Close to a World Below

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Immolation
Nom de l'album Close to a World Below
Type Album
Date de parution 07 Novembre 2000
Produit par Orofino Paul
Enregistré à Millbrook Sound Studios
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album305

Tracklist

Re-Issue in 2011 by Cyclone Empire on vinyl
1. Higher Coward 05:00
2. Father, You're Not a Father 05:02
3. Furthest from the Truth 04:26
4. Fall from a High Place 04:37
5. Unpardonable Sin 04:34
6. Lost Passion 05:40
7. Put My Hand into the Fire 04:12
8. Close to a World Below 08:30
Total playing time 42:01

Chronique @ Fabien

29 Janvier 2009
Si deux étés séparent les sessions de Close to a World Below et celles de l’impitoyable Failures for Gods, une seule année différencie la sortie des deux disques, la parution du précédent ayant été reportée de plusieurs mois faute au planning surchargé du dessinateur Andreas Marshall. Enregistré en juin 2000 aux désormais habituels Millbrook Studios sous la houlette de Paul Orofino, le nouvel album d’Immolation sort en effet dès l’automne chez Metal Blade, muni d’une illustration diabolique d’Andreas, cette fois-ci dans les temps et assisté pour l’occasion de son frère Alex Marshall.

A l’image du titre d’ouverture Higher Coward très tapageur, dominé par les blast-beats & les roulements d’Alex Hernandez, les riffs intraitables & soli déchirants du couple Wilkinson / Vigna et le chant guttural profond de Ross Dolan, Immolation durcit sensiblement le ton, entretenant une ambiance chaotique terriblement prenante, infernale. La débauche de violence et la complexité des morceaux, tels Furthest from the Truth ou Put my Hand into the Fire sur lesquels les deux guitaristes superposent malicieusement leurs plans de guitares, rendent ainsi l’album difficile d’accès, nécessitant de nombreuses écoutes attentives avant d’être dompté.

Mais, au lieu de perdre l’auditeur dans un déluge de tout instant, Immolation calme judicieusement le jeu aux endroits clés, décuplant alors l’intensité de ses morceaux pour un résultat dévastateur. Les guitares lancinantes d’Unpardonable Sin, les riffs obsédants de Lost Passion, le break redoutable de You’re Not a Father, les ambiances saisissantes du titre éponyme, ou encore le final poignant de Fall from a High Place, sont autant d’éléments qui relancent parfaitement la machine, permettant au quatuor new-yorkais de terrasser définitivement l’auditeur et de lâcher plusieurs titres parmi les plus mémorables de sa carrière.

Manifeste de noirceur et de brutalité pure, à l’iconicité antichrétienne fortement marquée, Close to a World Below impose une atmosphère diabolique et un niveau d’intensité hors du commun. Après un Failures for Gods inattaquable, Immolation parvient ainsi à se maintenir au sommet de la scène deathmetal en cette année 2000. D’une manière plus générale, ce millésime confirme le retour sans précédent du death nord américain, qui bombarde à coups de Close to a World Below, Black Seeds of Vengeance (Nile), Gateways to Annihilation (Morbid Angel) ou The Infernal Storm (Incantation) en tout point renversants.

Fabien.

15 Commentaires

19 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Karaladh - 12 Juin 2010: Une noirceur, une intensité jamais égalées dans le Death Metal jusqu'à ce jour sauf peut-être par les autres albums du même groupe (et encore). Une ambiance de fin du monde chaotique et infernale, un riffing torturé à la signature Vigna reconnaissable entre milles et des compositions à la fois subtiles et diablement efficaces. Hernandez est incroyable derrière ses fûts et Dolan éructe ses propos blasphématoires avec une hargne toute particulière. Que dire de ce titre final, parfait, la descente aux enfers, l'une des plus grandes pièces de Death Metal jamais composées.

Le meilleur Immolation, un joyau impur.
ArchEvil - 09 Mai 2011: Tiens, je l'ai pas commenté celui-là.

Découvert ce groupe par Majesty and Decay donc bien tard, pour revenir sur Dawn of Possession et ce Close to a World Below que j'ai finalement le plus écouté parmi les trois.

Car c'est un album vraiment impressionnant. Tout d'abord tributaire d'une production de malade : Ultra-puissante et soignée, un grain étouffant et colossal sur les guitares, une reverb timide qui renforce l'atmosphères des mids tempos ou introductions telle celle du titre éponyme.

Puis il y a Vigna et ses riffs indomptables et ses solis déstructurés bourrés d'imagination, tout à fait comme Hernandez qui assène des rythmiques écrasantes mais aussi très nuancées.

Il nous pondent du tube : Father. Du mids insidieux : Lost Passion. De la tuerie tortueuse : Futhest.

En bref, le groupe exploite largement des terrains plus technique et alambiqués, mais sait rester d'une efficacité et d'une puissance bluffantes. Et ils enchaînent les plans cultes sur ce disque, faut vraiment que je chope le prochain.

Merci pour la chro, fabien.
ebony - 23 Juillet 2011: Terrible cet album!! ambiance apocalyptique..respect pour cet excellent groupe, unique et intense!! "unpardonable sin" incroyable morceau! Merci pour cette interessante chronique!
EternalTearsOfSorrow - 19 Août 2011: Quel album, mais quel album ! Je ne connaissais pas forcément très bien Immolation, mais je me suis lâché, et ai commandé leurs album Here In After, Failures For Gods et Close To A World Below. Et les trois sont excellents, avec toutefois légèrement moins d'attachement pour Here In After, tout de même remarquable, lui aussi.

Pour en revenir à Close To A World Below, je dois avouer que j'ai un coup de coeur énorme pour "Furthest From The Truth", et également "Lost Passion", et je dois dire que cette chronique les résume parfaitement bien.

Des performances tellement excellentes que je ne demande qu'à acheter les autres albums, en espérant que ces derniers soient aussi bons que Close To A World Below et Failures For Gods...

Pour moi, ce disque vaut un énorme et largement mérité 18/20 !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Sam

27 Mai 2004
Pour moi, le meilleur album de death metal jamais sorti!!! Je le conçois, cette remarque est tout sauf objective mais la musique comme vous le savez tous est basée sur du ressentit. Et je peux dire que cet album, le 4ème des new-yorkais, me fait ressentir un bon paquet d'émotion !!!
En premier lieu, l'incroyable lourdeur malsaine se dégageant des riffs est tout bonnement prodigieuse ! Illustré par les départs de "Father...", "Unpardonable...", "Lost..."et le monumentale "Close..." qui cloture le disque en écrasant tout sur son passage tel un ouragan infernal ! Sans oublier les parties en blasts très brutales et massives à la fois comme le prouvent "Higher...", "Furthest..." et l'intensif "Put...". On retrouve également les harmoniques particulèrement vicieuses comme seul ce groupe sait le faire. Les solos, tous mortels, apportent une dimension supplémentaire en étant redoutablement bien placés et en véhiculant une grande dose de noirceur mélancolique. IMMOLATION reste toujours maître dans l'art des parties tordues et alambiquées qui sont stratégiquement réparties. Ainsi que les fins mémorables comme celles de "Fall...", "Lost..." et "Close...". Le chant est encore meilleur, grave, profond avec des phrasés percutants et incisifs. Le tout est formidablement soutenu par le jeu riche et technique d' Alex Hernandez qui prouve facilement sa supériorité grâce à des plans complexes, créatifs, puissant et originaux.
La prod de Paul Orofino met remarquablement bien en valeur la musique, le son est chaud, naturel, "organique" et d'une noirceur à toute épreuve. Mention spéciale pour la batterie.
Au final, cet album se rapproche du fameux "De mysteriis dom sathanas" de MAYHEM de par son côté sournois, maléfique, ensorcelant où la brutalité est utilisée avec intelligence dans le seul but de décupler les atmosphères. Le genre d'album qui vous assure de rentrer chez vous après un concert à Paris et qui permet de ne pas s'endormir quand on a 350 bornes à faire !!
Apocalyptique, immense, intemporel !!! Un chef-d'œuvre qui ne mérite qu'une note : 666 sur 20 !!!

4 Commentaires

4 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
Abyssion - 04 Juillet 2008: Y a un crétin qu'a foutu 1 à tous les albums d'Immolation, putain toutes les moyennes ont baissées...
clochard - 08 Septembre 2008: Rarement un groupe a réussi à être aussi pesant et lourd qu'Immolation. Cet album en est un grand témoignagne. Ne mériterait-il pas d'autres chroniques de passionnés?
GorSicA - 09 Octobre 2009: lol. Faut calmer vos ardeurs les hardos là. Que vous soyez hypnotisez par vos sentiments d'adolescents boutonneux, ok. Mais de là à écrire l'histoire de la musique en pensant que ce groupe au demeurant très moyen face partie des génies du monde de la musique il y a un immence gouffre intersidéral qui se nomme... la culture. Je suis sûr que vous aviez vos jouets préférés étant petits, ils ont surement finis à la casse. Adolescent, vos sentiments vont vers la destruction, l'apocalypse, le néant, le fantastique etc. Mais ensuite... Restez modérés, faites gaffe quand même que vos passions ne vous dévorent pas... J'ai perso suivis la naissance du Death Metal à l'époque, depuis 1983 que j'ecoute du Metal. Et j'adore le Death Metal qui fait partis d'un de mes genres favoris. Sincèrement, à mon sens, Immolation est un bon groupe, sans plus...
Coemgenus - 28 Juin 2011: Je suis d'accord avec toi et ta chronique. Cet album est le meilleur de tout les groupes de death réunis...D'ailleurs je souhaite avoir le final de "Fall from a High Place" a mon enterrement c'est pour dire !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Mastodon

15 Septembre 2011

Un album flamboyant !

Dire que cet album est une tuerie est un doux euphémisme. C'est probablement un des albums qui caractérisent le mieux le Death Metal, dans sa signification la plus pure. Tout y est, autant le groupe nous livre un Death old-school exemplaire, avec une prod absolument monstrueuse (qui n'a pas pris une ride d'ailleurs), autant on retrouve une maîtrise technique et mélodique à son paroxysme (rappelant un peu le tout aussi terrible Obscura de Gorguts).

40 minutes, c'est court, alors autant vous le dire qu'il n'y aura aucun temps mort, Immolation nous balance son brûlot de haine en pleine figure, et la seule chose qu'on peut faire, c'est rester bouche bée face à une telle rage. Du premier titre au dernier, l'intensité est constante, aucune baisse de niveau, aucun titre n'est a jeté, l'album impose le respect.

N'allez pas penser que Close to a World Below n'est qu'un album bourrin lambda comme il en existe tant dans le Death Metal, c'est album immensément travaillé et subtil, tout aussi beau et profond qu'un album d'Opeth ou de Gorguts, et si vous êtes amateur du style, alors cet album reposera très bientôt sur votre étagère, et même probablement à votre chevet.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Immolation


Autres albums populaires en Death Metal