Shadows in the Light

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Immolation
Nom de l'album Shadows in the Light
Type Album
Date de parution 10 Mai 2007
Produit par Paul Orofino
Enregistré à Milbrook Sound Studios
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album217

Tracklist

1.
 Hate's Plague
 02:50
2.
 Passion Kill
 03:41
3.
 World Agony
 03:56
4.
 Tarnished
 03:36
5.
 The Weight of Devotion
 04:21
6.
 Breathing the Dark
 04:00
7.
 Deliverer of Evil
 03:45
8.
 Shadows in the Light
 03:44
9.
 Lying with Demons
 04:33
10.
 Whispering Death
 06:04

Durée totale : 40:30


Chronique @ tonio

20 Avril 2007
Ecouter un album d'IMMOLATION, c'est l'assurance de se prendre en pleine face un death métal stylé executé par des passionnés qui roulent leur bosse depuis bientôt 20 ans. "Shadows in the Light" est le septième album des américains, et leurs trois précedentes réalisations étaient de véritables bombes. Alors qu'en est-il de celui-ci, baisse de forme ? Inspiration envolée ? Vous vous doutez de la réponse, vous avez vu ma note...

Pas d'inquétude, IMMOLATION reste égal à lui même, un groupe monolytique, un colosse taillé dans le roc avec lequel peu de formations peuvent rivaliser. Tous les élements qui caractérisent la formation sont présents ici et les fans ne seront en aucun cas dépaysés. Après autant d'années d'activité, les musiciens ne se montrent pas du tout à court d'idées. Tout le talent de ce groupe est de réussir a dégager une haine immense sans miser à tout bout de champ sur la vitesse. Les compos sont partagées entre mid-tempos, blast et parties lourdes, avec une ambiance toujours très sombre, funèbre même, qui vous empoigne les tripes à pleine main. Le chant y est aussi pour beaucoup, j'ai écouté cet album au casque et j'ai franchement eu l'impression que Ross Dolan s'adressait directement à moi, sa voix est énorme et pénétrante.
Le travail de composition est toujours aussi fouillé et le groupe ne se contente jamais de se vautrer dans un death trop bestial ou basé uniquement sur la technique. Les harmonies de guitares sont rampantes et malsaines, les riffs ébouriffants, IMMOLATION a vraiment une façon unique de créer un death métal à la fois fascinant et percutant. Par ailleurs, les textes évitent les clichés gore simplistes de beaucoup de groupes et se focalisent sur la noirceur de notre monde, ce qui rend leur musique encore plus crédible et personnelle.
IMMOLATION ne laisse donc rien au hasard et ne fait pas de remplissage, le groupe met tout en oeuvre pour que chaque compo possède sa propre identité, soit à travers des lignes de guitares obsédentes, soit grâce à l'utilisation de riffs hypnotiques. Le travail du batteur est par ailleurs remarquable, ce dernier, qui réalise ici son deuxième album avec le groupe, semble avoir définitivement trouvé sa place au sein du combo et enrichit les compos avec un jeu fourni et original. Les solos de guitare n'ont pas une place capitale dans la musique de IMMOLATION mais les gratteux savent exactement les placer là où ça fait du bien, avec beaucoup de feeling et de dexterité.
Je ne passerais pas en revue les dix titres qui composent "Shadows in the Light" car ils sont tous excelents, je vous laisserai vous même le bonheur de capter chaque subtilité que renferment les compos. Le terme subtilité n'est pas exageré tant chaque morceau fourmille de petits arrangement de gratte, pas toujours décelables lors de la première écoute. Cet album, comme les précedents du groupe, demande plusieurs écoutes pour être completement assimilé, c'est la marque des grands !
Quelques titres vous mettrons tout de même immédiatement par terre. "Passion Kill" et son riff lourd, entêtant et saccadé, est un vrai rouleau compresseur, "The Weight Of Devotion" s'ouvre sur un étonnant riff en harmonique completement innatendu qui rend ce titre immédiatement passionnant, "Whispering Death", le dernier morceau, est d'une noirceur et d'une profondeur peu commune... etc.
D'autre part, pour ne rien changer, IMMOLATION a enregistré avec Paul Orofino. C'est là leur cinquième collaboration et la production est évidement à la hauteur de la musique, massive et limpide. La batterie est même d'avantage mise en avant que sur leur précedent album où elle paraîssait légerement en retrait à mon goût.

"Shadows in the Light" est de nouveau une réussite éclatante, jusqu'où IMMOLATION ira t'il ? Ca en devient presque énervant tellement ces mecs sont doués ! Dans leur style, ils sont insurpassables. Cet album est d'ores et déjà pour moi une des meilleures sorties death métal de l'année et tout simplement un des meilleurs albums du groupe, à égalité avec "Close to a World Below" et "Unholy Cult", qui sont à mon sens leurs deux autres meilleures réalisations. Album indispensable !

4 Commentaires

23 J'aime

Partager
eulmatt - 03 Fevrier 2008: Bizarrement j'ai mis un temps infini pour me le procurer...quelle erreur ! Arf, si j'avais lu ta chro avant...
Quel disque formidable !
clochard - 02 Mai 2008: Exellent... une des meilleures voix death que j'ai pu entendre.
Fabien - 18 Septembre 2009: Pour tout avouer, Harnessing Ruins m’avait laissé quelque peu sur faim, la faute peut-être à ses structures plus directes, manquant d'un poil de consistance, d'épaisseur. En revanche, Shadows in the Light possède cette noirceur et cette puissance phénoménales, que je ne n’avais pas ressenties depuis Failures for Gods et Close to a World Below.

Le riff central poignant du superbe World Agony, le final renversant de Whispering Death, les soli intenses et décharnés de Rob Vigna, la profondeur des growls de Ross Dolan, le jeu fouillé de Steve Shalaty, sont autant d’élement qui transcendent ce nouveau chef d’oeuvre d’Immolation.

Cult of Death.
Fabien.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire