Construct

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Dark Tranquillity
Nom de l'album Construct
Type Album
Date de parution 27 Mai 2013
Labels Century Media
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album180

Tracklist

DISC 1
1. For Broken Words 04:34
2. The Science of Noise 03:46
3. Uniformity 05:31
4. The Silence in Between 03:33
5. Apathetic 03:30
6. What Only You Know 04:02
7. Endtime Hearts 03:59
8. State of Trust 04:06
9. Weight of the End 04:56
10. None Becoming 04:31
DISC 2 - LIMITED EDITION – Deconstruct
1. Immemorial 05:04
2. Photon Dreams 02:04
CD 3 – LIMITED EDITION – Live
1. The Treason Wall (Live in Milan 2008) 03:59
2. The New Build (Live in Milan 2008) 04:29
3. Focus Shift (Live in Milan 2008) 04:00
4. The Lesser Faith (Live in Milan 2008) 04:48
5. The Wonders at Your Feet (Live in Milan 2008) 04:26
6. Lost to Apathy (Live in Milan 2008) 04:54
7. Misery's Crown (Live in Milan 2008) 04:35
8. ThereIn (Live in Milan 2008) 06:23
9. My Negation (Live in Milan 2008) 06:08
10. The Mundane and the Magic (Live in Milan 2008) 05:54
11. Final Resistance (Live in Milan 2008) 03:49
12. Terminus (Where Death Is Most Alive) 06:05
13. Dream Oblivion (Live at With Full Force 2010) 04:18
14. Iridium (Live at Summerbreeze, 2010) 05:19
Total playing time 1:58:43

Acheter cet album

 $20.49  43,53 €  13,99 €  £15.21  $17.61  17,99 €  15,27 €
Spirit of Metal est soutenu par ses lecteurs. Quand vous achetez via nos liens commerciaux, le site peut gagner une commission

Dark Tranquillity


Chronique @ Molick

29 Mai 2013

Sans surprise, se repose sur We Are The Void, mais privilégie le côté midtempo, mélodique, ambiant

Dark Tranquillity, groupe culte de la vague death/mélo suédoise, héritée de Edge Of Sanity et At The Gates, à la carrière... difficile à résumer.
Des magiques Skydancer et The Gallery, aux essais (réussis) de voix claire sur Projector, en passant par les plus conventionnels et sombres Haven et Damage Done, sans oublier l'apport électro du clavier sur Character et Fiction.
A chaque album, Dark Tranquillity perd ou gagne des fans.

We Are the Void avait pas mal divisé ces mêmes fans, chacun ayant ses attentes particulières. Pour ma part, je l'ai bien apprécié. J'ai aimé son côté "hétérogène", ou les morceaux varient très bien les ambiances, et change un peu des 2 albums précédents.
On peut d'ailleurs remarquer que depuis quelques temps, les albums peuvent être regroupés par paires, aux ambiances et évolutions assez proches. Haven Et Damage Done, Character et Fiction, et maintenant We Are the Void et Construct.

Car oui, c'est dit, on est dans la droite continuité de We Are the Void. Que ce soit au niveau des ambiances ou du son. Mais cet album est-il alors une pâle copie du précédent ? Non ! Comme pour chacune des paires énoncées, le 2ème album explore une variation du concept posé par le 1er.

Ici, et le groupe l'avait annoncé dans les interviews, on se concentre bien plus sur les atmosphères et les ambiances. Quasiment aucun riff de tueur, un seul morceau vraiment destiné à apporter du punch. Beaucoup de mélodies différentes dans chaque morceau, de nombreux passages plutôt acoustiques, des nappes de clavier "ambiant", plus de voix claire que sur We Are the Void (mais pas dominantes non plus).

Alors certes, il n'y a pas grand chose (rien ?) de nouveau. The Science of Noise fait penser à Akrhangelsk, par son intro assez lumineuse, contrastée par des passages très "froids". What Only You Know rappelle irrémédiablement In Her Silent Language par son couplet calme en voix claire, qui enchaîne sur un refrain saturé.

Mais du coup l'album est plus homogène, il y a vraiment une ligne directrice sur tout l'album, avec ces mélodies au final assez simples, ces arpèges souvent utilisés par le groupe dans le passé, ces voix claires touchantes.
Le fait de commencer par un morceau pas spécialement entraînant ou efficace, comme Shadow In Our Blood, Nothing To No One, est représentatif de laisser de côté cet aspect. L'album n'a pas vraiment de morceau "marquant", mais distille du début à la fin une ambiance particulière, envoûtante, là où We Are the Void explorait différentes pistes, et où du coup chaque morceau avait son atmosphère particulière. Il ne faut pas chercher de puissance, de patate dans les morceaux, principalement midtempos, où les guitares sont à égalité avec les clavier et jouent plus d'arpèges et de mélodies que de gros riffs. Certains morceaux incluent quelques parties de guitare assez tranchantes, comme l'intro de Endtime Hearts, mais vite dominée par les claviers et un arpège de guitare acoustique.

Seul Apathetic semble sortir du lot, avec peu de clavier, un couplet qui poutre, et malgré un pré-refrain ambiant, enchaîne avec un refrain relativement rapide. Le clavier a peu de place sur ce morceau, très accès sur les guitares, que ce soit lead ou rythmique, et rappelle un peu leur jeu sur Character et Fiction. Sans être mauvais, il n'est pas non plus excellent, et fait un peu tâche sur l'album par ses claviers quasi inexistants et son rythme soutenu.

Comme sur les albums récents, le morceau le plus "lent" le plus mélancolique de l'album, presque doom, se retrouve à la dernière piste. Très envoûtant et relativement simple dans ses mélodies et sa structure, il clôt l'album avec brio.

Un album donc sans réelle surprise, qui se repose sur les bases de We Are the Void, mais en privilégiant l'aspect midtempo, mélodique et atmosphérique. Si des morceaux comme The Grand Accusation, Her Silent Language, Arkhangelsk vous ont plu, ce petit dernier de Dark Tranquillity devrait vous satisfaire. Mais si We Are the Void ne vous a vraiment pas accroché, celui-là risque fort de ne pas vous réconcilier avec le groupe.

Un album qui ne marquera pas les esprits par son audace (comme ont pu le faire Character ou Projector), ou par sa qualité exceptionnelle (le temps de The Gallery est loin), mais développe un concept démarré sur l'album précédent, et pénètre de plein pied dans un univers mélancolique et envoûtant.

14/20

17 Commentaires

12 J'aime

Partager

Darksaucisse - 30 Mai 2013: Merci pour la chronique !

Pour ma part je n'ai pas réussi à accrocher plus que cela à cet album et pourtant j'avais bien aimé le We Are the Void...

Je trouve justement que Dark Tranquillity tout en continuant dans la lignée du précédent opus, a chercher (malheureusement un peu à taton) à évoluer vers quelques choses d'encore plus ambiant, plus sombres et mélancoliques... Mais du coup peu de chose ressortent de cet album et il n'y a pas de titres phares, de titres qui ressortent plus qu'un autres, se détachent de l'album et donnent envie de refaire un tour... Il y a une nette volonté de faire quelques choses de "neuf", de différents avec de bons éléments (l'album n'étant pas foncièrement mauvais) mais il y a comme un manque de quelque chose...

Mais après comme tu l'as dit cet album va faire des heureux, des déçus et en laissés d'autres septique et à demi convaincus.

Du coup pour ma part je mettrais tout de même un 14 à cet album (après tout DT reste un groupe que j'apprécie beaucoup).
Molick - 30 Mai 2013: Merci !
Et oui, c'est une optique empruntée par DT qui est soumise à ce que les gens apprécient ou non ^^

Mais effectivement, dans son approche du death/mélo, ça reste vachement bien foutu.
 
Feiti - 02 Juin 2013: A la première écoute j'ai l'impression d'entendre un we Are The Void bis, avec plus de chant clair. A voir dans les prochaines écoutes, après je ne peux être vraiment objective DT groupe de coeur pour moi aussi, et j'apprécie énormémenent leurs ambiances vraiment caractéristiques à eux. Un moins au recul du death melo punchy.
TheHeadbangers - 14 Juin 2013: L'album fait effectivement beaucoup penser à We Are The Void, avec plus de passage d’ambiance et moins de riffs tueurs comme celui de Shadow in our blood. Quelques passages font penser à du Linkin Park (comme le début de State of Trust), autrement c'est un très bon album. 17/20
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire