Blood Oath

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Suffocation (USA)
Nom de l'album Blood Oath
Type Album
Date de parution 03 Juillet 2009
Produit par Joe Cincotta
Enregistré à Full Force Studio
Style MusicalDeath Technique
Membres possèdant cet album207

Tracklist

1. Blood Oath 03:54
2. Dismal Dream 03:16
3. Pray for Forgiveness 03:39
4. Images of Purgatory 03:26
5. Cataclysmic Purification 04:53
6. Mental Hemorrhage 03:54
7. Come Hell or High Priest 04:06
8. Undeserving 04:09
9. Provoking the Disturbed 05:17
10. Marital Decimation 04:17
Bonustracks (European & US Releases)
11. Pray for Forgiveness (Rough Mix Un-Mastered) 03:40
12. Dismal Dream (Instrumental Version) 03:16
Bonustracks (Russian Release)
11. Pray for Forgiveness (Rough Mix Un-Mastered) 03:40
12. Dismal Dream (Instrumental Version) 03:18
13. Blood Oath (Instrumental Version) 03:57
14. Cataclysmic Purification (Rough Mix) 04:55
Total playing time 40:51

Chronique @ BEERGRINDER

28 Mai 2009
Jusqu’ici Suffocation a toujours réussi à justifier son statut de groupe culte, splitté momentanément en 1998 après le bon MCD Despise the Sun, les hommes de Frank Mullen avaient réussi un bon retour avec Souls to Deny en 2004. Les disques des new-yorkais ont ainsi traversé deux décennies sans réellement prendre de ride, prouvant même avec le redoutable album éponyme (l’une des meilleures sorties Death de 2006) qu’ils avaient encore bien leur place au sommet de la chaîne alimentaire du Death Metal aux côtés de Krisiun, Nile et Hate Eternal.

Du coup, on commençait à croire que Suffocation était incapable de sortir un album moyen. De plus un pas en avant supplémentaire semble avoir été franchi dans leur longue carrière, le groupe quittant la maison mère Relapse pour le encore plus énorme label allemand Nuclear Blast. De plus la superbe pochette pourpre de Blood Oath (2009) laisse à penser qu’une fois de plus, les précurseurs du Death brutal et technique vont nous proposer comme de coutume des compositions inspirées et surpuissantes.

Le titre Blood Oath démarre d’ailleurs sur une rafale très véloce de double pédale qui n’est pas sans rappeler Hate Eternal. Pour le reste les riffs et le style Suffocation est immédiatement identifiable avec des guitares aux riffs précis et relativement complexes, une basse claquante appuyant magistralement la batterie, la production puissante et claire comme sur le disque précédent et évidemment le growl reconnaissable entre mille de Monsieur Mullen. Dismal Dream est idéalement placé en deuxième position pour lancer définitivement ce disque, balançant un break terrible suivi d’un déluge de rythmiques très appuyées de la paire Marchais / Hobbs. La lourdeur et l’énergie développée sur ce titre rivalise donc sans problème avec les deux disques précédents.

Seulement au bout de quelques titres, un léger sentiment de déjà-vu commence à s’installer, non que les chansons soient mauvaises, Images of Puragory déployant au passage la grosse artillerie au niveau des guitares (que ce soit en rythmiques comme en solo) ou Undeserving proposant des arrêts et des accélérations redoutables de précisions et même quelques riffs dissonants auxquels Suffocation ne nous avait pas habitué jusqu’ici.
Oui mais voilà, un morceau comme Cataclysmic Purification par exemple semble déjà avoir été cent fois entendu sur d’autres albums de Suffocation et malgré un profil taillé pour la scène, il donne une nette impression de redite.
Il est assez clair que Terrance Hobbs et ses sbires se sont contentés de composer comme ils savent le faire sans trop se casser la tête, alors bien sûr même à 80% Suffocation enterre encore la plupart des jeunes groupes, Mental Hemorrhage en remontre à beaucoup niveau puissance et Frank Mullen y fait étalage de son extraordinaire guttural profond, mais il y a des choses qui ne trompent pas : Marital Decimation vieux morceau repris d’un autre de leurs albums Breeding the Spawn (comme les Deathsters new-yorkais se plaisent à le faire sur chaque disque), est l’un des plus incisifs de l’album…

Blood Oath mauvais et sentant le sapin pour le groupe ? Certainement pas, seulement lorsqu’un combo génère une telle attente auprès du public, la déception est forcément au rendez-vous si un disque énorme n’est pas à l’arrivée, Suffocation n’est tout simplement pas parvenu à se transcender, prenant tranquillement la vitesse de croisière. Si on veut se hasarder à une comparaison, avec Effigy of the Forgotten et Pierced from Within ils bombardaient à 200 sur l’autoroute, sur Suffocation ils étaient tout de même à 160, ici ils se contentent de tenir paisiblement un bon 135 au régulateur de vitesse... Rassurons nous, Frank Mullen et ses collègues n’ont pas encore emprunté les départementales comme Obituary ou les chemins vicinaux comme Six Feet Under

A défaut de rester dans les annales, Blood Oath vient s’ajouter à la liste déjà conséquente de bons albums Death Metal de 2009 et permettra aux fans du combo (et croyez-moi je sais de quoi je parle) de passer un très bon moment. Peut-être Suffocation franchira t-il un nouveau cap de reconnaissance grâce à l’énorme potentiel de distribution de Nuclear Blast pour peu que celui-ci juge le groupe comme une priorité (ce qui est loin d’être certain…).

Allez, le prochain sera légendaire et se hissera au niveau de Effigy of the Forgotten et Pierced from Within, je le jure sur les têtes de Charles Trenet et Tino Rossi…

BG

23 Commentaires

21 J'aime

Partager

MCGRE - 02 Mars 2013: @Laurent bon ben tu avais raison vieux sur la fin de ta chro hé hé le nouveau et à la hauteur de Pierced From Within tu avais deviner hein .
BEERGRINDER - 03 Mars 2013: Ouais Greg, Nostradamus power sur ce coup là ha ha ha....
MCGRE - 06 Mars 2013: Bon maintenant tu n'as plus qu'a me dire si le prochain Immolation sera à la hauteur de Dawn of Possession hé hé sait on jamais un nouveau flash vite fait.
17blunt - 22 Juin 2013: Moi perso j'adore cet album ! Il a des passage plus lourd (dans le bon sens du terme)et plus présents tout au long de l'album que j'affectionne particulièrement. Mais pour moi le point fort de l'album c'est sa production car la basse de Derek boyer très audible claque littéralement et apporte vraiment quelque chose à l'ensemble !!!

Après une bonne vingtaine d'écoute je lui trouve quand même de bons arguments notables qui en font un très bon album comme tous les suffocation d'ailleurs !!!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Arachnid

08 Juillet 2009
Suffocation est un groupe qui aime se faire désirer ! Ils avaient fait un retour très remarqué avec leur album éponyme, les voici de retour avec Blood Oath et autant le dire tout de suite, cet album est dévastateur ! Si le précédent opus ne m'avait pas marqué plus que ça, cette nouvelle galette signée chez Nuclear Blast est d'une toute autre tournure.

Avant toute chose, il faut prendre en considération la discographie de ce groupe culte. Alors que les trois premiers albums (Effigy of the Forgotten, Breeding the Spawn et Pierced from Within) proposaient une technicité à toute épreuve, mêlant habilement brutalité et structures extrêmement complexes, ils s'étaient ensuite tourné à partir de leur EP Despise the Sun vers un Death Metal plus classique, sans fioritures mais toujours rentre-dedans et ce jusqu'à ce dernier album purement majestueux. Un album qui me fait lourdement penser à leurs vieilles moutures époque Breeding the Spawn pour les passages ultra-rapides non exempt d'une certaine mélodie mais également de Pierced from Within pour sa lourdeur.

En écoutant ce CD, il est plus qu'évident que les Suffocation ont bien élaboré leurs titres, échouant dans ce nouveau Death Metal quelque peu moderne un peu plus accessible et moins personnel. Parce que si Blood Oath est sûrement l'un des meilleurs albums que les New-Yorkais nous ont pondu, il est aussi le plus accessible, loin de la complexité auditive que demandait Effigy of the Forgotten par exemple, où plusieurs écoutes étaient nécessaires pour pleinement apprécier leur musique si particulière. Ici, pas de problème quelconque : le son est nickel, les structures sont tout bonnement excellentes, à la fois mélodieuses et brutales, Rien à redire au sujet de leur nouvelle somptueuse pochette à nouveau signée Jon Zig, qui avait déjà fait leur précédente cover (Deeds Of Flesh, Decaying Purity, Gorgasm, Averse Sefira...) qui est sûrement la plus belle qu'il ne nous ai jamais montrée.

On remarquera qu'ils passent d'un album aussi banal qu'excellent (Suffocation) à un retour aux sources tant dans sa complexité que dans un style beaucoup plus glauque. En effet, l'album entier est imprégné d'une lourdeur dévastatrice, à la fois rapide et morbide, presque dérangeant dans certains passages : il n'y a qu'à écouter le premier titre pour s'en convaincre. L'identité de cet album est donc bien ancrée dans leur discographie.

Autre chose à ajouter ? Oh oui ! Les Suffocation ne sont pas restés dans les années 90, ils ont bel et bien évolué ; et si ça n'est pas dans la dextérité, c'est obligatoirement dans leurs influences car ils ne sont pas non plus parfaits, nos précurseurs. Largement dépassés au début des années 2000 par des p'tits nouveaux plus que talentueux et dépassant les limites du genre (Nile, Decapitated, Origin, Necrophagist...), ils ont désormais appris à les écouter ces nouveaux venus et -inconsciemment- à prendre une nouvelle inspiration (j'espère ne pas blasphémer en écrivant ce mot). On pense donc immédiatement à Nile pour "Come Hell Or High Priest" et son côté mélodieux un tantinet oriental mais aussi à Decapitated au niveau de certains riffs (sur "Images Of Purgatory" ou encore "Undeserving"). Bien sûr, en ajoutant la touche personnelle propre à Suffocation, cela va sans dire. Comme dit précédemment, l'ambiance générale de l'album est terriblement malsaine et donc purement jouissive, de "Blood Oath" à la reprise de leur ancien titre "Marital Decimation", déjà présent sur Breeding the Spawn, réenregistré avec un son nettement plus clair (c'est autre chose, croyez-moi).

Au final, un nouveau retour monstrueux, qui prouve que Suffocation a beau se séparer ou faire attendre ses fans, le résultat sera toujours plus impressionnant comme le prouve ce 6e album déjà culte.

1 Commentaire

4 J'aime

Partager
17blunt - 28 Juin 2014: j'adore cet album que je trouve vraiment bon contrairement à certains (les goûts et les couleurs), donc dans ce point je suis plutôt d'accord avec toi. Mais par contre quand tu dis "comme le prouve ce 6e album déjà culte " c'est tout simplement faux car c'est album n'est tout simplement pas culte, il n'a pas marqué l'histoire du Death et est quand même loin de Effigy of the Forgotten et Pierced from Within qui eux pour le coup sont bien cultes car ils font l'unanimité de tous et ont eux bien marqué l'histoire et eus une véritable influence sur d'innombrables groupes, le fait que Blood Oath soit serte très bon et ne soit pas culte est un fait établi. Je me permet de t'écrire ça car tu décrédibilise toute ta chronique, alors que je partage pas mal de choses avec toi. Merci quand même pour ce récit un peu trop élogieux à mon goût.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire