The Storm Within

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Evergrey
Nom de l'album The Storm Within
Type Album
Date de parution 09 Septembre 2016
Labels AFM Records
Style MusicalPower Progressif
Membres possèdant cet album53

Tracklist

1. Distance
2. Passing Trough
3. Someday
4. Astray
5. The Impossible
6. My Allied Ocean
7. In Orbit (ft. Floor Jansen)
8. The Lonely Monarch
9. The Paradox of the Flame
10. Disconnect
11. The Storm Within
Bonustrack (Limited Edition)
12. Paranoid (Black Sabbath Cover)

Chronique @ Eternalis

28 Août 2016

"The Storm Within" fête dignement vingt années au service de la musique progressive

Quitter un groupe sur une sensation de toute puissance, d’inaccessibilité et de devoir accompli ne rend que plus difficile la fois où on y replongera.
Le débat est éternel. Comment donner suite à la perfection ? Chaque artiste se retrouve confronté à cela une fois dans sa vie et, bien souvent, il préfère nier avoir atteint cette éventuelle quintessence pour se laisser bercer par l’illusion qu’il pourra encore aller au-delà. C’est de l’extérieur que nous remarquons l’ampleur de la tâche…

Vingt ans de carrière n’est pas anonyme. C’est un symbole de longévité, de persévérance et de passion. Evergrey signe son dixième album qui aura la très lourde tâche de succéder à l’immense "Hymns for the Broken", opus d’à peine deux ans dont les cendres fument encore, réchauffant l’âme de ceux qui osent encore dire que le metal progressif n’a plus rien à proposer de nouveau.
Cependant, il ne faut en rien croire qu’Evergrey n’en était qu’à son coup d’essai. Malheureusement, les suédois emmenés par Tom Englund ont connu autant de soucis de line up qu’un succès modeste souvent immérité et uniquement d’estime, malgré des pépites de la trempe de "Recreation Day" ou "The Inner Circle". C’est pourtant avec "Glorious Collision" et surtout "Hymns for the Broken" que le succès commercial se fit plus ressentir, ainsi qu’une tournée plus volumineuse et une demande plus importante de la part du public.
Malgré une fanbase solide, "The Storm Within" arrive cette fois dans un contexte d’attente plus inédit qu’à l’accoutumé chez Evergrey.

Un line up inchangé, un groupe sûr de lui, un artwork magnifique et un concept sur la quête de l’amour et la chute inexorable qu’elle entraine font de ce dixième disque une émergence d’espoir. Mais musicalement ?
Après de multiples écoutes, il apparait évident que "The Storm Within" n’est pas la suite musicale d’"Hymns for the Broken" mais un retour à ce qui ont fait les fondamentaux des suédois ; à savoir une musique plus mélancolique, sombre et déchirante. Le précédent opus possédait une luminosité relativement inédite, des mélodies ou des riffs inattendus (l’intro d’"Archaic Rage" dont il est toujours aussi difficile de se remettre, la magnifique "Wake a Change", les chœurs de "The Fire", etc…) que n’avaient pas les albums précédents. En ce sens, "The Storm Within" renvoie facilement à "The Inner Circle", particulièrement par son côté plus direct et moderne, plus sombre également et l’aspect syncopé de certains riffs. "Distance", titre d’ouverture, n’aurait clairement pas démérité sur l’album susnommé par son riff puissant et écrasant martelé par une caisse claire pure et claquante. Mélancolique et lente, elle laisse rapidement sous-entendre que la lumière ne filtrera que par intermittence sur cet album, tant ce premier refrain respire une tristesse de chaque instant, une fatigue et une noirceur émotionnelle.

La principale différence avec le précédent sera également sa grande hétérogénéité, le rapprochant une fois de plus d’un "The Inner Circle" ou "Glorious Collision" là où "Recreation Day" et "Hymns for the Broken" pouvaient être très homogènes dans la teneur du concept et de l’ambiance générale. "Torn" était également dans cette veine mais ne brillait pas souvent par son inspiration en comparaison de ce nouveau disque qui explore de multiples horizons.
"Passing Through" se veut ainsi bien plus mélodique et moderne, parsemé de plusieurs couches de claviers et d’un riff très accessible et catchy, laissant penser que le titre fera une parfaite entame de concert. Le solo est puissant et virtuose, très progressif dans l’esprit et démontre un groupe ayant aussi voulu se faire plaisir sans sombrer dans le spectre de la démonstration facile. "In Orbit" sera du même acabit par son accessibilité, sa prépondérance des nappes de claviers tout en se trouvant magnifié par les plus belles lignes vocales du disque (Tom est toujours aussi impérial lorsqu’il se laisse aller à ses envolées…), de plus accompagnées par la présence de Madame Floor Jansen, s’intégrant parfaitement à l’univers du groupe.

Tout en observant cette volonté de rendre accessible sa musique sans la sacrifier à l’autel de la simplicité, Evergrey ne se renie jamais et signe même avec "The Impossible" l’un de ses plus beaux titres. Un court morceau de trois minutes, uniquement en piano-voix (initialement prévu avec des guitares mais finalement laissé tel quel après qu’ils aient entendu le résultat) servant de magnifique tremplin pour "My Allied Ocean" qui fait office, à l’inverse, de titre le plus violent de l’album avec son riff d’introduction redoutable et sa double pédale puissante. Tom exprime sa rage comme rarement et tranche dans le vif pour ce qui pourrait également être un moment fort des concerts (s’il décidait de la jouer). "Disconnect" n’est pas en reste quand on parle de puissance puisque son riff d’intro décolle le crane et que le chant, une fois de plus, exprime une souffrance évidente (celui du départ…). Floor rejoint là aussi le groupe pour ce pur titre progressif de sept minutes entrecoupé de passages au piano pour toujours revenir sur ce premier riff moderne et très sec servant de lien entre les couplets.
Le duo de l’album sera pourtant "The Paradox of the Flame", seconde ballade de l’album, chanté en duo avec sa femme (Carina Englund) pour un moment poignant d’émotion réel et intense.

Dans l’ensemble, "The Storm Within" fête dignement vingt années au service de la musique progressive sans jamais s’être trahi ni avoir voulu suivre les modes et les avis des autres. Vingt ans d’intégrité et de savoir-faire musical où la vie et le hasard n’aura malheureusement pas toujours été de leur côté. S’ils ne rééditent pas l’exploit artistique du précédent disque (qui l’aurait cru ?), il est l’un des meilleurs albums entendu cette année et vient assoir un peu plus la place des suédois dans la cour des grands. Les fans apprécieront…pour les autres, il n’est jamais trop tard pour tomber dans la marmite…

17 Commentaires

11 J'aime

Partager

frozenheart - 10 Septembre 2016: Effectivement Sonadenn, sur "The Lonely Monarch" Tom ne fait pas que chanter le morceau, il le vie!
pielafo - 10 Septembre 2016: Ce titre, un homme au bout de sa vie qui y croit jusqu'au bout et qui s'est batu contre l'ingratude visiblement évidente de sa compagne quand on écoute les paroles. Un grand morceau celui la pour le coup!
armaggedon - 27 Septembre 2016: "The lonely Monarch" est un titre fabuleux!! et l'album est excellent, différent certes de "hymns" mais excellent!!
Lloigor - 23 Décembre 2016: Ce groupe est plus que sous estimé, en particulier son chanteur exceptionnel. Et The Storm Within est en effet un très bon album, bien que légèrement en dessous du précédent.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire