Vigorous and Liberating Death

Liste des groupes Black Brutal Impaled Nazarene Vigorous and Liberating Death
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Impaled Nazarene
Nom de l'album Vigorous and Liberating Death
Type Album
Date de parution 14 Avril 2014
Style MusicalBlack Brutal
Membres possèdant cet album64

Tracklist

1. King Reborn
2. Flaming Sword of Satan
3. Pathological Hunger for Violence
4. Vestal Virgins
5. Martial Law
6. Riskiarvio
7. Apocalypse Principle
8. Kuoleman Varjot
9. Vigorous and Liberating Death
10. Drink Consultation
11. Dystopia A. S.
12. Sananvapaus
13. Hostis Humani Generis

Chronique @ growler

14 Avril 2014

Impaled Nazarene fait du Impaled Nazarene, une musique directe, concise et sans concession

Que le temps passe vite! Voilà 24 ans que Impaled Nazarene roule sa tête de bouc dans le milieu du métal extrême, avec, et il faut le signaler car c'est assez rare, une fidélité indéfectible à son label d'origine qui est Osmose Productions. L'exploit est d'autant plus louable que les fous furieux finlandais sont parmi les combos les plus radicaux et conservateurs du circuit, toujours mené d'une main de maître par Mika Luttinen, seul membre originel d'Impaled Nazarene.

Après un "Manifest" poussif, qui faisait suite au trop "gentillet" "Pro Patria Finlandia", Impaled Nazarene se remit dans le droit chemin en 2010 avec "Road to octagon", bien plus concis et revenant au "nuclear metal" sans concession, si cher au père Mika, mais amputé d'un guitarsite avec le départ de Jarno Antilla. Quatre années après la sortie de ce dernier, soit la plus longue attente discographique du groupe, le Nazaréen empalé publie sa douzième livraison intitulée "Vigorous and Liberating Death", toujours produit au studio Fungus par Max Kostermaa et, dont l'artwork est illustré par Taneli Jarva (ex-Impaled Nazarene) qui est aussi un artiste tatoueur émérite.

Quinze secondes de silence et l'explosion sonore débute par un cri dément de Mika Luttinen qui semble, une fois de plus, prêt à vomir toute sa haine. Le style propre (façon de parler) au groupe est bien présent, ça tabasse à tous les étages, les dents volent de partout, le groupe, qui devient un vieux de la vieille, ne s'est aucunement assagi, loin de là. Tous les morceaux sont du même caveau, hormis "Flaming sword of satan" et la seconde partie de "Hostis humani genesis", très lourde et malsaine, magnifié par un hurlement démoniaque et complètement possédé de ce bougre de Mika, concluant ainsi de fort belle manière ce disque.

Loin d'être propre, le son de l'opus est suffisamment sale (mais assez clair), pour mettre en avant la crasse "punk" qui habite la musique du combo, accroissant ainsi le côté malsain et méchant de la chose, éloignant "Vigorous and Liberating Death" des albums comme "Manifest", "Pro Patria Finlandia" ou encore "Rapture" et "Absence of war doesn't mean peace". Mais, ne nous y trompons pas, même si la musique du quatuor est empreinte d'un feeling "punk" très prononcé, Mika Luttinen ne partage aucunement son idéologie, conservatisme oblige. L'artwork est également en parfaite adéquation avec les compositions du groupe, le contenant reflétant bien le contenu.

Appliquant sa recette à la lettre avec, comme toujours des morceaux en finnois, des titres mélangeant diverses influences comme le "death", le "black" et le "punk", Impaled Nazarene opère cependant une évolution (certes légère) dans les thèmes abordés sur "Vigorous and Liberating Death". En effet, le propos ne tourne plus quasiment essentiellement autour des religions, d'ailleurs, fait exceptionnel, "Vigorous and Liberating Death" est le seul album du groupe où le mot "goat" n'est pas présent, le message développé traite également de politique, de société et de tous les maux qui gangrènent l'humanité.

Même si ce skeud est un excellent brise nuque, il comporte néanmoins une grosse faute de goût avec le titre "Flaming sword of satan", qui aurait pu figurer sur "Manifest" tant celui-ci est fade et sans intérêt. De plus, placé en début d'album, il casse complètement la dynamique mise en place par "King reborn".

Au final, Impaled Nazarene fait du Impaled Nazarene, une musique directe, concise et sans concession, qui frappe là où ça fait mal en laissant des traces indélébiles, tant l'impact de leur "nuclear metal" est fort. "Vigorous and Liberating Death" reprend les choses là où "Road to octagon les avaient laissé se plaçant même dans le haut de la discographie du groupe, sans pour autant pouvoir concurrencer "Ugra karma" ou "Suomi perkele Finland" qui sont, selon moi, intouchables. Même si la Bête commence à prendre de l'âge, elle reste vigoureuse, libère la mort où elle passe et, au vu de son énergie, ce n'est prêt de s'arrêter.

34 Commentaires

7 J'aime

Partager

holocaust_in_my_head - 16 Avril 2014: Quelqu'un a des précisions sur la date de sortie : est-il déjà sorti (le 14 avril) ? ou comme on me l'a dit c'est reporté (12 mai) ? ; thanx.
growler - 16 Avril 2014: Selon le facebook du groupe, la date de sortie était bien le 14 avril et Osmose Productions ne donne aucune infos sur un report. Cependant, des sites de Vpc l'annonce pour le 18 avril.
holocaust_in_my_head - 18 Avril 2014: Quelqu'un l'a déjà acheté ? (je parle payé, dans un commerce quel qu'il soit, pas envoyé à l'avance par la maison de disque pour chronique ou autre), thanx.
Fifi666 - 23 Avril 2014: Mon petit verdict après écoute. Malgré le mini débat sur la chronique je la trouve assez juste et suis même presque admiratif de sa longueur tellement je trouve qu'il n'y a pas grand chose chose à en dire au final. Concernant mes impressions, alors oui c'est clairement du IN (lapalissade s'il en est). Album dans l'ensemble assez homogène, péchu également, titres fluides et courts. Maintenant, je trouve la production un peu datée en général. Le côté punk ressort encore plus qu'à l'accoutumée et c'est rien de le dire. Au point que je me demandais par moment si j'avais du Black métal sur les oreilles. Son volontairement "crade", musique bien exécutée dans l'ensemble, je note également un bel effort sur les leads guitars (ce qui à mon sens sauve un peu l'album). Maintenant, je vais me permettre un parallèle qui pourrait en choquer certains. Est-ce que cet album apporte quelque chose à la discographie d'IN ? Ma réponse est clairement non, certes ça s'écoute mais ça ne donne pas envie de revenir, ça fait pâle figure à côté de productions antérieures. Je suis pas non plus un fan absolu d'IN faut dire ni un inconditionnel de leurs premiers méfaits (mon petit préféré est "All that you fear" personnellement à titre indicatif). Quoi qu'il en soit, cet album n'apporte rien à la discographie d'IN, il est à mon sens aussi intéressant que peut l'être "Undisputed attitude" à Slayer sauf qu'on ne parle pas d'un album de reprises ici. Alors à moins d'être un collectionneur de CD compulsif comme je peux l'être, cette nouvelle offrande d'IN est très dispensable. Je ne ferai pas l'affront de noter cette galette non plus en tout cas, en ce qui me concerne sur le millésime 2014, je suis encore face à une nouvelle déception. Dommage...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire