Wake Up to the Real World

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Pretty Maids
Nom de l'album Wake Up to the Real World
Type Album
Date de parution 10 Novembre 2006
Style MusicalHeavy Mélodique
Membres possèdant cet album70

Tracklist

1. Wake Up to the Real World 03:52
2. All in the Name of Love 03:36
3. I Am the End 04:18
4. As Guilty As You 03:39
5. Why Die for a Lie 04:15
6. Such a Rush 04:55
7. Where True Beauty Lie 04:29
8. Brave Young New Breed 03:35
9. Terminal Violence 03:53
10. Perfect Strangers 04:35
11. Another Shot of Your Love 04:05
Total playing time 45:12

Chronique @ dark_omens

02 Juin 2015

N'est-il pas déjà trop tard?

Une nouvelle œuvre des Danois de Pretty Maids est à chaque fois une aventure que l’on voudrait unique et énigmatique. Pourtant, à l'aune de ces années passées, il apparaît clairement que Ronnie Atkins et les siens n’ont plus réellement la capacité, ni même la volonté a priori, de bouleverser le paysage. On sait donc toujours, plus ou moins, ce que l’on pourra attendre d’eux. Toutefois c’est bel et bien dans la proportion de ce "plus" ou de ce "moins" que le groupe peut encore susciter une quelconque surprise et un intérêt suffisant pour nous convaincre. Qui peut ignorer, en effet, connaissant les Danois, que leur visage le plus Heavy sera forcément présent ? Tout comme d'ailleurs leur faciès le plus mélodique ? Et, in fine, leur éternelle incapacité à intégrer toutes leurs envies et toutes leurs influences majeures ? Pas votre humble serviteur, en tous les cas.

Pourtant, sur ce Wake Up to the Real World, évolution il y aura. Elles ne seront certes pas saisissantes, mais suffisamment notoires pour être évoquées. Ainsi, enfin, dans un ensemble construit nettement plus harmonieusement, l’œuvre développe son propos tantôt en un Hard Rock mélodique aux parfums et aux riffs subrepticement Heavy, tantôt en un Heavy mélodique. L’aspect mélodique de ces deux versants étant, enfin, le lien cohérent de l’ensemble. Ainsi dans une expression aux propos désormais nettement moins distinctement marqués, le groupe réussit à donner véritablement un sens.

Pourtant, si l’uniformité de cette œuvre demeure très intéressante, l’exacerbation de sa musicalité a la fâcheuse tendance à, forcément, rendre ses titres les plus nerveux et les plus énergiques nettement moins efficaces. Ainsi, Wake Up to the Real World, All in the Name of Love, avec leurs refrains et leurs éléments un peu trop mélodiques et évidents, perdent quelque peu de leur saveur la plus fougueuse. Ce constat, quelque peu regrettable, est heureusement moins incontestable sur d’autres titres plus furieusement efficients tels I Am the End, Why Die for a Lie, Brave Young Breed ou encore Terminal Violence. Ce dégradé subtil entre douceur et force donne tout son intérêt à cette œuvre.

Néanmoins, bien qu’offrant un art aux influences et aux aspirations bien plus adroitement unies, Pretty Maids ne sait faire rien d’autre que du Pretty Maids. En conséquence, si sa démarche artistique est enfin aboutie, n’est-il pas légitimement trop tard ? En effet, le paysage musical a été tant et tant bouleversé, et Pretty Maids s’est tant et tant égaré, qu’il pourrait n’être, aujourd'hui plus rien d’autre qu’un séduisant anachronisme exemplaire. Etre en dehors du temps peut s’avérer captivant, si tant est qu’on soit en avance sur celui-ci et non pas dépassé.

Cela dit, cet alanguissant équilibrage privilégiant une musicalité accrue, aura tout de même permis d’intégrer plus aisément les diverses ballades qui, bien qu’au nombre important de trois, sont de jolis moments acceptables.

Un Album moins virulent dans l’ensemble, plus homogène et nettement plus mélodique, pour un moment, certes, pas totalement convaincant mais appréciable.

0 Commentaire

4 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire