Rrröööaaarrr

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Voïvod
Nom de l'album Rrröööaaarrr
Type Album
Date de parution 14 Mars 1986
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album179

Tracklist

1.
 Korgüll the Exterminator
 04:58
2.
 Fuck Off and Die
 03:36
3.
 Slaughter in a Grave
 04:04
4.
 Ripping Headaches
 03:12
5.
 Horror
 04:11
6.
 Thrashing Rage
 04:32
7.
 The Helldriver
 03:43
8.
 Build Your Weapons
 04:44
9.
 To the Death
 05:08

Durée totale : 38:08


Chronique @ DocteurBenway

04 Novembre 2011

Un concept album guerrier, Voivod impose un style à part.

Nous sommes en 1986, et Voivod a déjà sorti War and Pain. Fort de ce premier opus, ils remettent le couvert avec un concept album nommé Roooooar.
Rien qu'avec le titre on aura compris qu'ils ne feront pas dans la dentelle. Le thème, c’est le post-apocalyptique. C’est l’album guerrier ultime. Tout y est dédié, consacré. La pochette où figure ce char d’assaut, les titres évocateurs Korgull the Exterminator, Build Your Weapons, To the Death etc. Les textes (même la calligraphie est orientée dans le trip guerrier) et surtout, surtout, la musique. Volontairement bordélique, empressée, sauvage, tapageuse. Tout a été fait ici pour faire transpirer cet esprit guerrier.

On entame avec Korgull The Exterminator, la guitare arrive de loin et la basse entame un air aux relents de troupes prêtes à en découdre. Ce qui frappe, c’est le son général de l’album. La guitare semble en retrait par un effet de reverb' assez particulier qui lui donne ce côté faussement bordélique car tout est joué avec précision. La batterie a une son de caisse claire qui frappe en s’écrasant. Le chant de Snake, dissonant, complètera l’ensemble. Je regrette pour ma part la basse, plus discrète à mon gout.
Fuck Off and Die aux relents militaires martèle son refrain jusqu'à cette accélération soudaine où le solo prend son envol. Quelques notes et un break encore plus tapageur déboulent avant de revenir sur le début du titre.
Ça flingue comme sur un chant de bataille.

Slaughter in a Grave entame sur un super riff bien vicieux et entraînant. Snake nous conte une histoire bien sordide. Ripping Headaches jaillit encore plus empressée que les autres. Il n’y a vraiment pas de place pour la réflexion, la batterie semble bouffer des temps et saccade le tout comme si la musique voulait aller plus vite que le tempo qui lui est imposé. Horror attaque bizarrement mais le break est dévastateur, porté par un solo de Piggy qui vous laissera par terre. Trashing Rage arrive comme un bulldozer et l’on plonge dans un vrai cauchemar.

Les paysages dépeints par Voivod sur cet album n’invitent vraiment pas au tourisme. Il faut clairement s’acclimater a la barrière sonore.
The Helldriver semble le plus accessible dans tout ce fracas metallique avec son solo entraînant et sa suite à l’unisson avec la basse.
On pourrait penser que ça allait se calmer…… ben nan. Build your Weapons en remet une couche. Snake s’en donne à cœur joie et souvent, on se dit qu’il va bien se péter les cordes vocales à hurler de la sorte. La progression du morceau est énorme jusqu'à son final théâtral.
To the Death clôture de la plus belle manière avec une intro triste et guerrière avant que le duo basse-batterie ne propulse l’ensemble sur un riff endiablé qui vous mène sur un Snake plus fort que jamais.
L’empressement d’en découdre est toujours aussi présent. On s’imagine vraiment sur un chant de bataille désert et complètement ravagé, plein de fumée et de cadavres encore chauds.
Le break rugit sournoisement alors que la batterie tabasse, imposant une fièvre générale.

Cet album rugissant, bruyant, saccadé est plus difficile d’accès que War and Pain ou le Killing Technologie qui suivra. Mais Voivod a voulu un concept album guerrier, et dans ce sens, je connais peu de groupes qui ont réussi à obtenir un tel résultat.

41 Commentaires

6 J'aime

Partager

BARONROUGE - 05 Novembre 2011: c'est plutôt rare venant de moi , mais ce groupe à du génie moi qui aime que la simplicité , ils ont su me convaincre ( voir mes CD),du Thrash crade de"war" à Rrr" et dans de Heavy " Voivod" et " Katorz" , il est impossible de les catalogués dans un style bien précis (je laisse le travail aux chroniqueurs) . Non j'ai oublié , deux erreurs de parcours "The Outer Limits " et le trés mauvais "Angel Rat" bon pour le prix des skeuds j'ai mon pote le "War" et le "Rrr" pour 7 euros , en occas bien sûr , mais bon c'est une longue histoire le hazard de le vie. Allez les filles l'apéro c'est fini j'ai dur avec le Gaillac ( je hais mon pote ) .
Vertex - 06 Novembre 2011: The outer limits n'est absolument pas une erreur de parcours... je trouve l'acharnement contre celui là vraiment injuste, car ok, c'est un trip bien different, finalement qui tire plus sur le rock que sur le metal mais on peut pas nier le boulot qu'il y a eu sur les compositions et le son... sans être aussi complexe que ce qu'ils ont pu sortir par le passé, car il est finalement assez "accessible", pour moi ça reste du grand voivod qui prouve qu'ils peuvent changer totalement de recette d'un album à l'autre (même si on reconnait toujours assez bien leur jeu) et s'en tirent toujours impeccablement.

The outer limits est varié et vraiment inspiré, avec un son impeccable qui colle parfaitement au concept...

Rien que pour la reprise de pink floyd absolument géniale, il vaut largement le coup d'être possédé...

Pour angel rat, je peux comprendre même si je l'aime bien moi, là on quitte même le son que le groupe a proposé pour faire totalement autre chose, plus mielleux et peut être un peu trop niais mais qui a du charme dans un style vintage/kitsch/psyché.
Hellsheimer - 06 Novembre 2011: Tu devrais quand même jeter une oreille sur les derniers. Quand à Angel Rat et The Outer Limits, ce sont deux trés bon albums aussi, différents mais superbes.
tonio - 06 Novembre 2011: C'est marrant, Angel Rat est je crois mon preferé de Voivod. C'est assurement le plus calme, le plus accessible, mais c'est surtout celui qui me file le plus d'émotions. Certaines mélodies sont absolument superbes et très mélancoliques, Angel Rat est tout sauf un echec.
Concernant Rrrooaarrr, j'aime bien mais je l'écoute assez rarement, c'est un peu fatiguant sur la longueur...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ wodulf

11 Décembre 2012

Leur album le plus extrême

Est-ce Rrröööaaarrr le meilleur album de Voivod ? En tout cas, c'est le plus brutal, le plus apocalyptique de leur discographie. C'est pour cela que pendant très longtemps, il a été mon préféré.
Ce disque clôt la première période du groupe, la plus sauvage et primitive. La seconde période qui englobe les albums Killing Technology / Dimension Hatröss nous présentera un Voivod plus technique et porté sur la mélodie.
War and Pain, c'était la guerre; Rrröööaarr c'est la destruction. Moi, cela me fait penser à une séquence du film Terminator où l'on voit, dans un décor apocalyptique, des machines écraser des crânes humains. Eh bien, Rrröööaaarr, c'est tout à fait ça. Entre le premier morceau "Korgull The Exterminator", et le dernier "To the Death", le rouleau compresseur Voivod écrase, écrase et écrase encore.
La déflagration que provoqua cet album dans le monde du metal extrême fut telle que la tournée US qui s’ensuivit avec Celtic Frost eut un succès phénoménal. C’est alors que Noise record signa le groupe et l’invita à enregistrer son troisième album à Berlin. Voivod faisait déjà partie des grands du metal extrême.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire