The Manticore and Other Horrors

Liste des groupes Black Gothique Cradle Of Filth The Manticore and Other Horrors
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Cradle Of Filth
Nom de l'album The Manticore and Other Horrors
Type Album
Date de parution 29 Octobre 2012
Enregistré à Grindstone Studio
Style MusicalBlack Gothique
Membres possèdant cet album179

Tracklist

1. The Unveiling of O 02:07
2. The Abhorrent 05:53
3. For Your Vulgar Delectation 04:47
4. Illicitus 05:24
5. Manticore 05:54
6. Frost on Her Pillow 04:13
7. Huge Onyx Wings Behind Despair 04:23
8. Pallid Reflection 05:35
9. Siding with the Titans 05:17
10. Succumb to This 04:34
11. Sinfonia
Bonustracks (Digipack Edition)
11. Nightmares of an Ether Drinker 04:33
12. Death, the Great Adventure 06:18
13. Sinfonia 03:24
Total playing time 51:35

Chronique @ Eternalis

17 Novembre 2012

Une semi déception pour un opus incomplet et fragile, à l’équilibre instable et à la personnalité effacée.

Le dévoreur. La manticore est une créature carnassière et féroce, aussi féline que sauvage, esthétique que brutale et surtout d’un sadisme en devenant malsain dans la mythologie. Dévorant ses victimes par plaisir et se délectant de leurs souffrances, la manticore reste aujourd’hui encore l’incarnation de la bestialité animale. Il n’est donc que peu surprenant que Cradle of Filth, habitué aux monstres mythologiques et aux légendes, s’en soit approprié le nom pour l’appellation de son dixième opus studio, vingt ans après ses débuts.

D’une productivité étonnante depuis quelques années, et revitalisés par les réussites que furent "Godpseed on the Devil’s Thunder" et "Darkly, Darkly Venus Aversa", les britanniques en ont même profité pour proposer un ep longue durée agrémenté d’un dvd complet ("Evermore Darkly") et le fameux projet orchestral qu’ils annonçaient depuis des années ("Midnight in the Labyrinth) pas plus tard qu’il y a six mois. Et c’est déjà au tour de "The Manticore and Others Horrors" de voir le jour, soit deux ans tout juste après "Darkly, Darkly Venus Aversa".
Les premières annonces soufflèrent le doute chez les admirateurs, entre les déclarations de Dani Filth qui annonçait un opus avec des éléments heavy et punk, le départ du bassiste Dave Pybus (remplacé par le parfait inconnu Daniel Firth) et Paul Allender qui déclarait que l’album ne devrait pas ressembler aux très réussis précédents. L’anxiété était légitime, encore plus après la diffusion du sublime clip de "Frost** in the Pillow", où l’excellence visuelle ne permettait tout de même pas de cacher la pauvreté du morceau qui rappelait étrangement la période thrashisante de "Nymphetamine" ou "Thornography", pas forcément les meilleures heures de Cradle. Car outre un riff relativement plat, on retrouvait certes une forte ambiance gothique mais surtout un Dani Filth retombant dans ses travers, avec des vocaux plus clairs mais peu convaincants, ceci ne faisant qu’amenuiser l’impact de la composition.

Heureusement, dans son ensemble, "The Manticore and Others Horrors" reste de bonne facture mais tout de même en deçà des dernières réalisations. Il est à noter que c’est Martin Sharoupka (batterie), décidemment de plus en plus impliqué dans le groupe en plus d’être le meilleur batteur depuis Nick Barker, qui est à l’origine de l’intégralité des arrangements orchestraux de l’album. On passera l’introduction de rigueur qu’est "The Unveiling of O" avant de s’attaquer directement à "The Abhorrent", direct et expéditif à souhait pour ouvrir l’album. L’aspect thrash est très présent mais la virtuosité de Martin derrière les futs permet de varier énormément les structures et les passages violents des compositions, tandis que les riffs évoquent fortement "Nymphetamine", dans cet aspect très britannique de sonner en « twin guitar ». Le chant de Dani, bien que fidèle à lui-même, gagne en clarté ce qu’il perd en puissance. On remarque donc une meilleure élocution, mais par la même occasion un vocaliste fatigué de véhiculer une telle violence depuis vingt ans et parfois à la peine sur les parties les plus brutales. L’empreinte gothique des arrangements et du break orchestral est extrêmement bien ficelé, preuve que Martin est un touche à tout qui, on l’espère, gagnera en notoriété avec le temps (il jouera d’ailleurs dans le prochain album de Masterplan).
Ensuite, l’album manquera foncièrement de variété et de grandiloquence dans son contenu, peinant parfois à maintenir l’attention sur l’intégralité de l’album. Il faut également noter l’absence de longues pièces musicales, les titres ne dépassant pas ici les six minutes. "Illicitus", par exemple, se veut très symphonique, rapide et furieuse dans la pure tradition du groupe, et manque donc singulièrement de surprise, malgré une totale maitrise de son sujet. Les chœurs fantomatiques et sporadiques renvoient plutôt à l’atmosphère très théâtrale de "Damnation and a Day".

A l’inverse de ce retour en arrière, la surprise d’un "Huge Onyx Wings Behind Despair" n’en est que plus grande, s’ouvrant sur quelques sons cybernétiques avant de partir sur un rythme frénétique et un riff black metal qu’il fait bon entendre. Les orchestrations sont nerveuses et grandioses, Dani hurle comme un damné et les changements de tempos apportent une dynamique énorme au morceau, repartant de plus belle sur un blast effréné du monstrueux Skaroupka. La voix, ample et déchirée de Dani est complètement à son aise et place cette composition sur un astre ténébreux, faisant amèrement regretter que l’ensemble ne soit pas de ce calibre. Il en va de même pour le surprenant "Siding with the Titans", à la mélodie au piano mais aux riffs vicieux comme Cradle n’en avaient pas livré depuis pas mal de temps, également surplombé par une superbe performance de Dani au micro. La richesse du jeu de batterie y est, une nouvelle fois, pour beaucoup tant on alterne entre plans rapides, multiples roulements de toms et accélérations fiévreuses débouchant sur des blast beats furieusement rapides. Mais ceci alterne avec un "Manticore" plutôt fade (dont le riff initial est une copie conforme de la version longue de "Nymphetamine" à laquelle se greffe des arrangements légèrement orientaux), un "For Your Vulgar Delectation" très (trop) simple et sans surprise (les riffs thrash du groupe n’ont jamais été un modèle de variété et de richesse) ou encore un "Succumb to This" dont les aspirations gothiques sont plutôt précaires (le chant féminin n’est pas une grande réussite).

"Pallid Reflection" surprend également dans le sens où le riff principal se veut très heavy metal, à l’instar d’un "Forgive Me Father" mais sans son impact metallique qui en faisant un hymne. En revanche, on peut sincèrement se poser la question de mettre en bonus track une composition comme "Death, The Great Adventure" (titre plus long que tous les autres de l’album), parcouru d’un souffle épique incontestable et d’une richesse qui manque singulièrement au corps de l’album.
Dans l’ensemble, la déception est de mise puisque Cradle of Filth était sur une excellente dynamique depuis quelques années et que "The Manticore and Others Horrors" marque clairement un coup d’arrêt, une semi déception pour un opus incomplet et fragile, à l’équilibre instable et à la personnalité effacée. Espérons que le groupe ne passera pas par un second passage à vide, comme ce fut le cas après "Midian", et qu’il repartira plus furieux et digne de son rang dès le prochain disque.

68 Commentaires

17 J'aime

Partager

TryAgainErik - 31 Décembre 2012: J'arrive après la guerre, mais après écoute y'a tellement d'autres groupes bien meilleurs à découvrir et à soutenir qu'il vaudrait mieux laisser Cof aux oubliettes.
furaxyn - 31 Décembre 2012: Du moment qu'on juge qu'un groupe s'en sort encore plutôt, j'vois pas pourquoi on devrait le "laisser (ou l'envoyer ?) aux oubliettes".
TryAgainErik - 01 Janvier 2013: Parce que la production metal regorge de groupes surdoués ayant peu de visibilité... Amenophis, Gothmog, Misteltein ou Gotherfall (dans une veine proche de celle de Cof) mériteraient bien plus de reconnaissance.
 
rick59 - 10 Mars 2013: j'ai tout simplement adoré cette album, ce n'est pas mon préféré mais je le trouve super tout de même ( on es fan ou on l'est pas ) !! :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ furaxyn

08 Décembre 2012

Un appréciable compromis entre les diverses facettes développées depuis neufs ans par le combo

Et un album de plus, un ! S’il y a bien une chose qu’on ne pourra pas reprocher à CoF, c’est de manquer de régularité ou de persévérance. Et avec ce dixième full-length officiel, le groupe renoue avec une efficacité qui lui faisait défaut depuis quelques temps.
Annoncé à juste titre comme un changement de direction musicale par rapport à ses prédécesseurs directs, The Manticore and Other Horrors joue la carte de la mélodie et des rythmiques de guitares directes, surtout typées blackened heavy ou punky (restons prudents au niveau du serpent de mer qu’est l’étiquetage du style de ce groupe polymorphe) rappelant parmi les meilleurs moments de Damnation and a Day, Nymphetamine et Thornography – soit deux œuvres souvent peu appréciées par une frange importante des fans. À l’instar de l’album précédent de 2010, les orchestrations gardent une place importante mais restent relativement en retrait, le batteur Martin Skaroupka prouvant au passage qu'il peut assurer les arrangements symphoniques (au synthé ou au sampler) lui-même.

Avare en mid-tempos, l’album garde un tempo relevé de bout en bout, y compris sur le calibré clip-single “Frost** on Her Pillow” et sa guitare lead aux accords simples mais délicieux. Scott Atkins tenant la quasi-totalité des manettes pendant la production de l’album a su rendre une ampleur qui ne sonne pas trop synthétique.
Le groupe n’a pas attenué l’aspect très choral de son répertoire et l’on aura ainsi droit à une bonne dizaine d’intervenants, assez discrets mais valant toujours mieux qu’une banale simulation de claviers. Une amélioration bienvenue : Lucy Atkin a adopté un registre vocal plus approprié à la musique de Cradle que lors de ses interventions sur Darkly, Darkly, Venus Aversa, sachant être évocatrice sur “Pallid Reflection” et “Succumb to This”.

Les chansons, même si elles restent dans un pur esprit « dani-filthien », ne gravitent autour d’un concept particulier ici. Quelques touches renverront à l’Orient sur le bestial “Manticore” ou le chargé de blast-beats “Huge Onyx Wings Behind Despair” sans que ces arrangements exotiques ne soient envahissants. Le chant de Dani oscillant davantage vers le clair que le suraigu arrive à garder une assise et une variété bluffantes sauf lors d’attaques mal maîtrisées, notamment d’“Illictus” et “Manticore”.

Tout n’est donc pas impec’ au niveau des effets vocaux, parfois superflus ou manquant d'un brin de piquant – notre esprit pervers pensera à la conclusion de “For Your Vulgar Delectation”, dont les riffs sont proches d’un “I am the Thorn” en accéléré et exécuté sans rythme syncopé. De plus, quelques idées auraient pu être mieux rendues par le mixage – en particulier, les arpèges acoustiques et chœurs des ponts d’ “Illictus” qui remémorent le titre “The Promise of Fever”.

Finalement, un disque qui n'est pas à proprement parler original, au regard du passé du combo maintenant réduit à un trio, mais que l’on peut considérer comme un appréciable compromis entre ses diverses facettes développées depuis neufs ans et qui ne tombe pas dans les speederies sans âme ou les lourdeurs sympho-ambiantes grosses comme des maisons - allusions à un récent couple d’albums-concept inside ! Sans être imprévisible ni risquée, la recette n’en demeure pas moins distrayante et très homogène. Sans servir une série de tueries à graver dans le marbre ou de morceaux se détachant clairement des autres (mise à part peut-être “Nightmares of an Ether Drinker”... présent seulement sur l’édition limitée), cette Manticore garde une qualité constante et au fond, de la part d'un CoF en quasi-mode recyclage, c’est tout ce que l’on demande.

14,5/20

1 Commentaire

7 J'aime

Partager
 
rick59 - 11 Mars 2013: j'ai adoré ce dernier album.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire