The Atlantic

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Evergrey
Nom de l'album The Atlantic
Type Album
Date de parution 25 Janvier 2019
Labels AFM Records
Style MusicalPower Progressif
Membres possèdant cet album38

Tracklist

1.
 A Silent Arc
 07:47
2.
 Weightless
 06:41
3.
 All I Have
 06:15
4.
 A Secret Atlantis
 05:30
5.
 The Tidal
 01:06
6.
 End of Silence
 04:45
7.
 Currents
 05:29
8.
 Departure
 06:30
9.
 The Beacon
 05:23
10.
 This Ocean
 04:30

Durée totale : 53:56


Chronique @ frozenheart

17 Janvier 2019

Entre terre et mer...

Mais où Tom S. Englund le chanteur et fondateur du groupe Evergrey puise t'il une telle créativité et énergie? La question reste posée.

En à peine 3 ans nous pouvons dire que le chanteur suédois n'aura pas chômé. À commencer par un dixième opus, d'Evergrey The Storm Within, paru en 2017 applaudi par la critique et le public, une tournée mondiale triomphante, sans oublié en 2018 un album "Long Night's Journey into Day" au sein du groupe Metal Progressif américain Redemption. C'est encore plus vrai que l'année dernière, nous étions surpris à l'annonce d'un nouvel album d'Evergrey pour janvier 2019. C'est donc en ce début d'année que le quintet suédois nous revient, avec l'album The Atlantic, dernier volet d'une trilogie sur le thème de l'aventure de la vie, entamée il y a 5 ans avec l'excellent "Hymns for the Broken".

Musicalement, les 10 titres de The Atlantic, s'inscriront tous, dans un registre Power Progressif fait d'un habile mélange réunissant l'agressivité et la mélancolie qui faisaient l'originalité et la force d'Hymns for the Broken et de The Storm Within', ses deux illustres prédécesseurs, "A Silent Arc" et "Currents" étant les meilleurs des exemples! Quant aux guitares, je vous rassure, elles seront encore très présentes, et sans doute plus agressives que par le passé. Rien de plus normal me direz-vous, puisque que c'est notre six cordiste d'exception, le génial Henrik Danhage qui en aura une fois encore la lourde tâche! Précisons aussi (on ne change pas une équipe qui gagne), que depuis maintenant 5 ans, la formation suédoise n'aura à déplorer aucun changement de personnel.
C'est donc naturellement que l'on retrouve autour de Tom S. Englund, leader, chanteur, guitariste et compositeur du groupe, les fidèles Henrik Danhage aux guitares leads, Rikard Zander aux claviers, Johan Niemann à la basse, et Jonas Ekdahl à la batterie.

Parlons un peu de la production. Inutile de vous préciser qu'elle sera de nouveau exécutée, par le tandem Englund, Ekdahl, bien évidemment mixée et supervisée par le bourreau de travail qu'est Jacob Hansen (Pretty Maids, Primal Fear, Volbeat etc.). Cette équipe de fines gâchettes dotera l'opus d'un son résolument moderne et puissant, dont un chant et une instrumentation équilibrée et en parfaite osmose. Quant à la magnifique pochette (artwork) au demeurant très originale, elle sera l'œuvre de l'artiste grec Giannis Nakos, réputé pour son travail sur les pochettes d'albums de groupes tels qu' Eye Of Solitude, Ocean Of Slumber, et Hades Rising entre autres.

L'album démarre sur les chapeaux de roue avec "A Silent Arc", un morceau accrocheur à l'atmosphère sombre, qui fera la part belle aux guitares tranchantes et aiguisées d'Henrik Danhage qui n'a pas son pareil pour nous distiller des riffs aux frontières des genres Dark et Black Metal, le tout complété de soli au feeling certain. Une atmosphère que l'on retrouvera surtout sur les trois morceaux suivants, "Weightless" au riffing mordant et piano crépusculaire, le lourd "All I Have" à la rythmique pachydermique et magnifiques envolées de guitares atmosphériques et surtout "A Secret Atlantis", qui à mes yeux représente le morceau le plus abouti de la longue carrière d'Evergrey, car comportant tous les ingrédients qui font la classe et l'originalité du groupe. À savoir des guitares Heavy et harmonieuses, un chant modulable à la fois mélancolique, urgent et agressif, lorsque le besoin s'en ressent, sans oublier une section rythmique précise et détonante, le tout complété d'interventions magiques de piano et claviers en duel ou en solo du maestro Rikard Zander.

Dans un style semblable voire un peu moins soutenu, nous aurons droit à plusieurs pépites de choix, à commencer par l'efficace "Currents" qui se distinguera par une ligne vocale et un refrain mémorable, soutenu d'opulentes guitares s'étirant sur un final atmosphérique floydien du plus bel effet! Après"The Tidal", le court interlude de claviers au son moderne, le très mélodieux "End of Silence" se distinguera par un chant à la fois puissant et prenant, soutenu par des chœurs fédérateurs ainsi qu'un riff de guitare dévastatrice signé Danhage.

Concernant le reste de l'opus, le groupe ne sera pas avare de titres aussi prenants et recherchés que ceux cités plus haut. Le rampant "The Beacon", sera mis en valeur par une atmosphère angoissante. Ecoutez donc cette introduction narrée, soutenue de fantomatiques nappes de claviers au son moderne, aussitôt suivies d'un chant et d'une instrumentation montant en puissance, pour un final en apothéose. N'omettons pas la magnifique "Departure", longue power ballade au chant dramatique et à l'atmosphère à couper au couteau, nous montrant s'il le faut encore, l'impressionnant et exceptionnel vocaliste qu'est Tom S. Englund.
L'album s'achève de la plus belle des manières et comme il a commencé, avec le sombre et âpre "This Ocean", qui selon l'avis de votre illustre serviteur sera à ranger parmi les morceaux les plus ténébreux et enflammés que le groupe ait pu composer à ce jour.

Avec The Atlantic, son disque le plus varié musicalement, voire le plus mélancolique et sombre, surtout au niveau de ses textes, le groupe Evergrey poursuit une constante évolution initiée depuis ses débuts. Album après album, le quintet suédois, pose les jalons d’une redéfinition du Power Progressif et par son imposante discographie se place comme le leader incontesté du genre!

Finalement, cet album, pour ne pas dire chef-d'œuvre, en un peu plus de 53 minutes parvient à distiller, toutes les émotions et atmosphères présentes sur ses prédécesseurs Hymns for the Broken et The Storm Within. Bref The Atlantic, constitue un excellent compromis entre le Evergrey d'hier et d'aujourd'hui.

La boucle est bouclée et de fort belle manière!


16 Commentaires

16 J'aime

Partager

 
David_Bordg - 02 Fevrier 2019:

Oui il est meilleur que STORM WITHIN.

nicko11 - 15 Mars 2019:

Un magnifique album et un vrai chef-d'oeuvre !

De plus, j'ai pu taper la discuss pendant 5 min avec Tom Englund lors de leur passage à Anvers avec Kamelot et ce mec est vraiment très très très cool! 

frozenheart - 15 Mars 2019:

La chance que t'ai pu rencontrer et discuté avec Tom Englund. 

Hé oui, sûrement le meilleur album Power Prog de l'année!

taliesin - 05 Avril 2019:

Un album énorme, et pour moi de très loin le fruit du travail d'un très bon groupe comme Evergrey qui en fait un géant.
Chaque titre est énorme, avec ses mélodies bien caractéristiques, ainsi que la voix de Tom et le son général de l'album.
De très loin pour moi le meilleur album du premier trimestre 2019.
Un monument ! Enorme !
20/20

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire