Wings of Tomorrow

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Europe
Nom de l'album Wings of Tomorrow
Type Album
Date de parution 1984
Produit par Leif Mases
Enregistré à Polar Studios
Style MusicalHeavy Mélodique
Membres possèdant cet album176

Tracklist

Re-Issue in 2003 and 2013 by Sony Music
Re-Issue in 2009 by Epic Records
Re-Issue in 2009 by Wounded Bird Records
Re-Issue in 2010 by Lemon Records
1. Stormwind 04:28
2. Scream of Anger 04:04
3. Open Your Heart 04:08
4. Treated Bad Again 03:44
5. Aphasia 02:30
6. Wings of Tomorrow 03:57
7. Wasted Time 04:07
8. Lyin' Eyes 03:45
9. Dreamer 04:25
10. Dance the Night Away 03:36
Total playing time 39:04

Chronique @ GLADIATOR

06 Décembre 2008
Il y a des jours où les mathématiques nous fatiguent, où la philosophie nous ennuie, et où même la plus simple des grilles de mots-croisés nous provoque d'atroces migraines.
Lorsque je suis dans ces dispositions, je consulte mes rayonnages de CDs en passant rapidement sur la lettre D (comme "Dream Theater".), pour aller directement chercher l'album "Wings of Tomorrow", du groupe suédois "Europe".
Parfois, le chemin vers la qualité peut être la simplicité....c'est ce que nous démontre cet opus, très agréable à écouter ; simple, voire simpliste, mais bigrement bon !
C’est le deuxième disque du groupe, et il est sorti en 1984, juste avant la tornade "The Final Countdown".
La pochette représente un aigle blindé qui semble vouloir s'abattre sur notre pauvre monde.... Cependant, l'artwork est sommaire, et ce CD aurait bien besoin d'être rafraichi ! (une édition re-masterisée serait la bienvenue également...)
Le livret est très simple, mais très complet avec des photos des musiciens en couleur, et tous les textes des chansons.
J'ai trouvé ce CD dans une « solderie », pour un prix modique (j’ai payé le mien 2.99 euros...), peut-être parce que cet album est resté méconnu et oublié malgré le succès planétaire du groupe.

La production sonne un peu dépassée, mais le mixage est respectueux de tous les instruments. "Wings of Tomorrow" propose un hard-rock mélodique, même un peu romantique, mais très excitant !
Aux guitares, John Norum délivre d’excellents riffs et ponctue tous les titres de soli féroces et plutôt bien exécutés. La section rythmique assure très bien, sans être révolutionnaire.... Les claviers viennent (très) discrètement soutenir les riffs et les mélodies, et Joey Tempest pose facilement sa voix (mixée très "en avant «) sur l'ensemble de ces dix titres. Il faut reconnaître que Mr Tempest possède une voix puissante, claire et émouvante.

A noter : la présence de deux balades ( "Open Your Heart" , "Dreamer" ) pas sirupeuses du tout, et d'un titre ("Aphasia") où John Norum prouve en 2 mins 30 qu'il n'est pas nécessaire de jouer des millions de notes pour créer un bon petit morceau instrumental...
Néanmoins, ce guitariste est ici encore un peu "sous influence", avec des accords très "Blackmoriens" et des soli qui louchent du côté de chez "Gary Moore 1970/80".....
Toutefois, ces influences sont hautement respectables, et je trouve que John Norum les assume bien et sait parfois s'en éloigner (Aphasia, Dance the Night Away, Stormwind).

Evidemment, face à la concurrence actuelle dans cette catégorie, cet album ne fait pas de mal à une mouche ; et nous sommes techniquement bien loin d'un "Dream Theater", ou d'un "House of Lords"... Mais est-ce que la musique doit s'adresser uniquement à une élite de musiciens surdiplômés ? Non, bien sûr.
Alors si vous voulez passer un bon moment sans vous prendre la tête, c'est "Wing of Tomorrow" qu'il vous faut ! 10 chansons (ici, on peut véritablement parler de "chansons" aux refrains simples et fédérateurs) pour 40 minutes de pur bonheur.

Après cet album, le groupe a été happé par la tornade du succès grâce au titre universellement connu : "The Final Countdown". Ce qui l'a amené à se produire dans le monde entier sur des scènes trop vastes pour lui, et avec un succès trop rapide et difficile à gérer....
Depuis, après des changements de musiciens (John Norum quitte le groupe fin 1986, pour y revenir fin 2003) et de labels, Europe a gravé plusieurs albums ("Prisonners in Paradise", "Secret Society" entre autres), qui reflètent un talent véritable pour le "songwriting", et des qualités musicales indéniables.

Si vous aimez "Deep Purple" (période "Burn"), "Gary Moore" (période "hard"), "Bon Jovi" et dans une certaine mesure "Toto" pour le coté "classic-rock", vous allez j'en suis sûr (re)découvrir ce disque avec plaisir.....


Et puis si vous montez le son, il vous réconciliera peut-être avec vos voisins .....



18/20 pour l'efficacité dans la simplicité.....Glad.


16 Commentaires

13 J'aime

Partager

HRPASSION - 09 Décembre 2008: Je suis ok avec toi...mais bon moi, qui est bien connu cette période, il est toujours intéressant de savoir comment ces albums sont perçu par les plus jeunes...allez courage !
dark_omens - 09 Décembre 2008: c'est pas le courage qui me manque mais le temps, mais merci à toi ;)
kiss33 - 19 Avril 2011: franchement quand j'ai écouté cet album, je trouve ça bizarre que Europe soit classé en Heavy Melodique plutôt qu'en Heavy Metal !
OVERKILL77 - 24 Novembre 2011: Désolé les amis, mais moi aussi j'adore "Out of This World" !
Et je le revendique...

Et pour HRPASSION, qui aime Kee Marcello, je te conseille vivement "Melon Demon Divine" de K2, sortit en 2004. Tout simplement fabuleux.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ dark_omens

21 Octobre 2014

La version formidablement réussie du brouillon plutôt brillant qu’était le premier album éponyme du groupe...

Après un premier album empli de vertus prometteuses, mais aussi, de nombreuses imperfections, Europe revient avec un Wings Of Tommorrow, qui de prime abord se situe dans la droite lignée de son prédécesseur.

Toujours, a priori, d’aspect très Hard Rock voir Heavy, avec peu de clavier, il faut donc regarder de plus prêt, et notamment cette pochette plus travaillée, moins anodine, moins baroque et romantique et plus héroïque et guerrière, pour y déceler les premières marques concrètes d’une vraie évolution.

Et, en effet, dès les premier riffs se fait ressentir les prémices d’un changement réel. Soutenu par une production au son un peu plus clair, moins feutré, moins typiquement seventies, offrant à cet album une facette bien plus contemporaine, elle donne aux instruments un regain de précision appréciable, qui nous permet de ressentir des sensations bien plus manifeste. Là où autrefois il nous fallait parfois être attentif pour entendre des notes ouatées, aujourd'hui elles s’écoutent simplement. Ainsi comprendre précisément les talents d’un Tony Reno derrière ses fûts et goûter pleinement à ses partitions de doubles grosses-caisses, et saisir la moindre nuance des parties toujours aussi remarquables d’un John Norum s’avèrent moins complexes et surtout des plus délectables. De telle sorte que des titres comme Scream Of Anger, Dance The Night Away, et Lyin’ Eyes, sont véloces et enlevés. Ils traduisent tout à fait la volonté du groupe de composer à la fois de manière très Heavy, et très mélodique aussi. Ce souci d’alliance, magnifiant le mélange délicieux, s’impose au fil des morceaux comme la véritable identité distincte d'Europe.

L’autre changement assez frappant, que l’amélioration de la production met excellemment en exergue, concerne ces progrès incroyables effectués par un Joey Tempest, dont le chant est désormais plus clair, moins grave et donc plus harmonieux. Il rugit, il chante, et il devient désormais le leader et le visage le plus dominant et charismatique du groupe.

Passés ces améliorations significatives, la modification la plus remarquable se situe au niveau de la musique qui, même si elle n’a pas fondamentalement changé, s’est indubitablement durci, et que le Hard-Rock énergique des débuts lorgne désormais de plus en plus sur un Heavy dont Europe aime à emprunter les éléments les plus caractéristiques. Cette radicalisation ayant pour effet de souligner admirablement la maturité acquise par la bande à Joey. Partant de ce constat il n’est pas étonnant donc d’entendre un remarquable Threated Bad Again, et son Riff lourd, et son tempo pesant, et ses refrains agressifs dont seul le break vient proposer une respiration mélodique avant de repartir, dans une construction brillante, vers le solo de guitare. Pas plus que d’entendre des titres étonnamment rapide et furieux tels que Scream Of Anger, Dance The Night Away ou Lyin’ Eyes.

Dernier vestige des habitudes prise lors du premier opus on retrouve un Instrumental, Aphasia, à l’air joliment envoûtant.

Il y a assurément chez ce jeune groupe du talent. Et cette détermination à s’inspirer et à se nourrir de ses influences venant du passé alliées à une réelle intention visionnaire de modernité dans un mariage habile de Hard-Rock aux effluves Heavy, est le signe de qualités prodigieuses.

On trouve aussi ici deux balades, un genre quasiment indissociable de l’image du groupe, Open Your Eyes, qui sera reprise plus tard sur Out of This World, et la très réussie Dreamer.

Ce Wings Of Tommorrow est donc incontestablement la version formidablement réussie du brouillon plutôt brillant qu’était le premier album éponyme du groupe. On y retrouve les éléments les plus savoureux de cette première œuvre agrémentés de progrès éclatants. C’est assurément un album de transition et, tout en gardant une part très encrée dans le passé, on y perçoit déjà les fondements d’une direction musical plus moderne aux chansons plus travaillés et donc forcement moins Rock, le tout étant de trouver l’équilibre acceptable entre toutes ces envies.

3 Commentaires

4 J'aime

Partager
Elvangar - 30 Octobre 2014: Merci pour cette chronique qui reflète bien ce que j'ai écouté ... tu trouves Dreamer très réussie ? Open Your Heart me vient plus facilement à l'esprit sans doute par son aspect plus formaté et plus attendu ...
dark_omens - 31 Octobre 2014: C'est sûr qu'Open your Heart vient plus facilement à l'esprit mais, personnellement, je lui préfère largement Dreamer qui, je trouve, est une ballade plus touchante. Juste une question de goût.
samolice - 14 Mars 2015: Merci Dark pour la chro.
Cet album est une vraie pépite à mon sens. Du hard rock de grande classe.

Je me permets juste d'ajouter que Tempest à tout composé seul, à l'exception de l'instrumental (Norum) et de "Scream of anger".
Pour ce dernier titre, un petit hommage au passage pour le regretté Marcel Jacob qui a composé avec Tempest le titre "Black Journey Through My Soul" (à l'époque où ils jouaient ensemble dans Force) et qui est re-baptisé ici "Scream of anger".

Super production aussi je trouve, même aujourd'hui ça envoie pile poil ce qu'il faut.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire