So Far, So Good... So What!

Liste des groupes Heavy Thrash Megadeth So Far, So Good... So What!
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Megadeth
Nom de l'album So Far, So Good... So What!
Type Album
Date de parution 11 Novembre 1988
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album991

Tracklist

1.
 Into the Lungs of Hell
 03:22
2.
 Set the World Afire
 05:48
3.
 Anarchy in the U.K. (Sex Pistols Cover)
 03:00
4.
 Mary Jane
 04:24
5.
 502
 03:27
6.
 In My Darkest Hour
 06:26
7.
 Liar
 03:20
8.
 Hook in Mouth
 04:39

Durée totale : 34:26


Chronique @ Eternalis

14 Avril 2009
Transparent !
Oui, ce troisième album de Megadeth fut, et resta dans la carrière si prolifique du groupe de Dave Mustaine un album oublié, perdu dans le temps, coincé entre deux monstres indomptables et intouchables que sont "Peace Sells…But Who’s Buying" et "Rust in Peace".
Frappé et abattu par la drogue et l’alcool, Mustaine était à cette époque très loin d’être dans son état d’esprit premier, le départ de Chris Poland n’ayant sans doute rien arrangé.
C’est sans doute pour ces raisons que "So Far, So Good…So What !" ne ressemble à aucun autre album, ou peut-être uniquement de "Killing Is My Business...And Business Is Good". Car ce troisième opus pue la mort, le soufre, la rage, la guerre et la mort. Il semble être le déchaînement des victimes de chambres capitonnées, le résultat des hurlements de souffrance de ces hommes maudits.

Les solos déchirants et effrayants de noirceur de l’introduction instrumentale que représente "Into the Lungs of Hell" lacèrent votre esprit, et se font l’écho de la douleur de la guerre, concept de cet album.
Si la technique n’est pas en reste, elle effacera la virtuosité du précédent opus au profit d’une production plus rêche et parfois clinique, d’une froideur extrême. Les guitares ne sont que le reflet de cette lame qui vous coupe la gorge, qui tranche cette chair putride et humaine, les riffs se font sifflants, malsains et torturés à l’extrême. Ils remplissent l’espace sonore au profit d’une basse annihilée dans un mix quasi-absent, ils abreuvent notre esprit de cauchemar, délaissant loin derrière le simple thrash ayant fait leur renommée, et lançant comme un ultime affront à un Metallica s’enfonçant dans des sphères déjà plus progressives.
Ce déchainement de haine trouve son aboutissement dans le premier véritable titre, terrorisant "Set the World Afire", œuvre suprême de violence psychologique où la terreur se fait planante et atmosphérique. A travers des riffs supersoniques et ébouriffants de technique (à noter la participation sans faille de Jeff Young, guitariste pour cet unique album), le chant de Mustaine ne fait que vomir une rage envers une humanité réduite à s’autodétruire lamentablement, les effets de distorsion parsemant sa voix renvoyant aux démons intérieurs et schizophréniques. Sa performance est stupéfiante, la drogue aidant peut-être, rarement ses solis n’auront véhiculés tant de furie et de malaise, délaissant la mélodie afin de se consacrer (volontairement ?) sur une atmosphère quasi-inhumaine.

Mais si tout l’album pouvait se vanter d’être de la sorte, "So Far, So Good…So What !" ne serait pas l’opus fantôme qu’il est. Car si effroyable soit cette entrée en matière, aussi anachronique apparaîtra la suite, à l’image de cet "Anarchy in the U.K" n’ayant absolument rien à faire sur un tel disque.
Si Mötley Crüe se sont donner la joie de reprendre de manière furieuse ce classique des Sex Pistols, Megadeth parait ici bien palots, vierge de toute sensation et inutile (entendre un refrain sur un tel album est déjà en soi incompréhensible !).

Manifestement sous l’emprise d’une inspiration hors de contrôle, cet opus donne l’impression de partir dans tous les sens, sans cohérence, ce manque de cohérence qui en fera également une perle si intéressante, comme encore plus synonyme de cette folie que voulait reproduire Mustaine.
Ainsi, la semi ballade Mary Jane dévoilera une qualité d’interprétation énorme, où les chorus de guitare malsains et sous mixées côtoient un chant presque propre, où Dave évoque un amour qu’il ne verra plus jamais, trop occupé à recevoir une bombe en travers des boyaux. Des boyaux qui se tordent face au texte poignant relatant les derniers instants d’une vie bafouée par la guerre (sous une pluie de solis rageurs et tranchants) et devant un Dave hurlant une rage et une injustice envers cette mort qu’il n’a pas demandée.
Trente cinq minutes ! En trente cinq petites minutes, Megadeth offre un disque aussi marquant qu’absent de la mémoire collective, comme effacé car trop « vrai ».
Un Mustaine à nu, cru comme jamais sur 502 délivrant des interventions guitaristiques robotiques et noyés sous une couche d’effets parfois peu reluisante.
Et en paradoxe au final plus que moyen que représente Hook in Mounth, le magistral et planant In My Darkest Hour (en hommage à Cliff Burton), délivrant une âme malsaine se déployant au dessus de nous pour mieux nous pénétrer en plein cœur terminera de faire de cet album bien plus qu’un raté.
Au travers d’harmonies terrifiantes et sur un riff posé et aliénant, le chant, presque narratif de Dave, se pose en chantre, litanie d’une vie stoppée bien trop tôt par une faucheuse omniprésente. Très angoissante, la chanson monte en intensité au fur et à mesure que de nouvelles pistes de guitare se place dessus, comme des lueurs démoniaques avant le déchainement de colère soliste.

Unique ? non. Indispensable ? oui, clairement. So Far, So Good…So What ! est un album qu’il se faut de posséder afin d’appréhender la carrière du génie roux, de comprendre l’avant et l’après, également pour prendre conscience de l’impact des drogues sur un processus d’enregistrement et de composition (Rust in Peace ayant été réalisé alors que Mustaine sortait de cure de désintoxication et que marty Friedman, fraichement arrivé, était encore complètement clean).
Une œuvre atypique dans une carrière ayant presque tout connue à travers les années, cet album reste une porte vers un monde apocalyptique, sans autre outil qu’une guitare et qu’une âme manifestement écorchée par la vie, un monde apocalyptique dans lequel nous vivons depuis notre naissance…

21 Commentaires

21 J'aime

Partager

coroner - 03 Décembre 2015: Il me semble, concernant "In My Darkest Hour" que Dave Mustaine ne l'a jamais dédiée à Cliff Burton, mais qu'il l'aurait composée quasiment d'une traite à l'annonce de sa mort. Je ne me rappelle pas exactement les termes, mais c'était dans une interview dans Hard Rock Mag, si je ne m'abuse.
MCGRE - 18 Novembre 2016: Comme le dis sam c'est quand même quelque chose Megadeth , So Far et l'album de Mustaine qui me fait le plus voyagé je trouve le son , les riffs , le tranchant , la noirceur de cet album addictifs vraiment un OVNI du thrash mais putain quel joyaux .
LeMoustre - 04 Décembre 2016: Après l'excellentissime Peace Sells, Mustaine et Ellefson recrutent de nouveaux membres (changement de batteur et de guitariste). S'en suit un album foutrement inégal, mais divinement chaotique. Le moyen côtoie le terrible avec un sequencing bancal. Court, et toujours avec le réflexe de la reprise décalée (habitude qui se perdra avec l'album suivant), l'album démarre avec un instrumental tournoyant, parfaitement raccord avec son titre tant on imagine le tournis à l'intérieur de l'enfer tout au long du morceau. Les titres "In My Darkest Hour" et "Hook In Mouth" avec ses célèbres paroles anti-PMRC font partie des incontournables du groupe. L'émotion est palpable, avec les vocaux poignants de Dave au début de "In My Darkest Hour", appuyés par une composition géniale de bout en bout. Sans doute l'album le plus personnel de Mustaine, et un son analogique à souhait, avec une batterie parfaitement mise en relief, comme on 'en fait plus.

Attachant, inégal, et profondément marquant, malgré des titres moins directs ("502"", "Mary Jane").
mechant - 26 Octobre 2019:

Achete comme "peace" en import US..."So far..." est certainement le disque de Mustaine que je prefere meme si je pense ne pas l avoir autant ecouté que son predecesseur. L analyse du Moustre est certainement la plus avisée sur ce côté chaotique et bancal....A l'epoque je me demandais bien comment Mustaine faisait pour changer de musiciens aussi regulirement.  D ailleurs je me rappelle d un Metal Hammer (1992...????) blindé de posters des grands du Thrash...dont 1 avec notre rouquin et sa bande de 7.62 en guise de ceinture autour de la taille...

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ cunteater

14 Fevrier 2009
"So Far, So Good... So What!" est un album de transition, exit Chris Poland, Dave Mustaine recrute un jeune diplômé du GIT de Los Angeles, nommé Jeff Young.

L'instrumental "Into The Lungs Of Hell" ouvre l'album. Les solos ressemblent à des exécutions robotiques. Vient ensuite "Set the World on Fire", très brouillon, sans intérêt aucun, puis "Anarchy in the U.K. (cover des Sex Pistols), qui déborde d'énergie malgré le noyage de reverbe de la production. "Mary Jane" et son riff magistrale d'intro et son mid tempo très angoissant viennent ensuite. Les titres "502" et "Liar" sont des bouches trous... Vient ensuite le superbe "In My Darkest Hour", en hommage a Cliff Burton de Metallica, et sa superbe accélération. Je déteste ce Jeff Young et ses solis de robots a 200 km/h : rien à voir avec le grand Marty Friedman. L'album se termine avec "Hook In Mouth", superbe chanson en partie ruinée par Jeff Young et ses interventions mal placées et sans aucun relief.

Je le répète, cet album est noyé sous la reverbe et donne un son brouillon et robotique. De plus, Mustaine chante comme un chat egorgé.

L'album laisse une impression malsaine. Tout le groupe carbure aux stupéfiants à cette époque. On ne retrouve aucune véritable structure dans les morceaux. Le groupe avance dans le brouillard avant la résurrection sur "Rust in Peace".

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
corpsebunder50 - 12 Décembre 2012: Étrange de mettre 16/20 à un album en le massacrant de bout en bout dans sa chronique (le seul point positif est le terme "superbe"!)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire