Slaughter & Apparatus: a Methodical Overture

Liste des groupes Death Brutal Aborted Slaughter & Apparatus: a Methodical Overture
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Aborted
Nom de l'album Slaughter & Apparatus: a Methodical Overture
Type Album
Date de parution 19 Fevrier 2007
Produit par Tue Madsen
Enregistré à Antfarm Studio
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album321

Tracklist

1. The Chondrin Enigma 04:20
2. A Methodical Overture 03:25
3. Avenious 04:41
4. The Spaying Seance 04:25
5. And Carnage Basked in Its Ebullience 03:10
6. The Foul Nucleus of Resurrection 04:13
7. Archetype 03:12
8. Ingenuity in Genocide 03:42
9. Odious Emanation 03:37
10. Prolific Murder Contrivance 03:07
11. Underneath Rorulent Soil 04:51
Bonustracks (Japanese Release)
12. Slaughtered (Pantera Cover)
13. Surprise ! You're Dead (Faith No More Cover)
Total playing time 42:43

Chronique @ tonio

24 Janvier 2007
TONIO


Depuis 1999, on peut dire que nos belges préférés n'ont pas chaumé ! Une démo, deux E.P., et aujourd'hui un cinquième album, le bien nommé "Slaughter & Apparatus, A methodical Overture".
Tous les fans de gore death technique ne peuvent que se limer les crocs à la vue de cette nouvelle offrande...

Tout d'abord, côté line-up, sachez que sur cet album Olivia ne tient plus la basse, un certain Peter goemaere occupe à présent ce poste, et le batteur Gilles (GRONIBARDS) s'en est allé pour de sombres raisons financières. Le poste de batteur n'est pas une mince affaire au sein d'un groupe de la carrure de ABORTED et le remplacent de Gilles est David Halley, batteur de cession et membre du groupe de death métal australien PSYCROPTIC. Ce dernier a enregistré ses parties de batterie depuis son propre studio... en Tasmanie ! Côté enregistrement, nous retrouvons à nouveau Tue Madsen, déjà responsable de leur précédente sortie et de productions comme GOREFEST, MNEMIC, THE HAUNTED, SICK OF IT ALL... Le résultat est bien sur énorme, parfait équilibre entre mur de guitares, batterie atomique et chant épileptique. A propos de chant, Jeff Walker (CARCASS), vient épauler Sven sur deux titres, "A Methodical Overture" et "Odious Emanation". Sa présence n'apporte rien de particulier aux titres en question, mais que c'est agréable de l' entendre vociférer de sa voix inimitable, vicieuse et rocailleuse !

ABORTED a démarré sa carrière avec un grind death hyper violent et original, période qui a atteint son apogée avec le génialisime album Goremageddon en 2003. En 2006 est sorti The Archaic Abattoir, album beaucoup plus travaillé au niveau de la prod' et qui proposait une approche plus mélodique et plus variée de leur style, tout en restant très brutal. Sans réelle surprise, "Slaughter & Apparatus", leur nouvelle réalisation, s'inscrit dans la même ligne de conduite, à savoir un death métal absolument redoutable, gorgé de blast, de solos mélodiques sublimes et de vocaux surpuissants. Le groupe possède l'expérience et la technique qu'il faut pour torcher des titres efficaces et parfaitement équilibrés, les breaks sont calculés au millimètre, les accélérations toujours habiles, du beau travail bien calibré. Ma préférence va aux morceaux "The Chondrin Enigma" et " Underneath Rorulent Soil" pour leurs admirables parties mélodiques (quels solos !), "And Carnage Basked In Its Ebullience" pour ses étonnantes lignes de synthé qui donnent à ce titre une atmosphère oppressante, et surtout "Avenious" et "Ingenuity In Génocide" pour leurs excellents riffs mid-tempo qui feront des ravages en concert. Alors oui, c'est un très bon album, mais où est donc passé le fun dans tout ça ? Beaucoup de parties, voir même de morceaux, m'on paru tellement quelconques, comme si à certains moment ABORTED ne savait plus trop où mettre les pieds et faisait du blast pour faire du blast, sans réellement chercher à peaufiner ses riffs. En signant chez Century Media, le groupe, il ne s'en cache pas, cherche clairement à conquérir le marché américain et je me demande si les musiciens n'ont pas voulu offrir là un produit propre et lisse, au détriment de leur inspiration. Oui, je suis légèrement déçu du résultat car je ne retrouve pas toujours le groupe qui m'a estomaqué avec leur deux précédentes sorties (surtout Goremageddon). Slaughter & Apparatus reste néanmoins un album puissant, compact et varié, qui pourra largement séduire les amateur de brutal death technique. Mais peut-être pas les fans de la première heure, habitués à plus d'excentricité...

Après une dizaine d'écoute, je pense sincèrement avoir fait le tour de cette réalisation, convaincante mais un peu trop propre à mon goût. Clair que si je devais faire découvrir ABORTED à quelqu'un, je ne choisirais pas cet album mais plutôt Goremageddon qui reste à ce jour l'œuvre incontournable du groupe. Vivement la suite quand même !


2 Commentaires

11 J'aime

Partager
trashercorpse - 24 Janvier 2007: Eh ben ! je suis bien d'accord avec la chronique qui a été faite , le groupe cherche à marquer le "Marché Américain" et c'est là que ca blesse ! Ils auront beau dire que c'est pas fait exprès , qu'ils avaient envie de se renouveller : mon cul ! Le son est énorme mais les idées sont loin de l'être. Ils se contentent de nous refourguer un "Archaic Abattoir" avec quelques plans mélodiques par ci par là, et voilà ! Se sont pas foulé la nouille, c'est aussi corrosif que de l'eau plate, un mortel ennui ... vraiment décu de voir la tournure que celà prend, surtout après les albums de tueurs réalisés, Goremageddon en tête. A vous de voir si ca vous dit : ) moi là, je passe mon tour.
DeCRePiTBiRTH - 09 Fevrier 2007: J'ai écouter un morceau,
Je peux dire qu'apperement, cet album va être simplement une TUERIE/BOUCHERIE/CARNAGE bref il va plaire.
Surtout avec derrière les fûts, DAVID HALEY !
Mais ça va donner ! ! !
Il me le faut.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Fabien

16 Mai 2007
Fort d’un Goremageddon aussi subtil qu’écrasant, et d'un The Archaic Abattoir aux rythmiques tout aussi brutales et aux atmosphères tout aussi fines, Aborted décroche un contrat avec la puissante écurie Century Media. Malheureusement, hormis le growleur Sven, l’intégralité de la formation a disparu entre temps, et notamment la paire de guitaristes Thijs & Bart qui avait composé l’intégralité des deux précédents albums, laissant planer le doute quant à la qualité des futures réalisations du combo belge.

Après quelques essais infructueux, Sven réussit toutefois à stabiliser un line up autour de Seb Tuvi, leader de Balrog. Le chanteur met ainsi la main à la pâte avec son nouveau guitariste, qui intègre rapidement l’esprit d’Aborted et participe activement à l’écriture des compositions. Enregistré aux Antfarm Studios par Tue Madsen, à l'exception des pistes de batterie exécuté par David Haley (Goremageddon) en Tasmanie, Slaughter & Apparatus sort ainsi en ce début d’année 2007.

Le nouvel album poursuit dans la veine de ses prédécesseurs, tant au niveau musical que conceptuel. L’auditeur retrouve en effet les growls furieux de Sven (et de quelques invités prestigieux comme Jeff Walker ou Jacob Bredahl), ainsi que le climat propre à la formation belge, à la fois lourd, brutal et soigné, parfaitement restitué sur les titres And Carnage Basked & The Foul Nucleus, aux intros et ambiances fines et réussies. La production de Tue Madsen est une nouvelle fois impeccable, en puissance et en profondeur, accordant une place importante aux guitares de Seb Tuvi & Matti Dupont. L’album bénéficie enfin d’artworks complets & soignés, collant relativement bien avec l’imagerie gore d’Aborted.

Malgré d’importants changements de line-up, Aborted conserve remarquablement sa personnalité, et délivre un Slaughter & Apparatus de bonne qualité, mais également sans réelle surprise, reprenant les codes de ses précédents efforts sans toutefois les transcender. Dans la continuité de The Archaic Abattoir, ce nouvel album ne décevra donc pas les fans irréductibles de la formation, mais laissera certainement plusieurs inconditionnels de Goremageddon sur leur faim, n'injectant ni la même force du riff, ni la même dose d’énergie pure.

Fabien.

3 Commentaires

11 J'aime

Partager
Eternalis - 04 Avril 2009: le virage plus mélodique de cet opus, ainsi que le suivant, me convient bien plus que la débauche de violence de "Goremageddon".

Aborted respire plus, se veut plus organique et moins monolithique.
L'arrivée de nombreux solos et de synthés est également bienvenue je pense...bref, loin de faciliter sa musique, il la rend juste plus riche.
Intelligent non?
Fabien - 04 Avril 2009: Depuis le départ de Thijs & Bart et l’arrivée de Sebastien Tuvi, on sent l’orientation d’Aborted vers des contrées plus mélodiques, loin de l’incision deathmetal de sa première période. Le pas est vraiment franchi sur Strychnine, le dernier album en date, où le leader de Balrog a réellement trouvé ses marques. A titre personnel, les accents mélodiques pompeux de ce disque me sortent littéralement par les oreilles, confirmant mon divorce définitif avec la formation belge (à moins d’un retour improbable de Niels, Thijs ou Bart).

Slaughter & Apparatus, sans renverser des montagnes, reste toutefois un bon album de transition, reprenant plus ou moins les codes du très bon Archaic Abattoir, notamment sur le dyptique Carnage Basked & Foul Nucleus très réussi.

Quant à Goremageddon, il représente la quintessence du groupe à mes yeux, m’ayant conquis dès la toute première écoute de son titre Meticulous Invagination, sur le sampler de Metallian de décembre 2002. C’est un album particulièrement brutal, mais tout aussi subtil, distillant de surcroît ces touches "Carcassiennes" délicieuses. Rarement un album deathmetal des années 2000 aura autant fait l’unanimité chez les deathsters.

Fabien.
Wyndorel - 06 Novembre 2016: C'est curieux, de mon côté j'ai tendance à voir en Strychnine.213 l'ultime confirmation de la vénération du groupe pour l'intouchable Carcass, jusqu'à tenter d'en émuler le succès avec ce tournant mélodique? Enfin, peut-être s'agit-il plus généralement d'une certaine affection de leur part envers le sens mélodique de la scène suédoise, puisqu'on en retrouve toujours quelques touches chez eux, d'ordinaire plus subordonnées à leur noyau brutal...
Quoi qu'il en soit, en mettant de côté les attentes qu'on peut avoir vis-à-vis d'une telle formation, Strychnine reste une production honnête, sans toutefois réussir à convaincre de ses nouvelles orientations, à mon sens, car malgré quelques passages plaisants, l'ensemble est finalement assez convenu.
Par contre, si l'on peut effectivement ne pas adhérer aux orientations que prend l'album, je ne comprends pas l'emploi du qualificatif "pompeux" de ta part Fabien. Il s'agit ni plus ni moins de touches typiquement melodeath dont nous "gratifie" ici le groupe, je trouve.

Bref, afin de se recentrer sur le sujet, je dirais que mon avis concernant Slaughter And Apparatus est globalement le même que le tiens, si ce n'est que je trouve la production un chouïa brouillonne.

En tout cas, je ne suis pas mécontent que Sven ait su faire un bon clear de son line-up, pour revenir en force et la tête à nouveau bien vissée sur les épaules, car je considère le groupe comme étant l'une des formations les plus en forme du moment depuis l'excellent Global Flatline. J'oserais même dire qu'ils n'ont jamais été aussi bons qu'aujourd'hui...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire