Inside the Torn Apart

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Napalm Death
Nom de l'album Inside the Torn Apart
Type Album
Date de parution Juin 1997
Style MusicalGrind Death
Membres possèdant cet album180

Tracklist

1.
 Breed to Breathe
 03:15
2.
 Birth in Regress
 03:32
3.
 Section
 02:45
4.
 Reflect of Conflict
 03:14
5.
 Down in the Zero
 03:09
6.
 Inside the Torn Apart
 03:45
7.
 If Symptons Persist
 02:41
8.
 Prelude
 03:11
9.
 Indispose
 03:04
10.
 Purist Realist
 02:58
11.
 Lowpoint
 03:15
12.
 The Lifeless Alarm
 04:39

Bonus
13.
 Time Will Come (Digipack Edition)
 03:23
14.
 Bred Dry (Digipack Edition)
 02:21

Durée totale : 45:12


Chronique @ Fabien

02 Mars 2011

Bis repetita non placent.

Amorcée depuis Fear, Emptiness, Despair et plus évidente sur Diatribes, l’orientation du deathgrind de Napalm Death vers des sonorités plus expérimentales et industrielles, assortie d’un propos moins revendicateur, crée des tensions internes au sein du groupe. Le clash se produit plus particulièrement entre d’un côté Shane Embury & Mitch Harris et de l’autre Mark Greenway, qui regrette quant à lui l’abandon progressif du grindcore originel de la formation et la perte de son esprit punk/hardcore emblématique. Officiellement viré du groupe, le growler reprend toutefois sa place après six longs mois d’incertitude, durée pendant laquelle il participe notamment à l’enregistrement de Damage 381, le nouvel album des deathgrinders d’Extreme Noise Terror.

Désirant gommer rapidement cette période chaotique et incertaine, les infatigables et prolifiques compositeurs Embury, Harris et Pintado ne tardent pas à mettre sur pied le 7ème full lenght de Napalm Death, mis en boite peu de temps après la réintégration de Greenway. Inside the Torn Apart sort ainsi dès juin 1997 chez Earache Records, flanqué d’une illustration sans attrait et du logo alternatif du groupe toujours aussi fadasse.

Comme pour marquer la réconciliation avec son chanteur, Napalm Death revient avec un nouvel album plus conventionnel, laissant de côté les sonorités industrielles et les rythmes syncopés de Diatribes au profit d’un deathgrind délibérément plus simple et direct. Le quintette de Birmingham débute d’ailleurs sur deux morceaux relativement percutants, les entrainants Breed to Breathe et Birth in Regress qui, sans être totalement renversants, montrent nos acolytes en bonne forme apparente. Toutefois, Inside the Torn Apart perd rapidement son mordant dès le troisième titre, enchainant alors des morceaux fades & banals, et défilant ainsi jusqu’à sa fin sans soubresaut ni moment fort particuliers.

Désirant retrouver l’essence de ses débuts, Napalm Death loupe ainsi le coche en cette année 1997 bien creuse, masquant difficilement la période d’incertitude qu’il vient de traverser. En effet, le groupe en manque d'inspiration perd non seulement l’ambition dont il avait fait preuve sur Fear, Emptiness, Despair & Diatribes, sans retrouver parallèlement la hargne et la puissance qu’il dégageait sur Utopia Banished. Routinier sans être franchement médiocre, interprété avec une précision rythmique toujours aussi notoire, Inside the Torn Apart reflète plus durement notre quintette encore en quête d’identité après la défection de son ancien leader Mick Harris, départ décidément long & difficile à digérer.

Fabien.

29 Commentaires

11 J'aime

Partager

albundy57 - 04 Mars 2011: En tout cas on va mettre la sécurité sociale sur la paille avec les problèmes de foie qu'on aura, ha ha!
On est en France, l'alcool est quasi une institution! Je plains ceux qui n'en boivent pas... Tant mieux ça en fera plus pour nous! Et une piote pour la route à la santé de ce brigand de Karnivormetal!
Pour en revenir à la zique, effectivement je ne peux que te conseiller les derniers opus de NAPALM qui sont de qualité et ravageurs!
NAPALM DEATH STILL RULES!!!!
FBD5367 - 10 Juillet 2011: Je sais pas pourquoi, moi je l'aime bien cet album de Napalm Death. "Birth In Regress", "Purist Realist"... Non ?
Bah ! Tant pis.
En ce qui me concerne, je n'ai jamais été déçu ou choqué par leur désir d'aller un peu voir ailleurs, parce qu'au final, ça se sent, ils restent fidèles à eux-mêmes.
Lepard - 05 Juillet 2012: J'aime beaucoup cet album. Il est certes différent des autres opus, mais il marque le vrai retour de Napalm Death aux affaires (bien que je n'ai que écouté rapidement les deux albums précédents plus orienté Indus).

Le petit coté Punk Hardcore n'est pas dégueulasse ("Down In The Zero"). Le point fort reste la production. Très bonne et pas étouffée qui met en valeur chaque instrument (j'adore entendre la basse). Les passages groovy sont de bonne facture, et les rares parties Grind sont fort bien maitrisés.
Par contre, Barney devrait penser à moduler sa voix, elle devient assez lassante au fil de l'album.
Brutaltoto - 19 Avril 2014: Autant Diatribes est le seul album de ND que je trouve vraiment moyen, autant j'adore celui-ci. C'est comme s'ils avaient tenté quelque-chose sur le précédent pour arriver au bon résultat sur celui-la. Mais j'ai conscience de pas être très objectif dès qu'il s'agit de Napalm...Ceci dit, je tripperais grave de pouvoir entendre une fois dans ma vie les chansons d'Inside enregistrées avec Phil Vane (RIP), l'ancien chanteur d'Extreme Noise Terror qui remplaça Barney durant quelques mois. Au dire de Shane et Mitch, son style ne collait pas du tout à Napalm, ce que je crois sur parole. Mais je reste extrêmement curieux sur ce que ça aurait pu donner. Parfois, je me surprend même à me dire que j'aurais presque préféré que ce soit lui qui enregistre l'album à la place de Barney. Inside est d'ailleurs le seul album de de ND ou Barney n'est crédité sur aucune des chansons, ce qui est la preuve qu'il a du revenir pile au moment ou le groupe rentrait en studio.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire