Who Made Who

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe AC-DC
Nom de l'album Who Made Who
Type Compilation
Date de parution 27 Mai 1986
Enregistré à Compass Point Studios
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album551

Tracklist

1.
 Who Made Who
 03:26
2.
 You Shook Me All Night Long
 03:30
3.
 D.T.
 02:53
4.
 Sink the Pink
 04:13
5.
 Ride on
 05:51
6.
 Hells Bells
 05:12
7.
 Shake Your Foundations
 04:10
8.
 Chase the Ace
 03:01
9.
 For Those About to Rock (We Salute You)
 05:53

Durée totale : 38:09

Acheter cet album

 $49.78  25,29 €  38,99 €  £32.49  $47.28  33,17 €  27,38 €
Spirit of Metal est soutenu par ses lecteurs. Quand vous achetez via nos liens commerciaux, le site peut gagner une commission

AC-DC


Chronique @ EternalTearsOfSorrow

10 Août 2011

L'idée du concept de cet album est assez curieux.

A|symmetryprès un album sorti en 1981 appelé Highway to Hell (We Salute You), et d'ailleurs le titre d'un énorme classique d'A|symmetryC-DC, qui a toujours été le morceau joué à chaque fin des shows du groupe depuis plus 30 ans, A|symmetryC-DC sortirent donc deux ans plus tard Flick of the Switch, et par la suite Phil Rudd quitta A|symmetryC-DC, notamment en raison de ses conflits avec Malcolm Young, qui devenaient au fil du temps de plus en plus physiques. L'homme se fit alors remplacer par Simon Wright, jeune homme également connu pour avoir été pendant plusieurs années le batteur de Dio. A|symmetryC-DC sortit alors en 1985 un album très moyen, nommé Fly on the Wall (Surtout connu pour le long clip composé de 5 morceaux de cet album). Sans être réellement mauvais, cet album présentait un petit manque d'originalité et un son très particulier quant à la voix de Brian Johnson.

A|symmetryprès ce petit historique, il est donc temps de se rapprocher de la production sortie alors une petite année après Fly on the Wall, appelé Who Made Who. La pochette s'avère très charmeuse et attirante, avec un A|symmetryngus Young très mis en valeur devant ce fond bleu. Mais en regardant le tracklist, une première grosse déception vient alors faire surface. Cette déception ne se fera pas au niveau du nombre de pistes (9, pour l'info), mais plutôt celles que l'album contient... Où sont donc passé les nouveautés, les certains nouveaux tubes ? Enfin... Oui, il y en aura un, c'est à dire le titre éponyme, qui fit alors démarrer l'album sur une très bonne surprise, riff original, basse très présente, innovation certes très présente, un bon chant offert de la part de Brian Johnson. Cet album aura au moins le mérite de nous offrir un bon morceau.

Car mis à part ce titre éponyme, nous aurons encore deux nouveaux morceaux, et d'ailleurs deux instrumentaux, ce qui est monstrueusement inhabituel de la part de nos A|symmetryustraliens préférés. Ces deux morceaux ayant pour titre "DT", ainsi que "Chase The A|symmetryce", seront pourvus d'une certaine énième mise en valeur de la guitare, A|symmetryngus Young ayant ainsi toute la durée des morceaux pour nous offrir des solos.
Ceci aurait pu être bien entendu très intéressant, mais rien qu'à l'écoute du premier riff, aucun solo particulier ne viendra pointer le bout de son nez, et ce manque se transformera en une déception totale pour les assoiffés de solos interminables d'A|symmetryngus Young (Tout comme ceux que ce dernier nous offre lors du DVD "No Bull", notamment)... La courte durée de ce morceau était assez étonnante à première vue, mais cette surprise se transformera presque en soulagement, tant ce morceau parait ennuyeux.

"Chase The A|symmetryce", quant à lui, paraît plus agressif et moins bluesy que "D.T", et les solos seront malgré tout plus convaincants, plus persuasifs et mieux réalisés. Cette fois-ci, nous retrouvons vraiment l'esprit frappeur d'A|symmetryngus Young, qui se déchainera totalement devant cet ensemble lourd et percutant, des cymbales utilisées à merveille, une guitare rythmique au top de sa forme, rien à dire là dessus.
Mais à part ces trois compositions, il faut croire qu'A|symmetryC-DC n'aura vraiment pas eu d'inspiration cette année-ci, vu que le reste de l'album ne sera autre qu'une simple compilation des grandes chansons que le groupe a déjà sorti quelques années auparavant, plus "Ride On", morceau venant de Dirty Deeds Done Dirt Cheep, qui n'a pourtant rien d'une classique du groupe. Sans oublier également deux morceaux de l'album précédent, Fly on the Wall, qui feront également surface dans cet album, "A|symmetryC-DC" et "Shake Your Foundations" qui n'apporteront strictement rien à l'album.

Bien sur, il sera évidemment toujours agréable d'écouter des titres comme "Hells Bells", "You Shook Me A|symmetryll Night Long" ainsi que "Highway to Hell (We Salute You)", mais l'idée du concept général de cet album est assez curieux en soi et presque incompréhensible ! Besoin d'argent, ou simplement envie de ne pas se prendre la tête pour une nouvelle production, aux risques et périls de perdre certains fans ? Je pencherais personnellement plus pour la deuxième option, mais cet album reste une grosse déception, qui n'a rien avoir avec des Back in Black ou Highway to Hell... A|symmetry essayer sans espérer grand chose de la part d'A|symmetryC-DC, car sur ce coup, c'est relativement mitigé...

20 Commentaires

18 J'aime

Partager

ZazPanzer - 28 Août 2011: Ahahah ! Ce film était mon préféré justement à cette période, pendant mon adolescence. Je l'ai vu une bonne trentaine de fois ! Quant aux video-clubs, comme les disquaires, c'est toute une époque... Qu'est-ce que c'était agréable de passer une bonne heure à mater les jaquettes avec les copains en balançant conneries sur conneries pour au final partir sans rien louer sous l’œil furibond du patron ;-)
Cucrapok - 29 Août 2011: :) Souvenirs! Avec mes cousins, on passait des heures à chercher des canettes dans les poubelles pour se payer une location!
Elvangar - 03 Juillet 2012: Comment ça Fly on the Wall moyen ? bah purée, y a de bons titres dans ce skeud quand même bon allez, je retourne à mon écoute, c'est toujours mieux que de lire que ça "manquait d'originalité" .... qu'est-ce qu'il faut pas lire comme conneries ...
rambo53 - 03 Juillet 2012: Bah ouais "fly on the wall" est moyen je suis d'accord, et bénéficie en plus d'un son vraiment pas top, on est loin d'un "high voltage", "let there be rock", "highway to hell", "back in black", d'un "the razor edge", ou d'un "ballbreaker". Et niveau originalité à part le son crunchy moyen avec la voix sous mixé je vois pas désolé.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ dark_omens

17 Septembre 2013

Un disque à la mesure du film dont il fut la B.O.

L'attachement de l'écrivain Stephen King pour les musiques intenses, vives et électriques, n'est, à vrai dire, plus un secret pour quiconque aura, peu ou prou, suivi les déclarations et la carrière de l'auteur de livres aussi retentissants que Carrie, Cujo, Le Fléau ou Simetierre. Si ce goût prononcé pour le Rock, au sens large du terme, est connu, son affection pour les travaux des australiens d'A|symmetryC-DC l'est davantage encore. Tant et si bien d'ailleurs que s'apprêtant, en cette année 1986, à sortir son premier long métrage en tant que réalisateur, le romancier n'hésite pas à demander au quintette originaire de Sydney d'en écrire une partie de la Bande Originale. Ce film, Maximum Overdrive, dont le scénario est extrait de sa nouvelle intitulée "Poids Lourds" (Trucks) qui fut publié dans un recueil du nom de "Danse Macabre", nous narre l'histoire du soulèvement des machines dont le but assumé est d'éradiquer toute forme de vie humaine sur Terre. Malgré l'aspect un peu fantasque de l'entreprise A|symmetryC-DC consentira à y participer et ce en composant trois titres inédits qui, complété par quelques classiques incontournables de la formation, constituera la toile de fond sonore de cette histoire rocambolesque.

Illustrant cette collaboration, l'album baptisé Who Made Who sortira la même année. Notons-y d'emblée la présence des sempiternelles et superbes Hells Bells, For Those A|symmetrybout to Rock, des intéressants You Shook Me A|symmetryll Night Long, Shake Your Foundations, mais aussi de l'étonnant Ride On, seul morceau laissant entendre la voix de Bon Scott. Cependant plutôt que de consacrer du temps à ces titres familiers attachons nous plutôt à détailler les quelques chansons originales et nouvelles que nous propose ce plaidoyer (Who Made Who, D.T. et Chase The A|symmetryce). Le premier, en une sorte, toutes proportions gardées, de réinterprétation modernisée de Touch Too Much (Highway to Hell (1979)), nous permet d'éprouver un plaisir bien légitime. Sans réellement nous surprendre, il s'affirme, en effet, comme séduisant. Les deux autres, quant à eux, seront nettement moins attractifs puisqu'il ne s'agira que d'instrumentaux qui s'ils n'ont rien de véritablement déshonorant n'ont rien non plus de véritablement enthousiasmant.

En outre de toutes ces considérations, cet opus est un peu déconcertant puisqu'il constitue un objet difficile à définir. Et donc difficile à appréhender. Compilation sans en être une puisqu'il ne propose pas réellement une rétrospective de la carrière du quintette, pas plus d'ailleurs qu'il ne donne à entendre ses meilleures chansons, ce manifeste est un assemblage de morceaux choisis selon les besoins de Stephen King pour son film. Le résultat manque cruellement de cohérence et finis par nous imposer une question cruelle mais légitime: y avait-il un quelconque intérêt, autre que mercantile, à sortir un tel album?

Who Made Who, en définitive, est donc un album qui n'aura que peu d'intérêt pour les adeptes exigeants. D'aucuns, à l'esprit espiègle et moqueur, pourraient même dire que l'échec artistique de cette œuvre est à la mesure de celui d'un film aux vertus critiquables. Un joli euphémisme pour dire, en d'autres termes, que ce disque fut aussi inintéressant que Maximum Overdrive fut raté.

9 Commentaires

4 J'aime

Partager

largod - 19 Septembre 2013: Merci pour ta chronique et tout le travail que tu fais à ce niveau.
Je ne partage pas ta notation, un brin faible pour ma part. D'autant que tu remets bien en perspective cet album, BO de Maximum Overdrive.
Et je me permets juste un coup de sang personnel à propos d'une lointaine ressemblance entre le title track et Touch too Much. Même après avoir fumé un baobab, je n'y verrai pas la moindre réinterprétation stylisée... Mais je respecte ton point de vue. Pas touche aux icônes et surtout ce morceau de 79, jamais joué live si je ne m'abuse, et resté pendant de très longues semaines en tête des ventes de 45T au UK dans sa catégorie.
Par contre, les 2 instrumentaux me paraissent toujours aussi percutants.
dark_omens - 19 Septembre 2013: Loin de moi l'idée de toucher à Touch to Much qui reste, avec quelques autres (Problem Child, Whole Lotta Rosie, Ride On, Show Business...), l'un de mes favoris du groupe...

Merci à toi pour ton commentaire avisé.
BARONROUGE - 19 Septembre 2013: Bon perso ce skeud est inutile , faut pas oublier que le groupe recherche à remonter la pente âprés le bide (du pourtant excellent de "Flick of the Switch" et le lamentable "Fly on the Wall" qui lui aussi n'a pas cassé la barraque dans la carrière de AC/DC,donc une aubaine pour la bande des Young surtout avec Stephen King , mais bon le film lui même n'est pas à la hauteur du talent du "King" , comme quoi . dark ne dort pas ,il pense, il construit , il explose et expose .
angus107 - 04 Avril 2021:

Fan de la 1ere heure, je ne comprends pas l'utilité de cet album. A part d'y découvrir un superbe morceau, joué aussi en live, Who made who. 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Bourrin

22 Décembre 2008
Un an après la sortie de "Fly on the Wall", album ayant décu beaucoup de fans, A|symmetryC/DC nous revient à la charge avec "Who Made Who". Tout d'abord, il ne s'agit nullement d'un nouvel album, seulement 3 titres sont inédits (les 6 autres étant sans soute déstinés à faire en sorte que cette compilation ne soit pas un EP). En fait, c'est Stephen King himself, grand fan du groupe, qui a demandé à A|symmetryC/DC de composer la B.O. de son film "Maximum Overdrive".
Examinons cela...Il est indéniable que le titre "Who Made Who" est très bon, il est dans la lignée des grands titres du groupe (il a d'ailleurs eu sa place en Live) avec son intro basse/batterie, la voix si caractéristique de Brian et les refrains repris en choeur par Cliff et Malcolm. Bref, classique mais efficace ! Les deux autres titres inédits "D.T." et "Chase The A|symmetryce" sont en fait deux instrumentaux (plutôt rare de la part du groupe), comme vous l'imaginez, la guitare est à l'honneur (mais bien soutenue par la partie rythmique tout de même), ils nous permettent d'aprécier le feeling dont A|symmetryngus fait preuve.
Le reste du CD est consitué de deux titres de "Back in Black", du titre éponyme de "For Those...", de deux titres de "Fly on the Wall" (qui ne sont pas les meilleurs à mon avis), et...inattendu au milieu du disque, on retrouve Bon Scott sur l'émouvant "Ride On".
A|symmetryu final, nous avons 3 inédits sympathiques, et 6 autres titres un peu justes pour que l'on puisse considérer ce disque comme un Best Of. Je me demande même sur quels critères ils les ont choisi. Mystère ! Ils auraient peut-être pu en profiter pour sortir quelque chose d'un peu plus consistant, comme y inclure des titres rares, ou bien des Lives...Mais en tout cas, les titres présents restent toujours plaisant à écouter !

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
choahardoc - 24 Janvier 2010: Merci pour ce texte. C'est Stephen King, auteur du film Maximum Overdrive qui a fait le choix des six titres complétant sa commande. Les critères de sélection ont donc échappé à AC/DC et sa maison de disques Atlantic!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire