélodie et son hard : la machine se met en branle et ne s’arrête que rarement dans sa course frénétique et intense.

Il en résulte un son plus hard, plus bourrin, néanmoins sans être brutal ou saturé, violent mais également chaud et agréable, créé par un jeu de guitare riche et la voix de Nick Holmes, pleine et imposante.
Au niveau de l’album en général, les titres se distinguent moins les uns des autres. On a du mal au début à distinguer leurs contours là où dans In Requiem les refrains et le synthé les différenciaient tout de suite. Ainsi, on ne savoure pas FD-DU en piquant un morceau accrocheur par-ci par-là, mais bien en considérant l’œuvre dans son ensemble, qui fait preuve d’une homogénéité remarquable.

Le groupe fait ainsi preuve d’une maturité toute nouvelle. Là où les précédents albums nous captaient par des titres incisifs aux mélodies accrocheuses, le dernier bébé de PL s’impose plutôt à nous comme un gros rouleau compresseur, un gros coup de poing asséné par un album d’une homogénéité remarquable, d’une consistance exceptionnelle.

7 Commentaires

14 J'aime

Partager

bastino - 20 Novembre 2010: Excellent album, ayant décroché après le très bon "one second", je suis agréablement surpris...
Mélancolie et puissance!
troudufion - 20 Novembre 2010: pareil je préfères in requiem
Lamikawet - 20 Mars 2011: Je ne suis pas un fan absolu de Paradise Lost mais je trouve leurs 3 derniers albums remarquables, à la fois puissants et mélodiques.
Du metal de qualité
Aegis413 - 19 Avril 2011: Je dois avoué que ayant attendu longuement cet album, à la première écoute celui-ci m'avait dérouté, un bloc, agréable à écouter mais dont rien ne différenciait réellement les morceaux entre eux.
Et puis il m'a fallu plusieurs écoutes pour m'immerger complétement dedans, comprendre et ressentir l'album et depuis c'est vraiment un de mes album préféré avec One second, Draconians Times et Symbol of life
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire