From Enslavement to Obliteration

Liste des groupes Grind Death Napalm Death From Enslavement to Obliteration
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Napalm Death
Nom de l'album From Enslavement to Obliteration
Type Album
Date de parution 16 Septembre 1988
Style MusicalGrind Death
Membres possèdant cet album316

Tracklist

1.
 Evolved As One
 03:14
2.
 It's a M.A.N.S. World
 00:54
3.
 Lucid Fairytale
 01:02
4.
 Private Death
 00:36
5.
 Impressions
 00:35
6.
 Unchallenged Hate
 02:08
7.
 Uncertainty Blurs the Vision
 00:41
8.
 Cock-Rock Alienation
 01:20
9.
 Retreat to Nowhere
 00:31
10.
 Think for a Minute
 01:43
11.
 Display to Me...
 02:44
12.
 From Enslavement to Obliteration
 01:35
13.
 Blind to the Truth
 00:22
14.
 Social Sterility
 01:04
15.
 Emotional Suffocation
 01:06
16.
 Practice What You Preach
 01:24
17.
 Inconceivable?
 01:07
18.
 Worlds Apart
 01:25
19.
 Obstinate Direction
 01:02
20.
 Mentally Murdered
 02:14
21.
 Sometimes
 01:06
22.
 Make Way!
 01:37

Durée totale : 29:30


Chronique @ Fabien

14 Juin 2007
Peu après l’enregistrement de la face B de Scum en 1987, Jim Whiteley quitte Napalm Death. Aussitôt, Mick Harris propose une seconde fois le poste de bassiste à son ami Shane Embury (Unseen Terror), qui accepte enfin l’offre pour de bon, restant d’ailleurs le seul membre de l’époque encore en place à ce jour. En ces temps, la notoriété du groupe de Birmingham suit une courbe exponentielle, scène hardcore et metal confondues. Fort d’une maturité accrue, la bande décide alors d’enfoncer le pied au plancher durant les sessions de From Enslavement to Obliteration aux Birdsong Studios, fermement décidé à surpasser la brutalité de Scum. Le résultat est sans appel, Napalm Death confirme son titre de formation la plus rapide et violente du moment, attirant les regards de la presse spécialisée.

Son label Earache Records ayant senti le coup venir, décide parallèlement de réunir Scum et From Enslavement to Obliteration sur un Split-CD de 54 titres pour 64 minutes, représentant ainsi le premier enregistrement de grindcore à voir le jour en support CD, et impressionnant par le nombre de ses pistes. Napalm Death suscite dès lors un engouement sans précédent, permettant l’essor de toute la scène hardcore-grind britannique et de ses acolytes Bolt Thrower, Carcass ou Extreme Noise Terror.

From Enslavement to Obliteration est un album aux tempi cataclysmiques, entraînées par les rythmes surhumains de Mick Harris, privilégiant largement le blast-beat, à l’exception du titre d’introduction Evolved As One, un morceau lent dominé par les cris dégénérés de Lee Dorrian. Si les rythmes explosifs du batteur et le riffing furieux de Bill Steer s’imposent majoritairement, Napalm Death casse toutefois la cadence infernale à de nombreuses reprises, à l’image des débuts terrassants d’Unchallenged Hate et du titre éponyme, ou encore des breaks laminants de Cock Rock Alienation et Mentally Murdered.

Enfin, pour compléter ce tableau de folie, Lee éructe des grunts à s’en arracher les cordes vocales, sur des paroles contestataires et engagées, décuplant la brutalité des compositions. Malgré une violence déconcertante aux premières écoutes, de surcroît en se situant en cette année 1988, après franchissement de cette avalanche sonore, l’auditeur s’aperçoit pourtant combien la musique de Napalm Death a un sens, et combien elle reste impeccablement contrôlée par ses interprètes, notamment grâce à l’apport immense du batteur.

L’hadicap de From Enslavement to Obliteration réside dans le son assez plat, les guitares manquant de lourdeur et de mordant, et le mixage pêchant par un déséquilibre global. Bien qu’une production plus puissante lui aurait apporté un surcroît d’énergie, comme en témoignent les fracassantes « Peel Sessions » de Napalm Death à l’époque, ce second album du gang de Birmingham reste un pur concentré de grindcore, un étalon particulièrement déboulonnant et incroyablement brutal en cet an 1988, hissant Napalm Death parmi les formations extrêmes les plus influentes, aux côtés de son voisin Carcass ou de ses homonymes deathmetal transatlantiques Death, Morbid Angel et Repulsion.

Fabien.

11 Commentaires

17 J'aime

Partager

FBD5367 - 30 Août 2011: Question son, c'est vrai qu'à cette période aucun studio ne savait vraiment comment mixer du grind. Alors dans ce cas il vaut mieux se concentrer sur les compos et l'audace du groupe ; et ainsi se régaler d'une œuvre sincère et originale.
Pour les Peel Sessions, une édition de 1993 de chez Strange Fruit comporte les enregistrements live de 87, 88 et 90. Et là, comme le souligne Fabien, on a toute la patate que mérite ces titres (du Scum et du From Enslavement To Obliteration, avec "Suffer The Children" en prime).
glower - 11 Juin 2012: ou on peut trouver ces "peel session ?"
Fabien - 13 Juin 2012: Les Peel Sessions (Strange Fruits Records) sont épuisées depuis longtemps mais se trouvent encore d’occasion. Tu peux en revanche te rabattre sur le coffret 3CD « Grind Madness at the BBC - The Earache Peel Sessions » qu’Earache Records a sorti il y a environ deux ans, regroupant les Peel sessions de Napalm Death, Extreme Noise Terror, Carcass, Bolt Thrower, Godflesh, Unseen Terror, Heresy et Intense Degree. C’est un panel assez représentatif de ces premières années d’Earache Records et de cette période hardcore/grind british, où ces groupes cherchaient chacun à leur façon à repousser les limites de l’extrême. Cette compilation regroupe notamment la totalité des Peel sessions de Napalm Death, c'est-à-dire leurs trois passages respectifs à la BBC en 1987, 1988 et 1990. Earache Records en fait quasiment cadeau sur sa boutique Ebay. Fabien.
glower - 14 Juin 2012: merci bien ! j'ai pu écouter sur Youtube ! et c'est d'une rare violence... ! excellent merci !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire