In Requiem

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Paradise Lost
Nom de l'album In Requiem
Type Album
Date de parution 21 Mai 2007
Labels Century Media
Enregistré à Chapel Studios
Style MusicalMetal Gothique
Membres possèdant cet album455

Tracklist

Bonustracks from Digipack Limited Edition
1.
 Never for the Damned
 05:02
2.
 Ash & Debris
 04:16
3.
 The Enemy
 03:39
4.
 Praise Lamented Shade
 04:02
5.
 Requiem
 04:25
6.
 Unreachable
 03:38
7.
 Prelude to Descent
 04:11
8.
 Fallen Children
 03:38
9.
 Beneath Black Skies
 04:12
10.
 Sedative God
 03:59
11.
 Your Own Reality
 04:02

Bonus
12.
 Missing (Everything But The Girl Cover)
 04:31
13.
 Silent in Heart
 03:22

Durée totale : 52:57


Chronique @ Julien

27 Avril 2007
Dans la vie de certains groupes, il y a des disques qui seront appelés à être mythiques et cela va être probablement le cas de ce In Requiem. Plus qu’un simple album de Paradise Lost, cet album est le reflet de ce que le groupe nous offre depuis plus de quinze ans. Sans privilégier un chemin plus qu’un autre, ce nouvel opus préfère nous offrir un savant mélange de tout ce qu’est (ou a été) Paradise Lost. Mythique je vous le dis.

Quelque soit ce que vous avez aimé dans Paradise Lost, vous le retrouverez dans ce album. Mais ce qui est le plus frappant, c’est que cela faisait bien longtemps que nous n’avions pas eu un tel niveau de composition. Les onze titres qui composent In Requiem sont tellement personnels et tellement riches de l’expérience du groupe qu’il est presque impossible de le rejeter même si l’on n’aime pas le groupe. En même temps, les fans de toutes les heures y trouveront également leur bonheur. Peu de disque peuvent se targuer de faire cet effet-là. C’est dit, s'il ne devait y en avoir qu’un à écouter c’est celui-là.

Ce que le groupe nous propose aujourd’hui est la combinaison habile entre quelque chose d’extrêmement prenant et mélancolique, et des mélodies accrocheuses à souhait. Le refrain est facile mais l’émotion est omniprésente. Vous souvenez-vous de ce sentiment que vous avez lorsque vous écoutiez l’opus précédent? Nous sommes sur la même vague, mais cette fois-ci, le groupe ne s’est pas arrêté en route et nous propose ce qu’il n’avait pas totalement osé sur l’album éponyme.

Outre les mélodies et les refrain catchy, on retrouve de magnifiques solos qui prouvent que le groupe s’est investi dans les moindres recoins. Toujours aussi impressionnant, Nick Holmes nous prouve encore une fois (et si besoin est) qu'il est un excellent chanteur. Pouvant adapter sa voix à tous types de chant, il se veut aussi bien mélodieux et doux (« Your Own Reality ») qu’ultra agressif. Néophyte ou fan vous ne pourrez vous tromper.

Le groupe continue à surfer sur sa vague, gros bon son metal qui envoie du gras à fond les ballons. Cette politique me convient, mais cette évolution va peut-être en énerver plus d’un. Malgré tout ce gros son reste personnel et il colle parfaitement à l’ambiance générale d’In Requiem.

Un album passionnant qui vous prendra aux tripes. Fans de toutes heures, ce disque est évidement pour vous. Si vous n’avez jamais écouté Paradise Lost, tentez l’écoute d’In Requiem. Ce disque peut satisfaire bon nombre de faims sans pour autant se fourvoyer.

Une leçon d’écriture !!!!!!!!

6 Commentaires

24 J'aime

Partager

ChazyMetal - 20 Octobre 2007: Connais pas mais en premiere partie de Nightwish je vais les connaitre !!
sofcard - 07 Octobre 2009: Tres bel album. Rien a dire. Merci PL.
Aegis413 - 19 Avril 2011: Un chef d'oeuvre, Paradise Lost a trouvé son propre style et est-il besoin de prouver le génie de ce groupe, surtout sur des titres comme "Ash and debris" and "the enemy"
C'est pour des groupes comme ça que la musique est belle
metaleciton - 07 Juillet 2014: Paradise Lost est un groupe hors du commun, les anglais le prouvent une nouvelle fois avec ce "In Requiem" d'excellente facture.

Les excellents titres que sont: "The Enemy", "Praise Lamented Shade", et l'éponyme "Requiem" sont pour moi le trio magique de l'album.

Le groupe revient aussi à ces origines doom avec "Never For The Dammed" et "Prelude To Descent". Je regrette juste le manque de prise de risque sur la fin de l'album avec des titres comme "Sedative God" et "Your Own Reality".
Mais à part cette fin timide l'album est une pure merveille!

Note: 17/20
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Killy

04 Mai 2007
Enfin le nouveau Paradise Lost ! Certes, cela faisait moins de 2 ans mais mon impatience était déjà trop grande. Les Anglais d'Halifax ont toujours su nous surprendre et sortir des albums différents, personnels, accrocheurs et ce, quelque soit leur penchant musical (électro, gothique, nuances doom-death, metal pop).

Il faut le dire tout de suite, cet album est sûrement le meilleur qu'ils aient sorti et je n'ai pas peur de le dire. Pour les connaisseurs, cet album est une fusion entre Draconian Times et leur dernier opus. Faire une analyse piste par piste serait ennuyeuse car elles finiraient toutes par l'adjectif "parfaite" et elles ont l'avantage de leur grande hétérogénéité (Ash and Debris et Your Own Reality s'opposent à la perfection tout en restant...parfaites!).

Il vaut mieux, en fait, souligner l'implication de chaque musicien. Ce groupe a presque 20 ans et seul le poste de batteur a changé alors, comme dans le sport, les automatismes sont présents, chacun a su montrer qu'il était là sur chaque piste et le nouveau batteur (présent depuis l'éponyme) s'est bien mêlé au groupe :

- Gregor Mackintosh est tout simplement le meilleur guitariste metal gothique et il le démontre sur chaque piste en nous entrainant dans un album très chaotique (surtout l'hymne qu'est "Never For The Damned") ; chaque solo est exceptionnel dans son originalité et c'est cela qui est agréable, ce goût de nouveau que l'on ressent alors que le metal gothique sombre dans une triste banalité.

- Nich Holmes nous fait rêver en revenant vers sa voix de Draconian Times mais pouvant, sur la même piste, chanter comme dans Host (Ash and Debris). Un travail important de sa part qui rend les pistes magiques, à pleurer, je vous jure.

- Jeff Singer, le nouveau batteur, envoie balader les précédents car, s'il manquait d'originalité dans ses compos dans le précédent album, ici c'est totalement l'inverse, il peut être félicité pour sa prestation.

- Aaron Aedy (guitariste) et Steve Edmondson (bassiste) sont toujours aussi bons en nous fournissant une ambiance gothique, des riffs lourds et de qualité dignes du meilleur Katatonia et un jeu de basse très accéléré.

Le synthé, les choeurs et les violons sont toujours là et c'est beau. En 2 ans, peu de groupes peuvent se vanter de faire du si beau travail. Je n'avais pas eu autant de frissons depuis Draconian Times et pourtant cet album est totalement différent.

Alors si certains ne sont pas convaincus par mes mots et sont pressés par le temps, écoutez "Never For the Damned", "Praise lamented shade" et "Your Own reality" et vous aurez un avant-goût de la perfection qu'est cet album et je pèse mes mots!

20/20

3 Commentaires

14 J'aime

Partager
sargeist - 05 Mai 2007: Faire un parralèle entre "Icon", certainement un des albums que j'ai le + écouté dans ma vie, et ce nouveau disque, me donne envie de me pencher la dessus... merci.
 
EgoDram - 21 Mai 2007: je suis de ton avis, je le recommande vivement du moins avec mon flair même si j'ai du mal a l'aprecier a son bon niveau( j'ai un peu pris l'habitude d'écouter du black a longueur de journée donc ca change lol)Mais merci pour tes mots juste et vrai, un grand album le préferant au précédent et vous conseille d'acquérir l'édition limité a 2000 exemplaire héhé ( je l'ai =P)
eulmatt - 09 Juillet 2007: j'adhère parfaitement à ta chronique, pour ma part cet album est celui que je n'attendais plus depuis "Icon" et "Draconian Times", une forme de synthèse artistique de la brillante carrière des Anglais, avec à la base un retour aux sources des plus réussis.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire