Deliverance

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Opeth
Nom de l'album Deliverance
Type Album
Date de parution 12 Novembre 2002
Enregistré à Studio Fredman
Style MusicalDeath Progressif
Membres possèdant cet album739

Tracklist

1.
 Wreath
 11:11
2.
 Deliverance
 13:36
3.
 A Fair Judgement
 10:23
4.
 For Absent Friends
 02:17
5.
 Masters Apprentices
 10:32
6.
 By the Pain I See in Others
 13:50

Durée totale : 01:01:49


Chronique @ sargeist

31 Janvier 2006
Ils ont le feu au cul ces Suédois! A peine un an après la sortie du mètre-étalon qu'est Blackwater Park, les voila de retour en studio début juillet 2002. Fredman, et toujours avec le très bon Steven Wilson, qui sait tirer le meilleur d'Opeth. La tache est ardue cette fois, puisque ces messieurs se sont donnés pour but d'enregistrer 2 albums à la fois, un de tendance plutôt Death, -Deliverance-, et un autre de tendance acoustique, douce et au chant clair, -Damnation-... séances de studios harassantes aux dires des intéressés.

Mais parlons de -Deliverance-...
Le premier élément qui choque, en mal malheureusement, c'est le Mixage du disque confié à Andy Sneap. Plutôt habitué à produire des groupes de Thrash, son travail pour Opeth est complètement inadapté... un son trop sec, qui manque d'ampleur, et qui nuit un peu à l'émotion des compos.
Les grattes redeviennent un peu plus tranchantes, mais le son général est comme compressé, nuisant au groove chaud propre au groupe.

La musique, pas de surprise: 6 titres d'une moyenne de 10 minutes, mais qui commencent à être un peu trop formatés, les idées de variations dans les structures commencent à manquer... mais là je finasse vraiment.

En bien, il ressort de ce disque une ambiance fantomatique, éthérée, surtout sur le morceau -Wreak-, accentuée à la vue de ce superbe artwork représentant une vieille chambre Victorienne abandonnée photographié en noir et blanc...

Le titre éponyme est certainement le meilleur, bien diversifié dans la tradition Opethienne, avec ce rythme répétitif de fin hypnotisant. Mr Lopez fait des prouesses ici.

-A fair judgment- est un morceau bourré d'émotion, vraiment à pleurer, jusqu'à sa fin qui vire gros riff Doom funéraire!! Epoustouflant!! Le solo y est digne des meilleurs, simple à retenir, beau, et la voix de Mike est majestueuse!

Un petit instrumental acoustique -For absent friends- pour se relaxer, puis -Master's apprentices-. Un titre plutôt classique, sans grande originalité, mais certainement efficace en live, avec ce gros break calme en plein milieu qui respire la joie (oui!!) Etonnant encore...

Enfin -By the pain i see in others-, titre original, qui revient un peu aux structures non conventionnelles des débuts, avec quelques innovations: trucage de la voix qui rend un effet spectral et samples bien sentis... bien agréable tout ça...

A écouter jusqu'au bout pour le bonus track bizarre qui se cache à la fin et très dans le ton de l'album: Fantomatique...

Bref, un bon disque, un chouia en-dessous des deux prédécesseurs, surtout à cause du mixage et de la pression qui se ressent chez les musiciens. La rançon du succès..

To be Continued...


2 Commentaires

11 J'aime

Partager
scrattt - 28 Novembre 2009: Pas encore de commentaires pour cet album que je considère à ce jour comme LE meilleur d'Opeth?
Ha oui, je ne peux pas m'en lasser, celui-là s'avère être au-dessus des autres (même de Blackwater Park, si si!). Pourquoi? Je ne sais pas vraiment...peut-être l'ambiance noire et complètement torturée qui transpire sur tout l'opus, les changements de plans au sein d'un même titre qui s'enchaînent à la perfection. Loin d'être accessible, Opeth arrive encore une fois à pondre des pavés de plus de dix minutes sans jamais arriver à lasser ne fut-ce qu'une seule seconde. Et ça, ça relève vraiment de l'exploit. Les ponts instrumentaux sont tous aussi excellents les uns que les autres, que ce soit le final de Deliverance, les soli à foison, les riffs en acier trempés...
Mixage inadapté? Je trouve au contraire que l'atmosphère qui s'en dégage est complètement transcendante, on est comme enfermé à l'intérieur de cette maison lugubre qui sied au livret.
Les passages accoustiques (mention spéciale à A Fair Judgement sublime de bout en bout), s'ils sont moins présents que sur les autres albums, n'en sont que plus sublimés, emplis de tristesse et de mélancolie, toujours beau et d'une finesse rare; et que dire des passages death, majoritaires sur l'album,qui relèvent du haut niveau tant au niveau chant que des riffs mastodontes dont seul le groupe a le secret! Il n'y a qu'à écouter la dernière pièce, monument à elle toute seule, pour s'en convaincre: By the Pain I See in Others est un petit bijou de death progressif, voire de death tout court (je ne m'avancerai pas trop sur ce terrain, n'étant pas un spécialiste de death), et sûrement l'une des meilleures d'Opeth tous albums confondus!
Un grand, grand album, et c'est peu dire...
mechant - 21 Septembre 2018:

Je continue  à  remonter le mekong avec opeth.

Le son est bien sec comparé à blackwater park.. .ça nuit qlq peu à la ligne sonore d'opeth. Le son chaud et rond etant plus adapté au style prog du groupe, l'oeuvre perd en puissance.  Au demeurant passé ce détail cet album reste 1 valeur sur.

 

Bonne analyse sargeist.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ blackpsychoz

05 Avril 2007
Dans cet album règne une obscurité mystérieuse, attirante. L'agressivité des morceaux dessine un tableau où la couleur dominante est le noir, un tableau assombri par la tristesse, et rempli de souffrance. Les riffs peignent un paysage aux arbres morts enveloppé d'un ciel envahi de nuages gris énormes qui tourbillonnent hypnotiquement, sans cesse. Malgré tout, je ne perçois pas la musique d'Opeth comme quelque chose de violent, enfin, je trouve que cette part de violence est contrôlée et que pratiquement tout le monde pourrait écouter leur morceaux sans être particulièrement choqué.

Enfin bref, vous attendez plutôt de savoir comment est ce Deliverance? Il est dans la lignée du précédent album, Blackwater Park. Sans pour autant faire un vulgaire copier-coller, la bande à Akerfeldt utilise cependant les mêmes ingrédients qui ont donné ce goût si propre à Blackwater Park. Cependant, Deliverance garde une certaine personnalité même s'il ne marque pas une réelle césure avec son prédécesseur. Il faut savoir que les conditions d'enregistrement ont été apparemment catastrophiques et Akerfeldt aurait failli jeter l'éponge. Heureusement qu'il ne l'a pas fait. Il nous aurait privés d'un petit bijou (encore un!).

Cet album est un 6 titres d'une durée d'une heure. 60 minutes de bonheur dirais-je, mais c'est un peu facile (mais tellement vrai!). La majorité des titres partent au quart de tour, agressivement. Mais Opeth adore les changements de rythmes comme on le sait et ne néglige pas les parties acoustiques à voix claire. Mais Deliverance reste majoritairement heavy, où les rythmes brutaux et le chant guttural s'impose. Un morceau démontrerait le contraire : "A Fair Judgement". Ce morceau est celui que je préfère, où l'intro sur quelques notes de piano se révèlent comme le calme (après et) avant la tempête. Sur ce morceau, pas de voix gutturales, seulement un chant mélodique où les montées en intensité surprennent mais où les riffs deviennent riches en émotion. Je trouve ce titre badant à pleurer, particulièrement émouvant se terminant cependant sur un riff lent et lourd, limite doom.

Opeth s'impose et impose encore un plus avec un death metal toujours aussi progressif et personnel. Leur musique est d'une créativité sans faille et terriblement intéressante. Il apporte ici un album agressif alors que l'album suivant est totalement différent mais ça c'est une autre histoire...

A écouter : En particulier A Fair Judgement , Deliverance , Master's Apprentices...

Note : */*/*/*/*/* (18/20)

Extrait de mon blog death-and-black.skyblog.com

2 Commentaires

2 J'aime

Partager
sargeist - 06 Avril 2007: Très belle chronique. Quand je relis la mienne, je trouve que j'y ai été un peu fort. Malgré la bonne note que j'ai donné, je casse pas mal. J'ai réecouté ce disque récemment, et comme tout les Opeth, il se bonifie avec le temps. La marque des albums éternels...
dorthal - 28 Avril 2010: Eh oui, l'on regrette de tout le mal qu'on puisse dire d'Opeth !! hihi

Cet album est un petit bijou aussi... il n'a rien à voir avec Still Life, mais je le met dans la même catégorie sans faire exprès... il ne faut pas oublier ces albums qui nous proposent une ambiance si particulière


Et Deliverance est très particulier... il est plus doom oui, plus heavy et c'est très agréable à écotuer ... les ambiances sont plus précises, on a froid lorqu'on l'écoute =))

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Gothmog

22 Mars 2009
Encore un chef-d'oeuvre. Décidément, je les aligne aujourd'hui! N'ayant pas énormément d'expérience "Opethienne", je ne peux comparer cet album au reste de la discographie, à part à son négatif "Damnation".

Comme toujours chez Opeth, l'artwork est très soigné, très très beau et annonce la mélancolie qui va suivre...
Première remarque lorsqu'on met la galette dans le lecteur : à une exception près, toutes les pistes dépassent les dix minutes ! Chaque morceau est une pièce de choix, très travaillée. Le son est excellent, les musiciens également, le tout oscillant entre guitare saturée/chant death/double pédale et guitare acoustique/chant clair/batterie jazz à la "Damnation". L'album est séparé en deux par un morceau acoustique de deux minutes, pour reprendre de plus belle après. Morceau recommandé : "Master's Apprentice" (qui figure dans mon top 10).

J'ai beau écouter cet album chaque fois que je peux, autant que je peux, je ne m'en lasse pas et je ne lui ai pas trouvé de défauts. Que dire ? Tout est magnifique, des compos à l'interprétation, et Opeth nous prouve qu'il est un des plus grands groupes de metal, et que tout metalleux sensé devrait écouter ça. En fait, toute personne sensée devrait écouter ce groupe : malgré le fait qu'il s'agisse de Death Metal, c'est une musique accessible et je pense que tout le monde devrait trouver quelque chose qu'il aime chez Opeth. Un chef-d'oeuvre, à posséder absolument.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Kivan

22 Mars 2009
Certes, ce Delivrance d’Opeth ne comporte que 6 titres, mais quels titres !
Les Suédois de ce groupe désormais bien connu arrivent à encore intensifier leur musique à travers cet album (je pense notamment en comparaison de leur premier opus : Orchid), et développe un death mélodique intense, varié et technique.

Avec des titres comme « Wreath », très mid-tempo et doté de longs passages instrumentaux magnifiques et rêveurs ; « Deliverance » qui, lui, alterne entre passages rapides et violents et passages chantés d’une voix claire très aérienne, accompagnée par des guitares acoustiques, et sans oublier le magnifique « Masters Apprentices », doté de riffs bétons et de rythmiques accrocheuses qui lui confèrent une puissance incroyable, elle-même amplifiée par Michael Akerfeldt au chant.

Nul doute qu’Opeth signe là l'une de ses meilleures compositions !!!!!

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire