Dusk... and Her Embrace - The Original Sin

Liste des groupes Black Gothique Cradle Of Filth Dusk... and Her Embrace - The Original Sin
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Cradle Of Filth
Nom de l'album Dusk... and Her Embrace - The Original Sin
Type Album
Date de parution 08 Juillet 2016
Style MusicalBlack Gothique
Membres possèdant cet album49

Tracklist

Recorded in 1995 but only released in 2016.
1.
 Macabre, this Banquet
 01:33
2.
 Nocturnal Supremacy
 06:02
3.
 Heaven Torn Asunder
 06:54
4.
 Dusk...and Her Embrace
 06:12
5.
 A Gothic Romance
 08:43
6.
 The Graveyard by Moonlight
 02:01
7.
 Funeral in Carpathia
 08:19
8.
 Beauty Slept in Sodom
 06:34
9.
 The Haunted Shores of Avalon
 07:10
10.
 Carmilla's Masque
 02:57

Durée totale : 56:25


Chronique @ furaxyn

03 Septembre 2016

Dusk... and Her Embrace en 1995, écrit et enregistré pour Cacophonous Records

Entre deux nouveaux albums, Cradle Of Filth semble s'amuser à jouer avec la nostalgie de certains de ses fans. En témoigne, notamment, cette compil' de remix de vieux titres parue il y a quatre ans : Midnight in the Labyrinth. À quoi fallait-il s'attendre cette année pour fêter les 20 ans de Dusk... and Her Embrace, l'album qui a permis au groupe d'atteindre la consécration ? Une réédition spéciale, comme c'est la mode en ce moment pour pas mal de disques cultes ? Presque ! Nous avons droit ici à ce qu'aurait pu être Dusk s'il avait été sorti non pas en 1996 mais un an plus tôt...
On se souvient qu'à cette époque, Cradle avait dû enregistrer l'EP Vempire pour le compte de Cacophonous Records afin de clore son contrat avec ce label. En même temps, les termes de l'accord amiable avec le boss de Cacophonous, Frater Nihil, ont permis au groupe de réutiliser le matériel déjà existant pour Dusk afin de le réenregistrer et le sortir finalement sous licence Music for Nations. Aujourd'hui, les relations entre Dani Filth et Frater Nihil sont suffisamment détendues pour permettre à ces vieilles pistes de connaître une exhumation en règle - il n'y a pas d'autre mot !

Printemps 1995, donc, du temps où Cradle arbore encore le corpse paint mais s'alloue déjà les services de deux chanteuses en studio, dont pour la première fois Sarah Jezabel Deva. Le line-up est à peu près le même que celui officiant sur l'album The Principle of Evil Made Flesh de '94. Toutefois, alors même que l'enregistrement a été effectué, le groupe va connaître une sacrée saignée : les deux guitaristes Paul Allender et Paul Ryan, le claviériste Benjamin Ryan (frère du précédent) et le bassiste Jon Kennedy (qui ira fonder son propre groupe Hecate Enthroned) ne seront plus de la partie un an plus tard, remplacés qu'ils seront par Stuart Anstis, Gian Pyres, Damien Gregori et Robin Graves à leurs postes respectifs.
Du coup, les deux versions de Dusk 95 et 96 ne seront pas enregistrées avec les mêmes membres, d'où des différences non négligeables comme nous le verrons.

Petite explication du tracklist : originellement, Dusk... 95 comporte déjà les morceaux de l'album de 96, à l'exception de "Malice Through the Looking Glass" car composé plus tard, auquel on rajoute une intro inédite et une outro qui intriguera les plus connaisseurs : "Carmilla's Masque" réapparaîtra en effet en bonus sur les versions limitées du Dusk... 96. Et si "Nocturnal Supremacy" est également présent, c'est qu'il devait initialement y figurer ; on le retrouvera, finalement, sous un autre jour (et nuit), sur le redoutable EP Vempire.

----------------------------

Biiien ! Les présentations étant faites, sus au cœur du disque !

Très vite, on se rend compte que la musique de Cradle a déjà mué en un Black mélodique aux fortes consonances gothiques et il n'y a aucune difficulté à reconnaître les morceaux, que ce soit l'épique "Funeral in Carpathia" ou la rampante "Gothic Romance". De fait, les structures des compositions sont quasi-identiques à celles futures ; c'est à peine si on distingue de légères nuances au niveau du tempo, des accords ou des breaks. Seul l'interlude "The Graveyard By Moonlight" fait exception, car totalement différent.

En fait, c'est au niveau des arrangements qu'il y a pas mal de différences.

A commencer par les claviers de Benjamin Ryan. On note que le musicien est plus porté sur les sons de vieille boîte à musique que le clavecin de son futur remplaçant (les mélodies principales de "Beauty Slept in Sodom").
Surtout, ses tentatives de sonorités romantiques se révèlent d'une qualité très variable : tantôt très honorables (tel le violoncelle sur le titre éponyme et "Funeral in Carpathia"), tantôt bien kitsch ou brinquebalants (notamment les débuts de "Gothic Romance" et de "The Haunted Shores"). La faute à un matos de notre musicien clairement limité et désuet - vous avez dit, bon tempi ?
Cependant, on aura aussi droit à quelques nappes aériennes envoûtantes rappelant Emperor, capables de magnifier un titre comme "Heaven... Torn Asunder".

Ce qui frappe le plus, c'est le chant de Dani. Quoique bien agressif et versatile, il ne se lance pas encore dans les plus hauts aigus possibles - vous savez, ces fameux cisaillements sans fins de corbeau frénétique - et n'est pas mis en avant dans le mix. Et il ne maîtrise pas encore ses phrasés plus graves (bien souffreteux sur "The Haunted Shores").
Puisqu'on parle du chant, précisons que les paroles des morceaux ne sont pas exactement les mêmes en 95 qu'en 96. Qui plus est, les interventions féminines sont un peu plus nombreuses, "Beauty Slept in Sodom" démarrant de manière remarquable.

Du côté des guitares aussi, quelque chose étonne : les mélodies heavy sont là, mais les soli sont plus discrets (différence flagrante sur "Funeral in Carpathia"). Les plus réussis sont le maidenien suivi du thrashy de "Gothic Romance".


Sinon, les deux morceaux démos offerts à la fin du disque ne sont pas inintéressants, mais souffrent de vocaux un peu trop en retrait (ça sonne roots, quoi) et ont des passages assez monotones, malgré des riffs plutôt bien tranchants.

----------------

Alors quoi ? Au-delà de son intérêt historique, cette version avortée, aujourd'hui exhumé, mérite-elle qu'on la considère autrement que comme une ébauche du Dusk 96 ? En fait, oui.

Ce disque possède un certain charme par son côté perfectible. De plus, il bénéficie d'un mixage mettant bien en valeur tous ses éléments. Et par ses propres détails, il dégage une ambiance qui permet de découvrir le Cradle de l'époque sous un autre jour (et nuit noire) : celui d'un groupe dessinant ses tableaux horrifiques et tragiques sans trop verser dans l'emphase théâtrale, sans de gros effets de claviers grandiloquents et sans une mise en scène vocale qui cherchent délibérément à caresser ou impressionner l'oreille de l'auditeur.

Moins flamboyant qu'en 96, Dusk en 95 n'en est pas moins intrigant et inquiétant, voire se révèle plus mélancolique et touchant. Pour couronner le tout, la galette s'est vu dotée d'un excellent son - merci qui ? Merci les moyens modernes de remasterisation !

Rendez-vous dans deux ans pour la suite des réjouissances nostalgiques ?


15/20

5 Commentaires

13 J'aime

Partager

Furia - 04 Septembre 2016: Ce n'est pas l'album qui aurait pu sorti en 1995, c'est l'album qui aurait dû sortir en 1995... Dans ton explication, on a l'impression qu'il s'agit d'une collection de démos récupérées sur des vieilles cassettes, alors qui s'agit là de l'album qui était fini, enregistré, prêt à être empaqueté livré... avant que les embrouilles ne commencent.

Personnellement, je trouve cette version bien supérieure. Quelques arrangements seront perfectionnés sur la version 1996, mais le son global de l'album est incroyablement clair et puissant ici, ainsi que le chant de Dani, vraiment sale et envoutant. Pas comme sur la version 1996, où la prod plus étouffée rend le tout très atmosphérique (ça a son mérite, même si je trouve que ça ne sied pas à l'album), et où le chant de Dani rend le tout inécoutable (c'st mon avis).

Bref, pour moi, Dusk tel qu'il aurait dû être. Je suis atterré de voir que cette version sublime n'ait pas été, par un malheur de l'histoire, la version finale... Mais en même temps, je suis incroyablement heureux qu'on y ait droit, même 20 ans après.
furaxyn - 05 Septembre 2016: @ Furia : Et bien, navré de ne pas avoir été suffisamment clair. "aurait pu sortir" s'il n'y avait eu ce ras-le-bol de la part du groupe vis-à-vis du label, c'était le sens de ma phrase.

@diavt : Cacophonous Records a renaquit de ses cendres, mais il n'a sûrement pas capable d'éditer autant de copies que Peaceville Records ou Nuclear Blast. Le mieux serait peut-être de le contacter directement pour avoir l'objet convoité.
Ryfalgoth - 05 Septembre 2016: Je ne saurai dire si je préfère la version de 95 ou celle de 96 tant les deux me plaisent. En écoutant celle de 95, je m'attendais juste à retrouver le Dusk que je connaissais avec un son un peu plus sale, mais au final il y a des tas de petites subtilités qui ont vraiment leur charme. Je suis très heureux de l'avoir en ma possession !
David_Bordg - 06 Septembre 2016: tout a fait d'accord avec RYFALGOTH.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire