Souls to Deny

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Suffocation (USA)
Nom de l'album Souls to Deny
Type Album
Date de parution 27 Avril 2004
Produit par Joe Cincotta
Enregistré à Full Force Studio
Style MusicalDeath Technique
Membres possèdant cet album234

Tracklist

1. Deceit 04:40
2. To Weep Once More 04:31
3. Souls to Deny 05:45
4. Surgery of Impalement 03:51
5. Demise of the Clone 04:36
6. Subconsciously Enslaved 04:24
7. Immortally Condemned 06:03
8. Tomes of Acrimony 04:30
Total playing time 38:20

Chronique @ Fabien

02 Juin 2009
Au milieu des nineties, à l’instar de ses homonymes Malevolent Creation, Immolation, Gorguts & Sorrow (USA), Suffocation fait également les frais de la politique désarmante de son écurie Roadrunner, qui évince progressivement tous ses groupes deathmetal, ne conservant quasiment qu’Obituary et Deicide en son sein. Durant cette période de galère, ce précurseur du brutaldeath retrouve une ultime fois Scott Burns, pour l’enregistrement du très bon Despise the Sun (1998), avant de jeter définitivement l’éponge à la fin de l’année, laissant désormais une scène orpheline.

Sorti chez Vulture Records, le petit label de Jason Fligman, le mini-CD Despise the Sun est toutefois rapidement épuisé, invitant Relapse Records à le ressortir en 2002. Cette réédition, couplée au regain d’intérêt pour la scène deathmetal, motive alors le retour du combo légendaire en 2003, autour de trois membres d’origine, Frank Mullen, Mike Smith et Terrance Hobbs. Doug Cerrito, que l’on croyait pourtant inséparable de Hobbs à la guitare, manque hélas à l’appel, laissant heureusement la place à Guy Marchais, ancien gratteux du groupe Pyrexia, l'un des frères spirituels de Suffocation.

Décidé à effectuer en parallèle un maximum de concerts, Suffocation investit le Fullforce Studio début 2004, sous la houlette de Joe Cincotta, ressortant avec l’album Souls to Deny, articulés autour de huit titres flambant neufs. Relapse Records commercialise le disque dès le mois de mai, s’offrant les services du célèbre dessinateur Dan SeaGrave, qui effectue lui aussi son retour avec ses dernières illustrations pour Gateways to Annihilation & Where Ironcrosses Grow (Morbid Angel, Dismember).

A l’inverse du côté direct et du rythme ravageur de Despise the Sun, Souls to Deny marque le retour de Suffocation vers des compositions aux structures très alambiquées. Alternant middle tempo, blast-beats et contretemps assassins, le jeu de batterie de Mike Smith est incroyablement complexe, servant les guitares de Terrance (au jeu directement identifiable) et Guy, qui entremêlent leurs riffs et posent leurs soli avec une aisance déconcertante et un plaisir manifeste.

Depuis l’excellent To Weep Once More (au parfum Jesus Wept exquis) jusqu’aux redoutables Subconsciously Enslaved & Tomes of Acrimony, en passant par les mémorables Surgery of Impalement & Demise of the Clone, Suffocation frappe juste, conservant son toucher unique et cette capacité à écrire des morceaux aux multiples entrées, garants d’un nombre d’heures et d’un plaisir d’écoute quasi infinis. Frank Mullen gratifie le tout de ses growls d'une profondeur si caractéristique, éléments indissociables du brutaldeath de Suffocation.

En revanche, Souls to Deny ne parvient réellement ni à surprendre, ni à renverser, reprenant fidèlement la recette des ses invincibles prédécesseurs Effigy of the Forgotten & Pierced from Within. Le groupe a par ailleurs pris une ou deux rides, lâchant un disque un brin daté en comparaison de derniers missiles comme Informis Infinitas, Darkened Shrines ou King of All Kings, qui défrayèrent la chronique deux petites années auparavant.

Si certains retours peuvent s’avérer parfois hasardeux, celui de Suffocation reste sans conteste heureux et bienvenu. Sans grand préjudice, le break du groupe new-yorkais lui a ainsi permis de recharger ses batteries et de repartir à la conquête du trône du brutaldeath autrefois conquis, armé d’un Souls to Deny complexe et subtil, composé dans les règles de l’art. La concurrence est toutefois rude en cette année 2004, le niveau technique et la brutalité du style s’étant considérablement accrus depuis l’essor d’Angelcorpse, Origin, Krisiun, Nile ou Hate Eternal, sans oublier les gardiens du temple tels Immolation ou Morbid Angel, invariablement au dessus du lot.

Fabien.

5 Commentaires

13 J'aime

Partager
Khaele - 04 Juin 2009: Premier album de Suffocation que j'ai écouté et que j'ai tout de suite apprécié.
Peut être justement que la ressemblance avec les anciens albums m'a permis de les écouter plus facilement :) (Qu'ils n'aient pas changé la recette ;))
Merci Fab' ;)
eulmatt - 03 Août 2009: Effectivemment, un retour heureux d'un groupe culte qui semble reprendre les affaires là où ils les avaient laissées en 1995 avec Pierced From Within (alors que Despise The Sun pourrait presque faire figure de lien avec la nouvelle scène brutal death, notamment Hate Eternal).
La qualité de l'album et le seul fait du retour de Suffo ont constitué en soit un petit évènement largement suffisant à réjouir les fans de la première heure...
DeadManDead - 12 Mai 2014: "Souls To Deny" - la chanson - est le premier titre de Suffocation que j'aie écouté. Depuis, je ne les ai plus quittés ! Rien que pour ce titre, plus To Wheep Once More et Subconsciously Enslaved, j'aurais mis bien plus qu'un 15/20 à l'album. un 19, comme à tous les précédents.
17blunt - 27 Juin 2014: Pour moi le seul défaut de cet album est de trop ressembler à son prédécesseur, mais vu la qualité de celui-ci qui est quand même un des meilleurs disques de death metal jamais réalisé (selon moi en tous cas), est ce donc vraiment un défaut alors ? Je dirais juste que cela se qualifierai plus justement comme un petit bémol ! Le morceau DEMISE OF CLONE (plage n°5)aurai largement pu être enregistré sur Pierced From Within tellement il est bon !!!!!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Sam

28 Mai 2009
Suite à l'annonce début 2003 de le reformation relancée par Frank Mullen, cet album était particulièrement attendu parce qu'avec MORBID ANGEL, DEATH et CANNIBAL CORPSE, Suffocation est sans doute l'un des groupes qui a eu le plus de rejetons "death métallique", car il est l'un des plus ravageurs sur scène et, surtout, il doit prouver avec cet album et les nombreuses dates de concerts prévues qu'il est de retour pour de bon.
Après une écoute, on remarque que les riffs mélodiques mid-tempo, un peu éclipsés sur "Despise the Sun", sont de retour comme le prouve l'intro de "To Weep Once More", la suite textuel et musical de "Jesus wept" présente sur "Effigy of the Forgotten " et "Human Waste". Riff d'intro immédiatement identifiable comme typique du jeu de Terrance Hobbs. Les blast-beats sont répartis dans tous les morceaux et l'utilisation de plans lourds et menaçants permet de bien équilibrer l'ensemble. Le groupe reste toujours maître dans le placement des breaks avec, par exemple, celui de fin de "Subconsciously Enslaved" ; et des structures à tiroirs comme sur "Demise Of The Clone" et "Immortally Condemned". La brutalité reste un des éléments majeurs des compositions avec "Souls to Deny", "Surgery Of Impalement" et "Tomes Of Acrimony" très efficaces et accrocheuses car plus simples et plus proches du maxi "Despise the Sun". Les solos de Hobbs sont également de retour mais l'inspiration est moins bonne, aucun n'atteint la qualité de ceux exécutés sur "Pierced from Within" et c'est là que Suffocation va peut-être trouver ses limites. Cet album n'est pas mauvais car il écrase sans problème 80% de la concurrence mais il y a aujourd'hui beaucoup de groupes qui sont capable de faire aussi technique et brutal. Je pense à ORIGIN, SPAWN OF POSSESSION, YATTERING, PSYCROPTIC, NILE, DECAPITATED, ABORTED, DECREPIT BIRTH, AGIEL, FLESHTIZED, GORGASM, MITHRAS, DYING FETUS et bien d'autres. Certes, son style est unique, chant, riffs, compos et son des instruments mais un disque comme "Souls to Deny" ne sera pas suffisant pour retrouver sa place de leader. Ces musiciens ont créé deux classiques du death métal qui sont "Effigy of the Forgotten " et "Pierced from Within. Toute la difficulté pour eux va résider dans leurs capacités à en sortir un troisième. Gageons que les tournées prévues vont renforcer la cohésion du groupe et donner un cinquième album vraiment destructeur même si celui-ci passe bien après un grand nombre d'écoutes. A suivre.

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
mechant - 25 Avril 2019:

Decouvert a sa sortie grace a l excellence du disquaire independant specialisé metal  que je frequentais à Toulouse, je fus scotché par la force du groupe....ces multiples ecoutes revelant a chaque fois 1 nouveau visage. Et puis il y a cette voie de F. MULLEN...quelle force! Vu peu de temps apres en concert au Bikini avec Napalm death, la claque fut magistrale...

Un sacré groupe!

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire