Steelfactory

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe UDO
Nom de l'album Steelfactory
Type Album
Date de parution 31 Août 2018
Labels AFM Records
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album32

Tracklist

1.
 Tongue Reaper
 04:25
2.
 Make the Move
 04:04
3.
 Keeper of My Soul
 04:02
4.
 In the Heart of the Night
 04:52
5.
 Raise the Game
 04:11
6.
 Blood on Fire
 04:42
7.
 Rising High
 04:09
8.
 Hungry and Angry
 04:36
9.
 One Heart One Soul
 04:56
10.
 A Bite of Evil
 05:10
11.
 Eraser
 04:00
12.
 Rose in the Desert
 04:11
13.
 The Way
 04:47

Bonus
14.
 The Devil Is an Angel
 
15.
 Pictures in My Dreams
 

Durée totale : 58:05

Acheter cet album

UDO


Chronique @ frozenheart

28 Septembre 2018

Teutonic Factory...

La tournée 2016, sous le patronyme Dirkschneider, qui avait la particularité de jouer uniquement des titres du répertoire d'Accept, immortalisée par un excellent album live, Back to the Roots, fût incontestablement une véritable source d'inspiration, pour l'avenir du groupe UDO.
En effet le groupe allemand, originaire de Solingen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), appelée aussi "la ville des lames" (et réputée pour son industrie métallurgique dont sa fabrique de couteaux), nous revient avec un nouveau manifeste au titre évocateur de Steelfactory, aux couleurs d'un Heavy teuton épuré, digne de figurer aux côtés de l'excellent Animal House (1987) et ainsi pouvoir rivaliser face aux dernières réalisations d'Accept, les corrects Blind Rage (2014) et The Rage of Chaos (2017).

Afin de mener à bien la réalisation de Steelfactory, après trois ans d'une longue tournée Dirkschneider, le groupe se séparera finalement de Bill Hudson son deuxième guitariste pour incompatibilité à travailler en tandem, c'est donc Andrey Smirnov, qui aura la lourde tâche, d'assurer toutes les parties de guitare de l'opus. Quant au reste du line-up, nous retrouvons évidemment Udo Dirkschneiner au chant, Sven Dirkschneider (le fils d'Udo) à la batterie, ainsi que l'indéboulonnable et fidèle Fitty Wienhold à la basse.

Pour la production, le groupe fera appel à la pieuvre Jacob Hansen, qui mine de rien enquille à la chaîne les productions Heavy du moment. Hansen, dotera l'album d'un son puissant et équilibré, dont un mix qui mettra en avant une rythmique de plomb, ainsi que les guitares aiguisées et néo-classiques d'Andrew Smirnoff.

C'est "Tongue Reaper" qui ouvre les hostilités, ce titre speed très typé Accept mettra en évidence des guitares aux riffings efficaces, ainsi qu'un chant hargneux, accompagné de chœurs virils, le tout évidemment soutenu par une rythmique précise et puissante de Sven qui soit dit en passant abat un travail phénoménal pour ce baptême du feu. En effet, Steelfactory s'avère être le tout premier album studio à l'actif du batteur. Parmi les autres morceaux qui nous évoquent le Accept des années 80, nous aurons "Make the Move" à l'air et aux guitares jouissives typées Hard Rock, façon "Screaming for a Love Bite", "Living for Tonite" de l'album Metal Heart (1985), ou bien l'entraînant "In the Heart of the Night" et sa rythmique de style bulldozer, tout comme le lourd et oppressant "A Bite of Evil" à la basse lourde et épaisse qui ne sont pas sans rappeler le fédérateur Ball to the Wall. Quant au speedé et rassembleur "Rising High" de par ses guitares tranchantes, lui n'aurait pas dépareillé sur le très bon Russian Roulette. Tout comme le pachydermique "Blood on Fire" et son ambiance lourde soutenu de chœurs masculins. Bref du bon gros Heavy teuton viril comme à la grande époque.

Hormis les références Accept (que le groupe assume totalement), nous aurons plusieurs pièces d'excellente qualité, à commencer par le sombre et rampant "Keeper of My Soul" aux magnifiques touches orientales, soutenu d'interventions de guitares très mélodieuses. Ou bien les mélodieux et groovy "Raise the Game", "One Heart One Soul" toutes deux dotées d'un son de basse ronde et d'un refrain répétitif. N'omettons pas non plus le mid tempo du genre Hard Rock classique "Rose in the Desert" au refrain et choeurs efficaces qui ne vous quittent plus.

L'opus s'achève sur une note plus légère, avec "The Way", une magnifique ballade acoustique, qui se distinguera par un chant langoureux soutenu par de magnifiques arrangements de guitares ciselées de toute beauté signées Andrey Smirnov. Quant aux titres restants, l'efficace et très conventionnel "Eraser", et "Hungry and Angry" au texte facile, ils seront tous deux à ranger parmi les morceaux les plus faibles et évidents, de l'album.

En cette fin de saison, avec force et conviction, le groupe UDO accouche d'un disque fort aux compositions solides et prenantes, (l'originalité n'étant toujours pas de mise). Malgré ses quelques petits impairs, Steelfactory parlera certainement à tout amateur de Heavy Metal Teuton burné à l'ancienne et à ceux qui ne se sont toujours pas remis du départ d'Udo au sein d'Accept (ils sont encore très nombreux!).
C'est donc revigoré et remonté à bloc que le Tank de Solingen et son groupe vient se positionner en 2018, comme l'unique et direct concurrent de son ancien groupe.

4 Commentaires

10 J'aime

Partager
BARONROUGE - 28 Septembre 2018:

Une petite revanche sur Accept  -------- non ?

 
David_Bordg - 29 Septembre 2018:

Un des moments forts du heavy métal de l'année avec le PRIEST.

thrashmetalthrash - 02 Octobre 2018:

c est vrai que la un album fort et excellent 

 
phantasmagoria - 06 Octobre 2018:

Leur précédent "decadent" était déjà fort bon mais celui ci le surpasse.Le meilleur album d'UDO depuis timebomb en 1991.Pour ce qui est de l'affluence d'ACCEPT, elle apparait sur tous les albums d'UDO ce n'est pas nouveau.UDO n'est pas parti du combo allemand pour faire autre chose que du ACCEPT, "animal house" le 1er album avait d'ailleurs été composé par ses membres en 1987.Bravo à toi cependant, bonne chronique.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire