Witch Hunter

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Grave Digger
Nom de l'album Witch Hunter
Type Album
Date de parution 10 Mai 1985
Style MusicalHeavy Speed
Membres possèdant cet album134

Tracklist

1. Witch Hunter 04:24
2. Night Drifter 03:10
3. Get Ready for Power 05:05
4. Love Is a Game 05:43
5. Get Away 02:59
6. Fight for Freedom 03:54
7. School's Out (Alice Cooper Cover) 02:41
8. Friends of Mine 05:23
9. Here I Stand 04:49
Bonustracks (US Release)
10. Shine On
11. Tears of Blood
12. Don't Kill the Children
Total playing time 38:08

Chronique @ dark_omens

09 Août 2014

Plus abouti que son prédécesseur, cet opus est pourtant moins marquant...

Si le premier cadavre, Heavy Metal Breakdown (1983), exhumé par ce fossoyeur fut de nature suffisante à nous laisser entrevoir quelques encourageants espoirs quant à l'avenir des allemands de Grave Digger au sein d'une scène Heavy Metal germanique encline à une vélocité très prononcé, le second Witch Hunter, déterré à peine un an plus tard, sera, quant à lui, plus propices à une critique moins immédiatement élogieuse.

L'accusation est sérieuse et mérite d'être explicité.

Commençons donc, et ce afin d'exacerber plus précisément encore ce sentiment contrasté vis-à-vis d'une œuvre qui pourtant ne manque pas de qualités, par évoquer les vertus délicieusement plaisantes de ce manifeste.

Loin de se complaire dans la même anémie sonore que son ainé, ce nouveau plaidoyer nous propose de découvrir ses différentes nuances desservies, cette fois-ci, par une production sinon pleinement satisfaisante tout au moins suffisamment équilibré pour en discerner chaque trait de caractère.
Dans cette espace sonore aux contours mieux définis, les vociférations âpres et rugueuses d'un remarquable Chris Boltendahl offre toute leur mesure.

Musicalement, le groupe aura aussi énormément progressé dans la construction de morceau à l'efficacité plus convaincante, et ce même si certains manquant encore, à l'évidence, d'un certain charisme pour devenir des hymnes historiques. De plus l'aspect quelques peu espiègles d'une première œuvre aux propos parfois immature aura cédé la place à une expression plus adulte et maîtrisé. Tant et si bien que même la ballade énergique, Love is a Game, mais aussi School's Out, reprise d'Alice Cooper, sans exceller, n'alourdissent pas véritablement l'œuvre. Bien au contraire elles offrent une respiration salutaire au cœur d'une débauche aux apparence parfois confondante. Ainsi, soyons francs, des morceaux tels que Witch Hunter, Night Drifter (et son refrain aux similitudes troublantes avec le Save Us d'Helloween parus, bien plus tard, sur le Keeper of the Seventh keys Part II), Get Ready for Power ou encore Get Away, Fight for Freedom, malgré des différences évidentes, ne se démarquent pas suffisamment les uns des autres et donnent, à l'auditeur, l'étrange sentiment d'écouter autant de titres interchangeables à l'inspiration et à l'efficacité pas nécessairement indiscutable.

Au-delà de corriger bons nombres des fâcheuses erreurs d'un précurseur prometteur, ce nouveau manifeste s'alourdit donc de quelques défauts, non négligeable. Grave Digger y est déjà coupable, de la récurrente défaillance regrettable de s'y adonner de manière un peu trop flagrante à un propos d'une linéarité bien trop souvent redondante en des titres aux rythmes souvent équivoques et d'une inaltérable célérité. De sorte que résultat de ce Heavy Metal moins dispersé, débarrassé, notamment, de ces relents les plus visiblement Thrash, apparaîtra, pas nécessairement de manière pleinement justifiée d'ailleurs, comme très académique. Ce qu'il gagne donc en cohérence et en maturité, il le perd en nuance et en spontanéité.

Le travail mélodique, notamment des refrains, est, de surcroît, pas encore pleinement satisfaisant et ce même si, à l'évidence, le groupe aura fait quelques progrès dans le domaine.

Witch Hunter est donc une œuvre plus aboutie que son ainé et dont le résultat, paradoxalement, sera pourtant moins marquant. Sacrifiant son propos à un certain systématisme d'une vélocité presque de rigueur, ces titres moins charismatiques et influents, nous proposent donc d'errer en des plaines, certes, belles mais désespérément semblables.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Arawn

12 Mai 2005
Avec ce deuxième album qui arrive seulement un an après le précédent, Grave Digger accélère le mouvement en se plaçant plus franchement dans le speed des années 80 et remplace Willy Lackmann par C.F.Brank.

En effet, à part la ballade romantique "Love is a Game" qui reste en mi tempo tout du long et les deux chansons avec un côté plus rock "School's Out" et "Here I stand", toutes les chansons restent majoritairement speed et les ralentis comme l'intro mi tempo de "Friends of Mine" ou la coupure de "Get Ready for Power". Si on ajoute à ceci les gros soli de "Witch Hunter" ou encore "Fight for Freedom" et la voix déchaînée à la sauce année 80 de Boltendahl, on aboutit sans problème à un album entrainant et bien péchu. On notera aussi les rares passages en à coups mais tellement efficaces comme dans "Night Drifter" et "Fight for Freedom" qui donnent un bon feeling rythmique.

Côté structure, Grave Digger n'a pas perdu sa recette des refrains bien efficaces mais plus boosté comme le montre "Witch Hunter", "Night Drifter" ou "Get Away". Côté ambiance, à part le côté plus sombre de "Love is a Game" où l'on peut goûter à la voix claire de Boltendhal, le ton de Witch Hunter est largement plus léger et speed que le précédent puisque les deux seules autres chansons qui ne sont pas vraiment speed, "School's Out" et "Here I Stand" restent respectivement très rock et très heavy classique et sans ambiances particulières.

Witch Hunter est donc un album très homogène qui, par rapport au précédent, a troqué un côté varié et ses différentes atmosphères avec un aspect plus rentre-dedans, speed sans pour autant perdre de son efficacité ce qui est le principal.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire