Quintessence

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Borknagar
Nom de l'album Quintessence
Type Album
Date de parution 17 Avril 2000
Labels Century Media
Enregistré à Abyss Studio
Style MusicalBlack Folklorique
Membres possèdant cet album145

Tracklist

1.
 Rivalry of Phantoms
 04:36
2.
 The Presence Is Ominous
 04:55
3.
 Ruins of the Future
 04:55
4.
 Colossus
 04:27
5.
 Inner Landscape
 02:51
6.
 Invincible
 04:25
7.
 Icon Dreams
 04:32
8.
 Genesis Torn
 05:16
9.
 Embers
 01:16
10.
 Revolt
 06:05

Durée totale : 43:18


Chronique @ Ravenfeld

08 Septembre 2007
En faisant cette chronique c'est comme si je me laissais aller à mon Requiem, car ayant donné un avis mitigé en l'ayant chroniqué il y a un moment, je me rends compte aujourd'hui de la bêtise de mes prêches passés, je vais donc tenter de me repentir auprès d'un groupe et surtout d'un CD qui ne me sort religieusement plus de la tête!

Avec cette 4ème galette de Borknagar, suivant "The Archaïc Course", le groupe évolue (oh je suis énorme ce soir, ça commence mal !) en conservant des éléments vikings propres à cette dernière référence comme le chant clair qui pourtant ici se fait peu entendre, et aussi certains riffs estampillées Oysten Brun'ienne. Mais ici, Borknagar oriente pour cette fois son metal vers un côté black un tant soit peu plus agressif, mais pas trop non plus cela dit.
On peut surtout citer la voix dans un registre très black, mais en revanche, aussi et toujours avec ce côté ambiance atmosphérique fraîche (non pas froide, fraîche, pure, cristalline, immaculée, vierge, j'm'arrête là !) de ces larges envolées aux claviers venant couvrir le tout, un style qui leur est devenu propre et venant aujourd'hui les placer aux côtés des plus grands du genre, mais à part!

On va commencer comme ça, Vortex t'est mon idole diabolique avec ta voix, les entrailles de cette bête recèlent mille et une merveilles. Et également un compositeur de génie avec "Collossus".

De ce disque, parlons tout de suite des tueries qui en font son point fort ; l'Originalité des chœurs vikings, et une présence remarquable des guitares sur les "Presence Is Ominous" et "Icon Dreams" (sa conclusion excellente), que dire de "Colossus" son nom se suffit largement à lui-même pour la qualifier, entre ses accords bien racés, une légère atmosphère planante au-dessus du tout, et une voix bordel mais quelle voix!! celle d'un Vortex ici qui est absolument parfait. "Colossus" est à écouter sur des sommets enneigés, divine !
En la piste d'ouverture se trouve une "Rivalry of Phantoms" qui se démarque de l'ensemble avec un peu de peine quand même, mais se démarque étant d'aspect légèrement plus black encore que les autres, le clavier lui donnant ce côté folk, toujours avec la performance d'un Vortex arrachant bien des sommets sur chaque pistes, voici donc bien là ce que j'appelle un tueur.

A citer aussi le couplet de fin, à savoir "Embers" et "Revolt", la première, instrumentale à la guitare, est cristalline et fortement émotive. L'émotion s'en poursuit par la suite sur le deuxième morceau, démarrant sur un chant clair aux allures vikings, "Revolt", à moitié mid-tempo, se situe entre chant black et clair, entre puissance et apaisement, tendant parfois aux accélérations vives puis aux breaks tout aussi brutaux, quelques riffs bien vikings et même le passage éclair d'un solo (le seul du CD). Brève montée en tapping puis retombée en lourdeur, "Revolt" mérite que l'on s'y attarde, se démarquant assez bien de l'ensemble, elle constitue ce que l'on peut appeler, avec "Embers", la perle de fin.

Derniers mots concernant "Invincible", qui est énergiquement l'une des plus prenante (louanges soient faites aux mains d'Asgeir). Disons que cette piste est garnie de quelques passages où les accords de guitares cherchent plus à s'aligner aux atmosphères générées par le synthé, moment parfois dans lesquelles elles peuvent se révéler simples mais ordonnées, efficaces, où rien ne se perd à la va-vite, de tradition Borknagarienne donc.
Cette piste est simple, pas tortueuse, c'est comme une Nana sans coquetteries, ça charme tout de suite. Une piste ne dévoilant aucune fioriture mais qui reste bien un chaos TOTAL !!! Enfin moi je l'adore, après si t'es pas content ça revient au même.
Voilà on a là à peu près le meilleur, pour le reste, les "Genesis Torn" et "Ruins Of The Future" se révèlent plus classiques ou plus Borknagariennes, à vous de découvrir.

Un Black metal qui ne plaira pas aux true warriors, car il possède de fortes tendances atmosphériques et n'est pas excessivement rentre-dedans non plus.

Mais question Borknagar, c'est une excellence de plus !

1 Commentaire

4 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire