Nihil

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Impaled Nazarene
Nom de l'album Nihil
Type Album
Date de parution 16 Juin 2000
Produit par Anssi Kippo
Enregistré à Astia Studio
Style MusicalBlack Brutal
Membres possèdant cet album156

Tracklist

1. Cogito Ergo Sum 02:10
2. Human-Proof 04:38
3. Wrath of the Goat 01:22
4. Angel Rectums Still Bleed - the Sequel 02:42
5. Post Eclipse Era 04:21
6. Nothing Is Sacred 02:19
7. Zero Tolerance 01:52
8. Assault the Weak 03:49
9. How the Laughter Died 04:07
10. Nihil 04:55
Total playing time 32:15

Commentaire @ Julien

17 Fevrier 2005
Impaled Nazarene était, pour cet album, à la recherche d’un guitariste soliste de qualité et je pense que leur choix a été judicieux. En effet pourquoi ne pas prendre le guitariste le plus doué de sa génération j’ai nommé Monsieur Alexi Laiho de Children of Bodom.

Donc nous nous retrouvons dans une configuration optimale pour obtenir un disque qui assure méchamment.
Et pourtant certains trouvent à redire sur ce disque, comme quoi ce serait le plus mou de la discographie. Peut être mais tout est relatif vu que l’on part de très haut dans la brutalité. Comme a l’accoutumé chez les finlandais le disque est court et les morceaux sont (malgré les « on dit ») très teigneux.
Alexi donne toute son énergie dans cet album et nous donne un aperçu de ce que pourrait être Children of Bodom sans clavier. On a une machine de guerre extraordinaire (attention je dis pas que les claviers sont pourris dans Bodom). Ses solos sont bizarrement très jazzys, ce tranche de façon cinglante avec la musique qui est proposé à coté.
Les deux titres géniaux sont à coups sure « Human-proof » et « Angel Rectums Still Bleed - The Sequel » dont les rythmiques et surtout les solos sont à montrer dans toutes les écoles (de métal bien sure).

Pas du goût de tous le monde, Nihil est pour moi une véritable tuerie qui trouve sa place dans mon top 5 des CDs.


Avis au amateur : fous furieux en libertés !!!!!!!!!!!!

1 Commentaire

3 J'aime

Partager
albundy57 - 19 Septembre 2010: Pas le meilleur de leurs skeuds , mais il est bien plus puissant et massif que "Rapture" qui m'avait un peu déçu...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ TasteofEternity

02 Mars 2019

Fuck Me I'm Famous !!!

Rapture manquait d’une sacrée dose de relief pour le rendre irrésistible, l’agressivité en continu règle bien des situations mais pas toutes. Suivant l’exemple de Marlon Brando dans un Tango à Paris, Luttinen investit dans la motte de beurre. Alors qu’il passait devant le bureau de placement finlandais, son regard croisa celui d’un avorton tout neuf en vitrine. Vous savez un de ses petits nains renfrognés au visage d’ange. C’est ainsi que Mika frappa un grand coup dans sa course à l’Eurovision, offrant au monde un tableau inédit, après la Vierge à l’Enfant de Botticelli, voici le Père Impaled Nazarene sodomisant l’Enfant de Bodom. Il faut admettre que le nain est taquin, un coup il veut, un coup il ne veut plus, ce n’est pas toujours simple les relations père-fils. Mika qui a bien compris le potentiel de ce nouvel arrivant, ne fait que le gâter analement parlant. Il s’essaie par ailleurs au lancé de nain, au bowling avec lui, histoire de rendre le sourire à Grincheux. Mais rien n’y fait, c’est ainsi que l’ultimatum tomba un beau matin, ou Mika s’engageait à adopter les 7, ou c’en était fini de cette relation. Cette romance prit alors un tournant plus vicelard, ne sachant plus qui domine qui. Certes Mika s’imposait encore physiquement, mais le nain rancunier avait pris l’ascendant technique avec sa maîtrise du Kama Sutra à six cordes. Le résultat n’était pas assuré.

Nihil réduit le champ d’action avec 10 bombes gonflées au metal, délaissant les influs de speed/punk régressif chères à Rapture. Dés l’ouverture on sent que le niveau a grimpé en flèche ajustant vitesse et technique comme rarement chez les Finlandais. Le degré d’exigence se serait-il soudainement envolé ? Quoiqu’il advienne on reprend les hostilités là où on les avait laissées, c’est-à-dire pied au plancher, le couteau entre les dents. En effet la démonstration de force sur l’opener Cogito Ergo Sum composé par le chérubin combine virtuosité instrumentale et agressivité viscérale nous rassurant du même coup sur les intentions du groupe. Non le recrutement du puceau n’est pas qu’un coup marketing, il s’intègre dans un projet d’extermination à échelle mondiale dans la continuité du grand œuvre d’IN. Passé cette ouverture, Human-Proof claque du riff vicieusement malsain, la charge se fait plus lourde tout en prenant soin de cautériser les plaies au gros sel pendant le solo. Nihil se définit comme du Impaled Nazarene pur jus, du nuclear metal au vrai sens des termes, avec une lead guitare en sus et des soli de tueur. Putain écoutez Nothing is Sacred qui n’est autre que le mode d’emploi du viol d’une guitare : sois béni nain ! La voix de Mika identifiable entre mille s’évertue à proférer blasphèmes et autres insanités par chapelets de douze comme au premier jour. Sauf que Sir Luttinen ne se contente plus d’éructer des Hail Satan pour amuser la galerie, Nihil est gorgé d’une puissance renouvelée qui comme toujours aspire à l’extermination de l’humanité, et de ses idoles, mais pour mieux rebâtir dans le sang. Finalement l’échange de procédés est efficace, Mika prend un coup de jeune, pendant qu’Alexi prend des coups de bite, une symbiose rare dans le metal extrême. Le jeune éphèbe continue de faire courir à toute vitesse ses doigts de fée sur le manche dur comme du bois, prêt à éjaculer une véritable fontaine de foutre purificateur. Le résultat ne prendra pas la forme d’une mappemonde ornant des draps virginaux, mais de deux nouveaux cantiques, Zero Tolerance, et son feeling rock n’ roll, et le heavy Assault the Weak qui célèbrent comme vous l’imaginez l’amour de son prochain et l’ouverture de cœur, à la tronçonneuse. Je me focalise à tort sur la nouvelle attraction du parc finlandais, alors que cette dernière n’a qu’une incidence limitée sur l’offense faîte au Seigneur dénommée Nihil. En répétant pour la première fois alors que le groupe vient tout juste de rentrer aux Astia Studios, Luttinen souhaite conserver une fraîcheur et une rage décisives et crassouilles, tout le contraire de la préparation minutieuse qui a bouffé une grosse part de spontanéité, et d’impact sur Rapture. IN sait également ralentir le mouvement à de rares instants pour nous faire apprécier la vue, et le délire démoniaque dans lequel il nous entraîne : putain la collection de masques à gaz, on pourrait presque ouvrir un musée ; même en forme de cache-sexe, l’imagination fertile des hommes me sidère parfois. Merci à Osmose pour la régalade.

Mais comme je l’ai dit le nain est capricieux, et la jeunesse assoiffée de reconnaissance, incapable de se fondre dans un moule qui n’est pas le sien, Alexi, tout comme sa pouffiasse Kimberly « Buba » Goss dans Ancient, ne feront qu’un passage éclair dans des groupes à l’identité, et au talent, affirmés. Quant à Impaled Nazarene, il frappe un coup inattendu avec ce Nihil, créant la controverse comme toujours, mais se renforçant comme jamais.

2 Commentaires

3 J'aime

Partager
samolice - 02 Mars 2019:

Mais que vient faire Alexi là dedans???? Je ne savais pas du tout qu'il avait participé à un disque de ce groupe. Je viens de le faire tourner via YT et je le trouve carrément intéressant. "Angels rectums still bleed" est une bombe et j'aime beaucoup "How the laughter died". Soit les 2 titres probablement les plus calmes d'un disque particulièrement excité. Ca débande jamais en fait. Ce sera mon bémol.

Et mention très bien aux titres des chansons, quelle imagination smiley.

Merci pour la chro et la découverte!

TasteofEternity - 01 Avril 2019:

Quand tu dis "Mais que vient faire Alexi là dedans ????" tu veux dire hormis repartir l'anus version tartare bien assaisonné, je suppose... En réalité, d'après les dires de Luttinen, IN cherchait un lead guitariste depuis l'album Latex Cult. Alors qu'IN jouait à Saint Pétersbourg en 1998, avec Children of Bodom, et comme les deux groupes partageaient le même hôtel, Mika et Alexi au cours d'une conversation se mirent d'accord pour faire un essai. En fait pour éviter de faire une tonne d'auditions contre-productives, ce projet de deuxième guitare restait secret, Mika jouant les pisteurs pour dénicher la perle rare. Il donna carte blanche à Alexi, qui au départ n'était pas très chaud pour envoyer du solo sur les titres du groupe, mais le groupe le poussa dans cette direction, et ils ont bien fait puisque ça dynamise l'ensemble. Pour beaucoup, il s'agit d'un coup de pub à peu de frais, moi je pense que les deux parties ont su en profiter le temps que cela a duré soit un peu plus de deux ans, et un seul album.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire