Visions

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Stratovarius
Nom de l'album Visions
Type Album
Date de parution 28 Avril 1997
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album377

Tracklist

1. The Kiss of Judas 05:49
2. Black Diamond 05:40
3. Forever Free 06:00
4. Before the Winter 06:07
5. Legions 05:44
6. Abyss of Your Eyes 05:39
7. Holy Light 05:45
8. Paradise 04:28
9. Coming Home 05:36
10. Visions (Southern Cross) 10:16
Bonustracks (Japanese Release)
11. Black Diamond (Demo)
12. Uncertainty (Live)
Total playing time 1:01:06

Chronique @ Eternalis

18 Fevrier 2009
Faisant suite à un "Episode" dévoilant un talent de composition et d’interprétation impressionnant de maturité, "Visions" est venu enfoncer le clou et reste dans la discographie de Stratovarius l’un des albums les plus importants et les plus respectés auprès des fans.
Il représente avant tout l’envol commercial des Finlandais ainsi que celui qui aura permis au groupe de s’imposer définitivement sur la scène speed mélodique comme l’un des groupes les plus talentueux de sa génération…mais au-delà de son importance symbolique, Visions reste selon moi loin de la grande variété de "Episode" ou de la puissance démesurée de "Infinite".

Je tiens à être précis, c’est un très bon album, sans doute l’un des plus beaux et les plus fluides mais il lui manque ce petit plus de génie que possèdent certains de leurs autres albums. L’un des éléments les plus regrettables de cet opus restera la trop grande présence, voire l’omniprésence des claviers qui n'apporteront qu'une atmosphère trop synthétique à l’ensemble, délaissant complètement la mélancolie ou les ambiances arabisantes de son prédécesseur.
Jens Johansson marque de son empreinte chaque morceau de ce disque, et bien qu’il soit incroyablement talentueux, il y a des moments où l’on peut trouver qu’il est sans doute trop présent, notamment sur le très speed "Black Diamond", où il étouffe quelquefois l’atmosphère (mais quel refrain, Timo Kotipelto impressionne !), ou réquisitionne trop fortement l’espace sonore comme le démontre le final quasi-religieux raté, car trop synthétique et manquant d’une aura réellement envoûtante (trop préfabriquée si vous préférez !).

Dans un même temps, on remarquera que le combo a considérablement baissé le tempo, cela en devient même choquant sur le premier morceau, le légendaire "The Kiss of Judas", étonnamment mid tempo mais néanmoins très puissant. Cette puissance, cette force découle directement d’une production très riche, d’un son de batterie toujours aussi profond et net, précis. Jorg Michael est tel une force de la nature sur son kit de batterie, redéfinissant le terme « frapper ». La magie et la grandeur émanant de ce titre introducteur est tout bonnement énorme, les claviers ici sont plus en retrait, apportant une ambiance grandiloquente (et magnifique !) plutôt que d’envahir de solos intempestifs des chansons qui n’en demandaient parfois pas tant ("Holy Light", "Forever Free").

En revanche, ce que l’on retiendra également de Visions, c’est sa plus grande ressemblance à Helloween, groupe pour lequel Timo Tolkki n’a jamais caché son admiration, spécialement envers Micheal Kiske (avec qui il a d’ailleurs collaboré sur son nouveau projet Revolution Renaissance).
"Paradise" est en cela déroutant tant le refrain semble sortir de la période si salvatrice ayant vu enfanter les magistraux et cultes "Keeper of the Seven Keys", Kotipelto souffrant d’un mimétisme confondant avec le géant allemand, relativement proche de tubes dans la veine de "I Want Out" ou "Future World", sans jamais parler de plagiat. C’est un esprit que l’on retrouve, une envie et une culture similaire, respirant le même air.

C’est sans doute ce que je reproche à ce disque, ne jamais nous emporter totalement comme ce fut le cas sur "Episode", car trop souvent raccroché à des éléments extérieurs. La grande beauté et l’importante inspiration ne parviendront pas à émouvoir, à mon grand désarroi.
La ballade "Before The Winter", splendide, transpirera le même handicap, Timo, en raison de sa voix très technique, n’étant pas encore le plus apte à déverser un panel d’émotions dans ses parties vocales, le tout manquant cruellement de vécu. Ce ne semble en revanche pas le cas de Tolkki, qui nous offrira sur ce titre l’un des plus beaux solos de sa carrière, envoûtant, fluide et imprimé de cette mélancolie typiquement scandinave.
Dans un esprit relativement similaire, l’on pourra noter la très prenante "The Abyss Of Your Eyes", aussi splendide que mélancolique, aux arpèges magistraux, à la performance vocale inouïe de beauté et de finesse, aux claviers discrets et n’apparaissant qu’à des instants cruciaux (cette mélodie surplombant le refrain…).

Se terminant dans un long souffle épique donnant son nom à l’album, "Visions (Southern Cross)" évoque les Visions révélatrices et prophétiques du prêtre Nostradamus sur un peu plus de dix minutes.
Très travaillé, ce morceau se veut avant tout un titre similaire au reste, possédant pour seule différence sa longueur, et proposant de nouveau une rapidité légèrement absente du reste, au break mystérieux et froid. On notera également une apparition narrative à deux reprises, apparition faisant aujourd’hui totalement référence à la voix de Christopher Lee apparaissant sur les derniers albums de Rhapsody of Fire. Référence anachronique certes, mais dont on peut se demander si la voix si particulière et imposante de Lee ne serait pas à l’origine.
Mais au final, une fois de plus, il manque une certaine magie selon moi. Le son est impeccable, la performance louable, la technique imparable mais l’on ne me fera pas quitter de l’esprit cette impression, ce sentiment d’être passé à côté de quelque chose d’infiniment plus grand et impressionnant.

"Visions", la référence de Stratovarius et du speed en général ? Je n’y crois pas…

3 Commentaires

7 J'aime

Partager
morgothduverdon - 22 Janvier 2011: Un bon album, que pourtant je ne sors quasiment plus. Je lui préfère Infinite. Et dans une moindre mesure, Destiny et Elements part 1.
OVERKILL77 - 15 Mars 2011:
Certains titres sonnent effectivement comme Helloween, et c'est finalement ce qui m'a poussé à mieux connaitre ce fabuleux groupe... et je ne le regrette pas bordel !!!

Bravo pour ta belle chronique.
RavenDark666 - 12 Avril 2012: L'album qui m'a fait aimé Stratovarius (et le power par la même occasion), il y a quelques années de ça. Bizarrement, malgré le fait que je le trouve excellent, moi aussi, je ne me le réécoute que très rarement. Néanmoins, on tient là un cd d'une grande qualité avec quelques grosses tueries du répertoire de Stratovarius . Un excellent Cd pour un excellent groupe.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ EndiMistery

22 Janvier 2011

Stratovarius , en ces années , étaient des maîtres ...

I- Introduction , ou partie d'ouverture

Stratovarius est à cette époque un groupe maître dans le power/speed . Non content d'avoir pondu les "véritables" albums qui ont mis Strato sur les routes de la gloire, "Fourth Dimensions" et le grandiose "Episode" sur lequel figure des titres bien typiques ("Father Time", "Uncertainty"...), le groupe finlandais continue sa lancée avec un album, sans doute, le meilleur à l'époque, nommé "Visions".
Cet album est particulier, par sa maturité plus imposante par rapport aux précédentes sorties, mais aussi par le ressenti de nouveautés sur certains titres, sur le mélange entre l'angoisse et la joie et sur le chemin que nous ouvre cet album décidément énorme .

II- Partie d'angoisse

Au début, il y a une sensation d'angoisse, comme le démontre le tube "Kiss Of Judas", titre qui ouvre l'album. Ce sentiment est également présent sur le lourd et noir "Abyss Of Your Eyes", titre très heavy et effrayant, déjà sous son ambiance sonore énorme, mais également sur son refrain catégoriquement accrocheur qui ne risquera pas de sortir de votre tête. Ensuite, pour compléter cette partie sombre, on pourrait mentionner des passages sur l'excellent instrumental "Holy Light", qui montrent tout le talent de Timo Tolkki sur la composition instrumentale (qui nous avaient déjà fait voir de toutes les couleurs avec "Stratovarius" et "Stratosphère", présent sur "Fourth Dimensions" et "Episode").

III- Entre la lumière et les ténèbres...

"Forever Free" et "Black Diamond" sont sans doute les exemples parfaits pour compléter cette section, car ces deux titres ont des ambiances assez variables, comme les soli de Forever Free (écoutez la fin de la chanson...) et son refrain magique, typiquement à la sauce happy metal (genre "Freedom Call", de très près), ce titre vous accrochera à la première écoute, et vous ne pourrez pas vous empêcher de le fredonner sous la douche ! "Black Diamond" démontre sa partie sombre derrière des notes de claviers qui peuvent êtres entêtantes et magiques, selon votre vision des choses. Sa partie lumineuse se montre, comme sur "Forever Frre", par son refrain accrocheur, qui sera d'ailleurs le grand hit des concerts de Stratovarius par la suite .
Pour compléter cette section, je dois mettre le épique "Visions", titre éponyme démontrant parfaitement le côté sombre et lumineux de l'album, car ce titre varie les parties typiques de Stratovarius et les moments épiques. Le côté sombre se montre sur certaines paroles, qui, pour moi, doivent parler de la fin du monde en l'an 2000 ("Mère Nature pleure le changement, êtes-vous préparés pour ça ?"), qui n'a pas eu lieu. La noirceur se montre aussi sur la partie très heavy juste après l'intro magnifique, qui montre une partie lumineuse du titre. La partie sombre et lumineuse se mixent vers la moitié de la piste, par une partie douce de toute beauté servie par un splendide solo de Tolkki, et par une qualité vocale exceptionnelle de Timo Tolkki. Les ténèbres occupent finalement l'avant-dernière partie de la chanson, pour se terminer sur une partie lumineuse finale à faire monter les larmes aux yeux...

IV-Lumière brillante

Les ballades occupent principalement cette partie. "Before The Winter" et "Coming Home" sont ces deux ballades. Toutes deux démontrent une maîtrise parfaite des musiciens, soit par des parties acoustiques, soit par les mains de pianistes de Jens J.
Mais il y a l'exception de "Paradise", qui n'est pas une ballade mais bien un titre digne de "Distant Skies". Pourquoi ce titre dans la partie lumineuse ? Tout simplement car c'est un titre dont on ne peut pas vraiment définir le véritable côté. C'est juste un bon gros titre accrocheur, futur hit du groupe. C'est exactement la même chose pour "Legions", un bon titre avec le refrain accrocheur comme Strato sait le faire.

V-Conclusion

Hum... Pourquoi un 19 ? Car l'album est excellent, et il était nommé comme leur meilleur album à l'époque. Pourquoi pas un 20 ? Car aucun album n'est parfait... Stratovarius, en ces années, étaient des maîtres...

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ MetalAngel

09 Mai 2009
Aprés un 'Episode' énergique dans sa carrière, Stratovarius enregistre en cette année 1997 ce qui sera son nid à tubes, le magnifique et grandiose 'Visions'.

En effet, tous les titres reflètent le génie de composition de Timo Tolkki, qui n'est, paradoxalement, pas dans son meilleur état psychologique, dixit Kotipelto. Peut-être est-ce vrai, mais, il s'agit alors d'une dissimulation impressionnante.

Bien sûr, on retrouve quelques titres un brin nostalgiques et sombres tels que "Black Diamond" (que le groupe joue à tous ses concerts depuis), "Before The Winter" (une ballade automnale qui fout la chair de poule) ou "Coming Home", mais aussi des titres plus joyeux, lumineux et pleins d'espoir ("The Kiss of Judas", "Forever Free", "Legions", l'instrumental "Holy Light", "Paradise"), la pièce maîtresse de cet album étant le superbe "Visions (Southern Cross)" qui raconte les prophéties de Michel de Notre-Dame alias Nostradamus, officiellement confiturier à la cour de la reine Catherine de Médicis, mais, également, astrologue/astronome et surtout médecin de Charles IX (on dit que c'est Nostradamus qui aurait fait disparaître l'épidémie de peste dans le Sud-Ouest de la France, principalement à Agen, le chef-lieu du Lot-et-Garonne). Il s'agit d'un titre épique et heavy, très mélodique néanmoins.

Tous les titres sont extrêmement bien travaillés, mis à un même niveau de qualité. 'Visions' est, par conséquent, un enregistrement à conseiller à tout fan de heavy. Après tout, il s'agit d'un classique parmi les classiques du genre. Ne loupez pas ce chef-d'oeuvre!!!

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire